Articles

Un President

Hollande dit tout bas ce que le FN officiel ne dit plus tout haut

Print Friendly

Guillaume Benec’h, enseignant à la retraite, chroniqueur indépendant

♦ Le président Hollande, pour couronner ses derniers mois de mandat, bien que l’on ne sache pas son objectif exact, aurait jugé utile de présenter aux Français un livre de confidences.

Sorti le 13 octobre, Un président ne devrait pas dire ça n’a pas perdu de temps pour provoquer des foules de polémiques allant de la consternation dans son propre camp aux attaques émanant de la droite.


L’auteur semble être le premier surpris des nombreuses réactions venant notamment de la gente gouvernementale et parlementaire et il faut reconnaître que les confidences du président sont inattendues.

A la lecture d’un court ensemble de citations mises dans la bouche de François Hollande, il y a de quoi avoir le souffle coupé. C’est une suite d’aphorismes qui vont à l’encontre de ce qui a pu être sa ligne de conduite politique. C’est à se demander quelles raisons l’ont poussé à agir tout autrement…

Quelques citations extraites du livre de François Hollande :

«Quand on lit Finkielkraut, Zemmour, Houellebecq, qu’est-ce que ça charrie ? Toujours la même chose : la chrétienté, l’histoire, l’identité face à un monde arabo-musulman qui vient… C’est ça qui fait que les gens basculent, ce n’est pas parce qu’ils ont perdu 3% de pouvoir d’achat – qu’ils n’ont pas perdu d’ailleurs ! – ou parce qu’ils sont chômeurs. Il y a des choses qui les taraudent, ils arrivent dans un train, ils voient des barbus, des gens qui lisent le Coran, des femmes voilées… »

L’intégration ?

« Il y a à la fois des choses qui marchent très bien et l’accumulation de bombes potentielles liées à une immigration qui continue. Parce que ça continue. »

Nadine Morano ?

« Je suis convaincu que, quand on interroge les Français, ils sont majoritairement sur sa position. (…) Ils pensent : “On est plutôt des Blancs, il y a plus de Blancs que d’autres”. »

L’équipe de France de football ?

Elle est en proie à une « communautarisation, une segmentation, une ethnicisation ».

Le seuil de tolérance ?

« Je pense qu’il y a trop d’arrivées, d’immigration qui ne devrait pas être là. » « C’est Sisyphe ! On les fait parler français, et puis arrive un autre groupe, et il faut tout recommencer. Ça ne s’arrête jamais (…). Donc, il faut à un moment que ça s’arrête. »

L’islam ?

« Qu’il y ait un problème avec l’islam, c’est vrai. Nul n’en doute. »

Le voile ?

« Un asservissement. »

Les migrants ?

« On ne peut pas continuer à avoir des migrants qui arrivent sans contrôle, dans le contexte en plus des attentats. »

La sécession des territoires ?

« Comment peut-on éviter la partition ? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition. »

Doit-on trouver dans ce livre un message de regrets, de conseils, d’excuses… ou plus simplement des confidences prononcées par un homme facétieux et quelque peu irrespectueux du peuple français ?

Guillaume Benec’h
15/10/2016

Guillaume Benec’h, chroniqueur indépendant.

Correspondance Polémia – 15/10/2016

Image : Un président ne devrait pas dire ça, de François Hollande