Accueil | Société | Covid-19. Carnage économique pour les Français, salaires invraisemblables pour la bureaucratie hospitalière

Covid-19. Carnage économique pour les Français, salaires invraisemblables pour la bureaucratie hospitalière

Covid-19. Carnage économique pour les Français, salaires invraisemblables pour la bureaucratie hospitalière

par | 25 novembre 2020 | Exclusivité Polémia, Politique, Société

Par Dominique Remmaker, biologiste et chercheur ♦ Il viendra un temps, probablement assez proche, où l’on analysera avec suffisamment de recul les politiques publiques qui ont précédé la pandémie et celles qui ont été décidées, à l’occasion de celle-ci, en réaction aux incohérences du passé, sans pour autant y remédier en rien et dans la plus grande panique.

Carnage économique

On fera le constat qu’un État que l’on dit faible aura été capable, en peu de temps, de mater dans la plus grande violence la révolte socio-économique et identitaire d’une partie de sa population fin 2019, avant de décréter l’assignation à résidence du plus grand nombre. On ne pourra s’empêcher, à ce propos, d’observer le contraste tragique entre cette force quasi dictatoriale – sous prétexte démocratique cependant – appliquée sans relâche aux foules immenses des bons citoyens et la faiblesse insigne de nos gouvernants lorsqu’il s’agit de mater une minorité islamisée dont le peuple français ne supporte plus la toxicité civilisationnelle. Pour les uns, la matraque puis le déclin économique ; pour les autres, l’impuissance de l’État de droit qui n’est plus que l’État des lâches.
C’est ainsi que les Français, au nom d’une préoccupation sanitaire au demeurant légitime, ont été privés de la première des libertés, celle d’aller et venir. On peut concevoir que, dans l’urgence et devant la crainte d’une mortalité effroyable, de telles dispositions aient pu être prises au printemps dernier.

Cependant, depuis lors, les saisissantes conséquences de ce carnage économique sont connues, au point que toute récidive paraissait exclue. Or, c’est le contraire qui se produit, alors même que l’épidémie s’étend à grande vitesse (ce que nul ne conteste), mais que sa mortalité reste faible. Qui plus est, rien ne démontre aujourd’hui que l’absurde confinement à géométrie variable, décrété par le pouvoir, aura un quelconque effet sur la mortalité au final, si ce n’est pas éventuellement un effet délétère. Le destin d’un virus respiratoire de virulence faible, c’est de circuler. Et c’est à l’Homme de s’adapter biologiquement. Mettre un pays à l’isolement en laissant les frontières ouvertes ne sert à rien. Des personnes très âgées et très fragiles meurent un peu plus tôt que prévu. Parfois – rarement – des plus jeunes viennent hélas à succomber, qui alimentent l’indécente hystérie parlementaire du ministre Véran. C’est la vie, la vraie, pas (encore) la Possibilité d’une île de Houellebecq, où l’immortalité se paie d’un mortel ennui. Ce n’est pas la peste mentale que nous inoculent les médias aux ordres ; cette peste qui terrorise, qui paralyse et qui finira, elle, par tuer vraiment. Par achever notre pauvre pays qui n’en peut plus.

Le prix de l’assèchement de l’hôpital

Dès lors, le politique ne semble attentif qu’à un seul paramètre : l’engorgement des hôpitaux, indicateur éminemment médiatique qui permettrait, au moindre faux-pas à l’italienne, d’instruire son procès en impéritie. Sans que l’on sache vraiment qui instrumentalise l’autre dans le registre de la panique, la cour du prince et ses médicastres, avec l’appui des professionnels du psittacisme médiatique, décrètent qu’il est désormais permis de mourir de tout, sauf de Covid. Car des morts il y en aura, mécaniquement, par l’écroulement de l’activité habituelle de l’hôpital et en raison des conséquences économiques et sociales désastreuses de la précaution à tout prix (et à court terme) érigée en horizon indépassable de l’action publique. Ces morts, cependant, ne feront pas de procès à nos professionnels de la rente publique et des logements de fonction. Ils paieront le prix de l’assèchement de l’hôpital par des comptables et des ronds-de-cuir qui ont organisé depuis vingt ans non seulement leur propre pléthore, mais aussi la mise en coupe réglée des soignants, condamnés à l’obéissance quand ce n’est pas à la servilité vis-à-vis des nouveaux seigneurs.

