Articles

Affaire Griveaux : débauche politique, pudibonderie médiatique

Affaire Griveaux : débauche politique, pudibonderie médiatique

Print Friendly, PDF & Email

Une illustration de la dépravation de l’oligarchie (macronienne ou non) et qui se croit tout permis (plus de décence commune ; les vidéos ayant été tournées en 2018 lorsque Griveaux était porte parole du gouvernement). Les politiques sont « tenus » par la SCM par l’argent ou par le sexe (ou les deux à la fois) ce qui est le moyen d’assurer leur conformisme.

Le vrai scandale est dans le comportement de Griveaux plus que dans les révélations de Pavlenski le 13 février dernier.

Une affaire méphitique qui n’est pas sans rappeler les zones d’ombre de l’affaire Benalla.

L’empressement de la justice à poursuivre l’auteur présumé des fuites (Piotr Pavlenski et sa compagne Alexandra de Taddeo) et à l’empêcher d’organiser sa défense (en mettant en cause son conseil juridique Juan Branco) alors qu’il avait promis d’autres révélations sur d’autres hommes politiques, donne à penser.

La façon dont Pavlenski a accès à ces vidéos interroge également (même si Alexandra de Taddeo a été destinataire des vidéos envoyées par Griveaux avec lequel elle avait une liaison).

Les médias se sont évidemment mis à les diaboliser (notamment Apolline de Malherbe sur Bourdin Direct qui a joué les procureurs le 17 février 2020 contre Juan Branco) nouvelle preuve de leur grande indépendance vis-à-vis de la macronie !

L’affaire montre aussi la fragilité de la macronie, une nouvelle fois ébranlée par les révélations de deux paumés vaguement anarchistes.

L’affaire ne doit pas faire oublier qu’il était devenu urgent pour LREM d’exfiltrer Benjamin Griveaux de la compétition pour la mairie de Paris compte tenu de sa mauvaise campagne et de ses résultats médiocres dans les sondages (sondage Odoxa CGI Le Figaro du 27 janvier 2020 : Hidalgo : 23%, Dati 20% Griveaux 16%, Belliard (EELV) 14,5%, Villani 10% ). Sur ce plan les révélations de ses vidéos tombent à point, ce qui permet en outre de le présenter comme une victime.

Même si on peut douter que la candidature d’Agnès Buzyn permette d’inverser la tendance.

L’affaire peut aussi servir de prétexte à un renforcement de la répression sur les réseaux sociaux et notamment la remise en cause de l’anonymat qui est la cible des censeurs. Et aussi le prétexte à une nouvelle vague de complotisme anti-russe officiel (le bon complotisme évidemment).

Mais elle montre aussi une nouvelle fois qu’avec Internet et les réseaux sociaux il devient au pouvoir de plus en plus difficile de cacher la réalité (les vidéos auraient été vues par 4 millions de Français !).

Le plus comique est que Piotr Pavlenski avait reçu l’asile politique 2017 en France en tant qu’opposant à Poutine ! Mais maintenant qu’il s’attaque à la Macronie, il devient indésirable (et les médias comme par hasard rappellent maintenant ses antécédents judiciaires, preuve que l’on peut tout se permettre quand on bénéficie de l’asile en France !).

Michel Geoffroy

Print Friendly, PDF & Email

Michel Geoffroy

Michel Geoffroy, ENA. Essayiste, contributeur régulier à la Fondation Polémia ; a publié en collaboration avec Jean-Yves Le Gallou différentes éditions du “Dictionnaire de Novlangue”.

Cet article vous a plu ?

Prenez quelques instants pour vous abonner à la Lettre de Polémia afin de ne rater aucune publication.

Soutenez Polémia

Faites un don avec PayPal.