Articles

Syrie : vendre la guerre...

Syrie : vendre la guerre…

Print Friendly

 « Chez nous, on est dans une rhétorique où Bachar est “le Hitler de l’année“ ».

Polémia a relevé sur le site de Métapo infos un entretien avec François-Bernard Huyghe, cueilli sur le site de TV5 Monde et consacré à l’analyse de la propagande mise en œuvre pour convaincre l’opinion publique de la légitimité d’opérations de guerre contre la Syrie. François-Bernard Huyghe est l’auteur de nombreux essais consacrés à l’infostratégie comme « L ‘Ennemi à l’ère numérique », « Chaos, Information, Domination » (PUF, 2001) ou  « Maîtres du faire croire. De la propagande à l’influence  »(Vuibert, 2008). Il a dernièrement publié avec Alain Bauer « Les terroristes disent toujours ce qu’ils vont faire » (PUF, 2010).
Métapo  info & Polémia


Syrie : de l’art de vendre la guerre à une opinion récalcitrante

Pédagogie, explications, information de la part des dirigeants politiques occidentaux pour la promotion de l’utilisation de la force, mais propagande lorsque Bachar al-Assad s’exprime : la propagande n’existe donc pas en France et aux Etats-Unis et seulement ailleurs, comme en Syrie ?

Il est bien connu que nos idées sont des idées vraies, et que les idées des autres sont des idées mensongères et dangereuses ! L’usage du mot propagande fait lui-même partie de la propagande. Et il est entendu, que nous, les occidentaux, nous faisons de la communication, de la pédagogie, parce que, vous savez, le peuple n’est pas très malin, il faut un petit peu l’éclairer, tandis que les autres (qui ne sont pas nos alliés, ndlr) sont par essence mauvais, ils n’obéissent pas comme nous à un désir de justice et ils ont des intérêts immondes. Donc, leur parole est par nature mensongère. Le jeu pour qualifier l’autre de propagandiste est le jeu le plus classique de ce que l’on peut appeler « la vente de la guerre », une sorte de mise en forme de la guerre. La preuve de ce que je dis remonte à 1918, avec un Lord anglais, Lord Ponsonby qui a dénoncé les mensonges de guerre de son propre pays, l’Angleterre, lors de la première guerre mondiale. Il a donné un certain nombre de règles, de points (voir encadré, les méthodes de propagande en cas de conflit). Il y a par exemple, « nos adversaires utilisent des armes illicites, nous pas », et aussi « nos adversaires mentent et font de la propagande, nous pas », et surtout, « ceux qui croient ce que disent nos adversaires sont soit des imbéciles, soit victimes de la propagande ».

Mais, c’est aussi ce que font les dirigeants des pays comme la Syrie ou l’Iran ?

Bien entendu, on peut lire les échos de ces pays par leurs agences, en anglais et en français : les arguments sont retournés, ce sont les occidentaux qui sont par nature des impérialistes. Par exemple, Bachar el-Assad a expliqué que les Français étaient les « toutous du Qatar ». C’est un élément intéressant dans la propagande effectuée de l’autre côté : il donne une grille où ce sont les sunnites qui égarent les pauvres occidentaux pas très malins comme les Français, enfin leur président, en tout cas. Ce qui amène les Américains à faire des choses contradictoires avec leurs propres intérêts, puisque comme nous dit souvent Bachar, « vous êtes en train d’aider Al-Qaïda et les gens qui ont fait le 11 septembre. »

Assiste-t-on à une sorte de « vente de la guerre », présentée comme un produit auquel il faut adhérer, une guerre parée de vertus ? Il faudrait croire à une sorte de guerre nécessaire, qui ne s’en prend pas aux populations, mais seulement aux symboles du régime syrien ? Difficile à croire, non ?