Le fameux « Ségur de la santé », qui a consisté à donner un peu d’argent aux soignants pour les calmer, a masqué la réalité : la grande caste des directeurs – gestionnaires, qui prolifèrent à tous les étages du système de santé, a fait tomber un rideau de fer sur l’hôpital. Covid est là et Manitoba ne répond plus : les recrutements de médecins et infirmières sont suspendus, les projets de soins en berne, l’impérialisme budgétaire vire à l’autoritarisme ; les soignants sont priés de faire comme si l’hôpital fonctionnait normalement, alors qu’en réalité c’est le désastre. Tout comme dans la société française, sommée de se recroqueviller dans sa coquille par la tyrannie sanitaire, alors que les barbus sont en liberté partout. Sans parler des trop fameux « territoires perdus » où l’on s’embrasse à qui mieux mieux entre chasseurs-cueilleurs, tout en narguant la maréchaussée.

Covid-19. L’énarcho-bureaucratie, maladie mortelle du système de santé

Salaires invraisemblables

Tout comme dans la société française encore, c’est fou ce qu’il y a comme inutiles dans le système de santé, qui profitent des largesses de l’État providence, avec des avantages jamais dévoilés (comme à la mosquée !) tellement ils sont indécents. La nomination d’obligés à des postes aussi peu utiles que juteux est un sport national et les salaires se négocient à des niveaux invraisemblables, au sein même de la fonction publique. Demandez à certains directeurs de grands hôpitaux, aux membres du Collège de la Haute Autorité de Santé (16 000 € nets/mois à vie) et à sa présidente (22 000 € nets), aux directeurs d’ARS… A toute cette petite noblesse d’Etat, qui passe son temps à soigner ses réseaux politiques et à cultiver ses prébendes plutôt qu’à s’occuper de la santé des Français. Hop ! Un directeur de CHU ou d’ARS vient faire un petit tour et puis s’en va, au bout de deux à trois ans, ayant bien pris garde de ne rien faire, tout en préparant la nomination suivante. Les soignants soignent, souffrent et rongent leur frein, les malades perdent des chances. Le pays régresse et s’enfonce. Le président algérien va se faire soigner en Allemagne, c’est dire ! Même lui ne veut plus des soins gratuits du grand colonisateur. Au fait, l’arrêt de l’Aide Médicale d’Etat, cette folie à plus d’un milliard d’Euros annuels, c’est pour quand, Monsieur le Président ?

Plus on a nommé de bureaucrates durant les dernières décennies, plus on a fermé de lits d’hôpital et réduit le nombre de soignants. Alors que la population s’accroît et vieillit. Cela s’appelle gouverner, paraît-il.

La France est gouvernée (ou plutôt : administrée, très mal administrée…) par les hauts fonctionnaires, chacun le sait. Le drame, c’est qu’à l’hôpital aujourd’hui, faisant montre d’une arrogance qui laisse pantois les professionnels de santé, ils se prennent même pour des médecins et décident de tout. On a vu le résultat. Peut-on espérer un changement ? Hélas, en aucun cas. Car il en va ainsi de toute civilisation mortelle : la narcose du déclin enivre jusqu’à la chute.

Dominique Remmaker
25/11/2020

Source : Correspondance Polémia

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

« Ultradroite », la menace fantôme – Décryptage du livre « La Poudrière »

Par Lucien Lachance, membre de l'Équipe Communautaire Paris ♦ L’ultradroite est au cœur de...

Covid-19 : « Les étudiants ont été sacrifiés par le gouvernement ! »

Par Gustave Fardas, étudiant en Droit, membre de la Cocarde étudiante ♦ La gestion...

Laxisme et tentations totalitaires de l’État, qu’est-ce que l’« anarcho-tyrannie » ?

Par Philippe-Joseph Salazar, auteur de Suprémacistes ♦ Comment qualifier le système...

I-Média n°331 – Censure de Donald Trump : le coup d’État de la gauche et des GAFA

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

« Immigration, ces réalités qu’on nous cache » : constat imparable, propositions en demi-teinte

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Pour toute personne...

Covid-19 et vaccins : éléments de compréhension et de réflexion

Par Antoine Solmer, médecin spécialiste (retraité), écrivain, essayiste ♦ Cet article ne...

Jean-Yves Le Gallou sur la censure : « C’est un coup d’État mondial de Facebook et Twitter ! »

Dans un entretien accordé à Boulevard Voltaire, Jean-Yves Le Gallou fustige la censure opérée par...

USA : les GAFA, Donald Trump et les oies du Capitole

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Covid-19. Dictature sanitaire et mesures liberticides

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

Emmanuel Macron veut « reprendre la main » ? Prenons le au mot !

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ En ce début du mois...