La boutique en ligne de l'Institut Iliade
Accueil | Société | Déconstruction, progressisme… La sécession comme horizon ?

Déconstruction, progressisme… La sécession comme horizon ?

Déconstruction, progressisme… La sécession comme horizon ?

Par Michel Geoffroy, auteur de : Le Crépuscule des Lumières, Immigration de masse. L’assimilation impossible, La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre des mondes ♦ Dans son court et premier essai intitulé Sécession[1], Yann Vallerie, le dynamique rédacteur en chef de Breizh-info.com, nous invite à une réflexion sur le politique et la Cité, même si le titre ne comprend pas de point d’interrogation.
Pourquoi Sécession ? Parce que, selon l’auteur, l’évolution de notre pays rend la sécession de plus en plus probable, dans la mesure où la France regroupe des gens qui n’ont plus rien en commun. La sécession constitue donc l’inverse du « vivre ensemble » officiel, une réponse en quelque sorte à tous ceux qui veulent imposer de force en France une société multiculturelle et multiethnique, donc fatalement multiconflictuelle.

La république contre la nation

Comme le souligne Piero San Giorgio dans la préface de l’essai de Yann Vallerie, Sécession entend tirer les conséquences du fait que « l’État est désormais l’ennemi de sa propre population[2] » et « qu’il est trop tard pour sauver ce système ou le modifier de l’intérieur[3] ».

La sécession, rappelle Yann Vallerie, est l’action « par laquelle une partie de la population d’un État se sépare de l’ensemble de la collectivité en vue de former un État distinct ou de se réunir à un autre[4] ».

Pourquoi alors invoquer la sécession alors que notre république se prétend une et indivisible ?

Parce que précisément la république progressiste se dresse, une fois encore, contre l’identité et la liberté du peuple en nous imposant le « pire de ce que nous ont apporté les Anglo-Saxons d’un côté et les Soviétiques de l’autre[5] » : le progressisme, la société inclusive, la dictature des minorités mais aussi la bureaucratie, l’égalitarisme, la judiciarisation permanente, la société du contrôle total.

Sécession - Le premier livre de Yann Vallerie
Lire cette vidéo sur YouTube.

Le refus, un droit sacré

Résultat : « l’atmosphère dans ce pays est de plus en plus irrespirable[6] » parce que la république entend « tout déconstruire, tout effacer, tout mélanger pour finalement vous contraindre à la soumission ou à la disparition[7] ».

La sécession résulte donc de « notre droit sacré » de refuser de nous soumettre à cette utopie cauchemardesque.

D’autant que les Français n’ont pas de patrie de rechange, à la différence des mondialistes qui se croient partout chez eux. Cela signifie que les Français ne pourront pas échapper confortablement à leur destin.

Quatre illustrations

Comme l’écrit Yann Vallerie, son essai n’est pas une fin en soi : il ouvre des perspectives qu’il appartient à chacun de méditer, de compléter ou d’incarner.

Pour ce faire, Sécession aborde, à titre illustratif, quatre thématiques principales : la sécession territoriale, la sécession éducative, la sécession médiatique et la sécession politique.

La sécession territoriale d’abord, qui consiste à « fuir les métropoles et investir massivement la ruralité et les villes moyennes[8] » afin de retrouver la nature, d’occuper l’espace et de renouer avec la vie communautaire.

Car, pour Yann Vallerie, des communautés soudées et enracinées auront la capacité de résister aux oukases de l’État remplaciste, pour reprendre la célèbre expression de Renaud Camus.

Le refus de la rééducation par l’école

La sécession éducative ensuite, parce que l’Éducation nationale n’instruit plus mais cherche seulement à rééduquer les petits Français pour leur faire accepter leur déchéance. Et pour imposer le politiquement correct dans les esprits des futurs électeurs. Pour cette raison elle n’a de cesse de s’en prendre aux familles, notamment sous prétexte de lutter contre le « séparatisme » islamiste ou de protéger les « droits des enfants ».

La « sécession par l’instruction » consiste à rejeter ce modèle en fuyant une nouvelle fois les métropoles, en renforçant le contrôle parental sur l’école, en choisissant et en aidant l’enseignement libre ou l’école à la maison. Et aussi en rétablissant le rôle éducatif des parents.

Yann Vallerie (Sécession) : « Pas un crime d'être contre la République française » [Entretien]
Lire cette vidéo sur YouTube.

Les pirates du Web

La sécession médiatique est aussi nécessaire car les médias mainstream sont devenus un instrument de formatage de l’opinion, au service de l’oligarchie progressiste et mondialiste.

Yann Vallerie relève qu’Internet offre de nouvelles possibilités d’échapper à ce formatage des consciences et qu’il est « impératif de proposer une alternative médiatique à la population pour lui ouvrir les yeux sur les problèmes que d’autres masquent[9] ».

