Articles

Les peuples européens face au coup d’Etat profond

Les peuples européens face au coup d’Etat profond

4ème Forum de la Dissidence le 17/11 à Paris : la billetterie est ouverte !

Par Jure Georges Vujic, écrivain franco-croate, politologue ♦ L’histoire politique est riche en coups d’Etat et en complots. Les exemples ne manquent pas : la conjuration de Catilina, le 18 brumaire, les coups d’État manqués de 1920 et 1923 en Allemagne (putsch de Kapp à Berlin et putsch de la Brasserie à Munich)  puis les nombreux putsch militaires réguliers en Afrique et en Asie… Et pourtant, si le coup d’Etat classique au sens Malaparteien du terme représente dans l’imaginaire collectif une technique de prise de pouvoir reléguée à la protohistoire totalitaire bolchevique ou fasciste, il semblerait néanmoins qu’à la lumière des derniers événements politiques en Italie que la démocratie libérale et parlementaire s’accoutume très bien des techniques douces et silencieuses de coup d’Etat.


Des coups d’Etat conservateurs

Mais ce qui différencie les coups d’Etats classiques du coup d’Etat profond dans les démocraties policées, c’est qu’il s’agit moins d’une technique de prise de pouvoir ou de renversement qu’un coup de force juridique, para-institutionnel des structures politico-financières de l’Etat profond dirigé contre la volonté souveraine des peuples des peuples européens et au détriment du verdict des urnes et des consultations référendaires dont l’issue serait contraire aux intérêts de l’oligarchie au pouvoir. Il s’agit ainsi d’une technique de coup d’Etat permanent, destinée à conserver, consolider  et reconduire le pouvoir  de la classe technocratique et financière tout en feignant de respecter les règles légales et démocratiques.

L’Italie, théâtre d’un coup d’Etat profond

Un scénario identique de coup d’Etat profond s’est déroulé en Italie lorsque l’idée d’un gouvernement d’union M5S-Ligue avait été  sabotée par les structures politico-financières de l’Etat profond italien et bruxellois, à la suite du veto spectaculaire de Sergio Mattarella à la nomination à la tête du ministère de l’Économie et des Finances de Paolo Savona, un économiste qui considère l’euro comme « une prison allemande ». Ce sont les milieux financiers boursiers et les marchés financiers  qui jugeant le programme des deux alliés dangereux pour les comptes publics italiens,  ont fait pression sur la classe politique dans le sens de leurs intérêts oligarchiques. Finalement afin de sortir de cette crise politique, le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite) avaient repris les négociations et tentaient de relancer la formation d’un gouvernement d’union, sous l’œil vigilant du président de la République, qui exige des garanties sur le maintien dans l’euro.
La technocratie Bruxelleoise s’est fait championne en matière de piétinement  et d’annulation des référendums. Rappelons  aussi que,  le 6 avril 2016, les Néerlandais votaient nettement Non (à 61 %) à l’accord de « partenariat » – incluant un large volet de libre-échange – entre l’UE et l’Ukraine. Quatorze mois plus tard, le 31 mai 2017, presque deux tiers des sénateurs ont annulé ce résultat et ratifié le traité. Pire encore,  le parlement néerlandais a adopté  récemment un projet de loi qui prévoit la suppression du référendum consultatif.

Les oligarchies contre la volonté populaire

Au nom de l’idéologie de sécurité, de l’impératif de  stabilité  des marchés financiers, les oligarchies gouvernantes ont pris l’habitude et en toute impunité de  piétiner le verdict populaire quand celui-ci leur déplaît que l’on finit par ne plus être surpris, et sans grands secousses contestataires. S’appuyant sur le degré de passivité et de démobilisation des peuples, ce coup d’Etat permanent annonce une mort programmée de la démocratie directe et référendaire.

A terme, il s’agirait de remplacer la représentation et la légitimité  nationale issues des urnes  par l’infaillibilité  et le rôle éclairé de la classe technocratique, des financiers, des experts, et des juges en dépolitisant  le reste. Malaparte, dans La Technique du coup d’Etat, soulignait le rôle fondamental donné au « simulacre » dans la prise de pouvoir. En effet, si la plupart des constitutions des Etats européens prévoient la tenue d’élections parlementaires régulières ainsi que la possibilité de consultation populaire, elles ne constituent plus qu’un simulacre jouant le rôle de vernis de démocratique, mais dont l’issue et les résultats pourraient toujours être révisés, revus et corrigés par la classe dirigeante. Une fatalité qu’on s’inscrit petit à petit dans la mental des peuples européens, domestiqués et résignés.

