Articles

La sanction de l’égalitarisme

Laurence de Charette, directrice de la rédaction du Figaro

♦ Najat Vallaud-Belkacem (et ses amis) n’avait finalement pas tort de se méfier des chiffres, des classements et des notes: ils sont décidément têtus. L’étude Pisa de l’OCDE qui évalue – sans gommettes – les connaissances et les compétences des élèves de 15 ans à travers le monde s’obstine en effet à classer la France en piètre position. La 5e puissance mondiale peine à tenir le 26e rang en maths et en sciences. Une place «dans la moyenne» des pays de l’OCDE, se consolent les partisans de la médiocrité, mais quand même bien loin derrière Macao, le Vietnam, l’Estonie ou les provinces de Jiangsu et Guangdong… se désoleront tous les autres – et parmi eux tous ces parents que de si bourgeois sentiments poussent irrépressiblement à souhaiter la réussite scolaire de leurs enfants…

D’aucuns prêtent à la répétition des vertus pédagogiques qu’a toujours niées le ministre de l’Education nationale. Non sans raison, là encore… car force est de reconnaître que le gouvernement n’a rien appris de la succession des piteux résultats du système éducatif français.

Alors que Najat Vallaud-Belkacem, obsédée d’égalitarisme, n’a eu de cesse de traquer le mérite et l’élitisme au sein de l’école au nom de « l’équité scolaire », la France se distingue précisément dans ce classement mondial par… sa capacité à reproduire les inégalités sociales! Belle performance.

Les chercheurs internationaux ont aujourd’hui établi noir sur blanc que les pays qui ont choisi d’encourager l’excellence sont également ceux qui sont le mieux parvenus à soutenir les élèves en difficulté. Ils ont également listé quelques traits communs aux systèmes éducatifs les plus performants, comme la valorisation du travail scolaire, le respect des professeurs.

Ainsi donc, supprimer les notes, le redoublement, les classes bilangues ou encore le latin ne permettrait pas d’abolir l’échec scolaire, ni de rétablir l’égalité des chances ? Fallait-il vraiment une étude mondiale pour s’en convaincre ?

Laurence de Charette
6/12/2016

Source : Le Figaro – 7/12/2016