Articles

I-Média n°259 – Des émeutes algériennes bon enfant ?

Finale de la CAN : la liste des violences « bon enfant »

Print Friendly, PDF & Email

Par Paul Tormenen, juriste ♦ La finale de la coupe d’Afrique des nations vendredi 19 juillet a donné lieu à une couverture médiatique assez lénifiante en France. Pourtant, comme lors de la demi-finale, les violences sur les personnes et les biens ont été nombreuses. Le premier bilan non-exhaustif que l’on peut tirer de ces événements est assez édifiant.


Pour la radio d’Etat France Info au lendemain de la finale, la fête a été « sans incident majeur ». Sans passer sous silence quelques interpellations et dégradations, la radio publique adopte l’argumentaire d’un supporter de l’équipe d’Algérie : il s’agit de minorer les violences et surtout de ne pas faire d’amalgame entre les casseurs et les supporters.

Avec un recul de quelques jours, le recoupement d’informations dans plusieurs médias permet d’avoir une vue plus générale sur les « incidents »et autres « tensions » ayant émaillé la « fête » suite à la victoire de l’Algérie à la coupe d’Afrique des nations.

A Villeneuve d’Ascq, dans le nord, un incendie s’est déclaré dans une station de métro en raison de « fumigènes ».
A Roubaix, on recense des jets de projectiles contre la Police et des voitures brûlées.
A Paris, Maxime Thiebaut, présent sur les Champs Elysées, fait état sur Twitter de bouteilles et de pavés lancés sur les forces de l’ordre. Il entend également des « cris de joie » assez…enthousiastes : « Ici c’est l’#Algérie ! », « Wesh les colons » ou « Les champs sont à nous ! ».
Damien Rieu relaie sur son compte Twitter une photo d’un supporter algérien qu’il a croisé portant un masque de Ben Laden.
A Dammarie Les Lys (77), plusieurs jeunes sont arrêtés après avoir incendié des voitures et des poubelles.
En Essonne, six policiers sont blessés lors de la « fête » des supporters.
A Evreux, c’est une statue du Général de Gaulle qui est vandalisée. Un « incident » parmi d’autres dans cette ville, comme des « heurts » avec les forces de l’ordre et un véhicule de Police embouteillé par des supporters un peu trop enthousiastes….
A Caen, un piéton est grièvement blessé par une voiture après la finale.
A Rouen, ce sont des commerces qui sont vandalisés.
Toujours à Rouen, un universitaire guinéen meurt juste avant le début de la finale sous les coups d’un ressortissant turc, qui lui aurait dit : « vous les nègres, on va vous niquer ce soir ». La garde à vue de l’agresseur présumé est levée « pour raisons médicales ».
Dans le département de la Loire, des CRS sont pris pour cible, notamment à Saint Etienne, et des voitures sont incendiées.
A Monceau les Mines, un jeune en moto cross est heurté mortellement par une voiture en fêtant la victoire de l’Algérie.
A Lyon, des « débordements » entrainent 18 gardes à vue. Une brasserie est vandalisée ainsi que plusieurs commerces. A Vénissieux, un incendie s’est déclaré dans un immeuble d’habitation. La Préfecture de Police refuse d’indiquer le nombre de voitures brûlées. On apprend que parmi les 18 personnes interpellées pour violence, certaines ont été relâchées pour « vice de procédure ».
A Toulon, on recense notamment des tirs à la carabine et une boulangerie incendiée.
A Marseille, un responsable du Rassemblement national diffuse dans l’indifférence médiatique générale une vidéo d‘une scène d’émeute de rue.

I-Média n°259 – Des émeutes algériennes bon enfant ?

On pourrait multiplier les exemples. Au final, des policiers agressés et certains blessés, deux morts, un blessé grave, de nombreux dégâts matériels, 198 interpellations, un décompte de voitures brûlées que le ministère de l’intérieur refuse de communiquer, une image largement dégradée de la France. Un pays où le maintien de l’ordre n’est plus garanti lors de certains « événements ».

Il faut le rappeler, il n’est pas anodin d’agresser des citoyens et des représentants des forces de l’ordre. Tout comme il est grave de dégrader des commerces, des logements et des locaux de transports en commun.

La finale de la coupe d’Afrique des nations a entraîné des heurts nombreux et majeurs. Ces événements démontrent une fois de plus une situation totalement chaotique avec une frange de la population qui s’inscrit non seulement en marge de la société française, mais qui parfois s’y oppose frontalement.

Un peu à l’image de France Info, Pierre Viansson-Ponté affirmait de façon « visionnaire » dans Le Monde en mars 1968 :« La France s’ennuie ». Trois mois plus tard, en mai 1968, la révolte étudiante éclatait.

On peut aujourd’hui affirmer sans risquer de se tromper qu’en 2019, de nombreux français en ont plus qu’assez de la chienlit.

Paul Tormenen
23/07/2019

Source : Correspondance Polémia

Print Friendly, PDF & Email

Cet article vous a plu ?

Prenez quelques instants pour vous abonner à la Lettre de Polémia afin de ne rater aucune publication.

Soutenez Polémia

Faites un don avec PayPal.