Articles

2 Dictionnaire

II. Dictionnaire de Novlangue : 300 mots nouveaux

Print Friendly

Michel Geoffroy, essayiste

♦ Suite Dictionnaire de novlangue V3 (2e série).

Après une première série de mots, voici la seconde batterie.


LEADER(S) DU MONDE. Expression trompeuse traduisant la prétention des chefs d’Etat occidentaux, sujets des Etats-Unis, à continuer de diriger l’humanité, alors que le monde devient au contraire chaque jour plus multipolaire et chaotique.

LÉGITIME DÉFENSE. Expression taboue. La légitime défense n’est quasiment jamais reconnue par la justice lorsqu’elle est invoquée par des Français de souche.

LETTRE (D’INFORMATION). Expression trompeuse désignant un document de propagande ou de publicité, en général payé directement ou indirectement par ceux que l’on désinforme, notamment dans le cas des bulletins municipaux.

LIBÉRER. Verbe trompeur désignant la soumission des individus ou des peuples à l’idéologie libérale/libertaire occidentale et aux forces du marché. Voir aussi « Liberté ».

LIGNE (EN). Expression sidérante annonçant en général que l’usager ou le client doivent faire eux-mêmes sur Internet ce que le prestataire ne veut plus prendre en charge (ex. : « services en ligne », « votre compte en ligne »).

LIMITES (DÉPASSEZ VOS). Expression publicitaire destinée à valoriser la fuite en avant incessante dans toujours plus de consommation. Voir aussi « Extrême » (*).

LOCATAIRE (DE MATIGNON). Expression alambiquée pour dire premier ministre, insistant sur le caractère révocable de la fonction.

LUTTE (EN). Expression emblématique de l’extrême gauche qui se prétend toujours en lutte contre le capitalisme ou le pouvoir ; en réalité, cette lutte n’en est pas une car les gauchistes sont au service de l’oligarchie et en tout cas elle est sans risque pour les prétendus lutteurs. Voir aussi « Extrême gauche ».

MAÎTRISE (DE L’ANTENNE). Euphémisme utilisé par le Conseil supérieur de l’audiovisuel pour dire censure des propos politiquement incorrects (« La maîtrise de l’antenne doit être proportionnée au discours de l’invité et donc particulièrement forte lorsque ce dernier se caractérise par l’exacerbation des antagonismes au sein de la société française et la justification de comportements discriminatoires », CSA, 1er décembre 2016).

MAJORITAIRES. Synonyme de Français de souche, dans certaines études de l’INED. Voir aussi « Natif » (*).

MANIFESTATION (NON DÉCLARÉE). Expression politico-médiatique employée pour justifier la répression policière des manifestations politiquement incorrectes (ex. : la manifestation des Identitaires à Calais le 12 mars 2016 a été réprimée car elle… n’était pas déclarée ! Par contre, les immigrants irréguliers de Calais ont tout à fait le droit de manifester).

MARGE (EN). Expression stéréotypée utilisée lorsqu’une manifestation politiquement correcte débouche sur des violences de la part de casseurs : on dit alors que ces violences ont eu lieu en marge comme pour suggérer qu’elles sont indépendantes de la cause défendue par les manifestants (ex. : « Violences en marge de Nuit Debout à Paris »). Lorsque la manifestation est politiquement incorrecte on dit, par contre, qu’elle a donné lieu à des incidents. Voir aussi « Incidents » (*), « Casseurs », « Débordements » (*).

MARTYR. Mot trompeur utilisé par les médias, à la suite des islamistes, pour désigner les djihadistes qui meurent en commettant un attentat, alors que les martyrs n’imposaient le martyre à personne en se sacrifiant pour leur foi. Voir aussi « Kamikaze » (*).

MEILLEUR. Mot publicitaire sidérant destiné à faire croire au consommateur qu’on lui fournit des produits de qualité.

MELTING-POT (creuset en anglais). Expression trompeuse destinée à faire croire que les Etats-Unis seraient un modèle de société multiculturelle, alors qu’en réalité la ségrégation sociale et ethnique y est très présente. La référence au mythe du melting-pot sert à justifier le discours sur le « vivre-ensemble » et l’immigrationnisme en Europe, alors qu’en réalité le melting-pot n’existe plus nulle part.

MENACER. Verbe trompeur utilisé à la place de mettre en garde (ex. : « En Corse, le FNLC du 22 octobre menace Daech », LeFigaro.fr du 28 juillet 2016).

MERCI. Mot utilisé constamment par la caste médiatique pour s’autocongratuler à longueur d’ondes. On remercie aussi les téléspectateurs de se soumettre à la tyrannie des écrans. Il y a de quoi, en effet !

MÉTÉO. Instrument de sidération et de fidélisation des téléspectateurs, à prétention scientifique, destiné à une population majoritairement urbaine et incapable de reconnaître désormais les signes météorologiques.

