Articles

Polémia

Le message immigrationniste et ultra gauchiste de François Soros, souverain pontife de l’Eglise catholique

♦ André Posokhow, consultant

Le Vatican a rendu publique, le 21 août, une lettre annuelle rédigée par le pape François pour la « 104e Journée mondiale du migrant et du réfugié » qui se tiendra en janvier 2018.

Le pape affirme, au travers de propositions concrètes et précises, son refus de toute restriction de l’immigration. L’objectif de ce document est de faire pression sur la communauté internationale pour qu’elle adopte avant la fin de 2018 deux accords globaux, l’un sur les réfugiés, l’autre sur les migrants en accord avec le sommet de l’ONU de septembre 2016. Cette question de l’accueil des migrants et des réfugiés constitue pour le pape une priorité absolue en liaison avec le projet de gouvernance mondiale des migrations de l’ONU.

Cette lettre devrait faire l’effet d’une bombe et marque une grande avancée vers la capitulation occidentale face à l’invasion migratoire et la soumission de notre civilisation à un islam de conquête et de terrorisme.


Le pape affirme donc dans son message du 21 août 2017, au travers de propositions concrètes et précises, son refus de toute restriction de l’immigration. Cette question de l’accueil des migrants et des réfugiés constitue pour le pape une priorité absolue.

Le Figaro a présenté les 21 propositions du pape regroupées en quatre chapitres (*).

Ce message, publié en pleines vacances estivales, n’est pas passé inaperçu, mais ne semble pas avoir la résonance que devrait revêtir son extrême gravité.

Un pape jésuite latino-américain de gauche, mondialiste et fermement ancré dans l’idéologiquement correct

Dans un très grand livre, Eglise et Immigration, le grand malaise : le pape et le suicide de la civilisation européenne, Laurent Dandrieu a mis en exergue et dénoncé les errements politico-sociéto-religieux inattendus et souvent déroutants du pontife « Imbroglio ». Voici quelques rappels de sa vulgate issue de la pensée unique.

La dénonciation gauchiste du libéralisme économique

Déjà politologue, François devient économiste pour trancher des débats aussi vieux que la science économique, dénoncer le progrès technologique et le libéralisme économique et prôner une « certaine décroissance » à la place du système économique mondial actuel.

Le pape vert

Le voilà climatologue et écologiste face au sempiternel réchauffement climatique qui recommande une stratégie d’achat et de vente de « crédits carbone » (qui ne marchent pas) et prône la création d’un label « Eglise verte » pour la journée nationale « Eglise verte ». Cela suffira-t-il à remplir les lieux de culte ? Rien n’est moins certain.

Le pape malthusien

C’est lui qui avait reproché publiquement à une mère de famille très nombreuse de faire des enfants comme une lapine. Hasardez-vous à tenir de tels propos sans être traité de butor ! Il est vrai que des Européennes qui feraient beaucoup d’enfants, cela ne permettrait pas de faire de la place au profit des envahisseurs.

Au plan religieux un pape catholique relativiste et bien indulgent envers l’islam

Selon François, l’Europe n’a pas que des racines chrétiennes dont il redoute la tonalité colonialiste. Il faut parler des racines plurielles de l’Europe. Ah oui ? Lesquelles ? Qu’il les identifie clairement.

Toutes les religions se valent car, selon lui, si l’idée de conquête est inhérente à l’âme de l’islam, on pourrait interpréter de la même manière l’Evangile de Matthieu où Jésus envoie ses disciples dans toutes les nations. Faut-il lui rappeler que c’était par la parole et pas par le sabre ? Oublie-t-il la grande épopée des missions catholiques dans le monde entier et celle des jésuites en Asie ? Comment le chef de l’Eglise catholique peut-il mettre sur le même plan le message d’amour de Jésus et celui de haine et de guerre de l’islam ? C’est le chaos dans sa tête.

Il n’aime pas parler de violence islamique car les chrétiens ont, eux aussi, leurs fondamentalistes. Comme dit Contrepoints, ce sont les fameux terroristes qui se font exploser en criant : « Au nom de la vierge Marie ».

Désormais il va beaucoup plus loin.

Le meurtre de l’Occident et la destruction de la civilisation chrétienne par la préférence migratoire

Les prises de position du message du pape François vont beaucoup plus loin que ce que proposent les politiques d’extrême gauche ou les ONG qui apparaissent comme tièdes par comparaison. Elles relèvent d’un extrémisme immigrationniste jamais atteint jusqu’à maintenant, sauf par Soros, dont le pontife catholique apparaît désormais comme un auxiliaire zélé.

Le confusionnisme mental

Imputer la crise des migrants aux guerres, aux marchands d’armes et au système économique mondial est un peu facile. Il oublie la natalité des Africains et leur faible aptitude à développer leur continent qui croule sous les richesses naturelles. Pour ce qui est du monde islamique, il omet l’obstacle que représente sa religion envers le progrès scientifique et culturel et le développement économique et social. Il occulte l’esprit de conquête de l’islam qui utilise les migrations comme une arme.

