Articles

polemia-manuel-valls-laicite

Au secours les laïcs sont de retour !

Print Friendly

En proposant, au nom de la laïcité, l’interdiction du port du voile islamique dans l’espace public Marine Le Pen a surpris, voire choqué. Mais elle a ainsi souligné avec justesse l’échec de l’intégration, a fortiori de l’assimilation, d’une large partie des populations musulmanes présentes en France, y compris lorsqu’elles sont détentrices administratives de la nationalité française. Le propos peut aussi être interprété comme le refus d’une certaine forme de colonisation des esprits et des territoires par l’islam.


Le thème de la laïcité est revenu sur le devant de la scène. Tout le monde se veut laïc aujourd’hui et, à droite comme à gauche, affirme que la laïcité serait la bonne réponse à l’islamisme. Curieux voyage que celui de la sémantique politique !

L’origine de la laïcité

D’où vient en effet cette fameuse « laïcité » ?

De la volonté des républicains radicaux d’enraciner la République dans la réalité politique de la France après la défaite de 1870. Les républicains parviennent en effet au pouvoir en 1879 après la démission de Mac Mahon, dans une France majoritairement conservatrice et qui garde, en outre, un mauvais souvenir des deux républiques précédentes.

Pour renforcer leur emprise sur la société, les radicaux vont utiliser deux leviers principaux : la scolarité obligatoire des enfants, futurs électeurs, et la lutte contre l’influence sociale de l’Eglise catholique, jugée hostile aux Lumières. De là naîtra l’école publique non confessionnelle (laïque, justement) et la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Les deux sont liés d’autant que l’histoire enseignée par l’école laïque présente une lecture systématiquement peu favorable à l’Eglise catholique.

En d’autres termes, la laïcité est une arme de combat contre le catholicisme et contre la France conservatrice et cela malgré le ralliement des catholiques à la République recommandé par le pape Léon XIII dans son encyclique « Inter sollicitudines » de 1890.

Les mesures prises pour la séparation de l’Eglise et de l’Etat constituent donc une violence faite à la société d’alors, majoritairement catholique. Elles déclencheront d’ailleurs souvent de violentes réactions de la part des fidèles. Il y aura des morts, notamment lors des inventaires des biens du clergé, initié en 1906. La France sera désormais durablement coupée en deux : d’un côté les laïcs, de l’autre les bigots. On parle d’ailleurs encore significativement de « guerre scolaire » entre l’école publique et l’école libre.

Une première preuve du caractère apaisant de la laïcité !

Une curieuse philosophie

C’est que la laïcité n’est naturelle pour personne en Europe jusqu’au début du XXe siècle. D’ailleurs, la France est isolée sur ce plan jusqu’en 1914 : la plupart des régimes européens, qui sont au surplus en général des monarchies, entretiennent une relation étroite avec les Eglises nationales : ils ne sont nullement « laïcs ». Et, aux Etats-Unis, on prête toujours serment sur la Bible et l’on invoque Dieu à tout moment.

Les partisans de la laïcité affirment, en effet, que la religion ne devrait pas être une affaire publique mais seulement une question de conviction personnelle. Leur approche de la religion est donc individualiste : un comble puisque l’étymologie du mot religion évoque au contraire la notion de lien ; la religion c’est ce qui relie !

Cette théorie est en rupture aussi avec toute l’histoire et l’identité européennes. Car la fonction souveraine a toujours revêtu deux aspects chez nos ancêtres : une dimension politique et une dimension religieuse, c’est-à-dire transcendante.

Le roi, « oint du Seigneur », est sacré au terme d’une cérémonie religieuse, comme l’empereur. Le monarque possède d’ailleurs des pouvoirs religieux et thaumaturgiques qui lui sont propres. L’Eglise exerce aussi une fonction sociale et, encore sous l’Ancien Régime, une fonction politique propre. Si les domaines de l’Eglise et du Trône sont séparés fonctionnellement (la théorie des deux glaives), ils relèvent tous deux de la souveraineté : l’Eglise tempère le pouvoir et le pouvoir défend l’Eglise et protège le clergé (qui n’a pas le droit de prendre les armes). Et dans la tradition gallicane le roi exerce un pouvoir hiérarchique dans les nominations des prélats.

