Bobards 2024
Accueil | Société | Le déraisonnement climatique : voyage en Absurdie

Le déraisonnement climatique : voyage en Absurdie

Le déraisonnement climatique : voyage en Absurdie

par | 23 novembre 2023 | Exclusivité Polémia, Société

Par Camille Galic, journaliste et essayiste ♦ « La science du climat devrait être moins politique, tandis que les politiques climatiques gagneraient à être plus scientifiques. » C’est pourquoi, en réponse au fanatisme destructeur des écologistes, 1 609 scientifiques parmi lesquels deux lauréats du prix Nobel, l’Américain John F. Clauser et le Norvégien Ivar Giaever, viennent d’affirmer dans une Déclaration que « l’urgence climatique n’existe pas» car « les archives géologiques révèlent que le climat a varié tout au long de l’existence de la planète Terre, alternant les phases froides et chaudes de manière naturelle. Le Petit Âge Glaciaire s’est terminé pas plus tard que 1850. La période de réchauffement que nous connaissions aujourd’hui n’a donc rien de surprenant ». Mais que pèse la science face au fanatisme ?

Croisade contre les climato-sceptiques

Le 19 juillet, un groupe transpartisan de députés s’était réuni à l’Assemblée Nationale pour élaborer une proposition de loi visant à « améliorer le traitement médiatique du dérèglement climatique » par la soumission de tous les organes d’information hexagonaux à un « quota de sujets médiatiques portant sur le dérèglement climatique ». Mesure bien accueillie par les rédactions du Monde et de France Télévisions notamment alors que, comme le déplorait ici Éric Delcroix, il s’agirait ni plus ni moins que de créer un délit de climato-scepticisme aggravant encore le carcan imposé à la presse par les différentes lois liberticides.

Vers un délit de climato-scepticisme ?

La 42e session de la Conférence générale de l’UNESCO a lieu du 7 au 22 novembre sous la présidence d’Audrey Azoulay, ci-devant ministre français de la Culture et directrice générale de l’Unesco depuis 2017, avec pour thème la réponse à apporter aux « défis mondiaux causés par le changement climatique ». Enfin huit ans après son encyclique Laudato Si qui traitait largement du climat, le pape François, qui compte se rendre à la COP 28 prévue le 30 novembre à Dubaï et, de la tribune, haranguer les foules, a publié Laudate Deum : une exhortation apostolique sur l’écologie, où il estime urgent de changer le « mode de vie irresponsable du modèle occidental », auquel il impute la furie des éléments, une condamnation qu’il compte bien renouveler dans l’Émirat. Et tant pis si l’entourage princier, qui rêvent de voir Dubaï concurrencer New York ou Singapour quant à la hauteur des gratte-ciel (climatisés) et à l’immensité des centres commerciaux remplis d’innombrables fontaines, se soucie de la couche d’ozone comme de ses premières babouches.

En finir avec « l’Anxiocène »

Dieu sait pourtant que les ouvrages dus à ses scientifiques et critiquant l’hystérie climatique ne manquent pas. En août dernier, Johan Hardoy en récapitulait plusieurs, venus d’horizons et dus à des auteurs très différents. Mais rien n’y a fait— sauf peut-être le soutien à Gaza affiché par a Suédoise Greta Thunberg et qui a grandement fait chuter le prestige international de la grande prêtresse du retour à l’Âge (quasiment) de pierre.

L’urgence climatique en question

Le Déraisonnement climatique, dernier livre de François Gervais, ancien directeur de recherches au CNRS, professeur des Université et même expert du GIEC, aura-t-il plus d’impact ? On l’espère car le réquisitoire dressé par ce grand physicien contre les catastrophistes tenant le haut du pavé politico-médiatique est non seulement une mine de renseignements et donc d’arguments opposables aux militants écolos mais aussi un ouvrage bien enlevé et plein d’humour. Un tour de force sur un sujet aussi aride.

