Accueil | Billets | Dans les moments de grande tension, l’humour a sa place : amulette socialiste

Dans les moments de grande tension, l’humour a sa place : amulette socialiste

Dans les moments de grande tension, l’humour a sa place : amulette socialiste

par | 26 mars 2014 | Billets

Dans les moments de grande tension, l’humour a sa place : amulette socialiste

Comme ces socialistes sont prévisibles ! Pour contrer le Front national, disent-ils, une seule solution : constituer un front républicain UMP-PS.

Cette vieille ficelle aussi grosse qu’inefficace, mais que MM. Jean-Marc Ayrault et Harlem Désir continuent à porter autour du cou comme une amulette pour faire fuir le diable. Prévisibles et, qui plus est, incorrigibles. Car les socialistes en connaissent un rayon pour faire progresser le parti de Marine Le Pen.

Ainsi Manuel Valls, dont la tournée anti-FN pendant la campagne restera dans les annales. Son tour de France l’a notamment conduit à Hénin-Beaumont, Forbach, Avignon et Marseille. Des villes où le vote frontiste a atteint des sommets, ou presque ! Était-ce l’effet recherché ? On va finir par le croire. À moins que la parole du ministre de l’Intérieur n’ait pas la valeur que les sondages lui accordent. Ce qui reste possible. La gauche est le meilleur allié du Front. Ses conseils pleins de beaux sentiments en ­matière de désistement républicain sont autant de pièges qu’il convient d’éviter. Les alliances de circonstance, les réflexes politiciens, les arrangements d’appareils sont précisément tout ce que détestent les électeurs. Et tout ce qui peut les jeter dans les bras du FN. Qu’ils soient de droite ou de gauche, où ils sont de plus en plus nombreux à exprimer leur amertume face à la démagogie de leur camp…

Contrairement à un discours complaisamment entretenu, l’extrême droite ne fait pas son miel des prétendues « dérives droitières » de l’UMP. Elle doit plus sûrement ses succès à l’incompétence, à l’incompétence de la gauche quand elle exerce le pouvoir Cela ne s’est jamais démenti : avant-hier avec Mitterand, avec Jospin et aujourd’hui avec Hollande. N’en déplaise aux quelques artistes effarouchés qui menacent de ne plus fréquenter le Festival d’Avignon au cas où le fond de l’air y serait moins culturellement correct.

Yves Thréard, éditorial du Figaro
26/03/2014

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Je fais un donSoutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Voir aussi

Le terme « épisode neigeux », outil de propagande ?

Le terme « épisode neigeux », outil de propagande ?

Par Ingrid Riocreux, agrégée de lettres modernes, spécialiste de grammaire, rhétorique et stylistique ♦ Sur son blog, Ingrid Riocreux est récemment revenue sur l'emploi de l'expression « épisode neigeux » par les médias. Avec humour, l'agrégée de lettres...

De l’incurie des autorités à la violence populaire

De l’incurie des autorités à la violence populaire

Pollux - Le Pamphlet n° 466 Juin 2017 [A l’heure où la Pologne, la Tchéquie et la Hongrie se préparent à être sanctionnées par les commissaires de l’UE pour leur refus d’accueillir des quotas de migrants, nous ressortons quelques lignes rédigées en début d’année et...