MIGRANT CLIMATIQUE. Expression trompeuse destinée à justifier un nouvel afflux d’immigrants irréguliers en Europe, cette fois au prétexte du réchauffement climatique.

MINEUR ISOLÉ. Expression compassionnelle désignant de jeunes immigrants illégaux bénéficiant de l’impunité judiciaire au motif de leur minorité. Mais curieusement certains de ces « mineurs » semblent très matures dans leur comportement, notamment sexuel.

MISE A FEU DIRECTE. Euphémisme utilisé par le ministre de l’Intérieur pour désigner l’incendie de véhicules, qui permet de ne pas comptabiliser les véhicules incendiés par propagation.

MOBILE (POLITIQUE). Expression lénifiante pour désigner un attentat djihadiste (ex. : « Le mobile de l’attaque serait politique » à propos de l’attentat au couteau commis par un « Allemand de 27 ans au cri de Allouha Akbar » dans une gare bavaroise, LeFigaro.fr et AFP du 9 mai 2016). Voir aussi « Flou ».

MONDE (CHANGE). Expression stéréotypée employée par l’oligarchie (« le monde change ») pour justifier le bouleversement de la société conformément à ses intérêts ; on dit aussi « le monde bouge » dans le même sens.

MOT DE PASSE. Symbole des paradoxes de la prétendue « société de l’information » puisque pour accéder à un service en ligne il faut de plus en plus de mots de passe. Voir aussi « Digicode ».

MUSULMAN. Mot sidérant désignant l’adepte d’une religion de paix et d’amour hautement respectable en Europe ; le musulman enrichit notre culture bien qu’il soit victime d’injustes discriminations de la part des Européens de souche. Nota : il est bien-pensant de dire que « les musulmans sont les principales victimes du terrorisme » et on ne doit jamais utiliser le mot musulman pour évoquer l’identité des terroristes islamistes. Le mot musulman ne doit être utilisé que dans un sens positif, sauf à se rendre coupable d’islamophobie. Voir aussi « Islam » (*), « Islamophobie », « Se radicaliser » (*).

NATION BUILDING. Anglicisme traduisant la prétention occidentale à créer de toutes pièces une société « démocratique », au mépris de l’histoire et de l’identité des peuples, le plus souvent suite à une guerre qu’ils ont conduite contre ladite société. Le nation building a en réalité échoué partout où on a prétendu le mettre en œuvre, notamment en Irak ou en Afghanistan, et a débouché sur le chaos et la progression de l’islamisme.

NATIONS UNIES. Expression trompeuse désignant l’organisation internationale qui fut longtemps dominée par les Occidentaux à fin d’imposer leur domination et de jeter les fondations d’un gouvernement mondial.

NATURE. Mot sidérant servant d’argument publicitaire et de justification à la mise en œuvre des programmes écologistes (au motif de la préserver). Curieusement, la seule nature dont il ne faudrait pas tenir compte serait la nature humaine. Voir aussi « Nature humaine » (*).

NEUTRALISER. Verbe signifiant réduire au silence pour les services spéciaux ; de nombreux djihadistes sont ainsi neutralisés après avoir commis leur attentat, ce qui permet peut-être d’éviter les révélations d’un procès public.

NEW YORK. Expression sidérante incarnant le summum de la culture pour l’idéologie dominante ; porter des vêtements faisant référence à New York constitue un signe d’allégeance à la Bête.

NIQUE (LA FRANCE). Expression ordurière très en vogue chez certains rappeurs mais absolument dénuée de tout contenu raciste pour la justice et les ligues de vertu « antiracistes ». Voir aussi « Baptous », « Kouffars ».

NO BORDERS. Organisation gauchiste ultra-violente et cosmopolite qui apporte son aide aux immigrants quand ils franchissent irrégulièrement les frontières européennes. L’organisation est notamment financée par l’Union européenne et G. Soros.

NON-MIXITÉ. Expression trompeuse signifiant interdit aux Blancs, utilisée pour le « camp d’été décolonial » organisé par des organisations communautaristes en août 2016 à Reims. Il convient de noter que ses organisateurs n’ont fait l’objet d’aucune poursuite pour discrimination.

NON VALIDE. Euphémisme politiquement correct pour dire handicapé (ex. : « Olympiades du vivre-ensemble : 1000 participants valides et non valides », Versailles Magazine, octobre 2016).

NOUNOU. Euphémisme trompeur pour désigner l’assassin d’un enfant à Moscou, une femme voilée qui déclare avoir agi à la demande d’Allah (ex. : « Une nounou décapite un enfant et brandit sa tête dans les rues de Moscou », LeFigaro.fr du 29 février 2016). Voir aussi « Décapitation ».

