Articles

Liberte Expression France Derriere Russie Hongrie Libertex Polemia 2018

Liberté d’expression. La France derrière la Russie et la Hongrie ! [Indice LIBERTEX 2018]

C’était l’un des moments forts du 4e Forum de la Dissidence : « Face à la censure, tous dissidents ! » La présentation du LIBERTEX 2018 a été chaleureusement saluée par les plus de 400 personnes présentes. Le LIBERTEX, c’est un indice de la liberté d’expression préparé et présenté par Polémia tous les ans. Prenant en compte de multiples facteurs détaillés ci-dessous, cet indice se veut un état des lieux exhaustif de la liberté d’expression dans plusieurs pays du monde.
Il s’agit de la première édition et quelques éléments sont évidemment perfectibles. Reste que le travail le plus rigoureux et le plus sérieux possible a été réalisé afin de fournir un classement réaliste de la liberté d’expression, notamment en France. Et, même si ce n’est pas véritablement une surprise, les résultats sont très inquiétants.


La liberté d’expression et la liberté plus généralement sont des sujets centraux du combat politique, et donc doivent l’être pour tout activiste. En effet, sans liberté d’expression, comment exprimer nos idées ? Comment rallier à notre combat et aux causes que nous défendons ? Comment même développer une pensée quand le champ lexical est contrôlé et limité. Quant à la liberté en général, elle touche à peu près tous les sujets politiques, car c’est aussi la restriction progressive des libertés qui force le peuple à accepter certaines situations liées par exemple au système politique ou judiciaire.

Pour mieux comprendre et décortiquer la situation de la liberté d’expression et des libertés civiques plus généralement en France ainsi qu’aux États-Unis, en Italie, en Hongrie, en Royaume-Uni, en Russie et au Danemark. Polémia vous présente le LIBERTEX, un indice sur la liberté d’expression qui prend en compte quelques autres facteurs qui sont aussi des indicateurs de la liberté des citoyens.

Cette présentation se déroulera en quatre points. Premièrement, vous retrouverez des graphiques comparatifs des pays étudiés, qui permettent une représentation visuelle des écarts entre les pays. Deuxièmement, l’indice Polémia LIBERTEX 2018, qui prend en compte tous les facteurs présentés ci-dessous sera annoncé. Troisièmement, les facteurs utilisés pour la réalisation de l’indice LIBERTEX sont expliqués. Quatrièmement, les pays étudiés vous seront présentés brièvement. Enfin, il y aura un point sur la méthode utilisée pour mettre en place le LIBERTEX.

Place aux résultats !

Résultats par facteur étudié : comparaison graphique

Liberté d’expression au Danemark, Italie, États-Unis, France, Hongrie, Russie et Royaume-Uni

2 = pas de censure du gouvernement
1 = censure du gouvernement présente
0 = censure du gouvernement importante

Source : Base de données Cingranelli-Richards HumanRights


Indépendance de la justice au Danemark, Italie, États-Unis, France, Hongrie, Russie et Royaume-Uni

Score plus haut = plus indépendant

Source : World Economic Forum


Accès à l’information au Danemark, Italie, États-Unis, France, Hongrie, et Royaume-Uni. Cet indice ne montre pas de données pour la Russie

Score plus haut = plus haut accès à l’information

Score plus bas = plus bas accès à l’information

Source : Projet SGI


Pressions politiques exercées sur les contenus médiatiques au Danemark, Italie, États-Unis, France, Hongrie, Russie et Royaume-Uni

Score plus bas = moins de pressions

Score plus haut = plus de pressions

Source : Institut Freedom House, Étude Polity IV


Pressions exercées sur les applications de discussions instantanées au Danemark, Italie, États-Unis, France, Hongrie, Russie et Royaume-Uni

Score plus bas = moins de pressions

Score plus haut = plus de pressions

Source : Institut Freedom House, Étude Polity IV, 2017


Censure sur Twitter au Danemark, Italie, États-Unis, France, Hongrie, Russie, Royaume-Uni – Les six premiers mois de 2017

Scores = nombres de publications censurées par Twitter dans le pays donné

Source : Statista, Union Européenne, 2017


Censure sur Facebook au Danemark, Italie, États-Unis, France, Hongrie, Russie et Royaume-Uni – Année 2015

Score = nombres de contenus supprimés par Facebook à la demande des gouvernements des pays donnés

Source : Statista, Union Européenne, 2015


Lois contre les propos haineux au Danemark, Italie, États-Unis, France, Hongrie, Russie et Hongrie

Score : estimation Polémia réalisée grâce à une analyse des lois en vigueur des pays étudiés. Le score va de 1 à 5. 1 = peu ou pas de législation ; 5 = très forte législation.