Pour justifier l’intégration, François invoque la dénatalité européenne et le vide démographique qui s’installe. Mais nombre de démographes tombent d’accord sur le fait que l’invasion migratoire ne répond pas à cette crise et crée autant de besoins qu’elle en satisfait. Elle aboutit à créer des communautés dont celles qui ont une démographie plus dynamique écrasent les autres.

C’est une politique de la famille qu’il faut. Or l’Eglise n’a été guère audible sur la loi Veil et sur le massacre des innocents qu’elle a entrainé, sur les restrictions budgétaires imposées aux familles par les gouvernements successifs. La quasi-absence des évêques, dont le patron est aujourd’hui le gauchiste Pontier, aux Manifs Pour Tous, leur mollesse sur la théorie du genre, la PMA et la GPA relèvent de la soumission à la pensée unique. Les tièdes autorités ecclésiastiques portent une responsabilité historique dans cette dénatalité.

Novlangue : migrants ou envahisseurs ?

Pour éviter des « stéréotypes négatifs » le pape, adepte de la novlangue, souhaite que l’on n’utilise pas le terme de « clandestins » pour désigner immigrés et réfugiés. Ainsi efface-t-on la distinction indispensable entre immigration légale et immigration illégale.

En réalité, depuis des années il n’y a plus immigration. Ce sont de grandes invasions par le nombre et l’agressivité. Confondre ce qui se passe avec l’arrivée en Amérique au XIXe siècle des Irlandais, Allemands, Italiens, Slaves et Scandinaves, représentants de cultures évoluées et chrétiennes, relève au mieux de la mauvaise foi. Aujourd’hui les Etats-Unis connaissent les pires difficultés dues à l’immigration latino-américaine qui menace leur pays d’une partition gigantesque.

Alors que l’on peut estimer raisonnablement que les immigrés et les descendants d’immigrés de la 2e génération représentent autour de 20% de la population française, le pape demande le développement de « possibilités d’entrées sûres et légales » dans les pays envahis et surtout insiste pour favoriser le regroupement familial, mais pas seulement le couple marié, toute la famille y compris les grands-parents ! Cette injonction du pape qui, visiblement, ignore que le concept de famille africaine peut représenter des centaines voire des milliers de personnes ne peut déboucher que sur un terrifiant raz de marée humain et un séisme démographique.

Que ce pape, qui prêche un Remplacement, non plus grand, mais cataclysmique, précise publiquement combien il veut faire entrer d’envahisseurs en France et en Europe ! Existerait-il une limite ?

Sécurité personnelle et sécurité nationale

Le pape veut faire passer la sécurité personnelle des envahisseurs avant la sécurité nationale. Il ne fait pas mention de la sécurité personnelle et collective des Européens et des Français, qu’elle soit matérielle, sociale, intellectuelle, spirituelle ou tout simplement physique, alors que ce sont ceux-ci qu’il faut protéger en priorité :

  • indifférence aux attentats de plus en plus nombreux et sanglants qu’il se refuse à associer à l’islam et à l’immigration ;
  • refus d’anticiper et de dénoncer la guerre ethnique qui est déjà déclarée ;
  • oubli des agressions et des profanations antichrétiennes dans toute l’Europe ;
  • négligence à l’égard de la délinquance et des incivilités qui rendent pénible la vie de millions de Français ;
  • refus de réaliser qu’immigration, islam et criminalité sont étroitement associés dans nos cités ;
  • silence assourdissant à l’égard du mépris des femmes propre à l’islam, des agressions sexuelles comme en Allemagne, des viols de masse et de la réduction en esclavage sexuel de milliers de jeunes gens en Angleterre.

Que le pape se renseigne, qu’il arrête de lire la gauchosphère subventionnée : le Monde, le Figaro. Qu’il demande à un de ses secrétaires de consulter la presse alternative et libre.

Le tropisme du pape pour l’islam

Le jésuite François déploie toute sa casuistique sur l’islam dans un entretien accordé à la Croix. Certes, il admet que l’idée de conquête est inhérente à l’islam. Mais il ne croit pas qu’il y ait aujourd’hui une peur de l’islam en tant que tel, mais de Daech et de sa guerre de conquête, tirée en partie de l’islam. Avec de telles arguties on n’est pas près de désigner l’ennemi.

A ses yeux la cohabitation entre chrétiens et musulmans est possible. Il donne en exemple l’Argentine où, il faut le signaler, ils ne représentent que 2,5% de la population. Le plus fort est de citer le Liban où la guerre civile religieuse a fait rage pendant un quart de siècle.

Le plus odieux, le plus méprisable dans cet entretien, est d’occulter par un terrible mensonge par omission l’holocauste par l’islam des chrétiens d’Orient appelés à la disparition.

