Articles

XXXe Université annuelle du Club de l'Horloge

XXXe Université annuelle du Club de l’Horloge

Print Friendly

RÉTABLIR
LA LIBERTÉ D’EXPRESSION

♦ Le pouvoir est au bout des idées !

Préférence nationale, Europe des nations, démocratie directe,
réinformation, superclasse mondiale, etc.
, le Club de l’Horloge,
depuis sa création en 1974, est la source des principaux débats
qui ont structuré la pensée politique de la France contemporaine.
Son université annuelle est un événement. Il faut y participer pour
y voir clair dans les forces idéologiques qui déterminent l’évolution
de la France et du monde.

Samedi 15 et dimanche 16 novembre 2014, dans les salles de l’USIC, 18 rue de Varenne Paris 7e

et
Dîner de gala
pour le quarantième anniversaire du Club de l’Horloge
le samedi 15 novembre 2014

 

Rétablir la liberté d’expression

La liberté d’expression est la raison d’être du Club de l’Horloge, depuis sa création il y a quarante ans, car nous voulons penser librement. Nous refusons la férule idéologique de la gauche, qui rétrécit la pensée. Pour imposer ses idées fausses, la gauche étouffe la liberté d’expression de toutes les façons. D’abord, par une législation scélérate, inaugurée par la loi Pleven en 1972, adoptée au nom de l’antiracisme par une majorité dite de droite. Ensuite, par une jurisprudence orientée, les tribunaux en rajoutant sur l’énoncé de la loi. On a vu récemment le Conseil d’État, naguère gardien des libertés publiques, interdire le spectacle d’un comique, puis censurer des propos tenus à la radio, bien qu’ils ne fussent pas contraires à la loi pénale.

Cependant, la censure va bien au-delà de la loi et des juges. Elle est à l’oeuvre partout dans la société, elle pourchasse l’indépendance d’esprit et la recherche de la vérité au nom du « politiquement correct ». L’idéologie dominante – qui est aujourd’hui le cosmopolitisme – n’a jamais mieux mérité son nom.

Il est urgent de dénoncer cette dérive fatale de l’esprit public. Il faut rétablir la liberté d’expression ! Tel est le programme auquel nous devons nous attaquer avec ardeur. Il est la condition du redressement national.

Henry de Lesquen

Samedi 15 novembre 2014 — matin

9 h : Accueil des participants

9 h 30 – 10 h 15

Séance d’ouverture

Introduction : la  superclasse mondiale contre les libertés

Jean Violette
politologue

Ce n’est pas seulement la liberté d’expression qui est mise à mal. A part la liberté d’aller et de venir, presque toutes les libertés publiques sont aujourd’hui victimes des abus de pouvoir commis par l’Etat.

10 h 15 – 10 h 45 – Rafraîchissements

Première partie : pourquoi nous voulons la liberté d’expression

10 h 45 – 12 h 45

La liberté de pensée, première des libertés publiques

Patrick Simon
avocat à la cour, vice-président de Radio Courtoisie,
auteur de
La main invisible et le droit 

Sans la liberté de pensée, l’homme perd non seulement les moyens, mais la volonté de défendre les autres libertés.

La conquête de la liberté d’expression en Occident

Philippe Nemo
philosophe, historien des idées, professeur des universités, patron d’émission à Radio Courtoisie,
auteur de 
Qu’est-ce que l’Occident ? et La régression intellectuelle de la France

La liberté d’expression est le couronnement d’une longue évolution, elle exprime le génie de l’Occident.

Débat sur les deux exposés précédents

12 h 45 – 14 h 45 – Déjeuner

Samedi 15 novembre 2014 — après-midi                                                  AFFICHE UNIVERSITE ANNUELLE 2014 DU CLUB DE L HORLOGE

14 h 45 – 16 h 45

Liberté d’expression et débat démocratique

Jean-Philippe Feldman
professeur des universités, avocat à la cour,
auteur de 
Mutations de la démocratie locale

La liberté d’expression est la condition de la démocratie authentique.

La liberté d’expression, source de la vérité scientifique ou historique

Henry de Lesquen
président du Club de l’Horloge,
patron d’émission à Radio Courtoisie,
auteur de 
Penser l’antiracisme

On ne peut faire confiance à l’opinion des savants que s’il est loisible de la contester.

Débat sur les deux exposés précédents

16 h 45 – 17 h 30 – Rafraîchissements

Dîner de gala à 19 heures en croisière sur le bateau “Ile-de-France” à l’occasion du quarantième anniversaire du Club de l’Horloge pour les personnes ayant réservé.

