Articles

Hollande Sarkozy

Présidentielle 2017 : enjeu économique ou enjeu identitaire ?

Print Friendly

Jean-Yves Le Gallou, homme politique, écrivain, essayiste

♦ Les tenants du Système s’inquiètent : le peuple leur échappe. Les champions du pouvoir, Hollande à gauche, Sarkozy à droite, sont démonétisés. La conclusion des oligarques dirigeants est simple : pour que rien ne bouge sur le fond, changeons les têtes. D’où les campagnes médiatiques sur le nécessaire renouvellement de la classe politique. Les tireurs de ficelle ont choisi leurs nouvelles marionnettes.

Contrôlée par l’oligarchie d’affaires et bancaire, l’oligarchie médiatique promeut deux candidats pour 2017. Comme des lessives ou plutôt comme des produits de luxe. Rive droite (si l’on ose dire) le fringant Alain Juppé, candidat des Etats-Unis d’Amérique. Rive gauche, toujours si l’on ose dire, le sémillant Emmanuel Macron, le héros de l’économie, l’homme qui a permis à LVMH d’ouvrir ses magasins le dimanche et aux transporteurs routiers d’assurer la liaison Lyon/Grenoble en autocar. Voilà qui fait rêver le MEDEF : Macron, un Juppé jeune, à la barbe de trois jours, passé par la banque Rothschild.


Juppé pour la rive droite et Macron pour la rive gauche

Juppé pour la rive droite et Macron pour la rive gauche

Électoralement, le Système est fort sur l’économie ; l’identité est son point aveugle

La campagne de promotion de Macron est admirable. Dans Le Figaro Serge Dassault dessine son portrait en creux. Le Point lui consacre une  « une » au titre éloquent : « Pourquoi pas lui ? » et un sous-titre surréaliste « L’homme qui veut casser le système ». Pas mal pour un inspecteur des finances passé par une banque d’affaires… Propriété de Niel, Bergé, Pigasse (de la banque Lazard), Le Monde lui consacre les trois quarts d’une première page avec une photo majorative et cette affirmation : « Terrorisme, populisme, la réponse est économique ». Il y a de quoi se pincer en lisant cela. Et pourtant c’est vrai ! Non pas que l’économie puisse apporter des solutions aux questions identitaires et sécuritaires, mais parce que l’économie est l’atout électoral du Système.

Oui, l’économie est l’atout électoral du Système malgré 6 millions de chômeurs et plus de 2000 milliards de dette. Car pour le moment chaque Français (sauf les SDF qui ne votent pas) vit matériellement bien : les retraites sont payées, les prestations sociales sont versées, les allocations chômage sont maintenues, les dépenses de maladie et d’hospitalisation sont prises en charge, les logements sont chauffés. Toute idée de changement économique inquiète donc l’opinion qui voit ce qu’elle pourrait y perdre et qui souhaite que la situation actuelle (malgré les déficits) dure le plus longtemps possible : encore un instant, Monsieur le bourreau ! D’où les résultats électoraux dérisoires du Front de gauche et l’utilisation par la classe politico-médiatique du programme économique du Front national comme épouvantail.

Electoralement, le FN est fort sur l’identité, vulnérable sur l’économie

Le Front national est dans une situation symétrique par rapport au Système : le Système est électoralement fort sur l’économie, faible, pour ne pas dire inexistant, sur l’identité. Le Front national est électoralement fort sur l’identité et faible sur l’économie. Et ce n’est pas nouveau ! C’est sur l’immigration et l’insécurité (qui n’est qu’une conséquence de l’immigration) que le FN a constitué son socle électoral. C’est encore ce qui lui permet de progresser aujourd’hui : la poussée du FN aux élections régionales de décembre 2015 s’explique par l’invasion migratoire de l’Europe de la même façon que les récentes progressions électorales de l’UDC suisse, du FPOË autrichien et du parti polonais Droit & Justice. Revenons en France, selon l’IFOP, 62% des électeurs estimaient que « la question des migrants comptait assez ou beaucoup » pour les régionales. Ils sont 80% à le penser pour la présidentielle.

