Articles

Les Karens Chretiens

Birmanie : qui se souvient des Karens ?

Camille Galic, journaliste, essayiste…

♦ Comment, en une poignée de semaines, les Rohingyas – dont pas un Occidental sur cent millions n’est capable d’orthographier correctement le nom – sont-ils devenus par la grâce médiatique les héritiers des Bantous naguère victimes de l’abominable apartheid ou de la fantomatique « opposition syrienne » persécutée par le clan Assad ?

Dans Polémia, le 14 septembre, le chercheur en géopolitique Philippe Raggi a excellemment posé le problème sous le titre « Rohingyas : idéologies et approche victimaire » (*), celle-ci imposée à l’ensemble de la planète par le couple infernal islamisme-mondialisme.


Sous la houlette des ONG toutes dévouées au milliardaire apatride George Sörös et du Turc Erdogan, autoproclamé Commandeur et Défenseur des Croyants, la mobilisation en faveur des Rohingyas, dont la rébellion armée serait sauvagement réprimée par le gouvernement birman accusé, au surplus, de nettoyage ethnique – crime majeur qui légitima en 1999 l’agression de l’Otan contre la Serbie –, ne cesse donc de prendre de l’ampleur, à l’ONU comme dans les médias internationaux.

La campagne assourdissante à laquelle se livrent la plupart des médias est en total contraste avec le silence observé plus d’un demi-siècle durant, de 1948 à 2012, sur la persécution tout aussi musclée exercée par la junte birmane contre la minorité karen, victime de massacres et de déportations. Cela dans l’indifférence générale – sauf dans notre mouvance, alertée par le grand reporter de guerre Marc Charuel –, évidemment due au fait que le régime birman était communiste cependant qu’un bon tiers des Karens (aux côtés desquels certains nationalistes français partirent combattre) sont chrétiens, au contraire des Rohingyas qui sont musulmans.

Actuellement encore, 65% des Karens parqués dans des camps de réfugiés en Thaïlande sont chrétiens, descendants de leurs ancêtres évangélisés au début du XIXe par des missionnaires britanniques. Mais qui s’en soucie ?

Et pour rester en Asie, qui se souvient d’ailleurs du martyre (entre 100.000 et 200.000 morts pour une population de 800.000 habitants) subi par l’ancienne colonie portugaise et donc christianisée du Timor oriental, envahi puis unilatéralement annexé par l’Indonésie musulmane, dont l’armée le ravagea systématiquement jusqu’en 1999 ?

Comme on voit, toutes les victimes ne se valent pas aux yeux de la Morale unique.

Camille Galic
15/09/2017

(*) https://www.polemia.com/rohingyas-ideologies-et-approche-victimaire/

Correspondance Polémia – 16/09/2017

Image : En Thaïlande, chez les Karens, évangélisés il y a quarante ans à peine.