Articles

Aidez-nous à dévoiler les manipulations des médias Big Brother !

Aidez-nous à dévoiler les manipulations des médias Big Brother !

Print Friendly

Les Bobards d’Or 2015, 6e cérémonie, 10 mars 2015, Théâtre Adyar – 4 Square Rapp – 75007 Paris.

♦ Les journalistes français ne sont plus aujourd’hui un contre-pouvoir, comme ils aiment à le dire : ils ne sont plus que les valets du pouvoir, rampant à ses pieds et mettant ce qu’il leur reste de forces à son service.

Sur ordre, ils désinforment, mentent, manipulent, trichent, pour accélérer la chute de notre civilisation.


Une lettre de Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia et initiateur des Bobards d'or

Une lettre de Jean-Yves Le Gallou, président créateur de la fondation Polémia et auteur des Bobards d’or

Au matin du 10 janvier 2015, la France se réveille sous le choc, sonnée par trois jours de cauchemar qui ont coûté la vie à dix-sept personnes. Dix-sept victimes du fanatisme islamique: le chiffre peut paraître dérisoire à côté des centaines de morts que cette barbarie fait chaque mois autour du globe, que ce soit en Irak, en Syrie ou au Nigéria.

 Mais cette fois-ci, les victimes sont des Français, tombés sous les balles dans les rues de notre capitale, presque sous nos fenêtres.

Immédiatement, le slogan « Je suis Charlie » fleurit, d’abord sur les réseaux sociaux, puis sur les vitres des maisons et des voitures et même sur les façades de certains bâtiments publics.

Pour la plupart des Français qui l’arborent, c’est un simple geste de sympathie, de compassion pour les dix-sept victimes et leurs proches. Un geste posé sous le choc, parce qu’on ne savait pas quoi faire d’autre.

 Les médias se relèveront très rapidement de ce choc terrible. Aux ordres du pouvoir et de l’esprit du temps, ils ont très vite compris qu’ils pouvaient récupérer cette affaire – et ce slogan – et en tirer avantage.

Vous pensez que j’exagère ? Permettez-moi de vous détailler le déroulement de cette gigantesque manipulation.

«Je suis Charlie», c’est une affirmation individuelle : celui qui le dit, qui le partage sur un réseau social ou qui l’affiche à sa fenêtre pose un acte qui n’engage que lui.

 Mais en quelques jours, sous la plume des journalistes-militants, « Je suis Charlie » s’est transformé en «Nous sommes tous Charlie». Vous voyez bien la différence :

 «Nous sommes tous Charlie», c’est une injonction, un ordre: chacun est sommé de se sentir « Charlie », sous peine d’être immédiatement exclu de la communauté nationale.

La manipulation pouvait commencer.

Nous sommes tous des Charlie.

La France entière pleure soudain ces militants d’extrême-gauche qui la détestaient et qui travaillaient à sa perte, et s’identifie à ce qui se fait de plus bas et vulgaire, quand elle devrait pour se sauver retrouver le goût du beau.

Nous sommes tous des Charlie.

Sidérés par l’émotion, les Français ont été poussés à se rassembler autour de leurs dirigeants, politiques ou médiatiques… qui sont pourtant les premiers responsables de la situation qui a mené à ce massacre.

 Nous sommes tous des Charlie.

Aveuglés par les larmes qu’ils sont sommés de verser sur « les valeurs Républicaines touchées au cœur », les Français ne peuvent pas voir que ces attaques sont une étape de plus dans la guerre qui a été déclarée à notre civilisation. Les médias ont d’ailleurs longtemps essayé de cacher l’appartenance à l’islam des tueurs.

 Nous sommes tous des Charlie.

Les manifestants du 11 janvier croyaient marcher pour défendre la liberté d’expression, sans voir que la Presse, pour qui ils réclamaient la liberté de tout dire, est en fait la meilleure milice de la pensée qui soit : ce sont eux qui décident aujourd’hui ce qu’on a le droit de penser et ce qui est « nauséabond », interdisant de parole quiconque ne partage pas leur credo déconstructiviste.

