Articles

La cérémonie des Bobards d'Or 2018 en vidéo !

[Bobards d’Or] Quinze conseils amicaux aux journalistes, par Jean-Yves Le Gallou

Par Jean-Yves Le Gallou, président de Polémia ♦ Lundi 12 mars dernier, Jean-Yves Le Gallou n’a pas manqué de conclure la cérémonie des Bobards d’Or 2018 en apostrophant les journalistes afin de leur offrir quinze conseils. L’objectif : tenter de les ramener sur le droit chemin.


Chers Amis jour­na­listes,

Je sais que vous souf­frez. Votre pro­fes­sion est sou­vent décon­si­dé­rée. Vous déplo­rez ce que vous appe­lez le « désa­mour envers les médias ». Sans par­ler de ceux qui pra­tiquent l’amour vache en vous affu­blant du sobri­quet de « jour­na­leux », de « jour­na­lope » voire de « jour­na­pute ». Et ce n’est rien à côté de Mélen­chon pour qui « la haine des médias et de ceux qui les animent est juste et saine ».

Un peu inquiétant pour vous tout de même que, de Marine Le Pen à Mélen­chon en pas­sant désor­mais par Wau­quiez, trois grandes for­ma­tions poli­tiques vous cri­tiquent. Le par­ti des médias, le PDM, appa­raît désor­mais comme le par­ti de Macron. Mais celui-ci vous méprise : il traite avec vos patrons, les oli­garques mil­liar­daires, pas avec les traine-savates des salles de rédac­tion.

C’est tout à fait regret­table. Il vous faut redres­ser l’image de votre pro­fes­sion. C’est dans cet esprit posi­tif et pro­gres­siste que je me per­mets de vous adres­ser ces quelques conseils :

