La société de propagande
Accueil | Société | Bobards d’Or 2022. Bobard divinatoire : le coût humain du confinement tardif

Bobards d’Or 2022. Bobard divinatoire : le coût humain du confinement tardif

Bobards d’Or 2022. Bobard divinatoire : le coût humain du confinement tardif

par | 31 janvier 2022 | Société

La cérémonie des Bobards d’Or récompense tous les ans les meilleurs mensonges médiatiques de l’année. Elle aura lieu le 7 février prochain, au Théâtre du Gymnase (inscriptions ouvertes ici : https://www.weezevent.com/les-bobards-d-or-2022). En attendant cette cérémonie, un vote par internet est organisé afin de départager les 9 meilleurs Bobards, parmi les 12 présélectionnés, qui seront présentés au public le 7 février. Vous pouvez voir chaque Bobard et voter pour vos préférés à cette adresse : https://bobards-dor.fr/actualites/bobards-dor-2022-les-votes-sont-ouverts/.
Jusqu’à la fin des votes en ligne, Polémia vous présentera chaque jour les concurrents de cette année. Et, vous allez le voir, il y a du niveau !
Polémia

 

Bobardeur : Nathaniel Herzberg
Média : Le Monde
Date du bobard : 18 juin 2021

« Le lourd coût humain d’un troisième confinement tardif ». Voilà le titre de l’article de Nathaniel Herzberg dans Le Monde du 18 juin 2021.

Selon ce journaliste, appuyé par Edwy Plenel sur Twitter, le fait de ne pas avoir confiné une troisième fois assez vite aurait coûté la bagatelle de 14 600 décès. Une estimation basée sur un travail absurdement léger et critiquable.
« Le lourd coût humain d’un troisième confinement tardif »

« Le lourd coût humain d’un troisième confinement tardif »

Prophétie apocalyptique

Les journalistes du Monde ont rivalisé d’articles alarmistes sur la crise du Covid. Mais l’une de ces publications a particulièrement attiré l’œil des équipes des Bobards d’Or avec l’emploi d’un vocabulaire faussement dramatique et larmoyant couplé à un travail journalistique aux limites de la divination d’une bohémienne en roulotte !

En effet, quand Nathaniel Herzberg, « journaliste scientifique » du Monde, prend la plume, il n’y va pas à moitié !

Quand Nathaniel Herzberg, « journaliste scientifique » du Monde, prend la plume, il n’y va pas à moitié !

« Combien de vies humaines auraient-elles pu être sauvées ? Combien d’hospitalisations, de passages traumatisants en réanimation, de longues séquelles auraient-ils pu être évités si le gouvernement avait confiné les Français début février, comme le lui conseillaient les scientifiques, et non début avril, contraint et forcé par la saturation des hôpitaux ? »

Pour ce journaliste du Monde, le gouvernement aurait donc été trop laxiste et pas assez dur sur l’enfermement des Français !

Il s’interroge sur le nombre de morts dus à ce prétendu manque de fermeté du gouvernement et ses résultats sont apocalyptiques !

« Plus de 14 000 décès, près de 112 000 hospitalisations, dont 28 000 en réanimation, et environ 160 000 cas de Covid-19 long supplémentaires, selon les calculs du Monde : en retardant à début avril les mesures réclamées fin janvier par les scientifiques, le gouvernement a alourdi le bilan de la pandémie en France. »

Nathaniel Herzberg, journaliste ou diseur de bonnes aventures ?

Pour arriver à ce résultat, le journaliste du Monde, aidé de Pascal Crépey, épidémiologiste, a tout simplement décalé la courbe des décès observés de deux mois !

Nathaniel Herzberg, journaliste ou diseur de bonnes aventures ?

Ce qui donne ce graphique :

Le Monde

Évidemment, cette méthode simpliste a tellement de biais que les quelques usages du conditionnel dans cet article sont bien maigres.
Notez par exemple que la courbe bleue de l’infographie ci-dessus est présentée non pas comme une « estimation » ou une « hypothèse » mais bien comme un « scénario » !
Ce travail journalistique a provoqué de nombreuses réactions fustigeant son manque de sérieux. Un exemple parmi d’autres, la réaction du professeur Bertrand Guidet sur le problème méthodologique de cette étude :

Sur LCI toujours, l’épidémiologiste ayant chapeauté cet article du Monde admet finalement qu’il est « très difficile d’évaluer réellement l’impact d’une [telle] mesure ».

Enfin, Martin Blachier, épidémiologiste, a violemment attaqué cet article : « Ce qu’ils disent dans cet article n’est pas juste. […] Ce n’est pas du tout correct de faire ce genre d’article. […] Cette simulation est totalement fausse sur le plan méthodologique. »

Mais la méthodologie délirante de Nathaniel Herzberg, journaliste du Monde, n’a effrayé ni les directeurs de la rédaction ni… Edwy Plenel ! Le directeur de Mediapart a ainsi repris à son compte ce scénario catastrophe pour l’encenser sur Twitter.

Entre propagandistes et bonimenteurs, on se respecte !

Entre propagandistes et bonimenteurs, on se respecte !

Bobards d’Or
31/01/2022

La boutique en ligne de l'Institut Iliade

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.