Articles

Euro 3

L’euro : vers la dictature? (2e partie)

Print Friendly

Voici l’analyse d’Antraigues, polytechnicien et auteur de précédentes contributions à Polémia

Du fait de contraintes de présentation, elle a été coupée en 2 parties

Comment « sortir de l’euro » ?

 Il s’agit évidemment d’un point clé, car l’euro est aujourd’hui à ce point indéfendable que sa défense se réduit à éviter tout débat, en l’hystérisant par l’annonce des pires catastrophes à la seule évocation d’une sortie de l’euro : mise de la France au ban des nations, dévaluation et hyperinflation, explosion de la dette qui devrait être remboursée en monnaie forte, le franc n’étant plus qu’une monnaie de singe, etc.


Notons tout d’abord un point essentiel : l’UE n’est toujours qu’une construction supranationale, qui laisse juridiquement intacte la notion de nation (et est donc de ce fait réversible).

L’euro n’est pas la « monnaie de la zone euro », mais la monnaie nationale de chacun des Etats de la zone euro, dont il se trouve qu’aujourd’hui elle leur est commune.

Remplacer l’euro par le franc (sur la base 1 franc = 1 euro, pour des raisons de simplicité évidente) est une opération uniquement technique, qui en soi n’a rien d’exceptionnel (l’histoire récente a vu de nombreuses sorties d’union monétaire, et il n’y a pas d’exemple que cela ait conduit à un échec). Notons qu’il s’agit d’une action avant tout immatérielle, la monnaie étant aujourd’hui pour l’essentiel dématérialisée.

Pour éviter tout risque d’action déstabilisatrice, cela nécessitera probablement un contrôle des capitaux pendant un certain temps, ce qui techniquement n’a rien d’extraordinaire et ne bloque en rien les échanges de biens et services (il est facile d’identifier les mouvements de fonds qui leur sont associés).

Il devrait y avoir une dévaluation du franc, puisque l’un des intérêts essentiels de cette opération est justement de permettre de redevenir compétitifs avec les autres pays développés (et en particulier avec l’Allemagne). Soulignons que des dévaluations, même importantes, sont des opérations qui n’ont vraiment rien d’exceptionnel, et que forte dévaluation ne signifie pas forte inflation. Ces dernières années la Grande-Bretagne, le Japon, l’Australie et le Canada ont dévalué leur monnaie d’environ 30% par rapport au dollar, et l’inflation y a à peine varié.

De plus, le montant nominal de la dette publique, exprimé en francs, ne serait pour ainsi dire pas modifié par cette dévaluation. En effet, 97% de la dette publique relève de contrats de droit français, et est donc libellée en monnaie nationale : les fluctuations du franc laisseront donc son montant nominal inchangé (de même que le montant de la dette publique française convertie en euro le 1/1/1999, sur la base de 1€ = 6,55957 F, a été laissé inchangé par les fluctuations de l’euro).

Le piège de la dette serait littéralement désamorcé, du seul fait de la possibilité retrouvée de la Banque Centrale de prêter directement à l’Etat (« monétisation de la dette»). Du jour au lendemain la France sera libérée de la tutelle de fait des marchés financiers.

Contrairement à ce que beaucoup pensent, et contrairement à la propagande actuelle, « monétiser la dette » n’est en rien inflationniste pour des montants allant jusqu’à 5% du PIB, ce qui serait très largement suffisant. C’est ce qui résulte d’un raisonnement global, que confirme l’observation de la réalité (en particulier la Grande-Bretagne et les Etats-Unis le font couramment). Voir là-dessus le § A du dossier :

http://www.polemia.com/wp-content/uploads/2014/05/dossier_euro_2014-05-05.pdf

Savoir comment se fera la sortie de l’euro, ce n’est pas le problème du jour. Il appartiendra au gouvernement français de le décider, en fonction du contexte du moment : sortie liée ou non à une sortie de l’UE, sortie concertée, sortie déclenchée par la France, sortie à l’occasion d’une crise déclenchée par d’autres pays, la France s’étant préparée à une réaction rapide…

Rien ne peut empêcher la France de reprendre sa souveraineté monétaire, puisqu’elle possède toujours tous les outils nécessaires, et rien ne peut réellement l’empêcher de les utiliser sans avoir à demander d’autorisation de la BCE ou de la Commission européenne.

Techniquement, une sortie d’union monétaire est une opération dont l’organisation demande assurément une certaine attention, et qui doit être faite dans le bon timing, mais qui n’a rien d’extraordinaire. Quant aux éventuelles actions déstabilisatrices, il n’y en aura que s’il est estimé qu’elles ont une chance de réussir.

