La boutique en ligne de l'Institut Iliade
Accueil | Société | Blanquer recalé aux législatives : retour sur un bilan catastrophique

Blanquer recalé aux législatives : retour sur un bilan catastrophique

Blanquer recalé aux législatives : retour sur un bilan catastrophique

Par Claude Meunier-Berthelot, enseignante, essayiste ♦ C’est la dernière de Blanquer ! Il serait recalé aux élections législatives pour avoir exprimé son « anti-communautarisme » ! Celle-là, nous ne l’attendions pas ! Mais elle est aussi salée que les notes qu’il nous fait payer pour avoir fomenté une politique d’éducation prioritaire en faveur des populations allogènes qui, non seulement nous coûte « la peau des fesses » mais met dangereusement en péril la vie de la nation française, avec toute une politique d’excellence en faveur de ces populations quand, dans le même temps, ce funeste personnage a procédé à l’achèvement irréversible du système scolaire pour nos enfants.

L’École pour nos enfants

Tous les cours disparaissent, du primaire à l’université, remplacés par des activités axées sur l’acquisition et la vie des valeurs de la république, dont la principale retenue est l’égalité – quand la liberté est totalement piétinée – égalité avec toutes les aberrations proférées : égalité sexuelle, idéologie du genre, égalité des races et son corollaire l’immigration sans modération…

En conséquence :

  • Tous les programmes d’instruction sont engloutis au profit de documents tous orientés sur les valeurs de la république – dont le vademecum de la laïcité », « la république à l’école »…
  • Les institutions d’instruction sont métamorphosées ou supprimées, ainsi de la suppression des 80 Inspections Générales qui chapeautaient les différentes disciplines d’enseignement,
  • Le personnel ne se recrute plus sur la base du CAPES mais sur profil, par chaque chef d’établissement,
  • L’informatique, outil de crétinisation par excellence, est le passage obligé de toute activité réalisée…

Voici un bref aperçu de ce que Blanquer a réservé à nos enfants dans un communautarisme totalement institutionnalisé qui va forcément perdurer.

L’École destinée aux populations allogènes

Dans le même temps macronien, Blanquer a créé 126 « cités de haute qualité éducative » pour 700 000 enfants et jeunes issus de l’immigration.

Là, il n’est plus du tout question de « partager les valeurs de la république » mais d’assurer « une scolarité de qualité pour tous les élèves, de la maternelle au lycée »

Ainsi est institutionnalisé :

  • « Un apprentissage des fondamentaux dès la maternelle »,
  • « Un relèvement du niveau de mathématiques de la maternelle à l’université,
  • « À l’école élémentaire, un enseignement structuré et ambitieux des mathématiques,
  • « Un apprentissage des langues vivantes étrangères sur l’ensemble de la scolarité avec un horaire réglementaire dès le CP,
  • « des résultats attendus : des repères et des attendus de progression établis du CP à la terminale… »

Blanquer ferme des classes rurales et favorise les quartiers sensibles

Les moyens ?

  • « Une formation initiale et renforcée pour les professeurs »,
  • « Un accompagnement ciblé et renforcé de chaque élève pour une excellence pour tous »,
  • « Un renforcement du dispositif « devoirs faits » qui a bénéficié à 770 000 jeunes en 2020-2021,
  • « Des parcours lingustiques » destinés à 150 000 élèves,
  • « Des classes bilangues au collège pour 124 000 élèves,
  • « Un enseignement « Langues et culture de l’antiquité » pour 90 000 élèves du cycle 4 (6ème)
  • « de nouvelles « cordées de la réussite » (mise en réseaux des collèges et lycées avec des établissements d’enseignement supérieur de prestige) ; 200 000 jeunes en ont bénéficié en 2021.
  • À la rentrée 2021, 307 « Internats d’excellence » opérationnels pour 30 000 jeunes – « élèves des Q.P.V » (Quartiers de la Politique de la Ville).