NUIT. Mot fétiche du culturellement correct ; très prisée par les bobos (ex. : « nuit des musées », « nuit blanche »).

NUIT DEBOUT. Manifestation gauchiste bénéficiant pour cette raison de la bienveillance du Système, car elle sert à détourner l’attention des vraies préoccupations populaires. Voir aussi « Extrême gauche » (*).

OCCUPATION. Action militante consistant à occuper des locaux à des fins politiques. L’occupation était un genre très prisé par l’extrême gauche et systématiquement relevé par les médias pour cette raison. Depuis que les jeunes Identitaires font de même, l’occupation semble moins sympathique.

OFFRE (SOUMISE A CONDITIONS). Expression permettant de faire de la publicité mensongère en toute impunité, puisque la plupart du temps ce qui est annoncé ne peut être « offert », tant les conditions requises sont en réalité restrictives. Voir aussi « Offert » (*).

OPPORTUNITÉS (GRANDES). Euphémisme, appliqué à un placement financier, signifiant : hautement spéculatif.

OPPOSANT (POLITIQUE). Qualificatif uniquement employé pour désigner celui qui défend une cause politiquement correcte ou conforme aux intérêts de l’oligarchie occidentale. Voir aussi « Hooligan », « Militant » (*).

PARACHUTE (DORÉ). Rétribution exceptionnelle que les dirigeants des grandes entreprises mondialisées se font attribuer au cas où il serait mis fin à leurs fonctions. Ce qui ne les empêche nullement de proclamer que « l’emploi à vie c’est fini » ou de réclamer un démantèlement de la protection sociale des salariés. Il est d’usage pour la classe politicienne de réclamer périodiquement une moralisation de ces pratiques, mais sans effet pratique. Synonyme : Privilège.

PARCOURS CITOYEN. Expression valorisant les différentes étapes d’une rééducation politiquement correcte de la population. Voir aussi « Parcours d’intégration » (*).

PAROLES FORTES. Expression trompeuse, en général destinée à valoriser des propos les plus platement politiquement corrects.

PARTAGÉ. Qualificatif trompeur utilisé pour faire croire que les thèmes identitaires, conservateurs ou populistes ne seraient pas majoritaires dans la population ; l’artifice de propagande consiste à tirer prétexte de la prise de position politiquement correcte de quelques individus, dûment médiatisée, pour conclure que la population serait partagée (ex. : « Accueil des migrants : la population de Louveciennes partagée », alors que les manifestants contre l‘accueil étaient plus d’un millier).

PASSAGE (A L’ACTE MORTIFÈRE). Définition alambiquée de l’attentat commis par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel à Nice le 14 juillet 2016, selon le procureur de Paris François Molins (le 22 juillet 2016).

PATRIOTE. Mot tabou s’il concerne un Français ; en novlangue on utilise plutôt les termes « nationaliste », « xénophobe » et surtout « d’extrême droite » afin de disqualifier le patriotisme. Voir aussi « Patriote venu d’ailleurs » (*).

 PAUMÉ. Qualificatif lénifiant souvent employé quand un jeune commet un crime ou un délit, pour suggérer qu’il n’aurait finalement pas conscience de ses actes et que ce serait lui la vraie victime. L’expression a même été utilisée aussi pour désigner l’un des assassins djihadistes du prêtre de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray en juillet 2016. Voir aussi « Jeune » (*).

PERCÉE. Mot subliminal employé lorsqu’un parti identitaire ou populiste progresse aux élections ; le mot a une connotation militaire comme pour souligner le caractère agressif et donc dangereux de cette progression.

PERQUISITION. Mot sidérant désignant une étape dans une procédure judiciaire, mais présentée dans les médias comme une présomption de culpabilité (ex :. « Perquisition au siège du Front national »). Voir aussi « Garde à vue ».

PERSONNALITÉ (PRÉFÉRÉE DES FRANÇAIS). Désinformation sous forme de sondages destinée périodiquement à faire croire que les Français se prononceraient en majorité en faveur de personnalités politiquement correctes, notamment du monde du spectacle.

PERSONNE (PERÇUE COMME NON BLANCHE). Expression alambiquée désignant les personnes de couleur par la secrétaire d’Etat à l’Egalité réelle, Ericka Bareigts. Voir aussi « Caucasien », « Non-mixité », « Race » (*).

PERVERS (NARCISSIQUE). Penchant naturel d’un homme pour la pudibonderie féministe.

PÉTER (LES PLOMBS). Expression lénifiante utilisée quand un individu de religion musulmane se met à commettre un acte violent, ce qui est bien sûr extrêmement rare et ne peut donc qu’être accidentel ou maladif. Voir aussi « Coup de folie », « Paumé ».

PEUPLE DE GAUCHE (*). Oxymore trompeur puisque la gauche a abandonné les classes populaires en se ralliant au néo-libéralisme et parce que le peuple autochtone vote de moins en moins à gauche.