Dimanche 16 novembre 2014 — matin

10 h 15 : Accueil des participants

10 h 15 – 10 h 45 – Café et rafraîchissements.

Deuxième partie : comment on étouffe la liberté d’expression

10 h 45 – 12 h 45

L’Etat censeur : lois scélérates et jurisprudences orientées qui étouffent la liberté d’expression

François Wagner
avocat à la cour

Il faut revenir à l’esprit d’origine de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse.

Police de la pensée : comment coteries ou groupes de pression ont colonisé les media et assujetti l’Etat

Jean-Yves Le Gallou
ancien député français au parlement européen, président de Polémia,
patron du bulletin de réinformation de Radio Courtoisie,
auteur de 
La tyrannie médiatique

Le paradoxe des media, c’est qu’au lieu de contribuer au pluralisme de la pensée, ils sont devenus les instruments de l’idéologie dominante.

Débat sur les deux exposés précédent

12 h 45 – 14 h 45 – Déjeuner

Dimanche 16 novembre 2014 — après-midi

14 h 45 – 16 h 45

Comment l’Amérique a confisqué la liberté d’expression

Yvan Blot
philosophe, président d’Agir pour la démocratie directe,
consultant international, ancien député,
auteur de 
L’Europe colonisée

Autre paradoxe : alors que la constitution des Etats-Unis d’Amérique protège admirablement la liberté d’expression. celle-ci sert d’alibi à un pouvoir d’influence démesuré qui la dénature.

La liberté d’expression à l’ère de la communication numérique : faut-il domestiquer Internet ?

Yves Duhamel
consultant

Internet est comme la langue d’Esope, la meilleure et la pire des choses ; d’un côté, il a permis un développement fabuleux de la liberté d’expression ; de l’autre, il expose les individus à un contrôle généralisé de leurs faits et gestes.

Débat sur les deux exposés précédents

16 h 45 – 17 h 30

Séance de clôture

Conclusion : le combat politique pour rétablir la liberté d’expression

Henry de Lesquen
président du Club de l’Horloge,
patron d’émission à Radio Courtoisie,
auteur de 
Penser l’antiracisme

La liberté d’expression est nécessaire au redressement de la France.

17 h 30 – 18 h – Rafraîchissements

Départ des participants

 

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

La XXXe université annuelle du Club de l’Horloge est ouverte à tous ceux
qui s’intéressent au mouvement des idées et qui veulent y participer.
Vous pouvez y faire venir vos amis et relations.
Il est conseillé de s’inscrire rapidement, de préférence avant le 10 novembre 2014.

DATES

Du samedi 15 novembre, à 9 heures, au dimanche 16 novembre, à 18 heures.

LIEU

Dans les salles de l’USIC, 18 rue de Varenne, Paris 7e.
Métro rue du Bac ou Sèvres-Babylone..

DÉROULEMENT DES TRAVAUX

Les conférences dureront environ 45 mn et seront suivies d’un débat avec les participants.
L’ordre des interventions est susceptible de modifications. Les participants en seront avertis à l’ouverture de l’université.

LOGEMENT

Les participants qui souhaitent être logés à l’hôtel peuvent se renseigner auprès du secrétariat.

Le samedi 15 novembre, dîner de gala en croisière sur le bateau “Ile-de-France”
à l’occasion du quarantième anniversaire du Club de l’Horloge
pour les personnes ayant réservé.

REPAS

Les déjeuners seront servis dans le voisinage de l’USIC.

Le samedi 23 novembre, soirée libre

Club de l’Horloge

4 rue de Stockholm, 75008 Paris.

Tél. : 01 42 94 14 14.

Messagerie : cdh@cdh.fr

Web : www.clubdelhorloge.fr

PLEINS FEUX

L’Europe a-t-elle supprimé le monopole de la Sécurité sociale ?

Le Club de l’Horloge a publié, en 1989, Privatiser la Sécurité sociale, ouvrage dont le titre est explicite, et dans lequel il préconisait la mise en concurrence des caisses. Il y écrivait, en particulier :

« Les institutions de Sécurité sociale créées à la Libération sont un héritage des conceptions étatistes qui se sont épanouies dans les années trente. Elles forment, pour ainsi dire, un bloc de système soviétique immergé dans une société libérale. Elles illustrent deux grands principes typiquement socialistes : la vision “constructiviste” de la société, d’une part ; la socialisation de la morale, d’autre part ». Lire la suite