Les arguments de vente sont importants : le produit est sans danger puisque grâce aux frappes chirurgicales vous ne toucherez que des méchants et vous ne serez responsable d’aucune victime civile innocente. Notez que les victimes civiles sont toujours innocentes. Vous ne prendrez aucune risque puisque des missiles très très perfectionnés vont faire le travail à distance. On insiste quand même sur le côté « aucun soldat ne sera perdu », et puis qu’Obama est beaucoup plus malin que Bush : il n’envoie pas des soldats sur un sol étranger. Enfin, il y a l’argument éthique qui est très important, puisqu’on nous dit que si nous ne faisons rien, nous serions des salauds, au sens « sartrien » du terme, c’est-à-dire indifférents à la souffrance des autres. Cette guerre, si elle se déclarait, a pour but de faire une punition morale, elle n’a donc en aucune façon l’objectif d’acquérir un territoire ou un avantage. Elle est désintéressée. C’est une guerre policière, nous sommes chargés par la communauté internationale, même si l’ONU vote contre nous, d’être les chevaliers de l’universel. On retrouve les trois éléments de la rhétorique d’Aristote : Ethos, pathos, logos. Ethos, avec l’obligation morale de faire cette guerre, pathos, avec le « regardez comme c’est horrible », et logos avec le « oui, c’est logique de la faire, en plus on va la gagner ».

L’adhésion de l’opinion est nécessaire pour les dirigeants, mais l’opinion se cabre : peut-on penser que les citoyens occidentaux, après les révélations des mensonges sur la guerre d’Irak de 2003, puis les fuites de Wikileaks, celles d’Edward Snowden, ne croient plus vraiment dans la parole de leurs dirigeants ?

Il y a plusieurs couches dans la réponse : un premier fait est évident, c’est qu’après s’être fait balader avec le canon de Saddam qui allait tirer des gros obus à gaz sur Jérusalem, les faux cadavres de Timisoara, le génocide du Kosovo où on allait retrouver des charniers partout, les armes de destruction massive de Saddam qui allait avoir la bombe atomique dans les trois semaines, le public est devenu très sceptique, il n’est pas idiot. Cela va de pair avec un scepticisme plus général : il y a de moins en moins de confiance dans la classe politique mais aussi envers les média. Dans le cas d’Obama, s’être fait élire en disant « je mettrai fin à la guerre d’Irak », ce qui est un mensonge puisque les accords de départ des soldats d’Irak ont été signés par les Républicains, avoir le prix Nobel de la paix en envoyant le même mois 30 000 soldats en Afghanistan, etc. C’est un peu difficile à avaler. Obama était dans l’image du bon démocrate pacifique opposé au crétin-sanglant Bush, et ce type merveilleux qui incarnait Martin Luther-King en joueur de golf, ce type merveilleux, ne libère pas les gens de Guantanamo, surveille la presse, laisse s’organiser une chasse aux sorcières de ses opposants par les services fiscaux. L’archange Obama est en train de défendre Prism, XKeyscore (les programmes de surveillance numérique planétaire de la NSA, ndlr). Sur la preuve de la responsabilité du régime syrien dans l’attaque chimique du 21 août, ce sont des écoutes qui sont censées être des preuves. Mais les écoutes n’ont pas été divulguée par le gouvernement américain, il y a seulement des retranscriptions où l’on entend un haut responsables du régime syrien poser des questions et qui dit : « mais qu’est-ce que c’est que ça, il y a eu une attaque chimique, est-ce que c’est nous qui avons fait cette chose là ? » Mais on n’a pas la réponse.

Que peuvent faire ceux, qui souhaitent l’intervention militaire ? Parler de Munich, comme Kerry, effectuer un parallèle entre Assad et Hitler ?

Chez nous, on est dans une rhétorique où Bachar est « le Hitler de l’année », le méchant qui tue son propre peuple. L’hitlérisation est un grand classique de la propagande. C’est ce qui est appelé le « point Godwin », une théorie qui établit que dès qu’une discussion devient un peu polémique et un peu stupide, l’un des participants va comparer l’autre à Hitler. Hitler est devenu un peu le pilier symbolique de notre civilisation, le « référent horrifiant », comme j’ai l’habitude de dire : ça paralyse totalement le raisonnement. Une des armes de la propagande dans ces domaines là, est de prêter des sentiments horribles ou des desseins horribles à l’autre. Vient ensuite l’argument, qui est déjà utilisé aux Etats-Unis, sur le fait que l’on ne fait que se défendre : si on laisse faire Bachar el-Assad cette fois-ci, tous les dictateurs feront pareil, et c’est donc très dangereux pour la sécurité des Etats-Unis.