  • Pour com­men­cer, faites un petit exer­cice d’introspection. Posez-vous la ques­tion : quel est mon métier ? Infor­ma­teur ou pro­pa­gan­diste ? Suis-je indé­pen­dant de mon patron ? Des gens qui me four­nissent des ménages, ces contri­bu­tions qui me rap­portent beau­coup pour peu de tra­vail ? Des appor­teurs de publi­ci­té qui font vivre mon média ? Des groupes de pres­sion qui font ou défont les car­rières et les répu­ta­tions ? Suis-je un contre-pou­voir ou un ins­tru­ment du pou­voir ? Que fais-je pour étendre mes marges de liber­té ?
  • Gar­dez en toute chose l’esprit cri­tique ! Ne pre­nez pas pour argent comp­tant la vul­gate mon­dia­liste, immi­gra­tion­niste et pro­gres­siste de votre pro­fes­sion. Ni la com des gou­ver­ne­ments et des entre­prises, encore moins celle des asso­cia­tions pré­ten­du­ment huma­ni­taires qui ne sont sou­vent que les faux nez d’intérêts par­ti­cu­liers et de puis­sances étran­gères.
  • Dites-vous que dans une guerre ou un conflit il n’y a pas d’un côté les gen­tils et les méchants : les gen­tils ukrai­niens et les méchants russes, l’odieux gou­ver­ne­ment syrien et les doux « rebelles modé­rés », les vilains boud­dhistes bir­mans et les déli­cats musul­mans rohin­gyas. Essayez plu­tôt de com­prendre les points de vue oppo­sés, allez sur place, ren­con­trez les dif­fé­rents pro­ta­go­nistes. Et ren­dez compte de la com­plexi­té des faits.
  • Méfiez-vous des bobards de guerre que vous ado­rez pour­tant relayer : ah les char­niers de Timi­soa­ra, ah cette méchante sol­da­tesque ira­kienne débran­chant les cou­veuses de Koweït City, et ces Serbes cruels per­sé­cu­tant ces pai­sibles Alba­nais du Kos­so­vo-Méto­chie, et que dire des ter­ribles armes de des­truc­tion mas­sive de Sad­dam Hus­sein.
  • Essayez de tirer la leçon des expé­riences men­son­gères pré­cé­dentes : pas sûr que le gou­ver­ne­ment syrien n’ait jamais uti­li­sé des armes chi­miques, pas cer­tain que tout ce qu’on nous raconte aujourd’hui sur l’Iran soit exact. Et même sur la Corée du nord : sa délé­ga­tion aux jeux olym­pique a été conduite par une chan­teuse dont les médias fran­çais et occi­den­taux nous avaient dit en 2013  qu’elle avait été… fusillée !
  • Gar­dez-vous des embal­le­ments média­tiques. Véri­fiez les faits et les infor­ma­tions avant de les relayer. Sur­tout si leur orien­ta­tion est poli­ti­que­ment cor­recte. Chaque année nous dénon­çons un « bobard total » celui que toute le presse a repris : 10 ans de bobards pour le meurtre de Jean-Claude Irvoas en 2005, meurtre, camou­flé dans un pre­mier temps, attri­bué dans un deuxième temps  à des Euro­péens (sic) ; bobard par déla­tion géné­rale d’un inno­cent lors de la fausse affaire de « l’ophtalmo raciste » ; bobard total aus­si lorsque le ter­ro­riste de Tou­louse fut pré­sen­té comme « Euro­péen aux yeux bleus »  alors qu’il s’agissait de Moha­med Mérah. Les médias sont encore en état de réci­dive men­son­gère en 2013 lorsqu’ils évoquent d’extrême droite à pro­pos du tireur de BFMTV et Libé­ra­tion : en fait un « anti­fa » du nom d’Abdelhakim Dekhar. Cha­peau les Sher­lock Holmes ! Bobard non moins total pour Théo­dore Lusa­ka, Théo, ce Congo­lais pré­ten­du­ment vic­time d’un viol poli­cier ; une accu­sa­tion relayée par toute la presse mais par­fai­te­ment men­son­gère comme l’a très vite éta­bli un rap­port de l’IGPN fon­dé sur l’analyse des images de la vidéo sur­veillance.
  • Quand vous vous trom­pez, assu­mez ! Ne chan­gez pas de manière orwel­lienne votre texte pour cacher votre bobard. Ayez le cou­rage de recon­naitre votre erreur, de vous excu­ser, de faire paraitre un erra­tum. Et de manière visible. Cela vous ne le faites jamais. Pour­quoi un tel silence sinon pour pou­voir conti­nuer à bobar­der ?
  • Évi­tez de hur­ler avec les loups, ne recou­rez pas à l’insulte, faites preuve de curio­si­té, voire d’empathie, pour tous, y com­pris pour ceux que le sys­tème « dia­bo­lise ». N’oubliez pas qu’eux aus­si ont droit à la pré­somp­tion d’innocence et à une infor­ma­tion équi­table. Accor­dez la même sur­face à un démen­ti qu’à une infor­ma­tion fausse, à une relaxe qu’à des pour­suites judi­ciaires.
  • Res­pec­tez un prin­cipe de pro­por­tion­na­li­té entre le fait géné­ra­teur d’une infor­ma­tion et sa cou­ver­ture média­tique. Évi­tez de par­ler davan­tage d’une contre-mani­fes­ta­tion que de la mani­fes­ta­tion qui l’a sus­ci­tée. Ne pla­cez pas sur le même plan un hap­pe­ning mobi­li­sant 5 Femen et une mani­fes­ta­tion ras­sem­blant des dizaines de mil­liers de per­sonnes.
  • Res­pec­tez les règles de l’arithmétique et de la dyna­mique des fluides. N’abusez pas du bobard cal­cu­lette. La même salle ne peut conte­nir 1000 per­sonnes quand elle réunit des gens mal pen­sants et 10 000 lorsque ce sont vos amis ou vos bailleurs qui l’occupent. La même place, le même bou­le­vard, la même ave­nue ne change pas de sur­face selon que la Gay pride ou la LMPT l’occupe.
  • Évi­tez le deux poids, deux mesures. Je vous donne juste un exemple. Le Média de Mélen­chon a eu droit à 1000 ou 10 000 fois plus de bruit média­tique que TV Liber­tés. Mais le rap­port d’audience – selon les sta­tis­tiques publiques de You­Tube — est de un à 5, voire de 1 à 10 entre les deux et qui plus est au béné­fice de TV Liber­tés ! Cette énorme dis­pro­por­tion, cette dif­fé­rence de trai­te­ment vous l’expliquez com­ment ? Oui, sérieu­se­ment, com­ment ? Ma ques­tion ne vaut pas que pour Libé ou Le Monde, elle vaut aus­si pour Le Figa­ro. Quel sens don­nez-vous au mot « infor­ma­tion ».
  • Méfiez-vous de l’AFP. Je sais, vous appre­nez dans les écoles de jour­na­lisme à prendre pour parole d’évangile les dépêches de l’AFP. Vous avez tort, l’AFP est une usine à bobards. Prix du jury 2018. Déjà titu­laire du bobard d’or 2015. Quand nous avons vou­lu remettre le tro­phée à ses diri­geants nous nous sommes heur­tés à un cor­don de CRS : la pré­fec­ture de police avait dépê­ché ses troupes pour pro­té­ger la police de la pen­sée ! L’AFP est une offi­cine d’information vicieuse. Méfiez-vous des titres, ils ne sont pas tou­jours conformes au conte­nu de l’article. Méfiez-vous des amal­games. Méfiez-vous des asso­cia­tions d’idées. Méfiez-vous du tem­po des dépêches : leur enchaî­ne­ment sert, selon les cas, à valo­ri­ser ou déni­grer un point de vue ou un évé­ne­ment.
  • Médi­tez la para­bole de la paille et de la poutre : la mode est au « fact che­cking », au contrôle des faits. Mais plu­tôt que de cri­ti­quer les hommes poli­tiques ou les médias alter­na­tifs qui ne vous plaisent pas, vous feriez mieux de balayer devant votre porte : d’éviter de pipeau­ter et de recon­naitre vos erreurs. C’est d’abord l’information de vos médias, amis jour­na­listes, qui a besoin d’un contrôle qualité/véracité. Accep­tez la concur­rence des médias alter­na­tifs. Ne cher­chez pas à impo­ser le mono­pole des médias offi­ciels.
  • Tout cela bien sûr est dif­fi­cile. Soyez cou­ra­geux. Tra­vaillez pour véri­fier vos infor­ma­tions et celles de l’AFP. Tra­vaillez pour recueillir des points de vue dif­fé­rents. Et pour éclai­rer — et non ahu­rir — ceux qui vous suivent.
  • Oui, tout cela est dif­fi­cile. Car plus vous tra­vaille­rez, plus vous décou­vri­rez ce que les puis­sants cherchent à cacher. Il vous fau­dra vous battre pour impo­ser les sujets dif­fi­ciles au lieu de vous abri­ter der­rière cette for­mule facile que j’ai sou­vent enten­due : « Com­pre­nez-moi, j’ai des enfants à nour­rir ». N’ayez pas peur.

Jean-Yves Le Gal­lou
Pré­sident de Polé­mia

Source : Site des Bobards d’Or

Crédit photo : Bobards d’Or


Événement le 2 octobre à Paris