Articles

« Le Monde » ? Une tyrannie médiatique illégitime !

« Le Monde » ? Une tyrannie médiatique illégitime !

Print Friendly

Il aura fallu deux cents ans pour imposer la liberté de la presse, il faut maintenant se battre contre la presse pour être libre »
Jacques Muglioni.

Plus de deux semaines après sa sortie en librairie et sa critique dans la Lettre de Polémia du 28 février, l’ouvrage de Pierre Péan et Philippe Cohen « La face cachée du Monde : du contre pouvoir aux abus de pouvoir » continue de secouer la classe dirigeante française.
C’est un livre qu’il faut lire : non seulement parce qu’il est réjouissant, mais surtout parce qu’il frappe au cœur la tyrannie médiatique.


Une lecture bien réjouissante…

D’abord un fait drôle : pour la première fois de son histoire, Le Monde a longuement parlé des auteurs qui l’ont critiqué dans les années 1950 et 1990, Jean Madiran en particulier avec « Le Monde et ses faux », et dans les années 1970, Michel Legris notamment avec « Le Monde tel qu’il est ».

L’idée que veut faire ainsi passer la direction du Monde, c’est que la critique de Péan et Cohen n’est en rien nouvelle et que Le Monde a toujours été attaqué.

Il est exact qu’une partie du diagnostic a déjà été fort bien fait sur « Plenel, chef de la police de la pensée » (p.367 à propos du Kosovo), sur « la police littéraire ou le Monde des Livres » (chapitre 16), sur « la philosophie qui consiste à offrir au lecteur un prêt à penser » (p. 443) ou la définition du Monde « comme organe de pensée par procuration » (p. 443), sur « la machinerie d’Edwy Plenel » (chapitre 10) et le « trotskysme culturel » incarné notamment par Francis Bonnet chef de la séquence internationale, Laurent Mauduit chef de la séquence entreprise, Serge Bolloc’h, chef de la séquence sport sans parler de la déléguée CFDT, Sylvia Zappi ni du syndicat LCR des correcteurs…

De même la critique de la « dénonciation à sens unique » (p. 18) et du « prosélytisme de la morale asymétrique » (p. 124) n’est pas nouvelle.
Et il n’a pas été nécessaire d’attendre les guerres du Kosovo ou de Tchéchénie pour voir « Le Monde adopter une posture qui écrase l’information et la formation historique : il s’agit de dénoncer « l’injustifiable » au nom d’un point de vue moral » (p. 450).

Il n’est pas davantage surprenant de voir constaté que « Le Monde a beaucoup perdu de sa dimension internationale en adoptant le point de vue des droits de l’homme. Un correspondant en Chine qui se contente de ce prisme-là ne comprendra rien à ce qui se passe dans le pays. Entre autres parce qu’il s’isole forcément de ses sources » (p. 450, les auteurs citant Jean Michel Quatrepoint).

Quant aux campagnes d’orchestration et de diabolisation, elles ne sont pas nouvelles elles non plus.
La technique en a été rôdée dans les années 70 avec la campagne sur la « Nouvelle droite » lancée à l’époque par Alain Rollat, l’un des hommes-clé du « nouveau Monde ».
Mais force est de constater que ces campagnes ont encore gagné en force et en virulence depuis…

Il faut citer ici une partie de l’introduction (p. 19) : « Assuré de son invulnérabilité, Plenel peut orchestrer, comme le faisait la Ligue Communiste Révolutionnaire dans les années 1970, de véritables campagnes d’opinion et susciter parallèlement, de par ses relations, « des reprises radio et télé » qui étayent et crédibilisent davantage encore l’intervention du « Monde ». Comme on avance ses régiments en bon ordre de bataille, le directeur de la rédaction du « Monde » fait alterner les manipulations politiques – affaire Schuller-Maréchal, outing de Jospin etc. -, les offensives idéologiques – la repentance nécessaire, la torture en Algérie -, les fatwas affairistes – Lagardère, « qui veut la peau de Messier ? » -, ou culturelles – la « France moisie », l’affaire Renaud Camus, les nouveaux réactionnaires, etc… ».

Une tyrannie médiatique bien inquiétante

C’est ici malgré tout qu’on mesure la différence entre « l’ancien Monde » et le « nouveau ». Le Monde de Beuve-Méry avait des partis pris (neutraliste, anti-colonialiste), tout comme celui de Jacques Fauvet ou d’André Laurens (favorable à l’Union de la gauche, post-soixante-huitard), mais il restait principalement sur le terrain du commentaire et de la critique morale.
Symptomatiquement, Hubert Beuve-Méry signait ses éditoriaux du nom de « Sirius », manière de montrer qu’il prenait du champ par rapport à l’événement.
Ses successeurs, eux, le fabriquent.
C’est Plenel qui s’exprime fièrement lors de la chute d’Hernu en septembre 1985, en conclusion de l’affaire du Raimbow Warror : « j’ai créé l’événement ». Le Monde a affirmé depuis son pouvoir de faire et défaire les ministres, de construire ou de détruire leur notoriété en jouant notamment sur les campagnes menées sur les « affaires » par le « journaliste d’investigation ».