De plus en plus, les Etats oligarchiques prennent la forme d’Etat exceptionnalistes au service de l’Etat profond et qui œuvrent à contre courant de la volonté populaire. Le système dominant se transforme alors en démocratie parricide puisqu’en ne respectant pas les résultats des consultations populaires, il se rend responsable du crime d’un des principaux ascendants de la démocratie directe qu’est le référendum.

Pourtant, il y a une contiguïté essentielle entre Etat d’exception et souveraineté politique dans une perspective Schmitienne, qui constitue le point de déséquilibre entre le droit public et le fait politique. Paradoxalement, le fait politique populaire corroboré par les élections  et les référendums qui désavouent la classe dirigeante, se situe aujourd’hui a la base, dans la volonté et la lucidité des peuples européens,  lesquels ne se reconnaissent plus  dans un droit public, constitutionnel du pays légal  le plus souvent dérogatoire et exceptionnaliste, qui ne colle plus aux  considérations du pays réel. Derrière  la facade de l’Etat de droit et le discours moralisateur droit de l’hommien, les structures de l’Etat profond gèrent et gouvernent par voie d’exception juridique, judiciaire, sans Etat d’exception explicite, tout bafouant toute forme de souveraineté politique populaire.

Le gouvernement par le coup d’Etat permanent

Il s’agit bien d’un désordre interne  revêtant la forme d’un  ordre établi dominant. « Le désordre étant le meilleur serviteur de l’ordre établi. » Le grand avantage de cette méthode de gouvernement par voie de coup d’Etat profond et permanent , c’est d’être suffisamment souple, hybride  et pragmatique pour absorber tous  les formes de déséquilibres, et de s’accommoder de toutes les métamorphoses sans  perdre le pouvoir.
En effet, ce système de gouvernance procède par voie de destruction créatrice, tout comme l’énonce Joseph Schumpeter – le théoricien de la dynamique du changement – dans Capitalisme, socialisme et démocratie, pour expliquer l’infini possibilité de transformation du système capitaliste et de la forme capitale.

Cette méthode permet de négocier ou de renégocier les résultats des élections et de combiner les coalitions variées tout comme l’on renégocie la dette du FMI,  par une sorte de  stand by arrangement sur les résultats et l’issue des élections. La gouvernance par la destruction créatrice s’apparente alors à une OPA électorale. Il s’agit aussi via les médias complaisants de faire croire à l’opinion publique que cet aggiornamento des élections est bien sûr fait pour le bien commun. La démocratie parricide renie ainsi ses fondements originaires que l’on nomme la sacro-sainte démocratie de marché. Une démocratie de marché de dupes, dans laquelle le résultat des urnes est raccommodé et renégocié, tout comme on négocie le prix des actions cotées en bourses, pourvu que le marché continue de fonctionner sans trop grandes perturbations.

Pour conclure, il serait utile de compléter la liste Malaparteienne dans La Technique du coup d’Etat, des modèles bolchéviques et fascistes de coup d’Etat en y ajoutant la méthodologie du coup d’Etat libéral démocratique qui s’apparente au coup d’Etat profond en tant que modèle contemporain de gouvernement technocratique.
Les peuples européens sont de plus en plus impuissants  face a cette pratique techno-tyrannique qui est le propre des démocraties oligarchiques.
En ce sens, souvenons nous de l’actualité frappante de la définition que donne Aristote dans Politique, de la tyrannie : « La perversion de ce régime tient aussi au fait que « la tyrannie cumule les vices de la démocratie et ceux de l’oligarchie », en raison de l’amour du tyran pour les richesses et de son hostilité à l’égard du peuple qu’il désarme et asservit… »

Jure Georges Vujic
23/06/2018

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Coup d’État des 18-19 brumaire an VIII — Le général Bonaparte au Conseil des Cinq-Cents. Domaine public, via Wikimedia Commons


4ème Forum de la Dissidence le 17/11 à Paris : la billetterie est ouverte !