On en vient à penser que la propagande est générale, et qu’il ne faut plus croire personne : comment savoir ce qui est de l’ordre de l’information et ce qui est de l’ordre de la propagande ?

Ca c’est un travail qui est dur : Churchill disait « la première victime de la guerre, c’est la vérité ». On peut dire que la propagande est extrême, donc tout doit être fait pour faire disparaître l’intelligence et la nuance. Mais je ne suis pas totalement pessimiste : il y a pas mal de mensonges de guerre, de bidouillages, qui ont été découverts, documentés après coup. Les lanceurs d’alerte américains révèlent pas mal de choses sur les malversations de leur pays. Des militaires américains ont dénoncé en Irak le fait que des néo-conservateurs étaient présents en grand nombre et faisaient remonter en permanence des informations redondantes qui allaient dans leur sens mais pas les autres. C’est une technique de propagande, là aussi, de manipulation de l’opinion : vous faites travailler des tas de gens des services de renseignement sur le terrain, etc, et ces gens gens là sont le plus souvent fort honnêtes. Mais il y a un moment où il faut que vous synthétisiez l’information, et si vous ne retenez que les éléments à charge, oubliez les autres, citez cinq fois ce qui va dans un sens et que vous évoquez à peine ce qui va dans un autre, vous obtenez des choses particulières. On peut penser à ce document de Matignon, présenté il y a quelques jours, comme preuve de la responsabilité du régime syrien dans l’attaque chimique et qui a été écrit par un énarque. Il n’y a aucune preuves dans ce document, mais un faisceau de présomptions, des convictions.

L’opinion pourrait-elle se retourner, en fin de compte, en faveur de l’intervention, une fois la « vente » de cette guerre effectuée : au cas où la proposition russe de destruction des armes chimiques ne fonctionnait pas ? Il est souvent discuté du façonnage de l’opinion, de la fabrique du consentement…

Très souvent, quelques jours avant une guerre, il est normal que les gens ne veuillent pas faire la guerre et sont plus portés pour qu’on cherche une solution politique. Ensuite, il y a le réflexe de légitimité une fois le premier coup de canon donné. Puis, la légitimité est concentrée le plus souvent par des révélations d’horreur qui sont découvertes. Là, en général, la « côte », si j’ose dire, de la guerre, remonte, surtout chez les plus de 50 ans, parce ce que sont des générations qui sont plus touchées par le sujet. Dans le cas de la Syrie, si il y avait intervention, il n’est pas certain que la légitimité « du premier coup de canon » fonctionne. Les images d’exécutions de soldats par des rebelles, celles du rebelle cannibale, sont un repoussoir. Plus le fait de ne pas vouloir faire la guerre avec Al-Quaïda, qui est un message qui prend bien aux Etats-Unis, comme celui, en France, d’être au service de l’Arabie saoudite et du Qatar, donc d’aider à massacrer des chrétiens. Ca n’aide pas. Surtout pour la France : quand on veut être les chevaliers universels mais sans preuves, sans l’ONU, sans l’Europe, et considérer des pays munichois pourris et immondes comme la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Allemagne et le Vatican, puisque le Pape est contre, là c’est dossier qui n’est en fin de compte pas très bien vendu dès le départ.

 François-Bernard Huyghe
propos recueillis par Pascal Hérard
(TV5 Monde, 11/09/2013)

Métapo infos
14/09/2013

Correspondance Polémia – 18/09/2013

Image : Accord Kerry-Lavrov sur la Syrie : la subtile diplomatie du chapitre VII