Le viol d’un principe du christianisme : la distinction entre le spirituel et le temporel

Jean-Louis Harouel a déploré, dans Le Vrai Génie du christianisme, le retour récent de la confusion entre le spirituel et le temporel avec ce qu’il nomme la religion des droits de l’homme, qui conduit à un déclin des libertés individuelles.. Avec ce pape, pour qui ce qui est du domaine de la géopolitique et des politiques nationales relève de la charité, nous sommes en plein dedans :

–     Intrusion dans les systèmes judiciaires nationaux avec le refus des « expulsions collectives et arbitraires » et la recherche de « solutions alternatives à la détention » ;

–     Irruption dans les législations de la nationalité ;

–     Suppression de la distinction entre immigration légale et illégale, avec son « offre de parcours de régularisation extraordinaire » pour les migrants ;

–     Adoption de la préférence étrangère par la promotion de l’ « insertion socio-professionnelle des migrants » alors qu’en France il y a 6 millions de chômeurs inscrits à Pôle Emploi ;

–     Refus explicite de prendre en compte les considérations économiques et appel au pillage des pays d’accueil comme l’accès sans limite à « l’assistance sanitaire et aux systèmes de pension nationaux ».

Curieusement cette intrusion du chef des catholiques dans des domaines qui relèvent du temporel et de la laïcité n’a pas soulevé d’objection de la part de la gauche anticléricale.

Le renoncement à l’identité et à l’assimilation : multiculturalisme et diversité

Le pape souhaite intégrer les envahisseurs par « une offre de citoyenneté dissociée des capacités économiques et linguistiques » et que soit garantie la liberté religieuse. Il est opposé au principe de l’assimilation qui, pour lui, « conduit à supprimer ou à oublier sa propre identité culturelle ».

Cela implique, à terme, sur notre territoire, le renoncement à l’identité, qu’elle soit nationale, européenne ou occidentale. A sa place s’imposera le multiculturalisme déjà bien avancé chez nous et la diversité dont nous sommes en mesure de constater les ravages aux Etats-Unis et chez nos voisins européens.

Suicide ou meurtre de l’Europe et de l’Occident

Philippe de Villiers a estimé dans Valeurs actuelles que la déclaration du pape François sur les migrants lui semble favoriser par son contenu et sa portée un vrai suicide de l’Occident.

Il s’agit en réalité d’un meurtre de notre civilisation occidentale, chrétienne, gréco-romaine, pensé et organisé par l’oligarchie financière mondialiste, le cosmopolitisme, les sociétés secrètes ou discrètes mais puissantes : Bilderberg, Trilatérale, Davos, Soros et le gauchisme révolutionnaire. Meurtre perpétré par les castes dirigeantes de nos pays, la justice qui s’est emparée du pouvoir, les médias et maintenant le Vatican.

La trahison est celle de l’Eglise catholique actuelle malgré sa force dans de nombreux pays occidentaux, le dévouement de ses prêtres et la floraison du traditionalisme. Depuis Vatican II les églises se vident. L’Eglise catholique est discréditée par les nombreux désordres qui la frappent : scandales financiers, pédophilie à répétition, homosexualité et parties fines au Vatican, circonstances étranges de la démission de Benoit XVI. Comme le suggère Caroline Parmentier, l’institution ne peut qu’en être fragilisée face aux pressions des forces mondialistes.

Le Vatican est devenu le complice du malheur individuel et collectif des Européens. Il trahit les catholiques occidentaux promis à une disparition religieuse et identitaire avant d’être physique comme au Proche-Orient. Il démobilise leurs capacités de résistance. Fascinée par l’islamo-gauchisme, affamée de repentance et de mépris de soi-même, l’Eglise justifie le constat de J.L. Harouel : elle abandonne et sacrifie l’Europe et l’Occident et se tourne vers les masses africaines et asiatiques. Logiquement elle exige la large ouverture de nos nations, dont elle conteste la légitimité, à l’invasion.

Conclusion

En définitive, le chef de l’Eglise catholique s’est décidé à jeter le masque. Ce berger indigne veut changer de troupeau et pousser l’ancien dans le ravin de la décadence et de l’oubli. Sur Boulevard Voltaire, un auteur, dénonçant le cynisme de ce vicaire du Christ qui trahit notre continent attaqué par un islam guerrier, estime à juste titre qu’avec un tel discours François nous donne là le baiser de Judas. Le traiter ainsi n’est pas le juger sur ses intentions mais sur ses paroles publiques et ses actes.

André Posokhow
Consultant
29/08/2017

 (*) Le pape François propose 21 mesures pour l’accueil des migrants
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/08/22/01016-20170822ARTFIG00186-le-pape-francois-propose-21-mesures-pour-l-accueil-des-migrants.php

Correspondance Polémia – 29/08/2017

Image : Rome (Italie), le 16 avril. Le pape François souhaite la bienvenue au groupe de réfugiés qui sont repartis avec lui de l’île grecque de Lesbos.

André Posokhow

André Posokhow

André Posokhow, Sciences Po Paris, officier supérieur de réserve est expert-comptable diplômé. Au plan professionnel, il a animé son propre cabinet de commissariat aux comptes d’une quinzaine de personnes. Consultant chez Polémia, il est spécialiste de l’invasion migratoire, de l’économie et de l’énergie. André Posokhow a livré en 2013 pour Polémia une étude sur le coût de l’immigration pour les finances publiques de la France.
André Posokhow