Source : article19.org ; codes pénaux des pays étudiés…


Lois mémorielles au Danemark, Italie, États-Unis, France, Hongrie, Russie et Royaume Uni

Score : estimation Polémia réalisée grâce à une analyse des lois en vigueur des pays étudiés. Le score va de 1 à 5. 1 = peu ou pas de législation ; 5 = très forte législation.

 

Source : article19.org, Rationalwiki


Nombre de grandes agences de presse par pays étudiés : Danemark, Italie, États-Unis, France, Hongrie, Russie et Royaume-Uni

Score = nombre d’agences de presse. Chiffres en gras sur le graphique = (+) (= plus de 10 aux États-Unis ; plus de 5 en Russie et Royaume-Uni)

Source : multiples, institut international d’audiovisuel ; Wikipédia


Aides à la presse en France, Italie, Royaume-Uni, États-Unis et Hongrie. Manque Russie et Danemark

Score = indice créé en rapportant le montant des aides indirectes, directes, médias de services publics et « autres » à la population du pays étudié. Selon cet indice, plus les médias sont financés par le gouvernement, moins ils sont libres.

Source : multiples – Reuters, 2011.

Indice LIBERTEX 2018

L’analyse de ces onze facteurs pour le Danemark, l’Italie, la France, les États-Unis, la Hongrie, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis nous a permis de mettre en place la première édition du classement LIBERTEX, ci-dessous :

Les facteurs utilisés pour la création du LIBERTEX

Pour la mise en place de l’indice Polémia LIBERTEX 2018, divers facteurs liés à la liberté d’expression ont été utilisés. D’autres facteurs qui aident à estimer le niveau de libertés des citoyens dans un pays donné ont aussi été ajoutés : ceux-là sont liés au système judiciaire et politique.

a. Liberté d’expression – Source : Base de données des droits de l’homme Cingranelli – Richard (CIRI)

Ce facteur indique trois niveaux de censure gouvernementales contre la liberté d’expression dans les médias. L’institut qui met en place cette variable définit la censure comme « toute forme de restriction mise sur la liberté de la presse et la liberté d’expression ». Le terme « expression » comprend l’art et la musique. Le score de 0 indique que la censure des médias par le gouvernement est très présente, un score de 1 indique que la censure sur gouvernement est partielle. Enfin, un score de 2 indique qu’il n’y a pas de censure gouvernementale des médias.

b. Indépendance de la justice – Source : Word Economic Forum

Ce facteur est le résultat d’une enquête menée dans les pays étudiés. Les sondés doivent répondre à la question « en quelle mesure est le système judiciaire de votre pays indépendant de l’influence du gouvernement, des citoyens et des entreprises privées ? ». Le score peut aller de 1 à 7 où 1 indique « lourdement influencé » et 7 « entièrement indépendant ».

c. Accès à l’information – Source : Indice de Justice Sociale

Ce facteur fait partie d’une étude plus large qui étudie l’efficacité de la démocratie dans divers pays. Les éléments pris en compte dans le facteur « accès à l’information » sont l’indépendance des médias, le pluralisme des médias et la transparence du gouvernement. Le score va de 1 à 10. 1 indique un accès à l’information très mauvais et 10 un accès total à l’information.

d. Pressions politiques sur les médias et contrôle des contenus publiés – Source : Freedom House Polity IV

Ce facteur évalue le degré de contrôle politique sur le contenu des médias. Les problèmes analysés par cet indice de l’institut américain Freedom House sont l’indépendance éditoriale des médias publics et privés, l’accès à l’information et à plusieurs sources, censure officielle et autocensure, le dynamisme des médias, la possibilité pour les reporters locaux et étrangers de couvrir l’actualité nationale librement et sans subir de harcèlement, et enfin l’intimidation de journalistes par l’État ou d’autres acteurs. Cela inclus la détention arbitraire, l’emprisonnement, les violences sur les journalistes, et d’autres types de menace. L’échelle de cet indice va de 0 à 40. Plus le pays est proche de 0, plus les médias y sont libres.

e. Pressions gouvernementales exercées sur les applications mobiles de messagerie instantanée – Source : Freedom House

Les applications mobiles de messagerie instantanées principales sont : Messenger de Facebook, Whatsapp, Viber, ou encore Telegram. Cet indice indique le niveau de pression exercé sur ces applications par les gouvernements des pays présentés. Le score peut aller de 0 à 100, le zéro indique un nombre de pressions gouvernementales nul, et 100 une pression gouvernementale incessante.

