Accueil | Politique | « Manif pour tous » : la France profonde a pris la rue

« Manif pour tous » : la France profonde a pris la rue

« Manif pour tous » : la France profonde a pris la rue

par | 13 janvier 2013 | Politique

1 – Un immense succès populaire

Le Monde daté du 12 janvier 2013 parlait, en une, de « quelques dizaines de milliers de manifestants » pour annoncer la manifestation du 13 janvier. La préfecture de police l’a chiffrée à 340.000 participants ; les organisateurs, eux, ont parlé de 800.000 personnes à 17h puis de un million à 19h puisque la foule continuait encore d’arriver sur le Champ-de-Mars. Le Champ-de-Mars – 243.000 mètres carrés – était plein à 17h ; il a dû se vider pour accueillir les kilomètres de cortèges dont les membres n’étaient pas parvenus à destination. C’est incontestablement la plus grande manifestation française depuis celle pour la défense de l’Ecole libre en juin 1984. Ajoutons qu’il s’agissait d’une manifestation bon enfant et bien élevée : après le passage de centaines de milliers de personnes les balayeuses de la Ville de Paris qui suivaient les cortèges n’avaient rien à… ramasser.

2 – La France profonde, pas celle des plateaux télévisés

Sur les plateaux de télévision, il est mieux vu d’être célibataire que marié, homo qu’hétéro, musulman plutôt que chrétien, Noir plutôt que Blanc. Bref, il n’est de bon bec que pour les minorités. A contrario la foule du 13 janvier 2013 était franco-française, familiale, blanche, de culture ou de croyance catholique. Comme si la majorité en avait marre de subir la dictature des minorités. Comment la majorité, d’ailleurs, pourrait-elle accepter sans mot dire une loi voulue par la petite minorité d’une minorité (5% d’homosexuels favorables au mariage et à l’adoption au sein de la population homosexuelle qui ne représente que 5% de la population française, soit un Français sur 400 !) , qui plus est une « loi totalitaire » (Monseigneur Barbarin) qui « change le sens des mots ». Car le mot mariage signifie l’union d’un homme et d’une femme.

3 – La reconquête de la souveraineté

Le parti socialiste qualifié de « sociétaliste » par Marine Le Pen utilise les thèmes sociétaux pour camoufler son alignement sur l’ordre économique mondial. Pour autant on aurait tort de prendre pour un simple leurre le projet de loi Taubira. Rompre avec les lois millénaires de la filiation, saper les fondements du Code civil, marchandiser la grossesse comme le propose Pierre Bergé (SOS-Racisme, Le Monde) explique l’ampleur de la mobilisation contre la loi Taubira. Ajoutons que sur beaucoup de sujets on explique aux Français qu’il n’est pas possible de changer de politique : à cause de l’euro, de l’Union européenne ou de l’OMC. Or garder ou non la signification du mariage relève encore de la souveraineté française. Les Français auraient bien tort de se priver de l’exercer.

4 – L’exigence du référendum

Si la loi sur le mariage gay était adoptée par le Parlement, elle pourrait être censurée par le Conseil constitutionnel comme contraire aux conventions internationales signées par la France et affirmant « le droit de l’enfant à un père et à une mère ». Dans ce cas, il faudrait réviser la constitution pour faire passer la loi. En l’absence de majorité au congrès la seule voie alors possible serait celle du référendum. C’est en tout cas une exigence croissante des Français relayée le 13 janvier aussi bien par l’organisatrice de la manifestation, Frigide Barjot, que par Jean-François Copé et Marion Maréchal Le Pen. Une revendication qui à l’applaudimètre rencontrait un grand succès !

En tout cas, entre menace de censure constitutionnelle, annonce d’une prochaine manifestation et revendication d’un référendum, le vote de la loi Taubira s’annonce difficile. Le lobby LGBT et le gouvernement parviendront peut-être à leurs fins mais à un prix tel qu’il échaudera les socialistes. Ce qui ne devrait pas manquer de conduire François Hollande à remiser aux oubliettes le droit de vote des étrangers.

Polémia
13/1/2013

Crédit photo : cbr_perso via Flickr (cc)

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Assimilation, séparation ou remigration ?

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le prochain Forum de...

Alain de Benoist : « Trump, faute de mieux »

La date de l'élection américaine se rapproche à grands pas. Le choix entre Donald Trump et Joe...

Insécurité. Interdiction des feux d’artifice… et du bon sens ?

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

I-Média n°318 – Couvre-feu : les journalistes au garde-à-vous

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Covid-19. Le point sur la situation du Général Delawarde – Octobre 2020

Par le Général (2S) Dominique Delawarde – Ancien chef « Situation-Renseignement-Guerre...

États-Unis. Les enjeux énormes de l’élection présidentielle américaine

Par Michel Leblay, patron d’émission à Radio Courtoisie ♦ Encore plus que celle de 2016,...

Sophie Pétronin : le retour de la convertie

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Quand la radio publique appelle à la censure

Par Mathieu Bock-Côté, sociologue et essayiste ♦ La diversité idéologique est complètement...

Jean-Yves Le Gallou : « Face à la diabolisation, ne pas céder, ne pas plier le genou ! »

Découvrez ci-dessous l'entretien accordé par Jean-Yves Le Gallou à Breizh-Info à l'occasion de la...

I-Média n°317 – Eric Zemmour face à la haine politico-médiatique

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...