Accueil | Politique | Burkini : comment sortir de la dictature des juges ?

Burkini : comment sortir de la dictature des juges ?

Burkini : comment sortir de la dictature des juges ?

par | 27 août 2016 | Politique

Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia

♦ Grâce au Conseil d’Etat – dont les membres habitent des quartiers sans immigrés – le burkini va bientôt se répandre sur nos plages. Et les femmes en maillot de bain ou en bikini n’y auront bientôt plus de droit de cité qu’au risque d’être harcelées. Car l’islam ignore le « vivre-ensemble » et la réciprocité. Il ignore l’individualisme et le relativisme. Il cherche à imposer sa loi et ses règles, à tous et surtout à toutes, en se jouant de nos principes.


La place du burkini n’est donc pas une question de droit, c’est une question politique. Ce n’est pas davantage une question de « laïcité », c’est une question de civilisation.

C’est donc aux politiques et au peuple de répondre à la question suivante : oui ou non acceptez-vous l’islamisation de la France ?

Si c’est non, il faut en tirer les conséquences et dire non au financement des mosquées, non à l’abattage halal, non aux délires sanitaires de l’Aïd, non aux accoutrements salafistes, non aux prêches en langue arabe, non au voile islamique et au burkini.

Cela implique, bien sûr, que le peuple reprenne sa souveraineté et abatte la tyrannie des juges : on attend des candidats à l’élection présidentielle – de Sarkozy à Marine Le Pen – qu’ils nous disent quelles réformes constitutionnelles ils proposent pour reconstruire le pouvoir législatif aujourd’hui accaparé par la Cour européenne des droits de l’homme, le Conseil constitutionnel et le Conseil d’Etat, toutes institutions sans légitimité démocratique. Et ne nous laissons pas enfumer : cela dépasse de très loin les traités de l’Union européenne ! Le souverainisme sans l’identité, c’est comme une belle à qui manquerait un œil.

Les propos de campagne ne valent rien s’ils ne sont pas accompagnés des réformes constitutionnelles qui rendront leur mise en œuvre possible. Nicolas, Marine, il faut nous dire comment on sort de la Convention européenne des droits de l’homme, comment on échappe à la censure du Conseil constitutionnel, comment on rend possibles les expulsions de clandestins et de délinquants malgré les tribunaux judiciaires et administratifs, comment on met un terme au regroupement familial et à l’immigration nuptiale.

Quant aux Français, sans attendre la fin du spectacle présidentiel, il pourrait prendre le Conseil d’Etat au mot : il nous dit doctement, depuis les ors du Palais-Royal, que le burkini ne présente pas de « risque de trouble à l’ordre public ». Tout simplement parce que les oligarques du Conseil d’Etat croient que les Français s’accoutument à l’inacceptable et tolèrent la conquête symbolique de leur espace public. Le Conseil d’Etat spécule sur la faiblesse des Français. Et s’ils le démentaient ?

Oui, il serait temps que les braves Français entrent en résistance et qu’à l’exemple des Corses de Sisco ils refusent la privatisation de leurs plages et de leurs rues. Bravo, les Corses qui résistent ! Bravo au maire de Sisco qui maintient son arrêté anti-burkini malgré les gnomes du Palais-Royal ! Quand le pouvoir est illégitime (et le pouvoir judiciaire est sans légitimité démocratique !), la désobéissance civile est plus qu’un droit : un devoir.

Les burkinis et les voiles islamiques ont toute leur place : dans les pays musulmans, mais ni en France ni en Europe.

Vous voulez vivre comme en Arabie au VIIIe siècle ? C’est votre droit, mais à condition de retourner dans votre pays d’origine.

Halte à la colonisation islamique ! Le temps de la résistance et de la dissidence est venu. C’est l’affaire de tous.

Jean-Yves Le Gallou
27/08/2016

Source : Burkini : comment sortir de la dictature des juges ? (27/08/2016)

Correspondance Polémia – 27/8/2016

Image : Burkini / Bikini

Jean-Yves Le Gallou

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Disparition. Le prince Philip : un archétype européen

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Covid-19. Pouvoir pastoral et nouvelle théologie de la santé

Par Jure Georges Vujic, écrivain franco-croate, politologue ♦ Au cours des dernières...

Les « années de plomb » italiennes vues par les deux camps

Par Johan Hardoy ♦ En Italie, les « années de plomb » désignent une période d'une quinzaine...

Eric Zemmour candidat à la présidentielle : vers le renouveau de la droite ?

Par Didier Beauregard, journaliste et essayiste ♦ Eric Zemmour sera-t-il candidat à...

Grand remplacement en Europe : la Pologne en pointe de la résistance identitaire

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Après de multiples...

CNews : Fissure dans le barrage médiatique politiquement correct

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

La musique et le combat identitaire – Un hors-série de « Présent »

Par Johan Hardoy ♦ Le quotidien Présent a récemment sorti un hors-série de qualité sur la...

I-Média n°343 – Restaus clandestins : des journalistes et des ministres accusés

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Islamisation. Les ennemis de mes ennemis sont-ils vraiment mes amis ?

Par La Cocarde, syndicat étudiant d'union de la droite ♦ « Face à l’islamisme et aux...

Le terrorisme intellectuel pour bâillonner le peuple – Jean-Yves Le Gallou et Charles Gave

Le vendredi 2 avril dernier, l'Institut des Libertés, présidé par Charles Gave, recevait Jean-Yves...