PIERCING. Mode masochiste consistant à se fixer des anneaux ou des morceaux de métal dans le corps, sans doute pour exprimer le mépris post-moderne de sa propre nature. Voir aussi « Tatouages ».

PISTE. Terme d’origine policière utilisé pour différer le plus possible l’affirmation d’une réalité politiquement correcte (ex. : « la piste terroriste n’est pas exclue »).

PLAIE (AU COU). Euphémisme utilisé par Le Figaro pour ne pas dire que la victime du terroriste islamiste de Magnanville a été égorgée, le 13 juin 2016. Voir aussi « Décapitation », « Tué ».

PLAN. Mot sidérant destiné à suggérer que le gouvernement déciderait d’agir fermement contre quelque chose (ex. : « Valls dégaine son plan anti-djihadiste ») ; en général ces « plans » ne sont qu’un catalogue d’annonces médiatiques de portée variable, rarement suivies d’effets mesurables, en outre. Voir aussi « Mobilisation » (*).

PLAN (DE SAUVERGARDE DE L’EMPLOI). Expression trompeuse désignant un plan de licenciement depuis la loi Macron « pour la croissance et l’activité » de 2015. Voir aussi « Social » (*).

PLEIN (LES YEUX). Expression publicitaire en général associée à la vente de produits audiovisuels et destinée à suggérer que leur achat procurerait des sensations agréables. Voir aussi « Extrême » (*).

POINT GODWIN. Artifice de propagande consistant à disqualifier une opinion adverse en l’assimilant à un point de vue nazi ou relatif aux « heures sombres de notre histoire ». Le point Godwin (d’après Mike Godwin qui a le premier formulé cette loi) est atteint dans une discussion lorsque, faute d’argument, l’interlocuteur en arrive à invoquer la reductio ad hitlerum. Le recours au point Godwin constitue l’artifice de propagande essentiel de l’oligarchie pour contrer les dissidents.

POLLUTION. Synonyme de brouillard, utilisé principalement pour diaboliser les automobilistes et sidérer la population. Voir aussi « Pic de pollution » (*).

POSITIVE (ÉMISSION). Débat télévisé rassemblant uniquement des personnes partageant la même opinion, pour la chaîne France 2. Voir aussi « Positiver ».

 POST-VÉRITÉ. Selon le Dictionnaire de l’Université d’Oxford, la post-vérité est un mode d’influence médiatique au terme duquel « les faits objectifs ont moins d’influence que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles pour modeler l’opinion publique ». Les médias de propagande pratiquent donc largement la post-vérité ! Voir aussi « Emballement médiatique ».

PRAY FOR NICE. Expression anglophone d’impuissance des bisounours signifiant « Priez pour Nice » : en d’autres termes priez tardivement pour ceux que l’on n’a pas su protéger du terrorisme islamiste. Voir aussi « Bougie », « Drapeau ».

PRÉDATEUR SEXUEL. Expression diabolisante désignant un séducteur pour les féministes. Voir aussi « Harcèlement ».

PRÉDICAT. Le prédicat désigne la partie de la phrase ou de la proposition qui porte l’information verbale ou le commentaire relatif au sujet. A l’Education nationale, où comme l’on sait le niveau ne cesse de monter, le prédicat remplacera désormais l’étude du complément d’objet direct ou indirect, décidément trop compliquée pour les maîtres et les bambins, surtout s’ils sont allophones. Voir aussi « Allophone ».

PREMIUM. Terme publicitaire utilisé pour faire croire au consommateur qu’on lui vend un produit ou un service de qualité exceptionnelle.

PRÊTRE. S’il est catholique, n’intéresse les médias qu’à la condition d’être pédophile ou mort. Voir aussi « Pédophile » (*).

PRIMAIRE. Procédure consistant à élire au sein des partis des candidats à une élection présidentielle, introduite en France à l’imitation des Etats-Unis. La primaire permet de renforcer le rôle des partis dans l’élection présidentielle en contradiction avec l’esprit initial de la constitution de la Ve République. Elle sert aussi à remettre en selle médiatiquement les partis du Système, en focalisant « l’information » politique sur ces primaires.

PRISE DE PAROLE. Expression pédante destinée à valoriser un chahut gauchiste qui bénéficie de la bienveillance de l’oligarchie et des médias. Voir aussi « Nuit debout ».

PRISONNIER. Mot trompeur pour dire détenu ; la référence à la notion de prisonnier est destinée à provoquer un sentiment de compassion dans le public (ex. : « Français, fichés, anciens prisonniers : portrait des djihadistes », OrangeInfo du 30 juillet 2016).

