Articles

Et si, en cette fin d’année, on donnait encore une fois la parole aux Français? (XXVII)

Et si, en cette fin d’année, on donnait encore une fois la parole aux Français? (XXVII)

Chronique de Michel Geoffroy, essayiste, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples


La popularité du président Macron a continué de baisser depuis le déclenchement du mouvement des Gilets Jaunes, malgré ses initiatives. Sa crédibilité, tant personnelle que politique, apparaît désormais fortement entamée. La crise des Gilets Jaunes a en effet révélé que l’opinion aspirait à un profond changement de politique par rapport à la ligne conduite par le président.

Soutien aux Gilets Jaunes, défiance vis-à-vis du pouvoir

La cote de popularité du président français a chuté à 18 %, soit 3 points de moins en un mois et 7 points de moins en deux mois.
Le Premier ministre Edouard Philippe perd 6 points avec 21% de popularité. Il s’agit du niveau le plus bas depuis leur entrée en fonction. 17% des personnes interrogées soutiennent l’action du gouvernement et 73 % considèrent que le gouvernement a une « mauvaise » gestion de l’économie. (Sondage YouGov des  28 et 29 novembre 2018)

La cote de popularité d’Emmanuel Macron perd encore deux points en décembre, à 23 % de satisfaits. Au total, Emmanuel Macron a perdu 27 points sur la seule année 2018. Les annonces aux Gilets jaunes, lundi 10 décembre, n’ont pas réussi à endiguer cette tendance : par rapport à novembre, il perd notamment 15 points auprès des commerçants, artisans et chefs d’entreprise. (Baromètre mensuel de l’Ifop pour le JDD réalisé du 7 au 15 décembre 2018)

59 % des personnes interrogées n’ont pas été convaincues par l’allocution du président Macron lundi 10 décembre 2018. 54 % d’entre elles souhaiteraient la poursuite du mouvement des Gilets Jaunes. (Sondage Odoxa pour Le Figaro et Franceinfo des 10 et 11 décembre 2018)

70 % des personnes interrogées approuvent toujours la mobilisation des Gilets Jaunes. En revanche, ils sont partagés sur la poursuite de la mobilisation : 41 % soutiennent la mobilisation et 29 % éprouvent de la sympathie pour les manifestants.  54 % estiment que la mobilisation doit se poursuivre.(sondage « L’opinion en direct » mené par l’institut Elabe pour BFMTV des 18 et 19 décembre 2018)

51 % des personnes interrogées émettent des doutes sur la suite du quinquennat d’Emmanuel Macron. 49 % estiment que le grand débat national préconisé par Macron n’est qu’une «opération de communication inutile». 78 % se déclarent favorables au référendum d’initiative citoyenne. (Enquête Odoxa, Dentsu consulting pour le Figaro et France Info des 19 et 20 décembre 2018)

Un fort besoin de changement dans l’opinion

82 % des personnes interrogées se déclarent favorables au référendum d’initiative citoyenne (RIC) pour que les citoyens proposent l’adoption d’une loi. Ils sont 80 % à juger positivement la perspective de pouvoir utiliser le RIC pour demander l’abrogation d’un texte législatif. Environ trois quarts des personnes interrogées seraient en outre prêts à approuver ou non des traités européens et internationaux par ce biais ainsi qu’à révoquer un élu – autrement dit lui retirer ses fonctions au cours de son mandat. Enfin 67 % pensent que le RIC doit être utilisé pour modifier la Constitution. (Sondage Elabe pour BFM TV “L’Opinion en direct” des 18 et 19 décembre 2018)

67 % des personnes interrogées jugent négative la politique de la France et de l’Union européenne en matière d’immigration ; 59 % considèrent que l’Union européenne devrait faire preuve de plus de fermeté vis-à-vis de l’accueil des migrants. (Sondage BVA /presse régionale des 26 novembre au 6 décembre 2018)

71 % des personnes interrogées classent en premier, parmi les priorités des prochains mois, la sécurité et la lutte contre le terrorisme, devant la santé (59 %) et le relèvement du pouvoir d’achat (57 %), trois thèmes en forte hausse par rapport à une enquête précédente. L’environnement (41 %, -7 par rapport à septembre), l’amélioration de la situation dans les banlieues (33 %) et la réduction de la dette publique (33 %) sont relégués plus loin. (Sondage IFOP Paris Match réalisé du 14 au 17 décembre 2018)

Michel Geoffroy
31/12/2018

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : George Hodan via Public Domain

Michel Geoffroy

Michel Geoffroy, ENA. Essayiste, contributeur régulier à la Fondation Polémia ; a publié en collaboration avec Jean-Yves Le Gallou différentes éditions du “Dictionnaire de Novlangue”.

Découvrez l'indice LIBERTEX de la liberté d'expression 2018