N’en déplaise aux naïfs, il n’est pas sûr que la moralité publique y ait gagné : il est certain en revanche que la dépendance du pouvoir élu démocratiquement sur le pouvoir autoproclamé des médias en a été accru.
De même, les juges et les parquets sont peut-être plus indépendants du pouvoir politique, mais ils sont devenus les exécutants souvent serviles du pouvoir médiatique capable de propulser un juge sous les rampes des médias et de sortir une « affaire » de l’ombre. Mais pourquoi celle-là plutôt qu’une autre ? Là encore, la moralité y a-t-elle gagné quand les juges monnayent ensuite une notoriété acquise en violant le secret de l’instruction contre des brillantes promotions, des mandats parlementaires, des droits d’auteurs… ou des piges de formation au profit des chefs d’entreprises risquant des mises en examen ?

La sujétion des policiers, des juges et des élus au pouvoir médiatique est une formidable régression démocratique.
C’est pourtant ce que fait « la direction du Monde (qui) semble rêver à un objectif stratégique : contrôler par intimidation, alliance ou vassalisation les instances de contrôle de la société : tous flics, juges, médiacrates doivent entrer dans la toile d’araignée du titre mondien » (p. 608).

Ce rôle « d’hypermédia » du Monde (p. 609) est rendu possible par le fait que la troïka qui le dirige, le « Rastignac Corse assoiffé de pouvoir » (Colombani), le « petit prince mondialiste et affairiste » (Minc) et le « Commandante Plenel » (p. 462) cherche moins à commenter l’actualité qu’à la fabriquer.

Dans le chapitre 19 « Ils n’aiment pas la France », Péan et Cohen soulignent ainsi les changements de méthodes et de pratiques éditoriales du « Monde » : « Contre vents et marées, s’il le fallait, Le Monde sélectionnait dans sa « une » les quatre ou cinq évènements qui lui paraissaient le plus important dans l’actualité du jour » (p. 440). Or, et c’est un changement majeur aujourd’hui, « deux, trois, quatre fois par semaine, Le Monde, consacre sa « une » à une actualité qu’il a lui-même forgée à partir d’un livre dont il publie les bonnes feuilles, ou d’une enquête entamée voici plusieurs semaines, ou d’une prise de position du Monde habilement mise en scène » (p. 440).

« Scénarisation », « feuilletonisation » et « peopolisation »

Et c’est ainsi qu’on assiste a une « scénarisation », à une « feuilletonisation » des évènements de la vie publique, renforcées par la tendance générale à la « peopolisation », touchant tous les journaux d’ailleurs, le patron du Nouvel Observateur, Laurent Joffin, reconnaissant que son hebdomadaire est devenu un « Gala pour riches »…

Bien sûr, cette scénarisation , cette feuilletonisation et cette peopolisation de l’actualité ont des conséquences : elles contribuent à l’affaiblissement de l’esprit critique et permettent toutes les manipulations.

Le Monde, véritable hypermedia qui se veut « le référent de l’ensemble de la classe journalistique » (p. 454), devient un véritable metteur en scène. En dénonçant cela, le livre de Péan et Cohen est salutaire : son éditeur Claude Durant, le courageux patron des éditions Fayard, en a rappelé l’objectif dans l’hebdomadaire Le Point : « donner un coup d’arrêt au pouvoir que s’arrogent les journalistes et à la constitution d’un groupe de presse d’opinion expansionniste ».

Le chapitre de conclusion du livre est d’ailleurs aussi clair.
Intitulé « le cordon sanitaire », il s’ouvre par une citation de Jacques Muglioni : « il aura fallu deux cents ans pour imposer la liberté de la presse, il faut maintenant se battre contre la presse pour être libre » (p. 597).

Vers des poursuites judiciaires contre Colombani-Plenel-Minc ?

Le livre de Péan et Cohen conduit à poser une dernière question.

Au cours des vingt dernières années, la vie politique a été judiciarisée : des propos ont été condamnés, des faits (significatifs ou négligeables) ont été poursuivis et parfois condamnés (généralement les moins importants !).

Le tandem Presse/Justice s’est arrogé le droit de faire et défaire les gouvernements puisqu’une « jurisprudence » imposée par Le Monde a voulu qu’un ministre mis en examen démissionne.

Que va-t-il se passer avec le livre de Péan et Cohen ?

Le Monde a annoncé des poursuites contre certains extraits jugés diffamatoires.

Mais certains faits révélés par « la face cachée du Monde » – et pas vraiment démentis par ses dirigeants – pourraient eux aussi être constitutifs de délits :
– d’abus de bien sociaux (publicité de complaisance, relations avec les N.M.P.P),
– voire de corruption (lobbying – voire trafic d’influence) au profit des N.M.P.P, le tout aux frais du contribuable.

Les questions qui se posent désormais sont les suivantes : le Parquet de la République va-t-il ouvrir une enquête préliminaire ou nommer un juge d’instruction ? Et si l’enquête ou l’instruction débouchent sur des mises en examen, Jean-Marie Colombani, Alain Minc et Edwy Plenel démissionneront-ils de leurs fonctions ?

Les histoires d’arroseur arrosé font toujours rire !
De l’au-delà, les Frères Lumière diabolisés par Le Monde, cinquante ans après leur mort, doivent beaucoup s’en amuser !
Nous aussi.

Jean-Yves Le Gallou
© POLEMIA
11/03/2003