PROBLÈMES PSYCHIATRIQUES. Expression relevant de la culture de l’excuse systématiquement utilisée lorsqu’une personne qui n’est pas française de souche commet des crimes ou des délits (ex. : « Fissenou S., connu pour des violences, vols et trafic de stupéfiants, était sorti de la prison de Fresnes (Val-de-Marne) en septembre dernier. Mais il souffre aussi de lourds problèmes psychiatriques », Le Parisien du 27 décembre 2016). Voir aussi « Antécédents psychiatriques », « Déséquilibré » (*), « troubles psychologiques » (*).

PROGRESSISTE. Terme un peu passé de mode désignant les personnes se réclamant de la gauche, c’est-à-dire aujourd’hui les partisans du néo-capitalisme et de l’idéologie libérale/libertaire : soit tout le contraire du progrès humain.

PROJET. Expression publicitaire désignant l’encouragement à de futures dépenses par l’endettement (ex. de publicité bancaire : « Nous finançons vos projets »).

PROJET PÉDAGOGIQUE. Expression pédante utilisée à l’Education nationale désignant l’abandon de l’enseignement des disciplines de base et consistant à livrer les élèves à eux-mêmes.

PROPAGANDE. Mot utilisé uniquement pour désigner la communication gouvernementale en Chine ou en Russie. Car il est bien entendu que les Occidentaux ne sont en aucune façon soumis à de la propagande.

PROPOSITIONS CHOCS. Expression trompeuse destinée à faire de la publicité autour de déclarations de politiciens, en général banales et qui, de toute façon, ne seront pas suivies d’effet dans la plupart des cas.

 PRORUSSE. Qualificatif diabolisant destiné à déconsidérer les responsables politiques, notamment en Europe de l’Est, qui ne se déclarent pas hostiles à la Russie. On ne dit jamais par contre proaméricain ou proallemand dans le cas contraire.

PUDIQUE (MODE). Euphémisme commercial pour dire mode exclusivement destinée aux femmes musulmanes voilées. Voir aussi « Burkini ».

QUENELLE. Mot désignant une spécialité gastronomique d’origine lyonnaise devenu politiquement incorrect depuis que l’humoriste Dieudonné en a fait un geste d’opposition au Système et au sionisme que reprennent ses admirateurs.

QUESTION. Mot marqueur de l’oligarchie qui se complaît à évoquer les questions de ceci ou cela (« cela pose la question de »), car elle est justement incapable d’apporter des solutions. Voir aussi « Problème » (*).

RACINE(S). Mot tabou pour les Européens, qui n’ont pas le droit de se réclamer notamment des « racines chrétiennes » de l’Europe. Par contre, le mot est tout à fait politiquement correct s’il est prononcé par un Africain ou un musulman.

RADICALISATION RAPIDE. Expression trompeuse consistant à faire croire que l’auteur d’un attentat à caractère islamiste serait passé à l’acte très rapidement et donc sans préméditation. Ce bobard a notamment été utilisé pour présenter l’auteur de l’attentat de Nice, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, alors que l’enquête a révélé qu’il avait préparé son acte depuis un an au moins. Voir aussi « Passage à l’acte mortifère ».

RADICALISÉ. Se dit d’un gentil musulman devenu mystérieusement un méchant djihadiste ; curieusement les bouddhistes ou les catholiques ne semblent pas sujets à ce mal étrange. Le mot s’emploie aussi pour éviter d’utiliser le terme islamiste et a fortiori musulman (ex. : « Deux détenues radicalisées de Fleury-Mérogis jugées pour menaces de mort », LeFigaro.fr du 12 janvier 2017). Voir aussi « Djihadiste » (*), « Islamisme » (*).

RECUEILLEMENT. Mot sidérant destiné à empêcher toute réaction de révolte contre les attentats islamistes et l’impunité dont bénéficient les djihadistes. Après chaque attentat on est ainsi prié de se « recueillir », ce qui revient à se soumettre et à se taire. Voir aussi « Deuil national », « Marche républicaine » (*).

RÉDUCTION. Mot publicitaire trompeur destiné à inciter à l’achat au motif que le produit en cause verrait son prix réduit. Voir aussi « Soldes » (*).

RÉFÉRENDUM. Mot tabou dans le cadre de la post-démocratie que la superclasse mondiale met en place. Pour l’oligarchie, ceux qui préconisent le recours au référendum sont toujours de dangereux populistes.

RÉFORMES RADICALES. Oxymore trompeur, désignant la plupart du temps des projets qui restent politiquement corrects (ex. : « Les réformes radicales de François Fillon », novembre 2016).

RÉFORMES STRUCTURELLES. Expression synonyme d’austérité, lorsqu’elle est invoquée par les institutions financières internationales.

RÉINVENTER (SE). Expression pédante en général employée par un homme politique qui vient d’essuyer un échec électoral : il annonce alors qu’il va se réinventer. Traduction : faire autre chose.

