Accueil | Société | Le confinement est-il efficace ? Deux états américains, deux stratégies, un même résultat

Le confinement est-il efficace ? Deux états américains, deux stratégies, un même résultat

Le confinement est-il efficace ? Deux états américains, deux stratégies, un même résultat

par | 8 mars 2021 | Politique, Société

La question de l’efficacité de la stratégie gouvernementale face au Covid-19 devrait être au centre de l’attention médiatique et politique. Force est de constater que ce n’est pas du tout le cas en France, et plus largement dans de nombreux pays occidentaux, où l’efficacité du confinement est vu comme une sorte de dogme indiscutable. Pourtant, de nombreux doutes très sérieux existent. Pour illustrer la complexité de la situation, voici une traduction – réalisée par un excellent contributeur de Polémia – d’un article du Daily Mail qui compare la Floride et la Californie. Bien entendu, « comparaison n’est pas raison » et de nombreux facteurs pourraient expliquer ce même résultat pour deux approches différentes. Mais il semble malgré tout impossible de continuer à croire avec ferveur à la seule solution du confinement lorsqu’on analyse les données de plusieurs pays de cette même manière.
Polémia.

Les confinements sont-ils d’une quelconque utilité ? Deux états américains ayant appliqué des politiques diamétralement opposées, se retrouvent au bout du compte avec le même résultat.

  • Le Gouverneur de la Californie Gavin Newsom, a adopté une attitude très stricte durant la pandémie du Coronavirus. Il a fermé les bars, interdit les diners, prescrit des obligations de port du masque, et limité tout rassemblement.
  • Par contre, le Gouverneur de Floride Ron DeSantis, a imposé très peu de fermetures d’établissements et déclaré qu’il faisait confiance au bon sens des habitants de Floride pour limiter la propagation du virus.
  • En considérant les faits récents, et en tenant compte du nombre d’habitants, la Floride a enregistré 8306 cas et 117 décès pour 100 000 habitants ; de son coté la Californie a compté approximativement 8499 cas et 130 décès pour 100 000 habitants.
  • Actuellement, chacun de ces états comptabilise entre 200 et 400 cas ainsi que 10 à 20 décès par million d’habitant, ce qui montre une courbe très identique sur les deux derniers mois.
  • Le nombre des entrées à l’hôpital est aussi très semblable : la Californie rendant compte de 24 hospitalisations pour 100 000 habitants et la Floride de 22 pour 100 000.

Depuis le tout début de la pandémie du coronavirus aux États-Unis, la Californie et la Floride ont été les deux états dont la prise en compte de la pandémie a été la plus diamétralement opposée.
Début mars, le Gouverneur de Californie Gavin Newsom a proscrit tout rassemblement, fermé les bars, interdit les diners au restaurant, imposé le port du masque et fortement recommandé aux habitants de rester chez eux.
Au contraire, le Gouverneur de Floride Ron DeSantis a décrété peu de mesures contraignantes, suspendant un arrêté empêchant le fonctionnement des entreprises et des restaurants et en septembre abrogeant les contraventions et amendes relatives au Covid-19.
Ces restrictions moins strictes signifient que les écoles n’ont pas été fermées dans tout l’État, et que le port du masque n’a jamais été rendu obligatoire.
En novembre il critiquait même les états comme celui de Californie qui imposaient des restrictions plus strictes et déclarait que, lui, faisait confiance ‘au bon sens’ de ses administrés.

Lors d’une interview pour ‘Fox News Business’ dimanche, DeSantis a mis en avant que la Floride eût choisi de remonter le moral de ses habitants pendant la pandémie alors que les états prônant le confinement, eux, mettaient leur population dans l’inactivité.
Il a déclaré au ‘Sunday Morning Futures with Marina Bartiromo ‘ : « Nous avons pris un bon paquet de mesures pour le COVID, mais en même temps nous avons soutenu le moral de notre État, sauvé notre économie, et je pense que nous serons les premiers sur la ligne de départ lorsque nous aurons mis le COVID derrière nous.

En dépit de ces différentes approches, les deux états se sont retrouvés au bout du compte, en gros dans la même situation. Une analyse parue sur Dailymail.com montre que sur les deux derniers mois les deux États ont vu que le nombre de cas de décès et d’hospitalisations a baissé d’un tiers.

Alors, les confinements ont-ils été nécessaires, et ont-ils été rentables ? La réponse est difficile à donner, mais les chercheurs disent qu’ils ont été profitables dans les premiers mois étant donné notre manque de connaissances sur la propagation du virus et comment en guérir.
Des études ont montré que les limitations de circulations et les restrictions ont sauvé de nombreuses vies, mais qu’elles pourraient être moins utiles désormais alors qu’une plus grande partie de la population acquiert une immunité naturelle par contact avec l’infection ou par l’immunité due à la vaccination – mais que la distanciation sociale et les masques sont toujours nécessaires afin de continuer à faire baisser le taux de cas et de décès.