A contrario le FN a toujours été plombé par son discours économique. Dans les années 1980/1990 ses aspects les plus libéraux ont été utilisés comme repoussoirs par les partis de gauche pour garder leurs ouailles. Et le virage chevènementiste des années 2010 est instrumentalisé aujourd’hui par Les Républicains pour retenir leurs électeurs : l’obsession anti-euro et le « poujadisme de gauche », selon la méchante expression de Denis Tillinac, sont utilisés pour faire peur aux retraités et aux classes moyennes qui forment les gros bataillons des électeurs qui se déplacent pour voter. Notons-le : dans un match médiatique face à Manuel Valls sur l’immigration Florian Philippot a marqué des points ; mais dans un duel d’énarques sur l’économie Macron a très largement dominé le vice-président du Front national.

Imposer la bataille électorale sur son terrain

A partir de là, le scénario de l’élection présidentielle de 2017 se dessine. Chaque camp doit chercher à imposer la bataille sur son terrain. L’intérêt des oligarques financiers et médiatiques est, sauf catastrophe systémique évidemment, de placer les questions économiques sur le devant de la scène. A contrario l’intérêt de Marine Le Pen est de porter haut la question identitaire : en premier lieu, bien sûr, l’immense problème de l’immigration et du Grand Remplacement et leurs conséquences sur la sécurité ; mais aussi la question scolaire qui va bien au-delà du simple radotage sur le retour à l’école de la République ; mais encore la défense du patrimoine, de la culture, du beau, des paysages : c’est dans ses hauts lieux que vibre l’âme de la France. Voilà des terrains où Marine Le Pen ne risque guère de rencontrer la concurrence de ces monstres froids que sont Juppé et Macron !

La fierté française, moteur économique ?

Est-ce à dire que Marine Le Pen est totalement désarmée sur l’économie ? Non.

Une première remarque : Macron et Juppé sont les chouchous des milieux d’affaires mais, côté maîtrise des déficits publics, ce sont de grands diseurs mais de petits faiseurs : comme premier ministre ou ministre, secrétaire général de l’Elysée ou ministre, ils ont à leur actif (à leur passif, plutôt…) le quart des 2100 milliards de dette française : excusez du peu ! Alors que les élus FN, maires de 1995 ou de 2014, conseillers municipaux ou régionaux depuis toujours, ont méthodiquement lutté contre l’excès fiscal et l’augmentation des dépenses publiques.

Une deuxième remarque : la cause majeure des déficits français, c’est le coût de l’immigration : entre 65 et 85 milliards par an ; 1 à 2 milliards supplémentaires sur le seul budget de l’Etat en 2016. Ce n’est pas tout : l’immigration est une source majeure de chômage et de tiers-mondisation de l’économie.

Enfin, et c’est peut-être l’essentiel : il y a des aspects psychologiques dans le développement économique, et les anticipations des Français seraient meilleures s’ils retrouvaient la confiance dans leur pays et la fierté d’être eux-mêmes.

La stratégie du redressement national

Il y a là un axe stratégique du redressement national. Tout ne sera pas possible immédiatement. Mais l’arrêt absolu de toute immigration nouvelle et le début de la reconstruction identitaire sont les préalables au redressement économique et au rétablissement de l’indépendance monétaire.

C’est sur l’identité et l’immigration que le soutien de l’opinion sera le plus fort. C’est là que la France pourra aussi trouver le plus de soutiens extérieurs : auprès des gouvernements du centre de l’Europe (groupe de Višegrad) et des opinions publiques de l’Ouest.

Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Politiquement, le moteur identitaire a beaucoup plus d’importance que le voile monétaire. Historiquement, ce qui est en cause c’est beaucoup plus qu’une monnaie : c’est la défense d’un peuple et de sa civilisation.

Jean-Yves Le Gallou
18/01/2016

Images : Sarkozy / Hollande et Juppé / Macron

 

 

 

 

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou, ENA, inspecteur général de l’administration (ER), ancien député européen est le président de Polémia. Essayiste il a publié de nombreux ouvrages dont « La Tyrannie médiatique » et « Immigration : la catastrophe, que faire ? ». Jean-Yves Le Gallou présente chaque semaine sur TVlibertés i-média, émission d’analyse critique des médias.
Jean-Yves Le Gallou

Les derniers articles par Jean-Yves Le Gallou (tout voir)