Accueil | Europe | La Pologne et la Hongrie défendent l’identité européenne… contre l’UE !

La Pologne et la Hongrie défendent l’identité européenne… contre l’UE !

La Pologne et la Hongrie défendent l’identité européenne… contre l’UE !

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère ♦ Le soleil décidément se lève à l’Est. Les gouvernements, élus démocratiquement, de deux pays membres de l’Union tentent de résister à la normalisation idéologique de Bruxelles. On s’efforce de les faire plier par un chantage économique, ils répondent par un blocus économique légal.

Pour certains vrais Européens, la défense d’une identité historique l’emporte encore sur la normalisation mondialiste. C’est tellement étonnant que nombre de pays de l’UE n’y croyaient pas. Mais la Hongrie et la Pologne ont maintenu leur état de droit national et ont refusé l’état de droit vu par Bruxelles. Le 16 novembre, Budapest et Varsovie ainsi bloqué le plan de relance européen de 750 milliards d’euros, ainsi que le budget pluriannuel (2021-2027) de 1 074 milliards d’euros. Techniquement, les représentants hongrois et polonais empêchent la décision « Ressources propres , qui permettent à la Commission de financer le plan de relance comme le budget de long terme.

Budget bloqué

Les deux démocraties dites « illibérales » refusent que les aides pour sortir de la crise sanitaire soit dépendantes d’une soumission à l’idéologie européiste. Le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, et dans une moindre mesure Mateusz Morawiecki, son homologue polonais, avaient prévenu dès le printemps, quand les négociations entre les Vingt-Sept ont commencé, qu’ils ne soutiendraient pas un tel mécanisme de conditionnalité. Il faut bien voir la nature du mécanisme que Varsovie et Budapest auraient dû accepter. C’est un ensemble de 8 articles obligeant les signataires à renoncer à toute particularité nationale sur la justice ou l’immigration. La Commission européenne évaluait ensuite la conformité des pays au dogme et pouvait sanctionner les « rebelles » à la majorité qualifiée. Or, pour le moment, ce qui sauve les pays plus nationaux qu’européistes, c’est la règle de l’unanimité.

La Hongrie rappelle qu’elle était d’accord, en juillet, au Conseil européen, pour une clause budgétaire a minima qui conditionne le versement des fonds européens à leur bon usage effectif, sans interférence politique. Elle estime que l’ajout d’une clause « État de droit » est contraire au droit européen dans la mesure où elle contourne l’article 7 qui prévoit déjà un mécanisme de sanction. Il faudrait donc récrire les traités — ce qui exige l’unanimité. Pour Budapest comme pour Varsovie, il s’agit d’un « chantage politique » contre deux régimes qui, au nom de leur conception des valeurs chrétiennes et historiques de leur pays, affrontent la doctrine des valeurs « droits de l’hommesque » issue de l’article 2 du traité de l’UE.

Viktor Orbán : « La Hongrie défendra ses frontières et arrêtera l’immigration illégale » – Discours du Parlement européen

Rien n’est définitivement joué, comme toujours en Europe. Les vertueux de la démocratie progressiste n’ont pas dit leur dernier mot. La France et l’Allemagne sont embarrassées. « Une solution sera trouvée dans les toutes prochaines semaines, la France y est pleinement engagée », réagit Clément Beaune, secrétaire d’État aux Affaires européennes. Mais concrètement, il ne faut rien espérer avant le printemps, voire l’été prochain, de toute façon… En attendant, chaque État membre s’endettera à son propre compte. La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, pourrait penser que finalement la relance économique post-Covid , le plan dit « Next Generation UE » vaut bien une messe. Ce qui n’est pas le cas de ceux qui veulent imposer une « next generation UE » métissée et garante des droits de toutes les minorités, notamment sexuelles. Ce qui se passe en Pologne et en Hongrie les rend fous.

Hongrie, Italie, Autriche, Scandinavie… Contre l’invasion, l’Europe se réveille

Défense des traditions

La ville hongroise de Nagykáta a adopté une résolution interdisant “la diffusion et la promotion de la propagande LGBTQ” par les institutions gérées par la municipalité. En cause ? Un conte de fées inclusif qui suscite un tollé dans tout le pays. Intitulé Un conte de fées pour tous, le livre met en scène des minorités : des héros en situation de handicap ou rom, des fées et des sorcières lesbiennes et transgenres… « Je veux que nos enfants grandissent avec des contes traditionnels où la Belle au bois dormant est amoureuse d’un prince, pas d’une princesse », écrit le conseiller Ákos Szabó avant de publier une copie de la résolution votée par le conseil municipal. Selon le texte, cette interdiction “est nécessaire pour le développement spirituel et naturel des enfants“. ”

Pour les mêmes propos, en France, ce serait sans doute la prison ou la mort civile… Il y a bien deux Europe. L’Europe pour tous du mariage pour tous, et plus si affinités, et celle des traditions qui ont fait notre civilisation et que défendent aujourd’hui la Pologne et la Hongrie.

Pierre Boisguilbert
18/11/2020

Source : Correspondance Polémia

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Immigration. L’impossibilité de l’assimilation définitivement démontrée

Par Jean-Yves Le Gallou ♦ Court, incisif, percutant, arrivant à point nommé : le nouvel...

L’UE, rampe de lancement d’Emmanuel Macron pour sa réélection en 2022

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le président de la...

Identité Française ou identité européenne ? – Jean-Yves Le Gallou face au CERF

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, était interrogé le 17 avril dernier par...

Revenu universel. Du travail libérateur au chômage pour tous ?

Par Pierre Lours, essayiste et romancier, auteur de La Révolte des silencieux ♦ Le revenu...

Haro sur la musique : une blanche vaut deux noires !

Par Thierry De Cruzy, journaliste ♦ C’est nouveau, la musique a une couleur. Il y aurait...

Rébellion : le mot, l’idée, le potentiel – De l’Irgoun à Génération Identitaire

Par Philippe-Joseph Salazar, auteur de Suprémacistes ♦ Après avoir publié un premier...

I-Média n°344 – Notre-Dame : l’enquête patine, les médias enfument

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

100 000 morts du Covid-19 : la grande dyscalculie !

Par Jean-Yves Le Gallou ♦ Gouvernement et médias s’apprêtent à saluer avec emphase les 100...

Disparition. Le prince Philip : un archétype européen

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Covid-19. Pouvoir pastoral et nouvelle théologie de la santé

Par Jure Georges Vujic, écrivain franco-croate, politologue ♦ Au cours des dernières...