Accueil | Europe | En Allemagne, les effets désastreux de la « loi anti-haine » sur les réseaux

En Allemagne, les effets désastreux de la « loi anti-haine » sur les réseaux

En Allemagne, les effets désastreux de la « loi anti-haine » sur les réseaux

par | 9 janvier 2018 | Europe

Le Courrier international commente le 5 janvier un article paru le même jour à la Une du quotidien allemand Neues Deutschland, ancien organe du Parti communiste est-allemand aujourd’hui proche du parti de gauche, Die Linke.
Polémia


« La liberté d’expression en danger », titre le quotidien de gauche Neues Deutschland, après l’entrée en vigueur des dispositions de la loi NetzDG le 1er janvier 2018 qui punit de lourdes amendes les réseaux sociaux en cas de propos haineux sur leurs plateformes. A l’origine de cette volée de critiques contre la nouvelle législation « anti-haine en ligne » en Allemagne, la suppression par Twitter et Facebook non seulement des propos d’une députée d’Alternative pour l’Allemagne (AfD, droite radicale) contre « les hordes de musulmans barbares et violeurs » mais aussi de la réplique ironique postée par la revue satirique Titanic pour la contrer et le blocage du compte du magazine pendant quarante-huit heures.

Si le ministre allemand de la Justice continue de défendre la loi au nom du « respect du droit » par Internet, la Fédération allemande des journalistes dénonce le fait qu’une « entreprise privée siégeant aux Etats-Unis décide des limites de la liberté de la presse et de la liberté d’expression en Allemagne ». Et la Fédération des patrons de presse allemands s’insurge elle aussi contre cette forme de « censure » pratiquée par « une police des médias privée » qui supplante l’Etat de droit. La peur de devoir payer très cher une entorse à la loi conduit les entreprises privées du Net à des pratiques « incontrôlées, opaques, disproportionnées » et pour tout dire « désastreuses », met en garde Neues Deutschland.

Le Courrier international
05/01/2018

Correspondance Polémia – 08/01/2017

Crédit photo : pixelkult via pixabay (cc)

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Bruno Mégret sur l’islamisme : « Ce que devrait dire le président de la République »

Par Bruno Mégret, polytechnicien, haut fonctionnaire, essayiste ♦ L’horrible assassinat du...

En 2017, un livre choc avertissait des ravages de l’islamisation à l’école

Par Camille Galic, journaliste et essayiste… ♦ En 2017, dans son ouvrage Tarek, une chance...

Assimilation, séparation ou remigration ?

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le prochain Forum de...

Alain de Benoist : « Trump, faute de mieux »

La date de l'élection américaine se rapproche à grands pas. Le choix entre Donald Trump et Joe...

Insécurité. Interdiction des feux d’artifice… et du bon sens ?

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

I-Média n°318 – Couvre-feu : les journalistes au garde-à-vous

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Covid-19. Le point sur la situation du Général Delawarde – Octobre 2020

Par le Général (2S) Dominique Delawarde – Ancien chef « Situation-Renseignement-Guerre...

États-Unis. Les enjeux énormes de l’élection présidentielle américaine

Par Michel Leblay, patron d’émission à Radio Courtoisie ♦ Encore plus que celle de 2016,...

Sophie Pétronin : le retour de la convertie

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Quand la radio publique appelle à la censure

Par Mathieu Bock-Côté, sociologue et essayiste ♦ La diversité idéologique est complètement...