A l’issue de cette opération, la France se retrouvera simplement dans la situation de l’immense majorité des pays de la planète, et sera ainsi infiniment moins vulnérable et plus respectée que maintenant.

Son endettement est très comparable à celui de la Grande-Bretagne qui, ce pays ayant gardé sa souveraineté monétaire (et en ayant d’ailleurs largement usé, ce qui fait que sa dette décroît maintenant), n’inquiète personne et ne compromet en rien son indépendance.

Le regain de compétitivité permis par une adéquation retrouvée de la valeur de sa monnaie à son économie lui permettra de commencer enfin à envisager une sortie de crise et une réduction progressive de son endettement. On notera qu’on nous explique depuis des années qu’il n’y a pas d’autre alternative que des « cures d’austérité », mais que personne n’a jamais été capable de présenter le moindre scénario de sortie de crise dans le cadre d’un maintien dans l’euro.

Cela ne signifie pas qu’il n’en résultera pas une certaine forme d’austérité, mais il s’agira cette fois ci d’une austérité porteuse d’avenir, puisque la France, qui est en train de disparaître en tant que pays de production, pourra redevenir vis-à-vis du reste du monde un peu plus productrice, et sera donc un peu moins consommatrice.

Il est évident que toute reconquête de souveraineté nationale devra être approuvée par référendum. Savoir si le référendum aura lieu avant, ou après, pour validation de la mise de l’UE devant un fait accompli, ce n’est, par contre, qu’une affaire de tactique.

Enfin, pour conclure, l’auteur de cet article ne peut résister au plaisir de citer les extraits suivants d’un dialogue entre le général De Gaulle et Alain Peyrefitte :

Alain Peyrefitte – Le Traité de Rome n’a rien prévu pour qu’un de ses membres le quitte.

Général De Gaulle – C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : “Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp !” Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça.

POINTS DIVERS

Ce qui s’est passé en Grèce n’a en aucune façon démontré qu’il était impossible de sortir de l’euro !

De façon générale il est très instructif de suivre ce qui se passe en Grèce, car les effets pervers de l’abandon par un Etat de sa souveraineté monétaire y sont accentués, et cela révèle en outre au grand jour la véritable nature de l’Union européenne.

Les leçons à en tirer sont en fait les suivantes :

  • Plus personne ne pense réellement que la Grèce pourra retrouver une situation normale en restant dans l’euro. Cette crise a eu au moins le mérite de donner lieu, pendant quelques semaines, à de multiples échanges de vue, et c’est ce qui en est ressorti (même Alain Juppé, le temps d’un week-end, a cru devoir adopter cette position).

Au demeurant tous les acteurs de l’accord Grèce-Eurogroupe du 13 juillet, par lequel la Grèce a obtenu un plan d’aide de 86 milliards d’euros en contrepartie de l’acceptation de mesures d’austérité et d’un programme de privatisation allant au-delà de ce qui avait été fait jusqu’à présent, savaient pertinemment que cet accord ne résoudrait rien : voir l’article de Jacques Sapir « L’euro, raison délirante »
https://russeurope.hypotheses.org/4111

  • Qu’il s’agissait donc d’une décision uniquement politique, dont l’objectif était le maintien coûte que coûte de l’intégrité de la zone euro. Cela a d’ailleurs été indiqué on ne peut plus clairement par François Hollande lui-même le 13 juillet (voir l’article ci-dessus de Jacques Sapir).
  • Qu’il est faux de dire qu’il n’y avait pas d’autre solution parce que les Grecs eux-mêmes, au vu de certains sondages, voulaient absolument garder l’euro : en votant à 61,3% non au référendum du 5 juillet, ils ne se sont pas laissé impressionner par l’argument majeur des partisans du oui, à savoir que le non entraînerait la sortie de l’euro, avec toutes les catastrophes censées en résulter.
  • Une confirmation de la place essentielle dans la stratégie mondialiste de l’extrême gauche, qui par principe exclut toute démarche nationale, et dont par ailleurs les positions extrêmes pour tout ce qui concerne le domaine sociétal et l’immigration vont tout à fait dans le bon sens. En l’occurrence cela a permis de stériliser le vote de rejet de tout un peuple.

Notons au passage que tout le monde avait eu le temps d’examiner le scénario de la sortie de l’euro, et qu’il s’était presque dégagé un consensus pour estimer que, après le référendum du 5 juillet, toutes les conditions idéales pour un « Grexit » étaient réunies, politiquement et économiquement :

  • Politiquement, Tsipras était certain d’avoir la majorité du peuple grec derrière lui et, pour justifier sa volte-face (car il avait été élu sur une imposture : faire croire qu’il pourrait mettre fin à la politique d’austérité en restant dans l’euro), il lui aurait été particulièrement aisé de faire constater qu’il ne quittait l’euro que contraint et forcé ;
  • Economiquement, une part très importante de l’épargne grecque avait quitté la Grèce, et dès la dévaluation du drachme elle serait revenue non dévaluée.

