Articles

Le patron de presse Mélenchon et la bérézina du Média

Le patron de presse Mélenchon et la bérézina du Média

Par Caroline Parmentier, journaliste à Présent ♦ Rien ne va plus au Média : voilà les donneurs de leçons qui allaient révolutionner la presse et montrer aux autres comment on faisait une télé « honnête » (et encore plus à gauche que la vraie télé) accusés des plus humiliants des méfaits capitalistes et bourgeois.


Leurs proclamations initiales l’annonçaient : « Nous appelons à soutenir la création d’un nouveau média fondamentalement alternatif par sa gouvernance, son modèle économique et son fonctionnement… une coopérative indépendante, pluraliste, humaniste et antiraciste, féministe, écologiste et progressiste. » Les patrons de presse « insoumis » n’ont rien d’insoumis patrons de presse et leur fameux « management de gauche » a fait ses preuves en seulement six mois : licenciements sauvages, intimidations, ruine, accusations d’avoir piqué dans la caisse, purge : les purs, les moins purs… Le tout sur fond de communautarisme et de racisme.

La nouvelle direction « formée de quatre Blancs, quinquagénaires » se plaint que cela pose un problème à certains de leurs collègues qui se « qualifient eux-mêmes de “racisés” » : « Cette expression est odieuse ! Au moment où le terme de race doit disparaître de la Constitution, ils le revendiquent comme une identité ! » La Société des journalistes (SDJ) dans un communiqué relayé par Aude Lancelin, la nouvelle patronne du Média, dénonce : « Nous aurions pu imaginer entendre cette position de la part d’un journaliste de Valeurs actuelles, pas du Média, ce qui nous choque terriblement. »

Sophia Chikirou, l’ex-dircom de Mélenchon, gestionnaire désastreuse, et Gérard Miller, l’insupportable psychanalyste d’extrême gauche, sont à couteaux tirés. C’est le grand déballage sur les réseaux sociaux. A l’image de ce tweet assassin : « Quand Mélenchon appelait “les gens” à donner de l’argent au Média, argent dont on sait maintenant qu’il a terminé en partie dans les poches de Chikirou qui se prétendait bénévole. » Le tout recouvert d’un discours de propagande pesant et vertueux.

Les derniers donateurs en ont fait une indigestion. La nouvelle web télé qui devait aller « de Philippe Poutou à Arnaud Montebourg en passant par Noël Mamère » (un casting sacrément alléchant !) avait été lancée en grande pompe et largement saluée en janvier dernier au nom du pluralisme. Le pluralisme n’est évidemment toléré que s’il est de gauche et d’extrême gauche, on aurait aimé que TV Libertés ait droit à une telle rampe de lancement. Malgré une grosse retape médiatique, le JT du Média avait du mal à décoller des 10 000 vues. A titre de comparaison, TV Libertés dépasse les 100 000 vues quotidiennes. Sans aucune publicité des confrères de la grosse presse.

Comme le fait très bien remarquer Contrepoints, « on ne remerciera jamais assez Jean-Luc Mélenchon de nous avoir montré aussi clairement ce que deviendrait la liberté de la presse, la liberté tout court, s’il devait jamais arriver au pouvoir. Une perspective que la terrifiante expérience du Média contribuera peut-être à écarter pour de bon ».

Caroline Parmentier
18/08/2018

Source : Présent, 18/08/2018

Crédit photo : Pierre-Selim [CC BY 3.0], via Wikimedia Commons


Événement le 2 octobre à Paris