 Cette milice est par ailleurs payée avec l’argent des Français : ces trois dernières années, la Presse leur a coûté plus de

Le rejet de "l'amalgame" est un outil formidable : il pousse chacun à s'autocensurer et à s'interdire toute réflexion globale.

Le rejet de “l’amalgame” est un outil formidable : il pousse chacun à s’autocensurer et à s’interdire toute réflexion globale.

cinq milliards d’euros. On comprend mieux l’empressement des journalistes à servir le pouvoir : c’est lui qui les nourrit.

Ces manipulations, la plupart des Français n’ont pas su les voir. La violence du choc puis le travail de sape de la Presse leur ont fait oublier la méfiance qu’ils ressentent pourtant de plus en plus vis-à- vis des médias.

Il va falloir frapper fort pour ramener les Français à la raison : avec votre aide, c’est ce que nous allons faire !

Chaque année depuis six ans maintenant, nous organisons une grande soirée de remise des Bobards d’or, des prix récompensant les plus grosses manipulations orchestrées par les médias lors de l’année passée.

Cette grande soirée placée sous le signe de l’humour nous permet de dénoncer les mensonges des médias et de saper la crédibilité des médias du système auprès d’un nombre toujours plus important de Français.

Cette année encore, nous remettrons plusieurs prix, dans différentes catégories permettant de traiter toutes les méthodes de manipulation utilisées par la presse.

Avec cette année une nouveauté de taille : le Bobard AFP viendra couronner le plus beau mensonge du véritable robinet à propagande qu’est devenue cette célèbre agence de presse… avec vos impôts, puisque la subvention de l’Etat à l’AFP sera de 123 millions d’euros en 2015.

• Sera-ce la reductio ad Hitlerum dont Jean-Paul Gourevitch a été victime à l’occasion de la sortie de son livre Les Migrations pour les Nuls ? Son tort: avoir été «cité par l’extrême droite»…

• Ou plutot les difficultés arithmétiques des agenciers qui ont couvert les réunions des Veilleurs toute l’année ? Chiffres faux, informations erronées… Les agenciers de l’AFP ne devaient pas être très éveillés.

• A moins que vous décidiez de voter pour «l’affaire James Foley», ce malheureux journaliste que l’AFP affirmait être détenu par Bachar el Assad alors même qu’il était égorgé par l’Etat islamique en Syrie. Quand les journalistes poussent l’abjection jusqu’à utiliser l’enlèvement d’un des leurs pour servir leur propagande de guerre…

Une propagande menée avec l’argent de nos impôts.

Les statuettes des Bobards qui sont remises au vainqueur de chaque catégorie. Etrangement, aucun gagnant n'est jamais venu récupérer son trophée à ce jour…

Les statuettes des Bobards qui sont remises au vainqueur de chaque catégorie. Etrangement, aucun gagnant n’est jamais venu récupérer son trophée à ce jour…

 Le Bobard du Vivre-Ensemble, un de nos grands classiques, promet aussi bien des réjouissances sur le thème de «l’immigration chance pour la France» et de la société-multiculturelle-heureuse-où-tout-va-bien. Qui emportera le Bisounours d’Or ?

 • L’Humanité, qui nous donne six « preuves » des bienfaits de l’ouverture des frontières, en profitant des quatre millions d’euros de dette annulée par l’État en 2013 et des subventions gigantesques qui seules gardent le journal vivant ?

• France 2, qui utilise les 136 € de la redevance télévisuelle que vous lui versez pour vous infliger un reportage de John Paul Le Pers destiné à «déconstruire les préjugés» liant immigration et délinquance… au mépris de la vérité ?

• L’ensemble des médias français pour leur pudeur vis-à-vis du sondage ICM, largement relayé dans les médias anglo-saxons, qui indique que 15 % des sondés avaient une opinion favorable de l’État Islamique ?

