Articles

2018 : le Titanic macronien fonce vers l'iceberg

Comment est né l’irrespect pour Macron

Par Camille Galic, journaliste, essayiste ♦ Dans cet article paru le 29 décembre dans Présent, Camille Galic analyse le crépuscule d’Emmanuel Macron.


Pour une fois, L’Obs’ a raison : entre la courbe toujours ascendante du chômage, le crépuscule de la déesse Merkel sur laquelle reposaient tous ses plans de gouvernance de l’Europe, la démission de ses ministres les plus représentatifs, Nicolas Hulot et Gérard Collomb, et l’insurrection des Gilets jaunes (dont Collomb avait peut-être été informé du mécontentement par ses services, d’où son repli lyonnais), Emmanuel Macron a connu en 2018 une « annus horribilis ». Amaigri, vieilli, les traits tirés, qu’il semble loin aujourd’hui le juvénile chef d’Etat traînant tous les cœurs après soi qui, après la médiocrité et la vulgarité des quinquennats Sarkozy et Hollande, nous promettait des lendemains radieux grâce à une restauration toute gaullienne de la « verticalité du pouvoir » ! Las… Dix-neuf mois plus tard, c’est sa popularité qui, dans les sondages, subit une chute verticale.

Comment l’or pur s’est-il changé en plomb vil ?

Les circonstances, intérieures comme extérieures, n’ont certes pas aidé le septième président de la Cinquième. Mais si la plupart de ses prédécesseurs ont pu être détestés, aucun d’entre eux n’avait été méprisé comme il l’est désormais. On se souvient de sa fureur quand un adolescent l’avait appelé Manu : « Je suis le président de la République, on me dit Monsieur », avait rugi l’insulté. Lequel profitait quelques semaines plus tard, le 21 juin, de la Fête de la musique pour inviter à l’Elysée quelque quinze cents personnes (coût : 500 000 euros), et confier l’animation des réjouissances à une meute de travelos endiamantés, en bustier et bas résille, cornaqués par un certain Kiddy Smile arborant un T-shirt où était écrit « Fils d’immigré, noir et pédé ». Une scène de haulte graisse à laquelle le couple élyséen mettait une touche finale en posant, tout sourires, entouré de ce beau monde.

Et l’émotion — mâtinée de dégoût — n’était pas retombée qu’éclatait le 18 juillet l’affaire Benalla, symptomatique des liens étranges qui s’étaient noués entre le président et son garde du corps marocain, promu après l’élection de 2017 directeur de cabinet-adjoint de l’Elysée, avec accès illimité à l’Assemblée nationale, logement et véhicule de fonction, et lieutenant-colonel de la réserve citoyenne de la Gendarmerie… où il avait été simple stagiaire ! Jusqu’où Benalla serait-il monté si Le Monde, par zèle journalistique ou malignité, n’avait dévoilé ses exploits crypto-policiers et son itinéraire météorique ? Le scandale fit en tout cas si grand bruit que, le 25 juillet à la Maison de l’Amérique latine où se réunissaient ses élus, le chef de l’Etat dut se défendre publiquement : « Non, Alexandre Benalla n’a jamais été mon amant. » Une grande première dans les annales présidentielles, pourtant fournies en épisodes croustilleux.

Enfin, comme si cela ne suffisait pas, on eut droit aux photos du gorille congolais Makao, encore un garde du corps membre du « premier cercle », enlaçant le couple élyséen puis, the last but not the least, la scène dévastatrice de Saint-Martin où des millions de téléspectateurs purent voir le 30 septembre le président extatique entre deux voyous antillais, l’un sortant de prison après un braquage, l’autre adressant un doigt d’honneur à l’objectif. Un symbole « impardonnable » selon Marine Le Pen cependant que l’humoriste (noir) Fabrice Eboué résumait une opinion assez générale en twittant, photo à l’appui : « Y a un vrai problème avec notre président de la République…  Dès qu’il voit des Noirs torse nu, il s’émoustille… Ça a commencé à la finale de la Coupe du monde. Il était dans le vestiaire avec les joueurs noirs torse nu et le mec a pété un plomb. (…) Là, à Saint-Martin il est avec le mec, il lui dit : Oh, t’es costaud, toi, tu devrais faire du bâtiment. Et puis il le tâte… Qu’est-ce que c’est que cette histoire, Monsieur le président de la République ? »

Une histoire qui finit mal. Un pantin à l’effigie de Macron ayant été décapité le 21 décembre à Angoulême, le Premier ministre a clamé son indignation et une enquête a été ouverte pour « crime » (sic) et « outrage » sur ces faits qui « portent gravement atteinte tant à la personne qu’à la fonction du président de la République ». Mais qui a rabaissé cette personne et cette fonction ? Les Français auraient peut-être pardonné l’arrogance si l’autre face de la médaille n’avait pas été l’avilissement.

Camille Galic
12/01/2019

Source : Présent

 

Camille Galic

Camille Galic

Diplômée des Langues orientales, directeur de l’hebdomadaire Rivarol de 1983 à 2010, Camille Galic a aussi collaboré à des publications comme Le Spectacle du monde et Le Crapouillot. Sous son pseudonyme Claude Lorne, elle a rédigé en 2012 Les Médias en servitude pour la Fondation Polémia, dont elle est une contributrice régulière depuis 2011. Chroniqueuse au quotidien Présent, elle a publié en 2013 un Agatha Christie (éd. Pardès, coll. « Qui suis-je ? »).
Camille Galic

Découvrez l'indice LIBERTEX de la liberté d'expression 2018