Accueil | Géopolitique | Les Nouveaux Pharisiens

Les Nouveaux Pharisiens

Les Nouveaux Pharisiens

par | 5 juin 2014 | Géopolitique

« Un monde pacifié supposerait donc que les Américains renoncent au pharisianisme dans les relations diplomatiques futures. »

♦ Les pires ennemis du Christ dans les Evangiles sont les pharisiens, secte qui se considérait comme meilleure moralement que le reste de l’humanité. Jésus les combat parce qu’ils sont mus par l’orgueil et sont toujours prêts à accuser d’impiété tous ceux qui ne leur plaisent pas. Dans sa première triade de la « Défense des Saints Hésychastes », le théologien byzantin Grégoire Palamas écrit : « Les pharisiens ne veulent pas surveiller et purifier l’intérieur du vase, c’est-à-dire leur cœur, et, méprisant les traditions des Pères, ils cherchent à avoir sur tous la préséance comme de nouveaux maîtres de la loi ».


C’est ce comportement de pharisiens que l’on retrouve aujourd’hui notamment dans les jugements que la diplomatie américaine porte sur le monde. Celle-ci, qui se croit « maître de la loi » dans le monde, ne cesse de mettre en accusation les pays les plus divers tout en fermant les yeux sur ses propres pratiques. Elle n’éprouve aucun remords pour avoir déclenché une guerre contre l’Irak fondée sur le mensonge selon lequel ce pays détenait des « armes de destruction massive ». Elle prétend incarner l’Etat de droit et détient pendant des années des terroristes sans les juger dans des camps de concentration modernes comme à Guantanamo. On pourrait citer bien d’autres exemples.

Ce comportement hypocrite ne date malheureusement pas d’hier. Qui se souvient que la Cour suprême des Etats-Unis avait justifié l’esclavage au nom des droits de l’homme en 1857 dans son arrêt Dred Scott contre Sandford ? La Cour avait interdit à un territoire membre, le Missouri, d’abolir l’esclavage des Noirs comme il l’avait fait avec le compromis de 1820. Le motif était que le droit de propriété était un droit de l’homme absolu affirmé dans le fameux  Bill of Rights  qui fait partie des textes constitutionnels américains. Le président de la Cour Roger Taney écrivit même en 1857 que les Blancs ne sont tenus de respecter aucun droit des Noirs. Ce qui est très pharisien est de fonder cette décision sur les droits de l’homme eux-mêmes décrits dans le Bill of Rights .

Il semble bien que la guerre d’indépendance des Etats-Unis contre le roi d’Angleterre a été motivée par cette question de l’esclavage : en effet, en 1772, le juge suprême d’Angleterre Lord Mansfield déclara que l’esclavage était contraire à la loi naturelle. Dès lors tout esclave noir américain touchant le sol anglais était libre. Cette position de la justice anglaise révolta les propriétaires d’esclaves américains dont un des plus importants s’appelait Georges Washington ! Ceux-ci craignaient une jurisprudence du même type en Amérique et ils pensèrent que seule l’indépendance leur permettrait d’échapper au juge anglais ! Certes, direz-vous, mais c’est ancien. La guerre de Sécession, où l’armée du Nord  tourna ses armes contre les citoyens du sud, faisant 620.000 morts, a permis de supprimer l’esclavage. C’est vrai mais Il n’empêche qu’utiliser l’armée contre ses propres citoyens est devenu un grave précédent dans l’histoire américaine.

Ce qui caractérise le comportement pharisien n’est pas seulement l’hypocrisie mais aussi l’arrogance ainsi que la volonté de punir, de sanctionner, ceux qui sont censés être des pêcheurs. La diplomatie pharisienne est donc moins fondée sur la négociation que sur la sanction unilatérale. Cette idéologie religieuse transposée dans le monde laïc représente aujourd’hui indiscutablement une grave menace contre la paix. Un monde pacifié supposerait donc que les Américains renoncent au pharisianisme dans les relations diplomatiques futures. En sont-ils capables moralement ? L’histoire le dira.

Ivan Blot
21 mai 2014

Correspondance Polémia – 5/06/2014

Image : les pharisiens

 

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

« Manuel de lutte contre la diabolisation », l’arme affutée de Jean-Yves Le Gallou

Par Rémi Soulié, auteur de Racination ♦ Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation...

Covid-19. 123 morts en 24 heures, la « fake news » de la peur

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

I-Média n°314 – Deux journalistes menacées de mort par des islamistes

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Beaucoup de musulmans étrangers vivant en France votent islamiste

Par Paul Tormenen, juriste ♦ La France compte la plus importante communauté musulmane...

Face à l’Iran, les pays sunnites se rapprochent d’Israël grâce à Donald Trump

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Un été meurtrier pour la macronie

Et si l’on donnait la parole aux Français ? (XXXVII) Par Michel Geoffroy, auteur de La...

Peine de mort : pour un vrai débat

Rediffusion Polémia - François Mitterrand a ouvert symboliquement sa présidence en abolissant la...

Rétablir la peine de mort : une rupture nécessaire avec l’idéologie dominante

La peine de mort frappe d’effroi par son caractère implacable et définitif. Son évocation prête...

Au pays de la peine de mort réservée aux victimes innocentes

Rediffusion Polémia - Alors qu'un sondage récent IPSOS/Sopra donne le chiffre de 55% de Français...

Face au chantage aux « valeurs de la république », pourquoi pas la sécession ?

Par Julien Dir, contributeur à Breizh-Info ♦ Julien Dir, chroniqueur et polémiste officiant...