La boutique en ligne de l'Institut Iliade
Accueil | Exclusivité Polémia | Les porte-voix de la takiya

Les porte-voix de la takiya

Les porte-voix de la takiya

Julius Muzart, essayiste.

♦ Hier samedi, j’ai passé une partie de l’après-midi à l’écoute de France Maghreb.
Quelle drôle d’idée ?
Au contraire, c’est dans ces moments-là qu’il faut écouter les gentils porte-paroles de la communauté « franco-maghrébine » – c’est ainsi qu’ils se présentent.

Ce qu’on pouvait entendre, c’était une sorte de haut-parleur de la « taqiya », la dissimulation, préconisée par l’islam lorsqu’un croyant se trouve en terrain hostile.


D’abord un mot sur « France Maghreb 2 » pour ceux qui n’en font pas leur ordinaire.

La meilleure manière de situer la fiabilité et l’inspiration de cette radio, c’est de constater qu’un de ses éditorialistes vedettes a nom Tariq Ramadan.

L’émission d’hier prenait place dans un des magazines habituels de la station, intitulé Le Grand Forum, dont l’édition spéciale était consacrée aux attentats.

Nous eûmes droit à toute la panoplie : l’islam religion de paix et d’amour, les interprétations déviantes qui en sont faites par les islamophobes, les Français racistes ordinaires, la colonisation pas encore terminée, et la condamnation, « bien sûr », des attentats barbares commis par des gens qui n’ont pas grand-chose à voir avec l’islam. Et le rappel du principe coranique selon lequel « Tuer une âme, c’est tuer l’humanité » (verbatim).

Tout cela était très attendu.

Mais c’est dans les détails que gît le malin.

C’est donc dans les morceaux choisis qu’émergeait la vérité.

D’abord l’intervenant dominant déclarait à deux reprises « Moi, je suis un intellectuel », puis « Moi, je suis diplômé », ceci pour qu’on comprenne bien que sa parole et son expertise en matière d’islam, ce n’était pas de la gnognote.

Par la suite il évoquait (sic) les « pseudo intellectuels » qui n’étaient pas de son avis. Comment le lui reprocher, d’ailleurs : il mettait ses pas dans les traces de la ministresse Vallaud-Belkacem, émule sans doute involontaire de Jdanov (1).

Malheureusement pour lui, la forme et le fond de ses propos donnaient à penser que si, dans sa jauge de valeurs, son profil était celui d’un intellectuel, il valait mieux se trouver du côté des « pseudo ».

Le débat s’engagea sur le message de Mathieu Kassovitz ainsi libellé : « Mes amis musulmans, descendez dans la rue et faites-vous entendre. Sinon vous méritez l’amalgame dont vous êtes victimes ? »

Les participants furent unanimes à récuser la légitimité de cette invitation. « Les musulmans n’ont pas à répondre à une injonction » mais « ça doit venir de nous », affirma le locuteur principal.

Certes ! aurait-on envie de dire. Le problème c’est que « ça n’est pas venu » et que « ça ne vient pas » ! Et pire, c’est que « ce qui vient », de manière spontanée, c’est assez ordinairement le contraire : la grève des minutes de silence dans les lycées en janvier et (a-t-on déjà oublié ?) les éditions de maillots de soutien à Merah.

Autre grand moment, lorsqu’un autre participant eut ce mot pour stigmatiser le racisme français, facteur d’amalgame : « Et si, en plus, le mec est un peu raciste parce qu’on lui a cassé sa voiture ou ses pneus (sic) ».

Nous voilà éclairés sur la nature du racisme ! Si l’on comprend bien, lorsque celui qui casse une voiture ou crève des pneus est de souche, on peut concevoir à son encontre une juste vindicte ; si l’auteur est maghrébin, par exemple, cette vindicte prend le caractère d’un comportement raciste.

Victimes, tenez-vous-le pour dit !

Et voilà : lorsque le naturel revient au galop, au détour d’un propos moins étudié, c’est là que transparaît la vérité – en l’occurrence la vérité d’un communautarisme qui se définit CONTRE la réalité française, mise à distance comme « l’autre ».

Messieurs les débatteurs, c’était bien la peine de truffer l’émission d’affirmations de loyauté à la République française, de protestations de respect des valeurs communes, et de « condamnations, bien sûr » : un instant d’inattention et patatras !

Mais rassurez-vous : le Huffington Post du 15 novembre vous assure de sa compréhension et de sa bienveillance (2).

Julius Muzart
15/11/2015

Notes :

  1. Discours à l’Union des écrivains soviétiques : « Nous exigeons que nos camarades, les dirigeants de la littérature comme ceux qui écrivent, se laissent guider par ce sans quoi la littérature soviétique ne peut pas vivre : la politique. »
  2. Article du 15/11/2015 intitulé « France, jours difficiles à venir pour les musulmans » et signé de Akram Belkaïd, journaliste et écrivain :« D’ailleurs, on leur demande déjà de se désolidariser de ces actes de sauvagerie comme si cela ne tombait pas sous le sens. Comme si on pouvait être solidaire de ces psychopathes. »

Correspondance Polémia – 22/11/2015

Image : Tariq Ramadan

 

 

 

 

La boutique en ligne de l'Institut Iliade

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Callac, laboratoire du peuplement de la France profonde par l’immigration

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le président de la...

« La société de propagande », le nouvel ouvrage de Jean-Yves Le Gallou

Dans le monde orwellien qui est désormais le nôtre, il est une réalité que les nowhere aiment à...

Éric Zemmour : « Je me battrai de toutes mes forces contre la répartition de migrants dans la ruralité »

Par Éric Zemmour ♦ Dans son discours aux préfets du 15 septembre, Emmanuel Macron a acté le...

À l’ONU, la leçon du président Serbe sur l’Ukraine et l’OTAN

Par Pierre Boisguilbert ♦ Le discours le plus pertinent n’a pas été le plus médiatisé. Les...

Disparition de François-Bernard Huyghe, un phare en pleine tempête

Par Goulven Laënnec ♦ Penseur joyeux et tragique de la modernité et de la post modernité,...

Le syndrome du canard : comment les organisations en déclin s’habituent à la médiocrité

Par Philippe Silberzahn, auteur et professeur de stratégie ♦ Les lecteurs de Polémia...

Propagande, censure… Le « tournant environnemental » de Radio France

Par Rémy Prud’homme, professeur des universités (émérite) ♦ Nous partageons ici avec les...

Viktor Orbán, le bilan de douze années au pouvoir

Par Johan Hardoy ♦ En 2016, le journaliste franco-hongrois Ferenc Almássy (bien connu de...

Allemagne. Entretien avec Stefan Marzischewski-Drewes, candidat de l’AfD en Basse-Saxe

Par Nicolas Faure, spécialiste de l’Allemagne et traducteur (à ne pas confondre avec Nicolas Faure...