Voir l’article très détaillé de Jacques Sapir « Les conditions d’un “Grexit” »

http://russeurope.hypotheses.org/4089

  • Qu’il est inévitable que la Grèce fasse défaut sur une partie de sa dette, qu’elle reste dans l’euro ou non (à l’opposé de la France, la Grèce est presque exclusivement endettée en contrats de droit étranger, et une dévaluation du drachme retrouvé augmentera donc le montant nominal de sa dette).

Il n’est pas déraisonnable d’estimer à 50% (c’est ce qui s’est passé pour l’Argentine) le montant de ce défaut. Notons que, si l’on considère 30%, cela ne modifie guère les considérations qui suivent.

Cela signifie que la France ne devrait récupérer que la moitié des 60 milliards d’euros que, depuis 2008, elle a directement prêtés à la Grèce, ou pour lesquels, comme c’est le cas depuis la mise en place du FSEF (auquel a succédé le MES), elle s’est portée caution. La dépense publique se trouvera donc chargée de 30 milliards supplémentaires, ce qui enfoncera encore un peu plus la France.

Tout cela pour maintenir en place un système qui l’appauvrit et l’asservit.

30 milliards, c’est 1,5% du PIB de la France, c’est le budget annuel de la défense, c’est le gain espéré de plus d’une année d’austérité budgétaire, c’est 40% de l’impôt sur le revenu, c’est 3 fois le déficit annuel du régime des retraites que l’on prévoit d’ici quelques années du fait des discontinuités de la pyramide des âges…

De qui se moque-t-on ?

On notera au passage comment les montages appropriés mis en place par l’UE ont permis, par un véritable tour de passe-passe, d’éviter tout débat véritable. Imagine-t-on le gouvernement demandant au Parlement d’augmenter les impôts pour « sauver l’euro » ?

Le « gouvernement de la zone euro », étape vers la fédéralisation, ou vers la dictature ?

Dans la situation actuelle, même pour l’homme de la rue, deux points sont particulièrement choquants ou absurdes :

Comment parler « d’aide » aux pays en difficulté tant qu’il n’y a pas de transferts sans contrepartie ? Quand on donne une pièce à un mendiant dans la rue, on l’aide effectivement. Si on la lui prête en exigeant qu’il vous la rende le lendemain avec intérêts, on l’enfonce encore un peu plus ;

Imposer l’équilibre budgétaire quoi qu’il arrive est absurde : tout acteur économique, qu’il s’agisse d’un ménage, d’une entreprise ou d’un Etat, doit pouvoir s’endetter en tant que de besoin (pour faire face à une situation de crise, pour investir…), à charge pour lui, évidemment, de le faire de façon responsable.

D’où en particulier les plaidoyers d’Emmanuel Macron, qui rencontrent un certain écho, pour l’introduction d’une « dose de fédéralisme », c’est-à-dire de transferts sans contrepartie, par la création d’un «gouvernement économique européen fort » qui serait « conduit par un commissaire aux compétences étendues » et qui notamment pourrait « veiller aux transferts financiers nécessaires lorsqu’un pays est affecté par une crise » mais aussi à « promouvoir les réformes souhaitables pour éviter les divergences entre nos économies » : voir l’article du Point : « Le plaidoyer de Macron pour un gouvernement de la zone euro »

http://www.lepoint.fr/economie/le-plaidoyer-de-macron-pour-un-gouvernement-de-la-zone-euro-31-08-2015-1960710_28.php

Le problème est que le fédéralisme doit être total, ou il n’est pas (ce qui n’est qu’une autre façon de dire que l’union politique doit précéder l’union monétaire). Proposer que des transferts budgétaires puissent être effectués au compte-gouttes, sous conditions, par un commissaire non élu, ce n’est pas un pas vers le fédéralisme, c’est une étape de plus dans la mise en place d’une dictature.

Au demeurant la seule évaluation des transferts financiers qui seraient nécessaires s’il s’agissait réellement de construire un Etat fédéral montre qu’il n’y a là qu’une opération d’enfumage de plus, destinée à faire durer l’euro et, si possible, à obtenir des abandons de souveraineté supplémentaires.

