Articles

Jeanne d’Arc métissée : la droite divisée ?

Jeanne d’Arc métissée : Manipulation mode d’emploi

Par Pierre Lours, essayiste et romancier ♦ L’affaire de la Jeanne d’Arc métissée n’en finit plus d’agiter la droite. Après deux billets sur le sujet (Jeanne d’Arc métissée : la droite divisée ? et « Un piège diabolique »), nous publions ici l’avis de Pierre Lours, contributeur régulier à Polémia. Pour l’essayiste, quel que soit l’avis de chacun sur le choix de Mathilde Edey Gamassou, la prudence doit amener ses défenseurs à envisager l’idée d’une manipulation.


Mathilde, Française d’origine polonaise et béninoise, vient d’être désignée pour incarner Jeanne d’Arc lors des prochaines fêtes Johanniques d’Orléans, compte-tenus notamment de sa foi et de ses engagements catholiques.
Sans aucunement contester ce choix qui est individuellement fondé et tout en soutenant une sympathique et utile manifestation populaire, il est opportun, à la lumière de cette circonstance, d’illustrer les manœuvres (inconscientes ou/et conscientes) de manipulation qui sont ordinairement employées (par un ou plusieurs intervenants) pour gagner une bataille idéologique. Démonstration de la manœuvre en 5 temps :

1 : Agiter la muleta, en l’occurrence utiliser un symbole essentiel de l’adversaire et lui faire signifier l’inverse de son sens initial : Jeanne d’Arc ne boute plus « l’Anglais » mais lui cède sa place.

2 : Attendre les réactions des adversaires et les disqualifier en les accusant d’enfreindre la loi (en l’occurrence la loi du 29 juillet 1881) et leurs propres valeurs : alors qu’une Française issue de parents étrangers prouve avec force son assimilation et son amour pour la France, vous la rejetez par racisme et étroitesse d’esprit et de cœur. A noter que ces deux premiers temps de la manœuvre pourraient être qualifiés de provocation à la « provocation à la haine raciale »…

3 : Observer et encourager les divisions chez les adversaires : la droite catholique contre la droite identitaire.

4 : Discréditer le symbole-emblème de l’adversaire et l’empêcher de facto de s’en servir : la Jeanne d’Arc traditionnelle devient le symbole du rejet des valeurs chrétiennes, généreuses et communes à tous les hommes de bonnes volonté.

5 : Mobiliser les foules et les opinions afin de créer un nouveau symbole plus fort qui viendra faire oublier définitivement le symbole démonétisé : les traits de Christiane Taubira ou de Rama Yade ne devraient ils pas remplacer ceux de Brigitte Bardot ou de Catherine Deneuve pour incarner… Marianne ?
Et comme aurait dit le sapeur Camembert, « c’est pourquoi votre fille est muette » !

Pierre Lours
03/03/2018

Crédit photo : Jeanne d’Arc au sacre du roi Charles VII, dans la cathédrale de Reims – Jean Auguste Dominique Ingres – Domaine public, via Wikimedia Commons


Découvrez l'indice LIBERTEX de la liberté d'expression 2018