Bobards d'Or 2022
Accueil | Politique | Marie-France Garaud : «Marine Le Pen a le sens de l’État»

Marie-France Garaud : «Marine Le Pen a le sens de l’État»

Marie-France Garaud : «Marine Le Pen a le sens de l’État»

par | 4 mai 2017 | Politique

Gaulliste historique, juriste de formation, ex-députée européenne non inscrite, Marie-France Garaud se qualifie de «solide citoyenne de la France».

♦ INFO LE FIGARO – Gaulliste historique, juriste de formation, ex-députée européenne non inscrite, Marie-France Garaud se qualifie de «solide citoyenne de la France». À dix jours de l’élection présidentielle, l’ex-conseillère de Georges Pompidou, estime que Marine Le Pen est la seule à pouvoir rendre à la France sa souveraineté. Elle explique pourquoi au Figaro.


LE FIGARO. – Quel est l’enjeu de cette présidentielle?

Marie-France GARAUD.

La souveraineté française. C’est-à-dire, notre liberté.

Comment jugez-vous les programmes des deux candidats?

J’ai le sentiment que Monsieur Emmanuel Macron n’a ni amour-propre, ni lucidité. Il étale ses faiblesses avec un extraordinaire masochisme. Il a un petit côté chien battu. Il ne respecte pas la France et il est même en train de détruire le support de son existence politique.

Mais ne propose-t-il pas un projet?

Il n’a pas de programme économique. Il ne peut pas en avoir parce que nous ne sommes plus qu’un territoire à l’intérieur de l’Union européenne. Il faut sortir de là le plus rapidement possible, quel qu’en soit le coût, car mieux vaut la liberté que l’esclavage.

Est-il réellement possible de sortir de l’UE?

Oui, parfaitement. Il suffit de décider ce que nous voulons. À la fin de la guerre, deux hommes avaient compris cela: De Gaulle et Churchill, qui n’a jamais aliéné les pouvoirs de son pays. Nous assistons à une tentative de domestication des pays européens, nous sommes placés devant l’éventualité d’un IVe Reich.

Comment la France doit-elle s’adresser à l’Allemagne?

Elle n’a rien à lui dire. Elle doit sortir de l’UE et ensuite, elle pourra échanger d’égal à égal.

Quel regard portez-vous sur cette présidentielle 2017?

Nous n’avons plus d’État. Le quinquennat qui s’achève aura été inexistant et je note une carence historique extraordinaire chez nos dirigeants. Aujourd’hui, l’économie et la finance veulent remplacer la souveraineté. Cela est impossible.

Marine Le Pen tient exactement le même discours que vous sur l’UE…

Cela prouve qu’elle a lu ce que j’ai écrit. Je n’ai jamais rencontré Marine Le Pen. Nous avons échangé, jeudi, par téléphone. Aujourd’hui, elle est la seule candidate qui n’est pas pieds et poings liés devant les Allemands. Manifestement, elle est la seule à avoir le tempérament pour rétablir la souveraineté de la France. Elle a, je crois, le sens de l’État au point de préserver notre nation.

On vous accusera de faire le jeu de l’extrême droite à la veille de la présidentielle…

Quelle est la caractéristique de l’extrême droite aujourd’hui? Je n’en vois aucune. Et qu’est-ce que représente le Front national en dehors de Marine Le Pen? Les partis politiques ont une importance et une influence mineures. Les Français savent être plus rebelles que cela.

Dans la rue, un vent d’hostilité souffle contre Marine Le Pen mais aussi contre Emmanuel Macron. Comprenez-vous les peurs de ces Français?

Oui, on peut les comprendre. Ils ne se sentent pas gouvernés et ils ne le sont pas.

Que répondriez-vous aux partisans d’Emmanuel Macron s’ils vous reprochaient d’avoir une vision politique passéiste?

Mais qui est Emmanuel Macron?

Avez-vous l’intention de vous afficher à côté de Marine Le Pen d’ici la fin de la campagne?

Non. Je suis quelqu’un de libre. J’ai connu la France quand elle était gouvernée. Et je m’exprime librement.

Entretien animé par Emmanuel Galiero
Info Figaro : 27/04/2017

Correspondance Polémia – 4/05/2017

Image : Marie-France Garaud : « L’Etat français n’existe plus, nous sommes une province » (25 août 2015)

 

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Joe Biden : déjà la grande dépression

Par Pierre Boisguilbert ♦ Un an après son investiture, Joe Biden est à la dérive. Même la...

Naturalisations : la machine à fabriquer des Français administratifs tourne à plein régime !

Par André Posokhow, consultant spécialiste de l'immigration ♦ En prenant en compte les...

Bernard Lugan, impérial face aux « décoloniaux »

Par Johan Hardoy ♦ En 2021, Bernard Lugan a publié Pour répondre aux « décoloniaux », aux...

De la nécessité des Bobards d’Or

Par Xavier Eman pour Présent ♦ La prestigieuse cérémonie des Bobards d'Or est organisée...

La coronafolie nous aveugle sur les manœuvres de l’oligarchie

Par Michel Geoffroy, auteur de : Le Crépuscule des Lumières, Immigration de masse. L’assimilation...

Éric Zemmour et les 500 signatures

Par Nicolas Lévine, historien, haut-fonctionnaire ♦ Le parcours du combattant des candidats...

En 2021, l’immigration clandestine vers l’UE en hausse de 57 % !

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Une déferlante :...

Parrainages : suffrage restreint contre suffrage universel

Par Pierre Boisguilbert ♦ Notre démocratie est fondée sur le suffrage universel. C’est...

« Fascisme » : retour sur un terme en vogue

Par Johan Hardoy ♦ Une mise au point sémantique de bon aloi : Fascisme, histoire d'un...

Le post-européiste Macron, promoteur d’une « Europe » post-européenne

Par Thomas Ferrier, président du Parti des Européens et essayiste ♦ Au sortir de la seconde...