Également, des « Alliances éducatives »…

  • Le « plan mercredi » pour des activités périscolaires de « haute qualité » ; depuis 2018, 5013 communes sont couvertes, 540 000 plans sont labellisés,
  • Le dispositif « Vacances apprenantes » qui consiste en un renforcement scolaire et des activités de loisirs sportives et culturelles « de grande qualité » a bénéficié à un million d’élèves ;

Facture payée par nous, « les bagnards de la république » : 800 millions d’euros pour deux mois !

Autres factures :

  • 2021 : cordées de la réussite : mise en réseaux d’établissements secondaires avec des établissements supérieurs de prestige : 10 millions d’euros,
  • 2019-2022 : cités éducatives : 230 millions d’euros,
  • 2020 : dispositif « vacances apprenantes : 800 000 millions d’euros,
  • 2020-2021 : Campus des métiers : 160 millions d’euros,
  • 2021 : bourses : 812 millions d’euros,
  • 2021 : passeport : 100 millions d’euros,
  • 2021 : allocation de rentrée scolaire : 590 millions d’euros,

soit au total et sans compter les autres dépenses courantes, plus de 4,5 milliards d’euros !

Quand on aime, on ne compte pas !

Tout cela en vertu du communautarisme institutionnalisé de Blanquer en faveur des élèves issus de l’immigration et ce n’est malheureusement pas exhaustif *.

De plus, Blanquer a laissé s’ouvrir des écoles coraniques où il serait intéressant qu’il nous apporte la preuve que les « valeurs de la république – surtout celles retenues par le gouvernement ! – non seulement sont respectées, mais enseignées !

Les écoles hors-contrat attaquées par Jean-Michel Blanquer

Combat contre le « communautarisme » français

En réalité, le seul communautarisme – ou prétendu tel par lui-même – qu’il a combattu est celui des écoles hors contrat destinées à nos enfants – car ce qu’il combat plus que tout, c’est l’excellence de l’École destinée à nos enfants dans la mesure où la grande majorité des écoles hors contrat sont des écoles d’excellence et assurent la pérennité de la culture française.

Le crime le plus odieux pour Blanquer et Macron ? Le communautarisme français !

Et gageons que nous ne sommes pas « sortis de l’auberge » ! La nomination de Pap N’Diaye n’est assurément pas faite pour cela !

Claude Meunier-Berthelot
19/06/2022

* cf. « Cette révolution scolaire qui tue la France » 80 pages – 11.50E – Editions des trianons – 2ème trimestre 2022 – en vente dans toutes les librairies

Claude Meunier-Berthelot
La boutique en ligne de l'Institut Iliade

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Immigration dans l’UE en 2021 : plus de demandes d’asile, moins d’expulsions

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Eurostat, le service...

Les extra-européens sont-ils surreprésentés dans la pub ? [Vidéo]

Par Nicolas Faure, animateur du média Sunrise ♦ Les extra-européens sont-ils surreprésentés...

Pap Ndiaye à l’Éducation nationale : déconstruction et hypocrisie

Par Claude Meunier-Berthelot, enseignante, essayiste ♦ La nomination de Pap Ndiaye à la...

Jean-Yves Le Gallou : « L’immigration pèse aussi sur le pouvoir d’achat ! » [Entretien]

Entretien avec Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia, à Breizh-Info ♦ En...

Parcoursup, machine à casser l’excellence… et à favoriser la Grand Remplacement ?

Par Claude Meunier-Berthelot, enseignante, essayiste ♦ Depuis 2008, prétendument « pour...

Pouvoir d’achat : la grande arnaque ? – Par Jean-Yves Le Gallou

Par Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia ♦ « Demain on rase gratis » : la...

Immigration clandestine : répartir ou renvoyer les migrants ? L’heure des choix

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Comment faire face à...

Ukraine : bienvenue dans le monde réel !

Par Michel Geoffroy, auteur de : Le Crépuscule des Lumières, Immigration de masse. L’assimilation...

Politique. Vers une coalition des vaincus autour de Macron

Par Pierre Boisguilbert ♦ On sait maintenant ce que le président Macron veut dire quand il...

L’expansion chinoise, enjeu géopolitique majeur

Par Johan Hardoy ♦ Docteur en histoire et diplômé de l'Institut d'études politiques de...