f. Censure sur Twitter – Source : Statista (Union Européenne), 2017

Ce facteur indique le nombre de publications supprimées par Twitter. Les chiffres présentés seront ceux du premier semestre de 2017. Pour la mise en place de l’indice LIBERTEX, les données ont été pondérées.

g. Censure sur Facebook – Source : Statista (Union Européenne), 2015

Ce facteur indique le nombre de publications supprimées par Facebook à la demande du gouvernement du pays étudié. Les chiffres présentés seront ceux de l’année 2015. Pour la mise en place de l’indice LIBERTEX, les données ont été pondérées.

h. Lois contre les propos haineux – Sources multiples : codes pénaux nationaux, fiches d’analyse des lois en vigueur (site internet : article19.org)

Ce facteur indique l’étendue des lois en vigueur dans les pays étudiés pour punir les propos dits « haineux ». Le score va de 1 à 5. Un score de 1 indique une absence de lois anti propos haineux et 5 des lois en vigueurtrès fortes. Le score est donné selon l’étendue du cadre législatif.

i. Lois mémorielles – Sources multiples : codes pénaux nationaux, RationalWiki

Ce facteur indique l’étendue des lois mémorielles en vigueur dans les pays étudiés. Le score va de 1 à 5. Un score de 1 indique une absence de lois mémorielles et 5 une présence importante de lois mémorielles couplée à de très lourdes amendes ou/et de peines de prison comparativement aux autres pays étudiés.

j. Larges agences de presse nationales : Sources multiples en ligne, listes d’agences de presse nationales par pays, etc.

Ce facteur indique le nombre d’agences de presse nationales par pays. Le score va de 1, quand le pays n’a qu’une seule agence de presse importante, à 10+ quand le pays a plus de 10 agences de presse nationales d’envergures.

k. Subventions à la presse : Source : Reuters, 2011

Ce facteur comprend le financement des médias de service public, les subventions indirectes (baisse d’impôts pour les journalistes, baisse de TVA pour la presse, etc.), les subventions directes (financements du prix de la presse, notamment), et d’autres formes de soutiens plus marginaux. L’indice est construit en ramenant le montant total des subventions à la population du pays, afin de permettre un niveau de représentativité.

Profils des pays étudiés

a. Danemark

Le Danemark est un des 3 piliers de la Scandinavie, région de la social-démocratie. Souvent cité en exemple les études sur la qualité de gouvernement, le Danemark a été intégré à cette première édition du LIBERTEX comme pays « témoin » qui nous permettra de voir notamment si la très haute qualité de gouvernement du pays (par exemple en termes d’Indice de Développement Humain) est liée à une grande liberté d’expression.

Pour citer un événement qui a beaucoup marqué le pays, l’affaire de la caricature de Mahomet, publiée dans un journal danois en 2005 avait créé une polémique mondiale, définie par le premier ministre Danois comme le pire incident diplomatique lié au Danemark depuis la seconde guerre mondiale. Cette polémique a amené de nombreuses pétitions des minorités musulmanes au Danemark, et des manifestations dans les pays musulmans, le bilan de ces dernières s’élèverait jusqu’à 200 morts. Les menaces durèrent plus de deux ans mais le journal ne céda pas. L’affaire a été jusqu’aux tribunaux danois où le journal a gagné. Une autre affaire que l’on peut souligner est celle du chercheur en psychologie Helmuth Nyborg qui, suite à un article traitant de l’effet dysgénique de l’immigration, a été attaqué par son université et démis de son statut de professeur. Nyborg a attaqué l’université en justice, il gagnera ensuite son procès et l’université sera condamnée à lui rembourser tous ses frais de justice.

b. États-Unis

Fort de son premier amendement, les États-Unis sont souvent présentés comme l’exemple en matière de liberté d’expression et de liberté de la presse. Les cas de censures du gouvernement fédéral sont rares. Si censure aux États-Unis il y a, elle est peu présente et est généralement l’affaire d’acteurs privés. Au sujet des lois en vigueur, il faut quand même noter que 13 États américains violent la constitution en ayant mis en place des lois de censure en ligne.

c. France

Nous connaissons bien la situation en France. Les pressions sont présentes à l’université et à l’école, dans les médias, par le gouvernement et par les acteurs privés, les lois en vigueur comprennent certaines lois qui sont mortifères pour la liberté d’expression et la presse. Il y a en France de nombreux cas de censures et les noms de victimes ne manquent pas : Zemmour, Onfray, Taddéi, les identitaires, TV Libertés… La France est aussi un des rares pays à avoir son organe de censure, la délégation interministérielle contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH).

d. Royaume-Uni

Malgré une tradition libérale bien connue, le Royaume-Uni,renforcé par de lourdes vagues migratoires, voit monter les communautés immigrées qui pèsent sur la Nation anglaise. Quelle espèce de liberté d’expression possède un jeune européen au milieu d’un quartier londonien à 95% pakistanais ? Là encore, des cas de censure lourde se sont succédés de l’autre côté de la Manche avec notamment les cas de Tommy Robinson ou encore de Mark Meechan.

e. Hongrie

La Hongrie est connue pour la résistance de son gouvernement à la Commission Européenne.

