Articles

Le Fn

Le FN est-il réformable ? (2/3)

Philippe Christèle, consultant international, essayiste…

♦ Voici le deuxième volet d’une étude en 3 volets, rédigée par Philippe Christèle, qui analyse le bilan de la séquence présidentielle et de la performance de la candidate du FN, et pose clairement les points de débat autour de l’annonce de « transformation » du parti annoncée par Marine Le Pen dès le soir de sa défaite.

L’intérêt du texte est à la fois qu’il dépasse l’analyse purement politique et stratégique pour ajouter un regard technique et managérial ; mais aussi qu’il propose un fil rouge pour la grande recomposition promise.
Nous le proposons en 3 parties :

-La nouvelle donne idéologique, l’état des lieux des forces en présence et un bilan de la stratégie présidentielle ;
-Une méthode pour la remise en cause ; analyse de la capacité du FN à se transformer ;
-Une analyse de la capacité du FN à se transformer (suite) et des scénarios possibles pour l’avenir.

Les lecteurs qui le souhaiteront pourront lire l’intégralité de l’article en PDF ICI
Polémia


Deuxième partie :
Une méthode pour la remise en cause ;
analyse de la capacité du FN à se transformer

4- Les règles d’or de la stratégie : une méthode pour la remise cause annoncée

La stratégie de conquête d’un corps social doit respecter un minimum de règles intellectuelles, globalement établies sans contestation particulière dans des dizaines d’ouvrages à savoir :

  • D’abord, s’identifier clairement sur son propre projet ;
  • Puis, mobiliser ses soutiens immédiats et les plus proches ;
  • Puis, repérer et identifier les alliés;
  • Entrer en contact avec eux en créant des zones de combat commun lesquelles, pour eux comme pour soi, ne doivent pas remettre en cause le « non négociable » du projet initial ;
  • Créer ainsi la dynamique du « 1+1 = 3 » qui réveille les passifs, embarque les hésitants et organise le rapport de force avec les opposants ;
  • Eviter la stratégie du « saut de l’ange » qui consiste à abandonner une partie de ses fondamentaux pour espérer rallier un autre camp. Elle n’est jamais payante.

On voit bien d’ailleurs que la question, par exemple, d’un changement de nom n’est qu’une joyeuse péripétie de marketing. Le changement de nom doit s’apprécier en tant qu’il favorise la mise en œuvre d’une stratégie de défense et illustration d’un projet d’abord, puis comme appui dans une stratégie de mouvement vers d’autres alliés ensuite. Traiter le sujet du changement de nom en en faisant une clé d’entrée de la transformation, c’est prendre la question à l’envers.

Puisque le FN se pose la question de sa refondation, je lui propose donc la méthode de questionnement suivante :

  • Remettre en avant le projet de civilisation : pourquoi se bat-on ? Quel est l’objet de valeur de notre quête commune ? Que veut-on obtenir ? Quelle est la cause exaltante qui doit mériter les efforts et les sacrifices ? Et enfin, qu’est-ce qui nous relie tous ?
  • Etre dans une logique inclusive pour l’ensemble des organismes capables d’unir les énergies. Au sein même du camp national, cultiver les passerelles, les gestes, les têtes de pont, qui permettent de multiplier les « têtes chercheuses » et les contributions pour enrichir le vaisseau amiral. Sortir d’une atmosphère de terrorisme intellectuel et de soumission au politiquement correct. Insuffler une culture de coexistence et de réseau plutôt que d’affrontement et de soumission.
  • Faire l’inventaire lucide du terrain de jeu électoral et se reposer la question des alliés potentiels à l’aune du projet de civilisation qui aura été adopté. Si l’objet de valeur absolue du FN devient l’aboutissement heureux d’une société sans classes ni races, alors les mélenchonistes insoumis deviennent nos alliés naturels. Si le projet du FN consiste à préserver d’abord, pour adapter ensuite, les grandes permanences identitaires, culturelles et sociales d’une France française dans une Europe européenne qui retrouvent les premières places dans la vie du monde, alors notre allié naturel sera ce camp de la droite conservatrice.
  • Créer une dynamique de co-construction en décentralisant profondément la nature de fonctionnement du parti actuel. Ouvrir aux initiatives locales, nécessairement protéiformes, dont les efficacités ne devront toutes être jugées qu’à l’aune du « non négociable » du projet de civilisation porté.