Cette évaluation est assez simple, l’Allemagne étant le pays le plus riche de la zone euro, celui qui a la meilleure situation financière, et donc celui auquel incomberait l’essentiel des transferts nécessaires à la mise à niveau des autres pays. Il a été calculé que, la situation des pays de la zone euro étant ce qu’elle est, elle devrait y consacrer annuellement plus de 10% de son PIB, ce qui, indépendamment de toute autre considération, serait une charge parfaitement insupportable, et que, à juste titre, elle n’acceptera jamais : voir l’analyse de Jacques Sapir « Fédéralisme ? »:
http://russeurope.hypotheses.org/4347

Et la Hongrie ?

Si Victor Orban peut témoigner d’une telle indépendance, ce n’est que parce que, dans la nouvelle Constitution qu’il a fait adopter en 2012 :

Il y a prééminence de la loi nationale : une disposition internationale n’a de valeur en Hongrie que si elle a explicitement été acceptée, ou explicitement transposée dans la loi hongroise. Il n’y a donc aucun risque (comme c’est le cas aujourd’hui en France, ce dont il est résulté, en particulier, qu’être en situation irrégulière en France n’est même plus un délit) qu’elle se retrouve imposée à la Hongrie, en Hongrie, par-dessus la tête de son gouvernement, par le canal de la justice hongroise ;

Elle permet l’existence d’un lien entre le gouvernement et la Banque Centrale.

La Hongrie avait été très durement touchée par la crise de 2008, ce qui avait conduit son gouvernement précédent à emprunter 20 milliards au FMI. Victor Orban s’était fixé comme priorité de retrouver une liberté de manœuvre monétaire lui permettant de s’affranchir de ce type de dépendance, y compris pour le futur.

Une première rédaction établissait explicitement un lien entre le gouvernement et sa Banque Centrale, en opposition manifeste à certaines dispositions européennes visant à institutionnaliser le dogme de l’indépendance des banques centrales (dogme dont les fondements théoriques et empiriques sont très incertains mais qui va évidemment tout à fait dans le bon sens, puisqu’il restreint la latitude de manœuvre des Etats).

Il n’est pas dénué d’intérêt de voir ce qui s’est passé :

Réaction très vive des marchés financiers, la Hongrie, qui devait refinancer sa dette, étant alors estimée très vulnérable :

« La Hongrie au bord du gouffre financier. A la crise politique s’ajoute une grave crise financière, qui pourrait mener le pays à la faillite » (Le Figaro 03/01/2012)

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/01/03/04016-2012010

Hurlements des médias : « Hongrie : l’outil monétaire ne doit pas tomber entre les mains d’Orbán » (Libération 2012/01/03)

http://www.liberation.fr/monde/2012/01/03/hongrie-l-outil-monetaire-ne-doit-pas-tomber-entre-les-mains-d-orban_785516

Ouverture d’une procédure d’infraction accélérée par la Commission européenne (17/01/2012)

http://europa.eu/rapid/press-release_IP-12-395_fr.htm?locale=FR
Voir aussi l’article de France Info (17/01/2012) : « La Commission européenne lance un ultimatum à la Hongrie :
http://www.franceinfo.fr/actu/europe/article/la-commission-europeenne-lance-un-ultimatum-la-hongrie-105751

La Hongrie a remboursé la totalité de sa dette au FMI (Le Capital 12/08/2013)
http://www.capital.fr/bourse/actualites/la-hongrie-a-rembourse-la-totalite-de-sa-dette-au-fmi-864690#sSw7iK2rJSBK6KgT.99

La dette hongroise demeure aujourd’hui relativement élevée (76,3% du PIB fin 2014), mais elle diminue, et est composée pour l’essentiel de titres hongrois.

Au prix de quelques aménagements dans la Constitution hongroise, les procédures d’infraction ouvertes ont été levées par la Commission européenne, qui de toutes façons ne pouvait pas faire grand-chose.

En mars 2013 Victor Orban a nommé à la tête de la Banque Centrale son ancien ministre des Finances.

Aujourd’hui la BCE ne peut qu’exprimer ses inquiétudes en ce qui concerne l’indépendance de cette Banque Centrale.

S’agissant de la petite et très vulnérable Hongrie, ceci est exemplaire de ce que peut un gouvernement compétent qui s’est fixé comme priorité de défendre les intérêts de l’Etat qu’il dirige.

Antraigues
1/12/2015

Voir :
L’euro : vers la dictature ? (Introduction)
L’euro : vers la dictature ? (1e partie)

Version Pdf pour l’ensemble :  http://www.polemia.com/wp-content/uploads/2016/01/L_euro_dictature.pdf

Correspondance Polémia – 28/12/2015

Image : exit euro