Articles

Ivan Rioufol

« Le “ progressisme ” malade de ses dénis »

Ivan Rioufol, journaliste

♦ CHRONIQUE – « Comprendre la désintégration de la nation invite à s’arrêter sur le dérèglement intellectuel de cette gauche qui a tant fasciné la droite ». (Le Figaro.fr, 12/01/2017)

Sept fantômes du PS se sont disputé, jeudi soir à la télévision, la place de candidat à la présidentielle. Les Français les verront apparaître deux fois encore avant le premier tour de leur primaire, le 22 janvier: ce court délai devrait suffire pour faire le tour des programmes.

Le manichéisme de Vincent Peillon, la démagogie de Benoît Hamon, la suffisance d’Arnaud Montebourg sont les vieux restes qui rappellent ce que fut le progressisme du temps de sa splendeur.

Manuel Valls, qui avait ouvert le procès de ce socialisme infatué, ne cesse depuis de se renier pour tenter de rassembler une armée des ombres. L’entendre rejeter le libéralisme après avoir déclaré son «amour» de l’entreprise est une incongruité parmi d’autres.


Lundi, un sondage du Figaro donnait l’ancien premier ministre perdant au second tour face à Montebourg, soutenu par les « socialos » morts-vivants. Valls se perd à vouloir séduire des zombies.

Pour autant, comprendre la désintégration de la nation invite à s’arrêter sur le dérèglement intellectuel de cette gauche qui a tant fasciné la droite. Deux et deux n’ont jamais fait quatre dans ce monde qui marche sur la tête. « Faire plier les réalités » a toujours été l’orgueilleux objectif d’une idéologie rétive à la réflexion et aux résultats. Rien d’étonnant à ce que les candidats de la ronflante Belle Alliance Populaire reprennent l’héritage de la gauche marxiste, dépensière et immigrationniste. L’assistanat, la culture de l’excuse, le clientélisme restent les piliers des projets. Hamon est, avec Peillon, l’un des plus décomplexés dans le cynisme électoral. Pour plaire aux cités, il minimise le sexisme culturel qui s’y observe et soutient la cause palestinienne dans sa lutte contre l’existence d’Israël. « Il s’agit du meilleur moyen pour récupérer notre électorat de banlieue et des quartiers », s’était-il justifié en 2014.

Redonner des responsabilités à ces laborantins de l’Homme nouveau reviendrait à assener le coup de grâce à la nation sur les genoux. D’autant qu’aucun des grands sujets qui sont au cœur des inquiétudes des gens – l’immigration de peuplement, la cohabitation avec l’islam conquérant, le séparatisme territorial – n’a été pour l’instant abordé par la plupart des prétendants. Le débat ne peut se réduire au travail, à l’emploi et à la redistribution des richesses, alors même que la France est en guerre, depuis les attentats islamistes des 7 et 9 janvier 2015 contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes. Or c’est bien le déni qui fédère les survivants du socialisme. Valls fait figure d’intrus quand il tient tête à l’islam radical. Jeudi dernier, sur France 2, il n’a pas cédé au discours victimaire d’une femme voilée censée représenter les Françaises musulmanes. La gauche soumise déteste cette raideur.

En fait, le courant humanitariste et universaliste s’asphyxie sous la vague conservatrice. Aux États-Unis, la gauche en perdition s’est retranchée derrière ses bastions des médias et de Hollywood pour faire feu sur Donald Trump. Lors de la soirée des Golden Globes, l’actrice Meryl Streep a porté l’indignation du camp du Bien devant un monde de paillettes, de strass et de dollars. Mercredi, CNN et le site BuzzFeed ont rendu publique une série d’infamies non sourcées et invérifiables. Barack Obama se réserve une sortie piteuse le 20 janvier, pour avoir mesquinement multiplié les chausse-trappes à l’intention de son successeur. Un sort similaire est promis à la gauche française, incapable de s’avouer dépassée par l’histoire. Certes, la forte audience que rencontre Emmanuel Macron dans ses meetings peut laisser croire en un renouveau du progressisme dont il se réclame avec talent. Mais cet Obama blanc, non plus, ne dit rien des réalités qui dérangent.

L’insécurité culturelle occultée

Macron, comme Trump, symbolise le rejet d’une démocratie confisquée. Un besoin d’air frais les porte. Mais l’analogie s’arrête là. Si l’Américain sanguin a pris le parti des « ploucs » contre les « élites », le Français sophistiqué ensorcelle davantage les people que le peuple. Les fondamentaux de son programme sont ceux d’un centrisme angélique qui voit en Angela Merkel le modèle à suivre, dans les migrants le prétexte à l’ostentation des bons sentiments, dans l’Union européenne la protection des peuples. Macron a l’art de faire du neuf avec du vieux. Des juppéistes, des membres de l’UDI et du Modem, dont François Bayrou lui-même, sont appelés à rejoindre cet entre-deux qui leur ressemble. En marche ! pourrait aussi ringardiser définitivement le PS momifié. Cependant, nulle part n’apparaît, derrière cette belle figure, le chef de guerre attendu. Il est peu probable que ce rôle soit un jour endossé par celui qui préfère légaliser le cannabis. Trop de retenues empêchent Macron d’aborder l’insécurité culturelle qui taraude les peuples. Cette semaine, un sondage montre que 77 % des Belges ne se sentent plus chez eux.

François Fillon, que les enquêtes d’opinion disent en perte de vitesse, a pour lui de vouloir s’émanciper du conformisme de la fausse droite et des humanitaristes professionnels. Si, sur la réforme de la sécurité sociale, il a donné le sentiment de reculer dès la première critique, sa résistance aux pressions de ses alliés corrige la faiblesse de caractère qu’il a laissé voir. Ceux qui veulent mettre leur grain de sel dans son projet ont jusqu’à présent été tous éconduits, sèchement concernant Laurent Wauquiez et sa proposition de rétablir la défiscalisation des heures supplémentaires. « Les grilles de lecture du microcosme ne sont plus celles de cette France silencieuse et fiévreuse que j’ai parcourue de long en large », a-t-il expliqué mardi. Les combats contre l’islam politique et l’immigration remplaciste sont des thèmes qui, occultés par le PS et Macron, s’annoncent prometteurs si les réponses se montrent à la hauteur. « L’immigration doit être fermement contrôlée et réduite », a annoncé Fillon, mercredi à Nice. La concurrence du FN lui interdit tout recul.

Cécité de l’Église

Même le pape François, si décevant dans son refus de faire obstacle à la déculturation de l’Europe, admet que l’immigration pose des problèmes. Lundi, devant le corps diplomatique, il a recommandé une nouvelle fois aux « autorités publiques » de suivre une « démarche prudente » pour l’accueil des migrants. L’Église sortirait-elle enfin de sa cécité ?

Ivan Rioufol
12/01/2017

Source : Figaro Vox

Correspondance Polémia – 19/01/2017

Image : Ivan Rioufol