« La peur est un formidable instrument de pouvoir, remarque-t-il. Vu le machiavélisme frénétique avec lequel certains tentent de nous l’instiller quotidiennement, c serait plutôt “l’Anxiocène” qui semblerait le mieux décrire notre ère, s’il fallait lui donner un nom. »

Or, cette peur n’est nullement justifiée. N’en déplaise au Souverain Pontife qui voue aux gémonies les automobilistes alors que sa chère COP28 sera présidée par le PDG de la compagnie pétrolière nationale de Dubaï, « l’Europe n’est responsable que d’un dixième des émissions totales [de CO2], la France d’à peine un centième. D’ici 2050, sa “culpabilité” relèverait ainsi de l’ordre du millième de degré. Vous avez bien lu. De quoi sombrer dans une éco-anxiété à s’en rendre malade ? »

D’autant, rappelle-t-il en citant le Nobel de physique Robert Laughlin que « le climat échappe à notre contrôle, le changement climatique est une question de temps géologique, quelque chose que la Terre fait régulièrement d’elle-même, sans demander la permission à qui que ce soit… Elle ne se préoccupe pas de savoir si vous fermez votre climatiseur… Elle ne remarque pas que […] vous conduisez une voiture hybride… Les niveaux de CO2 dans le monde sont déterminés par un processus de régulation géologique. La preuve se trouve dans les profondeurs de la terre. » Au demeurant, le dioxyde de carbone CO2 n’est-il pas bénéfique à la nature ?  On lira avec intérêt le chapitre très éclairant qui lui est consacré.

Ajoutons que si la Terre n’en fait qu’à sa tête, il en va de même du Soleil dont les « facéties » rendent fous les météorologistes puisque, imprévisibles, elles sont à l’origine de la plupart des catastrophes climatiques frappant notre planète. Même si les Verts veulent à toute force en imputer la responsabilité aux humains trop humains car égoïstes et se souciant peu de l’avenir.

Il est d’ailleurs curieux que, tout comme les partisans des parcs éoliens indifférents à ce qu’il adviendra de ces gigantesques structures impossibles à recycler, les ennemis du diesel mais « enfants de la batterie » (électrique) ne s’inquiètent pas de la pollution engendrée par la production désormais massive de véhicules du même tonneau. Pollution — également massive — engendrée non plus par les forages pétroliers mais par l’extraction de ressources minérales dont notre auteur souligne qu’elle est « assortie de conditions d’exploitation parfois indignes […] s’agissant du travail de milliers d’enfants » : « Selon l’Agence internationale de l’Energie, le tonnage de cuivre est le double de celui d’un véhicule à moteur thermique. S’y ajoutent quelque 150 kilos de lithium, cobalt, nickel, manganèse et graphite. Pour obtenir 1 kg de la plupart de tels éléments, il faut habituellement traiter une tonne de minerai, ce qui en dit long sur le niveau des pollutions afférentes… Selon Bank of America, la consommation de nickel va augmenter de 500% d’ici 2050. Vous avez dit « sobriété” ? »

Nouvelle chasse aux sorcières

Au cours du voyage en Absurdie verte auquel il nous convie, François Gervais s’intéresse aux « vastes chasses aux sorcières » qui, après l’optimum médiéval des températures, coïncidèrent au XVIIème siècle avec le summum du Petit Âge glaciaire, quand « le vin gelait dans les carafes de Versailles », rapporte Saint-Simon. La froidure et les intempéries se succédant même au plus fort des étés, les mauvaises récoltes s’enchaînant evec leur corollaire, la disette, s’installèrent la révolte et le besoin de trouver des coupables. Certains se lancèrent dans des jacqueries, d’autres invoquèrent la main de Satan et, prenant pour prétexte la bulle Summis desiderantes affectibus lancée en 1484 par Innocent VIII sur les sorcières « qui changent le temps », se mirent à exterminer joyeusement celles-ci. Y compris, quel paradoxe ! de l’autre côté de l’Atlantique, dans cette Nouvelle Angleterre où régnaient sans partage les Puritains nostalgiques de l’antipapiste enragé qu’était Cromwell.

« Étude du foyer » à l’origine, l’écologie est devenue une religion dont les adeptes sont aussi fanatiques que les Pères Pèlerins du Mayflower. Cette fois, ce sont les climato-sceptiques qui sont démonisés et menacés du bûcher. Même, hélas ! en France, qui se voulait la patrie du rationalisme. Pour Noël, offrez donc — après l’avoir savouré — Le Déraisonnement climatique aux nouveaux zélotes. Peut-être cela les arrachera-t-il à leur délire.

Camille Galic
23/11/2023

Le Déraisonnement climatique, par F. Gervais. Ed. de L’Artilleur, septembre 2023, 278 pages, 20 €.

Camille Galic

Rendez-vous le 5 mars pour les Bobards d’Or !

Bobards 2024

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Voir aussi