RELOCALISATION. Expression trompeuse signifiant l’hébergement des immigrants aux frais du contribuable et en général contre sa volonté, dans un lieu autre que celui de leur arrivée (ex. : « Le gouvernement veut relocaliser des immigrants de la jungle de Calais »). A ne pas confondre avec la remigration qui vise au contraire au retour des immigrés dans leur pays d’origine.

RÉPARTIR. Terme trompeur pour dire imposer, lorsqu’il s’agit de clandestins.

RESPONSABILITÉ (*). Synonyme de culpabilité lorsqu’il est question de la France (ex. : « Harkis : Hollande reconnaît la responsabilité de la France », LeFigaro.fr du 25 septembre 2016).

RETENIR (CE QU’IL FAUT). Expression stéréotypée servant à introduire, dans les médias, l’analyse politiquement correcte de « l’actualité » qu’il convient d’adopter si l’on veut rester bien-pensant.

RETENUE. Terme valorisant la soumission au politiquement correct de la part de la classe politicienne, notamment après des attentats islamistes : faire preuve de retenue dans ce cas consiste en réalité à ne pas dénoncer les causes réelles de l’islamisme ni à mettre en cause l’action insuffisante des pouvoirs publics.

RÊVE (DE). Expression publicitaire destinée à faire croire qu’un produit ou un service serait de grande qualité et bon marché (ex. : « Prix de rêve pour un Noël féérique avec SFR Family »).

REVENDIQUER. Verbe utilisé dans une tournure de phrase impersonnelle afin d’éviter d’affirmer le caractère islamiste d’un attentat (ex. : « Charleroi : Daesh revendique l’attaque à la machette », pour ne pas écrire que l’agression à la machette était islamiste, OrangeInfo du 6 août 2016).

RÉVOLUTIONNER (VOTRE QUOTIDIEN). Expression publicitaire sidérante présentant comme un progrès le fait de bouleverser les habitudes des gens et donc de les déstabiliser (ex. : « Entre l’agenda, le journal intime et le calendrier, le Bullet Journal est un outil qui va tout simplement révolutionner votre quotidien », LeFigaro.fr du 19 août 2016).

RIGORISTE (*). Euphémisme pour désigner un musulman soucieux de l’application littérale de la Charia. Voir aussi « Intégrisme » (*), « Islam rigoriste ».

RIRE (*). Elément très important de la propagande du Système destiné à démontrer que les gens sont heureux de vivre dans l’ordre libéral/libertaire. Le rire correspond au « happy end » des films américains durant la guerre froide et remplit la même fonction lénifiante. Les rires qui ponctuent certaines émissions sont même parfois factices car préenregistrés. Bien entendu, pour être accepté, le rire doit rester politiquement correct. Les applaudissements remplissent la même fonction que le rire, ainsi que le sourire dans la publicité commerciale (pour suggérer que si l’on achète tel produit on sera heureux ou joyeux). Voir aussi « Humoriste » (*).

RISQUES (A). Expression employée lorsqu’une élection se profile ; car pour le Système l’expression populaire est toujours problématique (ex. : « 2017 année à risques en France et en Allemagne »).

RIXE (A L’ARME BLANCHE). Euphémisme pour désigner des agressions quand elles ont des Maghrébins ou des immigrants pour protagonistes (ex. : « Sisco : la rixe à l’arme blanche a fait cinq blessés », OrangeInfo du 14 août 2016).

RUISSELLEMENT (ÉCONOMIE DU). Expression inventée par les idéologues néo-libéraux et destinée à faire croire que si les riches s’enrichissent plus vite que le reste de la population, notamment grâce à la dérégulation financière, cela finira par profiter à tous. L’expérience ne prouve pas cette théorie.

RUNNING. Anglicisme utilisé par les bobos pour dire course à pied (ex. : « Jamais les Français n’ont été aussi nombreux à pratiquer le running », LeFigaro.fr du 4 septembre 2016). Voir aussi « Food ».

SAC PLASTIQUE. Entité diabolique que les écolos interdisent au prétexte de lutter contre le réchauffement climatique. Voir aussi « Empreinte carbone » (*).

SAGA. Terme prétentieux désignant une succession de films déclinant un même thème, à des fins commerciales (ex. : « La saga de la Guerre des Etoiles »). Le mot saga fait référence aux récits épiques des anciens scandinaves, alors que ces productions hollywoodiennes n’ont rien d’épique.

SAISIE RECORD. Expression trompeuse destinée à suggérer une grande efficacité des services de police ou des douanes ; alors qu’en réalité le caractère record des marchandises saisies ne fait que refléter l’augmentation continue des trafics de toute sorte (ex. : « Saisie record de méthamphétamines à Roissy », LeFigaro.fr du 2 septembre 2016).