• Ou enfin le traitement médiatique réservé à Éric Zemmour suite à sa recommandation – inventée de toutes pièces – de déporter les musulmans de France ? Ce mensonge a été repris par tous les journaux de France, en dépit de la mise au point du journaliste italien ayant mené l’interview incriminé, qui a bien précisé que les propos prêtés au polémiste n’avaient pas été prononcés…

La compétition s’annonce tout aussi serrée dans les autres catégories que nous avons préparées : Bobard Balalaïka, Bob’Art contemporain, Kapo d’or, Charlot d’Or, prix Bruno Roger-Petit du journalisme de qualité, etc.

Pour que cette soirée soit le grand succès dont les Français ont besoin pour se libérer du joug des médias propagandistes, j’ai besoin de votre soutien. Permettez-moi de vous expliquer comment vous pouvez nous aider.

Affiche de la cérémonie de 2015.

Affiche de la cérémonie de 2015.

La soirée des Bobards d’or est une soirée conviviale et bon enfant, où l’on dévoile et dénonce tout en s’amusant. Elle n’en est pas moins organisée de façon professionnelle, avec un soin méticuleux. L’équipe de Polémia la prépare depuis de nombreux mois déjà.

Ce professionnalisme fait que l’affluence est chaque année plus importante. L’an dernier, nous avons hélas du refuser du monde: la salle était tellement pleine que beaucoup de spectateurs étaient assis par terre ou debout le long des murs!

Pour éviter cela, nous avons réservé cette année le théâtre Adyar: un lieu plus grand et plus beau, pour vous accueillir dans des conditions optimales ! Cette année encore, nous rediffuserons la soirée en direct sur Internet, afin qu’un maximum de Français puissent la suivre.

Vous vous en doutez, louer une salle et l’équiper pour une soirée coûte cher ; et assurer une diffusion en direct sur Internet également. C’est pour ça que nous faisons appel à votre aide: pour nous aider à faire de cette soirée un moment inoubliable!

Aidez-moi à rendre aux journalistes-propagandistes la monnaie de leur pièce.

Aidez-moi à ce que cette soirée atteigne son double objectif : d’un côté informer les Français sur la façon dont les médias leur mentent, de l’autre faire savoir aux journalistes que nous les avons à l’œil et qu’ils ne peuvent plus mentir impunément.

Pour cela, il faut que la soirée soit belle, que la salle soit remplie, que la rediffusion Internet soit de qualité.

Sans vous, sans votre soutien, nous ne pourrons pas organiser une soirée à la hauteur de l’événement. Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre la belle dynamique qui nous fait connaître dans des cercles de plus en plus larges : nous devons faire plus grand, plus beau et encore mieux diffusé que l’an passe ́!

Je compte sur vous !

Un jour, les Français que vous aurez participé à libérer de l’emprise des médias vous remercieront !

Jean-Yves Le Gallou
Président de Polémia
Février/Mars 2015

PS.1: N’oubliez pas, votre don est déductible à 66 % : pour 100 € donnés à Polémia, vous économiserez 66 € sur vos impôts. 66 € que l’État ne pourra donc pas reverser à ces médias qui nous enfument!

Merci d’envoyer vos dons, sous forme de chèque bancaire, à Polémia, 60 ter rue Jean-Jacques Rousseau 92500 Rueil-Malmaison

PS.2 : Pour toute question, contactez-nous par courrier à notre adresse ci-dessus ou par courriel : mailto:polemia1@gmail.com

Et retrouvez tous les détails sur notre site Internet à l’adresse suivante: http://www.bobards-dor.fr

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou, ENA, inspecteur général de l’administration (ER), ancien député européen est le président de Polémia. Essayiste il a publié de nombreux ouvrages dont « La Tyrannie médiatique » et « Immigration : la catastrophe, que faire ? ». Jean-Yves Le Gallou présente chaque semaine sur TVlibertés i-média, émission d’analyse critique des médias.
Jean-Yves Le Gallou

Les derniers articles par Jean-Yves Le Gallou (tout voir)