Articles

Les sept piliers de la folie belliciste

Les sept piliers de la folie belliciste

Print Friendly

Tribune de Camille Galic.

Voulue par Barack Husseyn Obama avec la collaboration de son caniche François Hollande – à la remorque de Bernard-Henri Lévy comme l’avait été son prédécesseur Nicolas Sarkozy en Libye –, l’agression de la Syrie, sous prétexte de « crime contre l’humanité » commis par celle-ci, obéit-elle à un élan du cœur ou avait-elle été en réalité programmée par la Maison-Blanche et le Pentagone depuis… 2001 ?


Décapiter « sept pays en cinq ans »

La planification avait été décidée « dix jours après les attentats du 11-Septembre », affirmait le général Wesley K. Clark interrogé le 2 mars 2007 sur DemocracyNow. Et, le 3 octobre suivant, lors d’une conférence à San Francisco, le général dénonçait à nouveau ces « plans secrets d’invasion » dont l’avait informé l’un de ses anciens subordonnés au cours d’une visite au Pentagone en septembre 2001. On nous permettra de le citer in extenso (1) :

  • Général Wesley Clark

    Général Wesley Clark

    Un officier de l’Etat-major m’appelle dans son bureau et me dit : « Je veux que vous sachiez que nous allons attaquer l’Irak. » J’ai demandé « Pourquoi ? » Il a répondu : « Nous ne savons pas. » J’ai dit : « Avons-nous établi un lien entre Saddam Hussein et le 11/9 ? » Et il m’a répondu que non. De retour au Pentagone, six semaines plus tard, j’ai revu le même officier et lui ai demandé : « Est-il toujours prévu que nous attaquions l’Irak ? » Il a répondu : « Monsieur, vous savez, c’est bien pire que ça. » Il a pris un document sur son bureau et m’a dit : « J’ai reçu ce mémo du secrétaire à la Défense [le faucon Donald Rumsfeld] qui dit que nous allons attaquer et détruire les gouvernements dans sept pays en cinq ans. Nous allons commencer par l’Irak, et puis nous irons en Syrie, au Liban, en Libye, en Somalie, au Soudan et en Iran. » J’ai dit : « 7 pays en 5 ans ! » Je lui ai demandé : « Est-ce un mémo top secret ? » Il me répondit : « Oui, Monsieur ! » […] J’ai gardé cette information pour moi pendant longtemps, six ou huit mois, j’étais tellement abasourdi que je ne parvenais pas à en parler, et je ne pouvais pas croire que c’était vrai, mais c’est bien ce qui s’est passé.

Certes, le timing fixé de cinq ans n’a pu être respecté mais, deux ans plus tard, le régime irakien était abattu, et la Libye de Kadhafi était décapitée en 2011, tandis que se précisaient les menaces sur Damas et Téhéran. Ce qui explique peut-être la récente volte-face de l’Iran dont le nouveau président, l’ayatollah Hassan Rohani successeur de Mahmoud Ahmadinejad, celui-ci très réservé sur l’ampleur et les conditions de la Shoah, vient au contraire de faire reconnaître (et condamner) par le chef de sa diplomatie Mohammed Javad Zarif « le massacre des juifs par les nazis » – initiative prise à l’occasion de Roch Hachana, Rohani lui-même se fendant d’un message de « félicitations » à l’Etat hébreu pour le nouvel an juif. Une première dans l’Iran post-impérial.

Aucune place pour les peuples non métissés !

Wesley K. Clark est-il crédible ? Ses allégations n’ont jamais été démenties par l’Exécutif. Et impossible de le définir comme un sale réac ou un ennemi des droits de l’homme : c’est lui qui, en sa qualité de très interventionniste commandant en chef des troupes US en Europe, conduisit la coalition « atlantique » qui, au printemps 1999, devait martyriser et ruiner la Serbie, cataloguée par les médias et l’Establishment (au premier rang duquel l’infatigable BHL) tortionnaire de l’innocent Kossovo. A l’issue de cette guerre aussi cruelle qu’asymétrique le général victorieux proclamait, en juillet 1999 : « Il ne doit plus y avoir de place en Europe pour des peuples non métissés. Les peuples non mélangés appartiennent aux idées périmées du XIXe siècle. »

 Clark, Albright et Kerry : cherchez le père

De plus, en dépit de son nom très anglo-saxon (celui de son père adoptif), de son appartenance au protestantisme et de sa belle gueule de guerrier hollywoodien, les intérêts d’Israël sont les siens : né Wesley Kanne, ne se targue-t-il pas depuis 2003, époque de son éphémère candidature à la candidature démocrate de 2004 (contre George W. Bush),

Madeleine Albright

Madeleine Albright

d’appartenir à l’illustre gens des grands prêtres Cohen ou Kohen et de descendre d’une longue lignée de rabbins ayant fui la Biélorussie pour échapper aux pogroms tzaristes ? Cette origine, il ne l’aurait découverte que tardivement car sa mère, méthodiste et installée à Little Rock (Arkansas) après la mort de Benjamin Jacob Kanne et son second mariage avec un M. Clark, avait dissimulé la vérité au jeune Wesley pour, paraît-il, « le protéger des persécutions du Ku-Klux-Klan » (2).

