Articles

Et si, en cette fin d’année, on donnait encore une fois la parole aux Français? (XXVII)

Et si l’on donnait la parole aux Français ? (XXIX)

Chronique de Michel Geoffroy, essayiste, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples


Malgré le lancement du grand débat, la répression des gilets jaunes et la propagande  gouvernementale, la défiance vis-à-vis d’Emmanuel Macron s’installe durablement dans l’opinion. Et la confiance dans les médias de propagande, soutien d’Emmanuel Macron, continue de chuter.

Malgré la répression et la diabolisation , le soutien aux gilets jaunes ne faiblit pas

  • 60 % des personnes interrogées soutiennent toujours le mouvement des Gilets Jaunes , même si le soutien baisse de 10 points en 3 semaines. 78 % des personnes interrogées condamnent les violences en marge des manifestations et 38% les comprennent (Sondage Elabe/ BFMTV L’opinion en direct des 8 et 9 janvier 2019)
  • 67 % des personnes interrogées soutiennent le mouvement des Gilets Jaunes : 36 % (+5 par rapport à la mesure du 9 janvier) des Français soutiennent la mobilisation, 31 % (+2) expriment de la sympathie pour la mobilisation, 13 % (-2) y sont opposés, 12% (-4) y sont hostiles et 8% (-1) y sont indifférents. (SondageElabe BFMTV du 14 janvier 2019)
  • 69 % de personnes interrogées approuvent le mouvement des Gilets jaunes, tandis que seulement 22 % ont une opinion «plutôt positive» du grand débat national. Le chef de l’Etat se hisse  à 31% d’opinions favorables et se situe donc au même niveau que celui de François Hollande au même moment de son mandat. En revanche, 69 % des personnes interrogées ont une mauvaise opinion de lui (Sondage BVA pour Orange, RTL et La Tribune des 23 et 24 janvier 2019)
  • 60 % des personnes interrogées ne veulent pas d’une liste Gilets Jaunes aux élections européennes (Sondage Opinion WayTilder du 17 au 25 janvier 2019)

Le grand débat peine à convaincre

  • Un tiers des personnes interrogées seulement croit en la capacité d’Emmanuel Macron à “agir dans le bon sens” pour les réformes à venir. Dans le détail, ils sont 33 % à le penser pour la réforme des institutions, 32 % pour l’assurance maladie et 29% pour les retraites. Seule une personnes interrogée  sur deux pense que le gouvernement tiendra au moins partiellement compte des avis émis lors du grand débat lancé par l’exécutif en réponse au mouvement des Gilets jaunes. 67 % pensent que le gouvernement doit “avant tout aider le pouvoir d’achat des Français”. Globalement, moins d’un sur deux (47 %) se dit “optimiste” pour l’année à venir, soit une chute de 12 points par rapport à la même enquête il y a un an, contre 51 % (+13) de “pessimistes” (sondage Harris interactive, M6 et RTL des 27 et 28 décembre 2018)
  • Seuls 40 % estiment qu’Emmanuel Macron et son gouvernement tiendront compte des points de vue qui seront exprimés dans le cadre du grand débat national , et 34% qu’il permettra une sortie de crise. (Sondage Elabe BFMTV du 14 janvier 2019)
  • 64 % des personnes interrogées se disent sceptiques sur l’utilité du « grand débat national », et moins d’un tiers (29 %) ont fait part de leur intention d’y participer (Sondage OdoxaDentsu consulting des 16 et 17 janvier 2019)

La défiance vis-à-vis d’Emmanuel Macron s’installe durablement

  • 60 % des personnes interrogées n’ont pas trouvé Emmanuel Macron convaincant lors de ses vœux télévisés du 31 décembre 2018 :  27 % « peu convaincant » et 33 % « pas du tout convaincant ». (Sondage  OpinionWay réalisé pour LCI des 31 décembre 2018 et 1er janvier 2019)
  • Pour 63 % des personnes interrogées, Emmanuel Macron devra retrouver en priorité « la confiance et de la crédibilité auprès des Français » et « prouver qu’il est parvenu à baisser les impôts et à améliorer le pouvoir d’achat » (55%). Seuls 25 % se disent « satisfaits » de l’action du gouvernement depuis l’élection d’Emmanuel Macron, soit 15 points de moins qu’en avril 2018. En outre les ministres français apparaissent plus que jamais impopulaires et atteignent « des niveaux de méconnaissance spectaculaires ». L’augmentation du pouvoir d’achat (54 %) s’inscrit en tête des priorités des personnes interrogées, qui veulent également voir « diminuer la pauvreté et la précarité en France » (45 %) et « baisser le niveau des impôts et des taxes » (41 %).(Enquête Odoxa-Dentsu Consulting  Le Figaro/France Info des 2 et 3 janvier 2019)
  • 75 % des personnes interrogées se déclarent mécontentes (42 % très mécontentes) de l’action du gouvernement depuis l’élection d’Emmanuel Macron : soit 16 points de plus depuis avril 2018. Selon le sondage, le gouvernement mécontente non seulement les Français les moins aisés (87 %) et les ouvriers (82 %), mais aussi les cadres (54 %) et les CSP+ (67 %), ainsi que la France rurale et périurbaine (77 à 79 %), et les citadins (70 % à 74 %) (Sondage Odoxa Dentsu consulting pour Le Figaro et France info, réalisé les 2 et 3 janvier 2019)
  • La cote de popularité d’Emmanuel Macron remonte de quatre points en un mois, à 27 %. Mais 72 % des personnes interrogées restent “mécontentes”, dont 40% de “très mécontentes” (-5) et 32% de “plutôt mécontentes” (+1). 1% ne se prononcent pas  (sondage Ifop pour le JDD du 11 au 19 janvier 2019)
  • L’image d’Emmanuel Macron dans l’opinion se dégrade fortement depuis juillet 2018 :
    « Vous inquiète : 62 %  (+ 6 points)
    « A de l’autorité » : 54 % -15 points
    « Sait où il va » : 47 % -10 points
    « Compétent » : 42 % -9 points

Sympathique : 38% -12 points

Proche des préoccupations des Français : 22% -6 points

(Sondage Ifop Opinion Fiducial, Cnews, Sud Radio  des 29 et 30 janvier 2019)

Et la confiance dans les médias de propagande continue de chuter

Les journalistes sont jugés indépendants par seulement un quart des personnes interrogées.

  • La radio est à 50 % de niveau de confiance, soit  moins 6 points sur un an,
  • la presse écrite à 44 %,soit moins 8 points,
  • la télévision à 38 %,soit moins 10 points
  • Internet à 25 %, comme en 2018,

(32e Baromètre de la confiance dans les médias réalisé par le groupe Kantar pour La Croix du 3 au 7 janvier 2019).

Michel Geoffroy
03/01/2019

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : George Hodan via Public Domain

Print Friendly, PDF & Email

Michel Geoffroy

Michel Geoffroy, ENA. Essayiste, contributeur régulier à la Fondation Polémia ; a publié en collaboration avec Jean-Yves Le Gallou différentes éditions du “Dictionnaire de Novlangue”.

La Lettre de Polémia