C’est bien parce que le système a conscience que les pirates de l’Internet détruisent son monopole qu’il s’efforce de les censurer sous prétexte de lutter « contre la haine en ligne ».

Mais, pour Yann Vallerie, ce sera en pure perte car « ils ne pourront jamais empêcher la créativité naturelle des pirates du Web, qui ont toujours un coup d’avance sur les organisations et institutions officielles[10] ».

Créer de nouveaux rapports de force

La sécession politique, enfin.

Yann Vallerie affirme que nous devons nous repolitiser massivement, alors que le système politique national tourne à vide, tué par les fausses promesses à répétition et le clientélisme à outrance.

L’auteur nous invite à réinvestir la politique locale et donc à nous soucier de nos concitoyens. Car c’est à ce prix « que les idées que vous pourrez porter ensuite seront acceptées et adoptées par ceux qui vous entourent[11] ».

Et celui qui contrôle les institutions locales et la culture « a déjà fait un grand pas vers la libération progressive de son environnement le plus proche[12] ». Car il s’agit de créer de nouveaux rapports de force pour résister au déracinement qui vient d’en haut, comme l’ont montré en leur temps la révolte des Bonnets rouges contre l’écotaxe ou celle contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Des perspectives et des questionnements

L’essai de Yann Vallerie, bien que bref, ouvre de nombreuses perspectives. Mais suscite aussi des interrogations.

Est-il sûr par exemple que le système politique soit désormais irréformable, comme il le dit ? Réponse bien sûr en avril 2022 !

Peut-on croire que la république progressiste laissera se constituer en son sein des communautés autochtones en rupture ouverte avec son idéologie ? Peut-on donc imaginer un divorce cool, « sans armes, ni violence, ni haine », comme l’affirme Yann Vallerie ? Alors que l’histoire montre que les vraies sécessions ont rarement été paisibles.

La sécession est-elle la bonne réponse à la partition qui est en passe de se produire dans les banlieues de l’immigration ? Le recentrage sur le localisme ne constitue-t-il pas une autre forme de dépolitisation ?

Sécession, on le voit, est à lire car l’essai décapant de Yann Vallerie incite à se poser des questions.

 

Michel Geoffroy
17/02/2022

[1] Yann Vallerie, Sécession. Disponible auprès de Breizh Info, toutes les informations ici : https://www.breizh-info.com/2022/01/07/177464/secession-sortie-du-premier-livre-de-yann-vallerie-redacteur-en-chef-de-breizh-info-com/
[2] Yann Vallerie, Sécession, p. 13.
[3] Ibid., p. 15.
[4] Ibid., p. 17.
[5] Ibid., p. 19.
[6] Ibid., p. 20.
[7] Ibid., p. 21.
[8] Ibid., p. 31.
[9] Ibid., p. 66.
[10] Ibid., p. 71.
[11] Ibid., p. 78.
[12] Ibid., p. 80.

Michel Geoffroy
La boutique en ligne de l'Institut Iliade

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

« En Allemagne, le Grand Remplacement avance ! » – Entretien avec Thilo Sarrazin

Thilo Sarrazin est l'une des personnalités politiques les plus « controversées » – c'est-à-dire «...

Les 12 conseils de Viktor Orbán aux personnes de droite pour réussir politiquement

Traduction par Fdesouche d'un article d'About Hungary ♦ Dans son discours d’ouverture à la...

Viktor Orbán : « Cette décennie sera une ère de danger, d’incertitude et de guerre. »

Par le Visegrád Post ♦ Découvrez des extraits – choisis et traduits par la rédaction du...

Nouveau premier féministre : quand la flagornerie dépasse les « bornes »

Par Pierre Boisguilbert ♦ La réaction de l’idéologie médiatique à la nomination d’Élisabeth...

Ukraine : Otan en emporte l’Eurovision

Par Pierre Boisguilbert ♦ Les jeux étaient faits à l’avance. L’idéologique médiatique...

En Allemagne, l’AfD se déchire sur la guerre entre la Russie et l’Ukraine

Par Nicolas Faure, spécialiste de l’Allemagne et traducteur ♦ En Allemagne, comme dans le...

Quelques conseils de lecture en ces temps difficiles, par Jean-Yves Le Gallou

Par Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia ♦ Alors que la période à venir...

Guerre en Ukraine. L’ombre de Staline

Par Eric Delcroix, juriste, essayiste et écrivain, auteur de Droit, conscience et...

Excision : France terre d’asile ou de dangers pour les femmes menacées ?

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le 31 mars, une mère...

La réélection d’Emmanuel Macron vue d’Allemagne : « Vers un ordre mondial ouvert »

Par Nicolas Faure, spécialiste de l’Allemagne et traducteur ♦ En Allemagne, l'inquiétude...