5- Le FN est-il capable de cette transformation ?

Si l’équation stratégique est assez simple à comprendre, sa mise en œuvre va se heurter à au moins trois grosses difficultés qui ouvriront nécessairement le doute sur la crédibilité de la transformation annoncée. Ces difficultés, qui sont autant de pièges, tiennent d’abord à la structuration politique personnelle de Marine Le Pen, puis dans ce que révèle l’analyse de sa capacité de dirigeante d’un appareil politique, puis enfin dans la technostructure du FN lui-même.

La structuration politique personnelle de Marine Le Pen

Eric Zemmour l’a déjà dit et c’est vrai : Marine Le Pen n’est pas de droite. Pire que cela, Marine Le Pen déteste la droite. Sans faire de psychologie de comptoir, on peut le comprendre. D’abord, il y a eu la vieille extrême droite française, celle des années 1970, peuplées de survivants plus ou moins exotiques d’un siècle de combats perdus, entre les reliques de l’Action Française, les vétérans du Front de l’Est, les réprouvés de l’Algérie, j’en passe et des meilleurs. Cette population-là a eu table ouverte à Montretout et, pour la petite Marine, elle est synonyme de l’explosion. De l’appartement familial une nuit ; puis de la cellule familiale. Puis il y eut la construction d’une adolescente en opposition à ce monde-là. La tournée des boîtes les plus en vue, la fréquentation des milieux les plus interlopes, les plus choquants aussi pour les amis de papa, nationaux-catholiques en tête, qui en ont rajouté dans la critique de la fêtarde, à juste titre mais accroissant sans cesse le fossé. Puis il y eut la révolte des mégrétistes de 1998. Ils étaient à la fois les plus politisés, les plus structurés et les plus à droite ; ils voulaient aussi des alliances avec la droite molle. Encore et toujours trop de droite. Mais cette épopée mégrétiste, à l’époque, lui a fait très peur par sa capacité à interrompre la transmission d’un héritage économico-politique prévue de longue date. Et puis il y eut enfin ces restes de droite, incarnés, bien que faiblement, par Bruno Gollnish dans la campagne pour la présidence du parti ; puis cette lutte contre papa au nom de la dédiabolisation qui, in fine, s’est surtout traduite par une volonté d’éradiquer et de mettre au pas les survivances politiques de la vieille droite dure.

Marine n’aime pas la droite et c’est de là aussi que vient son coup de foudre avec Florian Philippot, bien au-delà de la séduction pour un cerveau bien fait et bien rangé. On parle souvent de ce dernier comme d’un gourou qui aurait envoûté Marine Le Pen. C’est assez faux car cette dernière ne se laisse pas envoûter facilement. L’alchimie fonctionne parce que l’émetteur comme le récepteur sont sur la même longueur d’onde. Et il n’a pas déplu, au moins au début, à Marine Le Pen de montrer aux caciques du parti qu’ils pouvaient être avantageusement remplacés par un énarque de gauche et à l’homosexualité assumée.

Rien de cela ne disqualifie Marine Le Pen a priori. Cette construction politique est la sienne et c’est humainement respectable. Mais elle est profondément dans ses gènes et, s’il était besoin, le débat de l’entre-deux-tours l’a largement démontré. Les points de repère, l’aisance, la jouissance même à porter certaines attaques et la disparition totale d’autres thèmes, la capacité de rebond instinctif sur les slogans de la gauche, la façon dont elle est sortie du débat, persuadée d’avoir fait le job, y compris en ayant parlé aux électeurs de droite en citant sans arrêt la filiation Hollande/Macron, ont montré qu’elle porte ces gènes de gauche au plus profond d’elle-même.