Si censure il y a en Hongrie elle vise plutôt les alliés de l’UE qui s’en prennent aux mesures souverainistes du gouvernement de Orbán que les mouvements de la droite Hongroise comme le Jobbik.

La Hongrie, comme la Russie que nous verrons plus tard, souffre de classements sévères dans les indices internationaux liés aux libertés civiques. Plusieurs facteurs peuvent influencer cela : la différence du rapport aux libertés, non pris en compte – et difficilement mesurable – dans la plupart des rapports d’études d’institutions internationales ; les jugements hâtifs contre des gouvernements en apparence, ou représentés, comme « autoritaires » ; les influences politiques ou/et économiques de certains instituts et chercheurs ; le fait que les études soient incomplètes – en effet, il est difficile de tout prendre en compte dans une étude sur un sujet aussi important et complexe. La difficulté à trouver des données publiques – ou accessibles (langue ou autre) dans certains pays peut aussi influencer les résultats.

f. Italie

L’Italie connait depuis peu un changement politique. Ce pays a été ajouté à cette étude pour avoir une sorte de référence de pays proche de la France, géographiquement et économiquement, mais aussi au sujet du niveau de développement. Comme dans tous les pays, il y a de la censure en Italie, mais la première édition du LIBERTEX entend aider à mesurer le niveau de liberté d’expression et de presse dans ce pays.

g. Russie

Comme pour la Hongrie, mentionnée auparavant, la Russie est victime de très mauvais résultats dans les principaux indices internationaux de qualité de gouvernement, de libertés civiques, etc. Les facteurs cités pour le cas de la Hongrie sont similaires pour la Russie, avec la figure d’Orbán remplacée par celle de Poutine. Il est certain que selon la plupart des sources occidentales utilisées pour cette étude (UE, Freedom House (USA), World Economic Forum), la Russie a le niveau de développement le moins élevé des pays listés et aussi une qualité de gouvernement moins élevé, néanmoins il faut noter la situation très spécifique de la Russie avec l’URSS qui l’a transformée pendant des décennies, ou encore son immense territoire qui n’est pas nécessairement un atout en cela qu’il est nécessairement difficile de gouverner un pays de cette taille.

Encore une fois, notons que les valeurs et les façons de faire sont différentes selon où l’on se trouve dans le monde, cependant, comme vous allez le voir pendant la présentation des éléments graphiques de comparaison entre les pays étudiés, la Russie n’est pas nécessairement éloignée de la France selon les facteurs en question, et a même parfois une situation plus libre que « le pays des droits de l’homme », comme par exemple au sujet des lois mémorielles, lois anti propos haineux, ou encore au sujet de la censure sur Facebook.

Méthodes et biais potentiel

Les données utilisées pour la mise en place de l’indice LIBERTEX 2018 sont récoltées via des sources multiples : Instituts de recherche américains (Freedom House), données ouvertes de l’Union Européenne, organisations internationales (World Economic Forum), codes pénaux des pays étudiés, etc.

Les indices résultats de l’étude de chaque facteur, pour chaque pays, sont ramenés à une échelle sur cent, permettant ainsi de calculer des moyennes pour chaque facteur et chaque pays.

Plus un pays est libre plus son score final totalisant tous les facteurs étudiés est proche de 100.

La somme des indices sur 100 est ensuite divisée par le nombre de facteurs étudiés pour chaque pays, qui donne ainsi l’indice LIBERTEX 2018, qui s’étend théoriquement de 0 (pas libre du tout) à 100 (parfaitement libre) – bien sûr les pays peuvent seulement s’approcher de ces scores absolus.

Certains des indices utilisés proviennent donc de sources américaines ou occidentales (UE), ceux-là peuvent parfois être biaisés contre la Russie et/ou la Hongrie. L’utilisation de données brutes (codes pénaux des pays étudiés, faits de censures, etc.) permet d’aider à la correction de ces biais.

Sources pour l’assemblement des données


Découvrez l'indice LIBERTEX de la liberté d'expression 2018