Très curieusement, c’est aussi à l’âge adulte que deux secrétaires d’Etat américains, l’une sous Clinton (Madeleine Albright, née Korbel à Prague) et l’autre sous Obama (John Kerry, dont le grand-père paternel, né Fritz Kohn en Silésie, aurait choisi son nouveau patronyme, très irlandais, au hasard sur une carte de l’Europe), se seraient avisés de leur ascendance juive ; et qu’ils auraient appris, de plus, qu’une grande partie de leur parentèle (trois de ses grands-parents pour Albright, plusieurs oncles, tantes et cousins pour Kerry) auraient péri dans l’Holocauste (3).

Le mystère du gaz sarin et le spectre de « Munich »

Cette ascendance explique-t-elle l’alignement de l’actuel secrétaire d’Etat sur le gouvernement de Benyamin Netanyahou et les rabbins états-uniens qui, selon le site timesofisrael.com/us, se sont mobilisés, « en tant que descendants de survivants de l’Holocauste ou de réfugiés dont les ancêtres ont été gazés à mort dans des camps de concentration », pour « exhorter les élus du Congrès à soutenir le président Obama dans son projet d’attaquer la Syrie afin de mettre fin à l’utilisation d’armes chimiques » ?

Mais les utilisateurs du gaz sarin (armée syrienne ou, au contraire, rebelles ?) n’ont toujours pas été identifiés. D’où la question, outrageante selon le premier ministre

George Galloway, député

George Galloway, député

britannique Cameron, posée par George Galloway, député ex-travailliste de la circonscription de Bradford West et convaincu de la responsabilité du groupe rebelle lié à Al Qaïda : « Mais qui a donné à Al Qaïda ces armes chimiques ? Voici ma théorie : c’est Israël qui lui a fourni ces armes chimiques (4). »

Théorie phantasmatique ? Reste que des commandos encadrés par les services spéciaux US, israéliens, français et britanniques sont positionnés dans la banlieue de Damas, comme l’annonçait France Info avant l’attaque chimique du 21 août.

N’importe, John Kerry a profité de la conférence paneuropéenne de Vilnius pour affirmer le 7 septembre, et dans notre langue afin de se concilier les 68% de Français hostiles à toute aventure militaire, que « notre sécurité dépend de la manière dont notre conscience collective et notre engagement à l’égard des normes internationales existant depuis près d’un siècle nous feront réagir ». « Les États-Unis, nos partenaires français le savent, ne peuvent rester indifférents face à ce massacre. Nous ne pouvons laisser un dictateur se servir impunément des armes les plus effroyables (5) », ajoutait-il en parlant de la capitale lituanienne comme de « vraiment notre Munich à nous » afin de mieux jeter l’opprobre sur les opposants à l’intervention.

500 000 enfants irakiens liquidés ? Ça valait la peine !

Cette intervention fût-elle « courte et ciblée», comme l’Américain nous le promet à l’instar de son homologue hexagonal Laurent Fabius – qui, lui, bien que baptisé à Notre-Dame de Paris, avait cru devoir appeler de Jérusalem, le 25 août, à la croisade contre Bachar el-Assad dont il soulignait la « responsabilité écrasante » dans « l’étendue de ce massacre chimique » sur lequel il disposerait de preuves « totalement convergentes » –, nul ne peut en mesurer les conséquences militaires, politiques, religieuses, raciales et surtout humaines.

Interrogée le 12 mai 1996 dans l’émission 60 Minutes sur les 500.000 enfants irakiens déjà morts (et dont le nombre devait tripler avant même l’agression) des suites de l’embargo américain sur les équipements sanitaires et les médicaments, Madeleine Albright, alors ambassadeur américain à l’ONU à l’initiative de Bill Clinton, avait froidement répondu : « Je pense que ça en valait la peine (6). »

En 2002, John Kerry, alors sénateur du Massachusetts, votait la motion autorisant le président Bush junior à « utiliser la force, si nécessaire », pour désarmer Saddam Hussein. Ce qui fut fait l’année suivante en recourant au mensonge sur le formidable arsenal de destruction massive qu’aurait possédé le régime (mensonge reconnu officiellement par Paul Wolfowitz, numéro deux du Pentagone, dans le numéro de mai 2013 du magazine Vanity Fair) mais « cela en valait-il la peine » quand on sait qu’en ce dixième anniversaire de la « libération » de l’Irak, le pays se débat dans la plus totale anarchie, avec par exemple 71 morts et plus de 200 blessés dans la vague d’attentats ayant ravagé Bagdad dans la seule journée du 4 septembre dernier ?