Saura-t-elle, pourra-t-elle demain accepter la remise en question attendue par tous vers un projet qui soit à la fois plus droitier, plus identitaire et moins économiste ? Le désirera-t-elle ? Pourra-t-elle endosser un nouveau costume, quand bien même elle l’aurait désiré ? Elle seule connaît la réponse.

Marine Le Pen comme dirigeante d’une organisation humaine

Le second élément de personnalité inquiétant tient à la façon dont Marine Le Pen dirige. Comme on le vérifie dans toutes les entreprises et organisations, un dirigeant faible produit une organisation faiblement efficace.
L’autre paradoxe de Marine Le Pen, à l’opposé (comme souvent !) de l’image qu’elle projette dans le débat public ou que le grand public retient d’elle, c’est que, d’une part, elle a très peu confiance en elle ; et que, d’autre part, elle aime profondément les gens, à mesure d’ailleurs de leurs propres faiblesses et insuffisances.

Jusqu’au fatal débat, ceux qui ont observé Marine Le Pen lors de cette campagne attestent, à juste titre, d’une certaine présidentialisation du personnage. Cette présidentialisation a d’ailleurs été parfaitement perceptible dans les rencontres internationales (Liban, Tchad, Russie) qui font partie des rares succès indiscutables de cette campagne. Mais s’il y a une dimension sur laquelle Marine Le Pen n’a pas progressé, c’est celle de dirigeante, de chef d’équipe, de « manageuse » de l’équipe de campagne comme de l’équipe dirigeante du parti.

Or, le mélange entre le manque de confiance en soi – avec pour conséquence la propension à n’avoir autour de soi que des gens de puissance inférieure – et la trop grande affection pour les faibles – qui sont souvent des incompétents – aboutit à un mélange explosif de nullité crasse, de courtisanerie poussée à l’excès et d’absence totale de regard croisé sur les fonctionnements du quotidien. Or, depuis 6 mois, les bévues techniques de l’évanescente direction de campagne (oublions dans cette énumération toutes les erreurs stratégiques de la campagne) ont été spectaculaires. On pourrait citer, en vrac :

  • Les comportements personnels totalement hors-jeu de personnalités du premier cercle, capables de perdre tout contrôle suite à forte absorption d’alcool, voire d’autres substances, au point de ne pouvoir prendre la parole lors d’événements majeurs ;
  • La désorganisation absolue de la production du programme présidentiel : les fameux Horace qui ont tant et tant travaillé pour la candidate et qui, eux, sont tous issus de fonctionnements publics ou privés généralement assez performants, n’en sont toujours pas revenus ;
  • L’incapacité à envoyer la bonne affiche aux bureaux de vote des Français de l’étranger. Le FN a été le seul à ne pouvoir le faire ; même les campagnes Cheminade, Lassalle ou Asselineau y sont parvenues !
  • L’absence totale de traitement, de suivi ou de recherche de mise en contact avec les donateurs qui font un don au plafond ; et plus généralement l’absence totale de stratégie de levée de fonds alors que l’ensemble des partis politiques majeurs ont pris beaucoup d’avance sur le sujet ;
  • L’absence, à deux jours du premier tour, de toute stratégie de campagne de second tour en fonction des divers scénarios possibles ;
  • L’amateurisme de la rédaction du discours de Marine. Ne peut-on trouver personne au FN pour écrire quelques belles pages sur la France et ainsi éviter que les amateurs ou les fainéants qui collationnent des bouts de texte sans en connaître l’origine mettent la candidate en porte-à-faux sur une accusation de plagiat ?
  • Des déplacements de campagne de second tour mal préparés (le fiasco de Reims, qui devait produire les belles dernières images de la campagne ; le déplacement breton post débat sous les œufs – quelle idée d’aller se mettre à 50 km du plus gros nid de militants de gauche à ce moment-là de la campagne ; le ridicule déplacement auprès du confidentiel et non moins ridicule Comité des Africains de France, …) ;
  • La calamiteuse préparation du débat. Au-delà du choix stratégique contestable, c’est la préparation technique qu’il faut incriminer. Pas de répétition physique en offensif, puis en défensif ; pas de stratégie « plan B » en cas d’échec de la stratégie « plan A ».