SALARIÉ. Terme commençant à entrer en désuétude compte tenu du chômage et de l’augmentation du recours au statut de travailleur indépendant, qui représenterait 30% de l’emploi en entreprise désormais. Voir aussi « Slasher », « Travailleur » (*).

SALUER. Verbe exprimant l’impuissance du politique qui se borne à suivre les événements au lieu de les conduire (ex. : « Cop 21 : Hollande salue la ratification de l’accord par Pékin et Washington », le 3 septembre 2016) ; on dit aussi condamne dans le même registre impuissant.

SANS FRONTIÈRES. Expression fétiche de l’oligarchie cosmopolite, qui présente toujours positivement le fait de ne pas rester dans le cadre étroit ou étriqué des nations. Expression synonyme d’apatride. Voir aussi « No borders ».

SATIRIQUE. Se dit d’un journal ou d’une émission qui prétendent faire rire le public, mais à la condition d’être politiquement correct (ex. : le Petit Journal de Canal+ serait une émission satirique pour LeFigaro.fr du 9 mai 2016). Voir aussi « Humoriste » (*), « Polémiste » (*), « Rire » (*).

SENSIBILISATION. Mot trompeur pour dire propagande (ex. : « Semaine de sensibilisation contre le racisme »).

SEUIL (DE TOLÉRANCE). Expression politiquement incorrecte quand on l’applique à l’immigration ou à l’islam.

SLASHER. Salarié qui pratique plusieurs métiers à durée déterminée pour essayer d’améliorer sa situation précaire (8% des salariés seraient dans cette situation) ; le terme slasher fait référence à la barre informatique de séparation (/).

SOCIÉTÉ INCLUSIVE. Expression désignant en France l’incitation faite aux autochtones de s’adapter aux mœurs et à la religion musulmane des immigrants. Il ne s’agit même plus d’intégration mais de soumission. Voir aussi « Inclusif » (*), « Accommodement mutuel ».

SOTTISE. Comportement ou affirmation politiquement incorrecte aux yeux des politiciens « de droite » (ex. : Alain Juppé dénonçant en octobre 2015 « la sottise qui inspire la caricature d’une France de race blanche »).

SOUMETTRE (SE). Faire preuve de « compréhension » vis-à-vis du comportement des allogènes et notamment de l’islam. Voir aussi « Apaiser les tensions ».

SULFUREUX. Qualificatif employé pour disqualifier des propos politiquement incorrects ; la référence au soufre vise à suggérer le caractère diabolique des propos visés (ex. : des thèses sulfureuses).

TATOUAGE. Mode consistant à se couvrir le corps de tatouages compliqués, à prétention artistique, comme les mafieux japonais. Pour les hommes, cette mode sert de substitut à leur perte de virilité au sein du matriarcat occidental. Voir aussi « Piercing ».

TENDANCE. Mot sidérant utilisé à des fins publicitaires pour annoncer une nouvelle incitation à l’achat (ex. : « Les nouvelles tendances de l’année ») ou pour valoriser la soumission au politiquement correct (ex. : « C’est tendance »). Voir aussi « Mode » (*).

TENSION (SOUS). Euphémisme utilisé lorsqu’un représentant de l’oligarchie se fait conspuer par la population (ex. : « Visite sous tension de François Hollande au Salon de l’Agriculture le 27 février 2016 », pour ne pas reconnaître que François Hollande s’est fait huer). Voir aussi « Chahuté ».

TENSIONS (*) INTERCOMMUNAUTAIRES. Expression floue destinée à cacher qui est vraiment à l’origine de ces tensions, et qui sert à placer sur le même plan agresseurs et agressés (ex. : « Haute-Corse : tensions intercommunautaires après une violente rixe », MétroNews du 16 août 2016).

TERRORISTE FRANÇAIS. Expression trompeuse dans la mesure où ces terroristes n’ont rien de français car ils haïssent la France. La référence au caractère français du terroriste sert à masquer son identité musulmane. Voir aussi « Belge ».

TIRS. Expression destinée à cacher l’identité des auteurs des coups de feu (ex. : « Trois policiers américains victimes de tirs à Baton-Rouge », pour ne pas dire que le tueur était afro-américain). Voir aussi « Attaque » (*), « Camion fou », « Fusillade ».

TOUS (UNIS CONTRE LA HAINE). Slogan bien-pensant et expression trompeuse destinée à faire croire que seules les personnes d’origine étrangère et musulmanes seraient victimes du « racisme », et avant tout destiné à détourner l’attention sur le péril islamiste en Europe. Ce slogan correspond aussi à la tentative d’assimiler populisme et islamisme. Voir aussi « Fraternité ».

TRADITION(NEL). Accroche publicitaire destinée à faire croire aux acheteurs potentiels qu’un produit serait conforme aux traditions nationales, notamment culinaires. Le terme sert aussi à relativiser les violences urbaines (ex. : incendier des voitures le jour du Réveillon serait « traditionnel »).