Ledeen et la « théorie du chaos »

Irak, Libye, Syrie. Selon le général Clark, la déstabilisation totale de ces pays aurait été planifiée en représailles contre les attentats du 11-Septembre attribués à Oussama ben Laden et Al Qaïda… avec lesquels il apparut très rapidement que Bagdad, Tripoli et Damas n’avaient aucun lien, bien au contraire, la nébuleuse islamiste sunnite étant pilotée uniquement par les empires pétroliers du Golfe, fidèles alliés (et surtout créanciers) de Washington bien qu’islamistes militants.

A quoi riment donc ces offensives répétées, et prétendument morales, à partir de montages et de manipulations, à l’encontre de régimes sans doute dictatoriaux, mais pratiquant du moins une certaine répartition du revenu national et initiant d’indubitables progrès en matière d’infrastructures médicales, scolaires et locatives, alors qu’on laisse en paix l’affreux tyran Mugabe qui, depuis 1979 et l’atroce guerre civile entre Shonas et Matabélés (ne parlons même pas de l’élimination des Blancs), a mis en coupe réglée le Zimbabwe ?

Le but est de construire le « Grand Moyen-Orient » imaginé par Michael Ledeen, idéologue des « neo-conservatives » Donald Rumsfeld, Dick Cheney, Paul Wolfowitz, Richard Perle, etc., qui entouraient George W. Bush, à partir de la « théorie du chaos » reposant sur la « destruction positive » ; et Ledeen, ancien trotskiste promu gourou du

Uncle Sam

Uncle Sam

Pentagone, du Département d’Etat et du Conseil national de sécurité, ne s’en cachait pas (7).

Collaborateur de la vénérable et influente National Review mais aussi de la Jewish World Review et fondateur du Jewish Institute for National Security Affairs (JINSA, lié à l’AIPAC, le lobby israélien œuvrant au Capitole), il prononçait ainsi devant cette instance, au lendemain de la chute de Saddam Hussein, une adresse intitulée : « Il est temps de se focaliser sur l’Iran, mère du terrorisme moderne » (Time to Focus on Iran — The Mother of Modern Terrorism) où il déclarait notamment : « Le temps de la diplomatie est terminé. Est venu le temps d’un Iran libre, d’une Syrie libre, d’un Liban libre (8) », cela par quelque moyen que ce soit.

Et à ceux qui lui objectaient que les forces américaines devaient s’armer et se préparer pour faire face à ces différents conflits (on se souvient qu’en 1993, l’expédition américaine Restore Hope en Somalie fut un échec sanglant, Clinton étant obligé de rapatrier promptement ses troupes) et que le coût humain serait considérable pour les agressés, il répliquait : « La région est déjà un chaudron. Ça ne changera pas de la chaudroniser un peu plus. Et le plus vite possible ! » – Faster, please ! Une expression frappante, c’est le cas de le dire, dont il a fait le titre de son blog.

L’Oncle Sam gendarme ou dynamiteur du monde ?

L’objectif que Ledeen avait fixé au républicain Bush fils sera-t-il atteint par le démocrate Obama, avec le concours empressé de la France ? On ne voit pas très bien ce que l’Amérique – dont Washington vient de se souvenir, opportunément, que notre pays était « son plus ancien allié » – et son peuple y gagneront. Au regard des catastrophes irakienne et libyenne, on ne mesure que trop, en revanche, ce qu’y perdront les nations et les populations, chrétiennes notamment, sacrifiées sans états d’âme par Ledeen et son gang de forcenés. Mais sans doute, devant les décombres et les génocides, ces fous du bombardement chirurgical estimeraient que « cela en valait la peine ».

Camille Galic
9/09/2013

 

Notes :

  1. http://www.democracynow.org/2007/3/2/gen_wesley_clark_weighs_presidential_bid
  2. http://en.wikipedia.org/wiki/Wesley_Clark
  3. http://en.wikipedia.org/wiki/John_Kerry
  4. http://www.youtube.com/watch?v=VrtM2w6BrXw
  5. http://www.liberation.fr/societe/2013/09/07/syrie-a-paris-kerry-s-adresse-en-francais-a-l-opinion-publique_930179
  6. http://www.youtube.com/watch?v=WC2jCxsHq4M
  7. http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Ledeen
  8. http://www.alternet.org/story/15860/who_is_michael_ledeen

 

Lire aussi :

http://www.polemia.com/pourquoi-la-syrie-est-importante-pour-nous-tous-2/

http://www.polemia.com/israel-le-chainon-manquant-dans-le-puzzle-syrien/

http://www.polemia.com/syrie-un-politologue-de-renom-denonce-la-propagande-americaine/

http://archives.polemia.com/article.php?id=3749

Correspondance Polémia – 11/09/2013

Image : Michael Ledeen, initiateur de la « théorie du chaos » reposant sur « la destruction positive ».