La technostructure du FN

La réalité, c’est que Marine Le Pen garde autour d’elle trois types d’entourage :

  • Des éléments notoirement faibles, incompétents, dépassés par l’enjeu et inorganisés, dont elle est la première à brocarder l’incompétence, voire à réprimander vertement et en public, mais dont elle ne parvient pas à se séparer ;
  • Un cercle familial ou péri-familial qui n’a malheureusement pas beaucoup d’autres lettres de noblesse d’efficacité politique que les liens du sang. Sœurs, beau-frère, conjoints divers, encombrent les accès à la candidate pour des bénéfices plus que discutables ;
  • Un cercle d’affidés qui, pour certains, peuvent être compétents (Florian Philippot) mais ont tous une fragilité, une fêlure intime que Marine connaît et qui les unit, créant ainsi un rapport malsain, au-delà de toute efficacité, de soumission – loyauté qui ne permet pas les remises en cause ou même les analyses les plus rigoureuses.

Il n’y a aucun secret dans la grande loi des organisations. Le dirigeant a les collaborateurs qu’il mérite. C’est lui qui fixe le niveau d’exigence, le système d’animation, de délégation, de reporting. Organiser cela n’est pas tomber dans une espèce de délire technocratique de l’entreprise privée et, au FN, les marges de progression sont considérables.

Là encore, la tâche de Marine est immense si elle veut changer les choses, dégager enfin un niveau d’efficacité et de professionnalisme à la hauteur des enjeux et surtout faire de son organisation quelque chose d’attractif pour l’extérieur. Il faut relever l’extraordinaire écart entre la propension du FN, de par son développement électoral, à proposer des postes et la très faible attractivité de ce dernier, qui n’a pris dans ses filets aucune pointure, ni comme tête d’affiche électorale ni comme profil « techno » désireux de se dévouer à la structuration ou l’animation du parti.

Entre sa structuration politique personnelle et sa capacité de dirigeante d’une organisation humaine, on voit que les enjeux personnels de transformation (de transfiguration ?) de Marine Le Pen sont immenses. Elle a néanmoins trois atouts qui plaident pour elle et pour cette capacité de remise en cause individuelle :

  • Un très fort instinct politique qui lui tient lieu de boussole pour compenser son absence de structuration idéologique. Si elle est lucide sur l’analyse de 2017 et déterminée (pour de bonnes ou de mauvaises raisons, la nature humaine étant ainsi faite) à être de nouveau en première ligne en 2022, elle est capable de profonds changements ;
  • Une très bonne capacité d’écoute. Il y a les leaders qui ne changent pas parce qu’ils n’écoutent ni n’entendent. Ce n’est pas le cas de Marine, qui sait entendre beaucoup de choses. Chez elle, c’est le passage à l’acte qui est souvent perçu comme trop coûteux. Sauf à ce qu’elle considère enfin comme un enjeu de survie pour elle la nécessité d’agir enfin ;
  • Une très grosse capacité de travail. Contrairement à l’image futile et désinvolte de sa jeunesse, la Marine Le Pen d’aujourd’hui est sérieuse, travailleuse et presque monacale. Son image est d’ailleurs la première victime de ce débat horrible où elle a renvoyé une cruelle image d’incompétence et d’impréparation qui ne correspondent pas à la réalité.

(A suivre)

Philippe Christèle
16/05/2017

Correspondance Polémia – 17/05/2017

Image : Les structures humaines du Front national : Marine Le Pen, présidente, Florian Philippot, vice-président, Nicolas Bay, secrétaire général.