Durant la pandémie, la Californie, (à gauche du tableau) a connu un taux de 8499 cas de COVID-19 pour 100 000 habitants tandis que la Floride (à droite du tableau), en a eu 8306 également pour 100 000 habitants. Récemment dans les deux états, on a enregistré une baisse rapide avec moins de 10 000 cas enregistrés chaque jour. La ligne en pointillés représente la moyenne nationale hebdomadaire et la ligne continue, les moyennes hebdomadaires de la Californie et de la Floride.

 

Aussi bien la Californe (à gauche sur le tableau), que la Floride (à droite du tableau), ont enregistré entre 10 et 20 décès par million d’habitants ces deux derniers mois. En fait la Floride a enregistré à peu près 130 cas sur 100 000, à comparer aux 117 décès pour 100 000 habitants en Californie. La ligne en pointillés représente la moyenne hebdomadaire au niveau national et la ligne continue, celle de la moyenne hebdomadaire de la Californie et de la Floride.

 

Les soins hospitaliers en Californie (à gauche), et en Floride (à droite), accusent une similitude frappante avec des pics visibles du début à la mi-janvier et des baisses depuis. La ligne en pointillés représente la moyenne hebdomadaire nationale, la ligne continue représentant les moyennes hebdomadaires de la Californie et de la Floride.

 

A regarder ces chiffres bruts, la Californie semble faire moins bien que la Floride.
Le ‘Golden State’, la Californie, compte un total de 3 399 878 cas, et un total de 46 843 décès – ces deux chiffres étant les plus élevés de tout les États-Unis.
En comparaison, la Floride compte un total de 1 827 373 infections et 28 779 cas mortels.
Néanmoins, il faut prendre en compte le nombre total de la population. La Californie dénombre environ 40 millions d’habitants, alors que la Floride en a 22 millions.
Lorsque l’on rapporte ces chiffres proportionnellement au nombre d’habitants, ces deux états ont des résultats très proches en matière de contamination.

D’après ‘le Covid Traking project’ la Californie et la Floride rendent compte d’une moyenne allant de 200 à 400 cas par million d’habitants, et ces deux états ont vu des baisses dans le nombre des cas lors de ces derniers jours.
Les deux états ont vu une courbe ascendante des cas culminant à un pic vers le 1er janvier – alors que l’augmentation en hiver a vu la montée rapide des taux d’infection et du nombre de décès –
Puis, quelques semaines plus tard, un début de diminution du nombre d’infections.

Le Docteur Stuart Ray, professeur de médecine à John Hopkins a dit au Daily Mail.com lors d’une précédente interview que les Américains voient en ce moment les effets de leur comportement positif, raison pour laquelle les courbes et les pourcentages paraissent dans ces états si identiques.

« Ce que nous constatons dans cette épidémie, est qu’elle suit des cycles » a-t-il ajouté. « Lorsque les populations sont inattentives, le virus infecte beaucoup de gens, mais nous avons vu de nombreux pics fléchir lorsque les gens devenaient sérieux »

Le nombre de décès nous enseigne la même histoire. D’après les rapports, la Floride a enregistré quelques 130 cas pour 100 000 habitants comparés aux 117 cas mortels pour 100 000 en Californie.
D’après COVID Tracking Project, les deux états ont comptabilisé entre 10 et 20 décès par million d’habitants sur les 90 derniers jours,
Une fois encore, leurs courbes semblent identiques, le nombre de décès culminant vers la mi-janvier, période qui a suivi la montée des cas, le nombre de morts étant par définition un indicateur retardataire.

Assez tôt lors de la pandémie, Ray a déclaré qu’il y a avait des pics relativement désynchronisés sur la côte est ainsi que sur la côte ouest. Il ne s’agissait pas de dire si les états allaient ou n’allaient pas atteindre un pic, mais juste de dire quand ils l’atteindraient, expliqua-t-il.
« Nous n’avons reçu aucun message cohérent du niveau national donc c’était une approche à hue et a dia, pour effectuer un contrôle » a ajouté Ray. « Ce que nous constatons par là est que lorsque les gens reçoivent des messages contradictoires concernant les taux d’infections …. Alors les gens deviennent plus prudents. »
« C’est le processus motivant qui vous convaincra de ne pas aller à ce rassemblement ou de porter votre masque. L’information a contribué à renforcer le message que les gens avaient en tête. « Vous savez (le coronavirus) c’est une belle affaire ».

