Accueil | Exclusivité Polémia | Donald Trump veut lutter contre la censure des réseaux sociaux

Donald Trump veut lutter contre la censure des réseaux sociaux

Donald Trump veut lutter contre la censure des réseaux sociaux

Nous proposons à nos lecteurs la traduction exclusive d’un article de Breitbart sur le combat entamé par Donald Trump contre l’omnipotence des réseaux sociaux et les dérives de la censure sur ces réseaux.


Donald Trump signe un décret pour mettre un frein au « pouvoir incontrôlé » de Big Tech

Le président Donald Trump a signé jeudi à la Maison Blanche un décret visant à défendre la liberté d’expression sur les réseaux sociaux et à réglementer les entreprises de réseaux sociaux qui censurent sélectivement les utilisateurs.
« Nous sommes ici aujourd’hui pour défendre la liberté d’expression contre l’un des plus grands dangers », a déclaré le président, en référence au « pouvoir incontrôlé » exercé par les entreprises de médias sociaux aux États-Unis.
Le président a signé cet ordre dans le bureau ovale jeudi après-midi.
« Ils ont eu le pouvoir incontrôlé de censurer, de restreindre, de modifier, cacher, altérer pratiquement toute forme de communication entre des citoyens privés ou au sein d’un large public », a déclaré M. Trump.

Le président a critiqué le monopole croissant des entreprises de médias sociaux en Amérique, promettant d’agir pour changer le cadre réglementaire de ces entreprises.
« Il n’y a pas de précédent dans l’histoire américaine du contrôle d’une aussi grande sphère d’interaction par un aussi petit nombre d’entreprises », a-t-il dit.
M. Trump a déclaré que les actions éditoriales croissantes des médias sociaux pour contrôler le contenu de leurs plateformes mettaient en danger leur responsabilité en tant que plateforme publique neutre telle que définie par l’article 230 du Communications Decency Act
« Les choix que fait Twitter, lorsqu’il décide de supprimer, de modifier, de mettre sur liste noire, sont des décisions éditoriales, pures et simples, ce sont des décisions éditoriales », a déclaré M. Trump.

Le président a accusé ces entreprises de faire de l’activisme politique, qu’il a qualifié d’ « inapproprié ».
« Ce qu’elles choisissent de vérifier et ce qu’elles choisissent d’ignorer ou de promouvoir n’est rien d’autre que le résultat d’un groupe d’activisme politique », a-t-il déclaré.
M. Trump a déclaré que les réseaux sociaux avaient « plus de pouvoir et plus de portée » que n’importe quelle compagnie de téléphone ou n’importe quel journal ou média, et qu’il leur fallait davantage de réglementation.

Le procureur général des Etats-Unis, William Barr, a assisté à l’événement et déclaré que son bureau préparerait une législation pour empêcher les entreprises de réseaux sociaux de faire valoir leurs points de vue particuliers sur leurs plateformes.
« Ces entreprises se sont développées parce qu’elles se sont présentées comme des forums publics », a déclaré M. Barr, ajoutant : « Maintenant qu’elles sont devenues les puissants réseaux objets de tous les regards, elles ont changé et elles utilisent ce pouvoir de marché pour imposer des points de vue particuliers ».
Le président a également noté que le contrôle des entreprises de médias sociaux était devenu un enjeu bipartite, citant le soutien apporté par les démocrates à une telle réglementation.

Lorsque le journaliste d’ABC News Jon Karl a demandé pourquoi le président Trump n’avait pas supprimé son compte Twitter pour protester contre les décisions de cette société, Trump a répondu : « Si vous n’étiez pas aussi menteurs, je n’hésiterais même pas, je le ferais en un clin d’œil ».

Breitbart
31/05/2020

Source : Correspondance Polémia

Crédit photo : Domaine public, via FlickR

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

L’enjeu du coût gigantesque de la fraude sociale révélé par le magistrat Charles Prats

Par André Posokhow, consultant ♦ La fraude social est un phénomène majeur dont l'ampleur...

Le Général de Villiers, nouveau “chief happiness officer” du management

Par Philippe Schleiter, auteur de Management, le grand retour du réel ♦ Le Général de...

Islamisme. La France confrontée au terrorisme et aux menaces – La revue de presse de Radio Courtoisie

Par Michel Leblay et Laurent Artur du Plessis ♦ La revue de presse du Libre journal de...

Covid-19. Les données sur la surmortalité en Europe

Alors que le gouvernement français enchaîne les annonces inquiétantes sur la situation sanitaire,...

L’identité, cible de toutes les attaques

Par Laurence Maugest, essayiste ♦ Nous parlons beaucoup de souveraineté à juste raison....

Samuel Paty décapité : le réel contre la propagande

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

Islamisme. Pour sauver la France, la nécessité d’une législation d’exception

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

I-Média n°319 – Islamisme : la prise de conscience médiatique ?

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Bruno Mégret sur l’islamisme : « Ce que devrait dire le président de la République »

Par Bruno Mégret, polytechnicien, haut fonctionnaire, essayiste ♦ L’horrible assassinat du...

En 2017, un livre choc avertissait des ravages de l’islamisation à l’école

Par Camille Galic, journaliste et essayiste… ♦ En 2017, dans son ouvrage Tarek, une chance...