TRAFIC NORMAL. Expression employée dans les transports publics, valorisant un fonctionnement nominal, ce qui est de plus en plus exceptionnel.

TRAVAIL. Mot trompeur pour dire salariat. Voir aussi « Travailleur » (*).

TRAVAILLEUR DÉTACHÉ. Personne d’origine européenne qui travaille dans un autre pays en conservant le droit social de son pays d’origine. La focalisation sur les conséquences économiques des travailleurs détachés européens permet de passer sous silence les conséquences, bien pires, de l’immigration extra-européenne.

TRAVAILLEUSE (DU SEXE). Euphémisme pour prostituée ; on peut dire aussi travailleuse de la rue dans le même sens. Voir aussi « Travailleur » (*).

TROUBLES DU COMPORTEMENT. Expression trompeuse utilisée lorsqu’un individu commet un attentat ou une agression pour tenter de masquer le caractère islamiste de son acte (ex. : « Un homme qui tirait de la fenêtre de son appartement a été interpellé mardi matin, dans le centre-ville de Cambrai. L’individu encagoulé criait “Allah akbar”. Selon les informations du journal, l’homme souffre de troubles du comportement », Europe 1 du 30 août 2016). On dit aussi troubles psychologiques dans le même sens. Voir aussi « Antécédents psychiatriques », « Déséquilibré » (*).

TRUBLION. Euphémisme pour dire racaille (ex. : « Andrésy : les policiers agressés par une trentaine de trublions », Le Parisien du 30 juillet 2016). Voir aussi « Festif » (*), « Jeune » (*).

 TUÉ. Terme utilisé afin de cacher que des victimes ont été sauvagement assassinées (ex. : « Prise d’otages dans une église près de Rouen ; le prêtre tué », LeFigaro.fr du 26 juillet 2016 ; en fait le prêtre a été égorgé par les islamistes). Voir aussi « Décapitation », « Plaie au cou », « Tué par balles », « Image choquante ».

 VIGILANCE (*) (ORANGE). Expression trompeuse destinée à faire croire que les pouvoirs publics pourraient agir pour assurer la sécurité des Français, alors qu’ils se bornent la plupart du temps à constater un état de fait (ex. : « Canicule : Météo-France étend la vigilance orange à 37 départements », LePoint.fr du 24 août 2016).

VIOLENCES (POLICIÈRES). Grand classique de l’extrême gauche et des médias de propagande ; la mise en scène des « violences policières » sert à justifier tous les débordements violents, notamment dans les banlieues. A noter que pour les médias, les participants aux Manif Pour Tous n’étaient, par contre, jamais victimes de violences policières. Voir aussi « Contrôle au faciès ».

VISION (PALÉOLITHIQUE DE LA SOCIÉTÉ). Pour Alain Juppé les salariés qui refusent de travailler le dimanche exprimeraient une « vision paléolithique de la société » (présentation de son programme économique le 10 mai 2016).

 WELCOME (bienvenue en anglais). Expression favorite des dhimmis européens, incapables d’empêcher l’installation violente d’étrangers sur leur territoire (« Refugees welcome » : bienvenue aux réfugiés = expression sidérante et anglophone par laquelle des Européens témoignent de leur soumission à l’invasion migratoire). Voir aussi « Accueil des migrants ».

WORLD TOUR. Anglicisme publicitaire pour dire tournée mondiale, destiné à faire croire qu’un artiste se produisant dans un pays serait une vedette internationalement reconnue et célébrée.

ZONE (DE NON-DROIT) (*). Expression trompeuse désignant les portions de territoire national soumises de fait à une morale clanique et aux règles de la Charia.

ZONE D’OMBRE. Expression utilisée pour essayer de suggérer que des faits allant à l’encontre de l’idéologie dominante ne seraient pas vraiment établis (ex. : « Le président de SOS Racisme Dominique Sopo […] met notamment en cause le maire PS de Sisco, qui à la suite des violences a pris un arrêté interdisant les burkinis sur les plages de sa commune alors que là n’est pas l’objet de la rixe sur lequel toutes les zones d’ombre devront être levées », Ouest France du 18 août 2016).

Michel Geoffroy
3/02/2017

142 mots

L’astérisque désigne des entrées figurant déjà ou en partie dans la précédente édition du Dictionnaire de novlangue (Via Romana 2015)

Total de cette publication (première et seconde séries) : 306 mots

Image : Le Dictionnaire de Novlangue, édition septembre 2015

Michel Geoffroy

Michel Geoffroy, ENA. Essayiste, contributeur régulier à la Fondation Polémia ; a publié en collaboration avec Jean-Yves Le Gallou différentes éditions du “Dictionnaire de Novlangue”.

Les derniers articles par Michel Geoffroy (tout voir)