Le Gouverneur de Californie Gavin Newsom a donné des ordres très stricts pendant la pandémie du coronavirus (lignes orange) par exemple bars et restaurants fermés et réouvrant petit à petit lorsque les cas sont en baisse (lignes bleues). Une fois que les taux augmentent, il promulgue à nouveau le confinement.

 

 


Le Gouverneur de Floride, Ron DeSantis a imposé très peu de fermetures (lignes orange), et s’est montré très critique envers les états telle la Californie qui ont appliqué des restrictions très dures, alors que les courbes indiquant le nombre d’infections étaient semblables. En fait, même avec des taux en progression il a choisi de réouvrir (lignes bleues), une grande partie de son état.

 

Peut-on comparer les deux états en ce qui concerne le nombre d’hospitalisations dues au COVID-19 ? Le COVID Tracking Project qui a comptabilisé les hospitalisations dans chacun de ces deux états ne dispose pas de chiffres pour toutes les hospitalisations déclarées en Californie tandis qu’en Floride ces données n’ont été rendues publiques qu’en juillet.
Au moment du pic, le 7 janvier, la Californie a déclaré un total de 22 851 personnes hospitalisées en une journée à cause du virus, tandis que la Floride en déclarait 7 762 le 14 janvier.

Ramenés à la base de 100 000 personnes, ces états ont un taux d’hospitalisation identique.

Il y a à peu près un mois, la Californie avait un taux d’hospitalisation d’environ 56 sur 100 000 habitants, alors que la Floride en avait un de 35 pour 100 000. Une analyse du DailyMail.com a indiqué que désormais le taux d’hospitalisation en Californie était de 24 pour 100 000 habitants alors qu’en Floride il était de 22 pour 100 000 habitants.

 

Cependant le Tampa Bay Times remarque que les taux de Floride ont été historiquement plus élevés jusqu’à maintenant.
Par exemple, en juillet dernier, la Floride annonçait 44 personnes hospitalisées pour 100 000, alors que la Californie en avait 22 pour 100 000 avant le nouveau pic en décembre dernier et début janvier.

Mais il convient de prendre en compte le facteur âge lorsque l’on parle d’hospitalisations. Plus d’un cinquième ou 21 % de la population de la Floride est âgée de 65 ans ou plus, ce qui représente sur une population totale adulte de 22 millions d’habitants un nombre de 4,6 millions d’habitants.
Si l’on compare avec la Californie, qui a une population adulte de 40 millions d’habitants, 15% sont âgés, et 6 millions ont plus de 65 ans.
Cela veut donc dire que davantage de gens en Floride sont susceptibles d’être victimes d’un virus qui touche les personnes âgées.

Lors de ces derniers mois, ces deux états ont connu des progressions fort similaires malgré leurs approches bien différentes, avec des pics en avril pour la Californie et en mai pour la Floride, avec une autre remontée pendant l’été et début janvier et avant de retomber à nouveau.

Traduction par Polémia d’un article du Daily Mail
08/03/2021

Source : Daily Mail

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

La Nouvelle Droite, à la source de l’idéologie identitaire en France ?

Par Johan Hardoy ♦ Stéphane François est un politologue dont les travaux portent sur les...

I-Média n°345 – Sécurité. Le coup de com’ de Macron

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Les Noirs américains tués par la police ne sont pas victimes de racisme

Par Nicolas Faure, ♦ Alors que Derek Chauvin a été jugé coupable dans un procès sous très...

Immigration. L’impossibilité de l’assimilation définitivement démontrée

Par Jean-Yves Le Gallou ♦ Court, incisif, percutant, arrivant à point nommé : le nouvel...

L’UE, rampe de lancement d’Emmanuel Macron pour sa réélection en 2022

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le président de la...

Identité Française ou identité européenne ? – Jean-Yves Le Gallou face au CERF

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, était interrogé le 17 avril dernier par...

Revenu universel. Du travail libérateur au chômage pour tous ?

Par Pierre Lours, essayiste et romancier, auteur de La Révolte des silencieux ♦ Le revenu...

Haro sur la musique : une blanche vaut deux noires !

Par Thierry De Cruzy, journaliste ♦ C’est nouveau, la musique a une couleur. Il y aurait...

Rébellion : le mot, l’idée, le potentiel – De l’Irgoun à Génération Identitaire

Par Philippe-Joseph Salazar, auteur de Suprémacistes ♦ Après avoir publié un premier...

I-Média n°344 – Notre-Dame : l’enquête patine, les médias enfument

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...