Articles

Et si l’on donnait la parole aux Français? (XXVI)

Et si l’on donnait la parole aux Français? (XXVI)

Chronique de Michel Geoffroy, essayiste, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples


Les sondages confirment une progression de la défiance politique dans notre pays vis-à-vis du pouvoir et de la politique qu’il conduit. La France deviendrait-elle « Gilet Jaune « ?

En France rien ne va plus !

« La démocratie française fonctionne bien » aux yeux de seulement 34 % des personnes interrogées contre 61 % qui jugent qu’elle « fonctionne mal » ;les plus insatisfaits sont les moins de 35 ans et les catégories populaires : seuls 20 % des ouvriers estiment que la démocratie française fonctionne bien. (Sondage Viavoice La Croix, institut Marc Sangnier, la Revue critique des 13 et 14 septembre 2018)

Seules 24 % des personnes interrogées en France disent que « les choses vont dans la bonne direction ». Le recul de l’optimisme concerne toutes les catégories sociales mais il est particulièrement fort au sein des catégories populaires, chez lesquelles il descend à 20 %. Seuls les Sud-Africains (19 %), les Espagnols (19 %) et surtout les Brésiliens (12 %) se montrent désormais plus pessimistes que les Français. (Enquête Ipsos-Sopra Steria-Game changer réalisée entre le 24 août et le 7 septembre dans 28 pays)

79 % des personnes interrogées considèrent que le pays accueille « trop d’étrangers » (52 %) et qu’ils sont « suffisants » (27 %) ; pour 84 % des répondants, l’immigration est un sujet dont on ne peut pas parler sereinement ; près des trois quarts considèrent que l’immigration coûte plus à la France qu’elle ne lui rapporte tandis que 7 sur 10 estiment que le pays n’a plus les moyens d’accueillir des immigrés. L’impact de l’immigration est perçu comme négatif sur les comptes publics par 64 % des répondants. (Sondage Ifop, JDD, Fondation Jean-Jaurès et American Jewish Committee du 23 au 26 novembre 2018)

Emmanuel Macron l’impopulaire

Emmanuel Macron enregistre une nouvelle chute de quatre points de sa cote de popularité en novembre passant à 25% de «satisfaits». Sa popularité est au plus bas depuis le début du quinquennat. Les personnes interrogées « très satisfaites » du chef de l’État sont seulement 4%, ceux «plutôt satisfaites» 21%. Celles « plutôt mécontentes » sont 34 %, celles « très mécontentes » 39 %. 2 % ne se prononcent pas. (Sondage Ifop réalisé pour le Journal du Dimanche du 9 au 17 novembre 2018)

En novembre 2018, Emmanuel Macron bat le record d’impopularité de François Hollande : 26 % d’opinions favorables contre 29 % pour son prédécesseur et 48 % pour N.Sarkozy à la même date. (Sondage BVA, Orange RTL/la Tribune des 21 et 22 novembre 2018)

Les Français  soutiennent les Gilets Jaunes

 70 % des personnes interrogées soutiennent l’action des Gilets jaunes et 8 sur 10 pensent que l’écologie est un prétexte à la hausse du prix du carburant, 79 % veulent que le gouvernement change sa politique. (Sondage Elabe/BFMTV des 20 et 21 novembre 2018)

 77 % des personnes interrogées qualifient de « justifié » l’appel des « gilets jaunes » à bloquer Paris le 24 novembre 2018 (Sondage odoxa, Le Figaro, France Info des 21 et 22 novembre 2018). Ce chiffre passe à 84 % la semaine suivante. (Sondage  publié le 28 novembre)

Le discours d’Emmanuel Macron en réponse aux Gilets Jaunes n’a pas convaincu 77 % des personnes interrogées ; 76 % estiment que les mesures annoncées par le chef de l’État – la modulation des taxes sur le carburant en fonction des prix du baril de pétrole et un débat national sur la transition écologique – ne sont pas suffisantes. 78 % réclament l’annulation des taxes sur le carburant. (Sondage Opinion Way pour LCI, RTL, Le Figaro du 27 novembre 2018)

Michel Geoffroy
03/12/2018

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : George Hodan via Public Domain

Michel Geoffroy

Michel Geoffroy, ENA. Essayiste, contributeur régulier à la Fondation Polémia ; a publié en collaboration avec Jean-Yves Le Gallou différentes éditions du “Dictionnaire de Novlangue”.

Découvrez l'indice LIBERTEX de la liberté d'expression 2018