L’Etat sauvage : aucune spiritualité

En fait, le but réel des laïcs n’était pas tant de défendre la liberté de conscience en organisant la neutralité de l’Etat à l’égard des cultes, comme ils le disent, que de détruire le fondement transcendant – et en France le fondement catholique – de la souveraineté, puisque la source de la souveraineté ne résiderait désormais plus que dans les élections.

Mais ce faisant ils ont libéré le pouvoir de l’obligation de respecter les normes morales qu’incarnait la fonction sacerdotale. L’Etat laïc devient donc fatalement un Etat sauvage, libéré de toute contrainte morale et bientôt libéré même de l’obligation de respecter la volonté populaire, comme on le voit aujourd’hui. Nos modernes leaders « laïcs » se permettent donc des choses que n’auraient jamais imaginées les anciens princes. La morale n’est plus, en effet, qu’une simple « affaire personnelle ». C’est un second effet collatéral du sympathique esprit laïc.

Comme le déclarait, le 20 septembre dernier, le premier ministre J.-M. Ayrault à propos du mariage homosexuel : « Le mode de vie des Français ne peut être soumis à aucune spiritualité. » Aucune spiritualité, vous avez bien lu : c’est-à-dire l’homme horizontal, réduit à sa seule individualité, à ses seuls appétits, atome social que plus rien ne relie aux autres, sinon la télévision et la coupe du monde de football. Quel progrès humain, en effet !

La laïcité ne marche plus

La faiblesse de l’esprit « laïc » éclate, en outre, lorsqu’il se trouve confronté à l’islam. Car l’islam ignore justement la séparation du temporel et du spirituel. L’islam est donc une religion qui tend à changer l’ordre temporel : elle ne peut rester une simple « conviction personnelle » sans se renier. Ce qui signifie que le remède miracle de la laïcité ne peut plus fonctionner en présence de l’islam, comme l’illustre d’ailleurs l’évolution des pays musulmans et arabes.

L’affirmation de M. Ayrault sur la spiritualité est non seulement effrayante par ce qu’elle implique, elle est surtout fausse. Car le « mode de vie » des Français est bien en train de changer du fait de la « spiritualité » musulmane : il change dans les cantines qui ne servent plus de porc ; il change dans les écoles où l’on ne peut plus faire apprendre Le Cid aux élèves ; il change dans les hôpitaux où les femmes ne peuvent plus être soignées que par des médecins du même sexe.

Pourquoi le « remède » laïc ne marche-t-il plus ? Tout simplement parce qu’il ne visait que la religion catholique. Il s’est imposé, en outre, parce que le catholicisme était en phase déclinante en France. Mais face à un islam en phase dynamique, il en va tout autrement.

La langue des hypocrites

La laïcité n’est donc plus aujourd’hui qu’un mot trompeur. Ce que la novlangue officielle nomme laïcité désigne en fait la capitulation honteuse des pouvoirs publics face à l’islam : une capitulation d’autant plus méprisable qu’elle masque de sordides calculs politiciens.

Car ceux-là mêmes qui hier réclamaient la « neutralité » de l’Etat vis-à-vis des religions nous expliquent maintenant, et sans rire, que la laïcité, devenue « positive » entretemps, consisterait à encourager les religions à se manifester dans l’espace public. On avait sans doute dû mal comprendre la pensée d’E. Combes…

Selon eux, les collectivités devraient financer directement ou indirectement la construction de mosquées tandis qu’il faudrait reconnaître les usages, les fêtes musulmanes et former des imams. Et l’on voit les ministres fréquenter assidûment les mosquées ou les synagogues et courtiser les différentes « communautés » qui, parait-il, composent maintenant notre République une et indivisible ! Nos laïcs nous expliquent au surplus qu’il faudrait traiter sur le même plan toutes les religions : la majoritaire comme les minoritaires.

Nos bouffeurs de curés ont désormais les yeux de Chimène pour les pasteurs, les imams et les rabbins, et sans doute demain aussi pour les bonzes et les sorciers animistes.

Cela commence quand même par sérieusement indisposer les autochtones, qui n’ont pas le sentiment de faire l’objet de la même sollicitude.

Mon Dieu, protégez-nous de ces laïcs !

Michel Geoffroy 
30/09/2012

Image : Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a inauguré la Grande mosquée de Strasbourg, saluant l’émergence d’un “islam de France” qu’il a invité à mieux se structurer pour assurer le respect des valeurs de la République. (27/09/2012)