Articles

La jeunesse est-elle passée à droite ?

La jeunesse est-elle passée à droite ?

Print Friendly

« Il y a surtout un désir de refondation, l’espoir d’une nouvelle perspective, qui n’a pas encore trouvé de moyen d’expression.»

♦ FIGAROVOX- Le maire adjoint de Versailles (sans étiquette) François-Xavier Bellamy et le docteur en sciences-politiques Gaël Brustier analysent le décalage croissant entre la jeunesse de France et les partis politiques. Ils s’interrogent sur la possibilité d’un renouvellement idéologique à gauche comme à droite.


François-Xavier Bellamy est maire adjoint de Versailles (sans étiquette). Ancien élève de l’Ecole normale supérieure et agrégé de philosophie, il enseigne en classes préparatoires.
Gaël Brustier est docteur en sciences-politiques et membre du Parti socialiste, il est notamment l’auteur de Voyage au bout de la droite (Mille et une nuits, 2010) et de La Guerre culturelle aura bien lieu (Mille et une nuits, 2013).

Figarovox: Un certain nombre de signaux témoignent d’un renversement idéologique qui ferait souffler le vent à droite, notamment dans la jeunesse. Gaël Brustier, vous parlez même d’une «domination culturelle» de la droite. N’est-ce pas prématuré?

Gaël Brustier: La première chose à noter, c’est l’extraordinaire confusionnisme idéologique de la période. Le cadre de cette confusion date de la fin des Trente Glorieuses où on a vu le consensus social-démocrate s’effriter en Europe. Il y a eu une reconfiguration des gauches et des droites, mais les droites, au sens large, ont bénéficié d’une capacité à donner un sens à l’expérience quotidienne des citoyens supérieure à celle des vieilles social-démocraties ou à la gauche radicale. C’est comme ça que Thatcher émerge et arrive à reconfigurer le conservatisme britannique, à la fois avec de l’ancien, la nostalgie de la grandeur du Royaume Uni, et puis du nouveau: une nouvelle conception de l’organisation sociale. Face à la mutation du monde les gauches sont en véritable crise.

A quoi correspond cette domination culturelle des droites en Europe? Je soutiens l’idée que c’est la peur du déclin, l’idée que la société «occidentale» serait menacée qui détermine les paniques morales, véritables moteurs de la reconfiguration du débat public. Il y a une vague droitière en Europe, même si l’on ne peut pas mettre Geert Wilders (leader du parti populiste néerlandais PVV) et la «Manif pour tous» sur le même plan. Pourtant ils correspondent, chacun à leur manière, à des angoisses de populations différentes face à une même idée, celle du déclin supposé de la «civilisation occidentale».

François-Xavier Bellamy: Je suis d’accord avec Gaël Brustier pour dire qu’il y a une transformation en profondeur des catégories dans lesquelles se construit la conscience politique contemporaine. Il est donc bien difficile de lire la domination de l’une de ces catégories traditionnelles aujourd’hui. On voit bien qu’il se passe quelque chose autour de la catégorie traditionnellement considérée comme de droite ; et cependant la conscience politique nouvelle qui émerge ne se fait pas autour des structures traditionnelles d’expression politique. Les partis politiques de droite en Europe, et particulièrement en France, ont du mal à comprendre ce qui est en train de se passer dans la conscience politique de leur électorat. Pour reprendre l’expression utilisée par Gaël Brustier, la situation actuelle se caractérise par une forme de «panique morale», une inquiétude qui cristallise cette reconfiguration idéologique. Mais je crois qu’elle est d’abord due au fait que les citoyens ont le sentiment que la politique n’a plus de prise sur le réel. Dans ce discrédit jeté sur la classe politique, il n’y a pas seulement de la peur: il y a surtout un désir de refondation, l’espoir d’une nouvelle perspective, qui n’a pas encore trouvé de moyen d’expression – d’où le fait qu’il se caractérise comme inquiétude.

Comment analysez-vous le phénomène Manif pour tous? Est-ce un mai 1968 à l’envers? Le dernier cri d’un monde qui meurt? La naissance d’un Tea party à la française? La reprise en main culturelle de la droite par la rue?

F-X B: Rien de tout cela. Je pense là encore que nous sommes d’accord pour dire qu’on assiste à un phénomène nouveau. La conscience politique qui émerge chez la jeune génération, notamment à droite, reconduit paradoxalement toute une famille de pensée vers une forme d’héritage qui était plutôt lié à la gauche: le refus de l’individualisme, la volonté d’une liberté qui soit accolée à une exigence de responsabilité devant l’avenir, la prise en compte d’une forme d’écologie intégrale authentique et cohérente.

Une autre transformation inédite dans cette nouvelle conscience politique, c’est le primat de l’intellectuel et du culturel, qui étaient là encore, dans les dernières décennies, l’apanage de la conscience politique de gauche. Au XXème siècle, les mouvements de gauche avaient compris que les mutations politiques se jouent d’abord sur le terrain culturel ; alors que la droite a toujours cru – du moins une partie de la droite, celle qui est aujourd’hui institutionnellement majoritaire – au primat de l’économie dans la vision politique. De ce point de vue-là, une évolution très profonde est en train de se jouer à droite: à la faveur des récents débats de société, toute une partie de l’opinion prend conscience de l’importance déterminante de l’engagement culturel.

G B: La Manif pour Tous est un vrai mouvement social, complet qui a ses intellectuels, ses réseaux économiques, ses cadres politiques, ses nouveaux venus et ses activistes. Il fait renouer la droite avec la rue, ce qui est déjà arrivé dans l’histoire. Comment le catégoriser? Il me semble que c’est bien un mouvement de droite: si on regarde les cadres, que ce soit les Veilleurs, les Hommen, tous ces groupes, je n’ai jamais rencontré un électeur de gauche, même si certains ont basculé politiquement. Il y a une dimension conservatrice au sens philosophique du terme mais aussi une dimension populiste de contestation des élites (sans que ce soit péjoratif). On a aussi une dimension clairement identitaire. Cette question du mariage cristallise des paniques morales, des angoisses civilisationnelles. On voit que le Front National récupère par exemple la question de la disparition des clochers de France, assez déstabilisante dans beaucoup d’endroits. Dans ce mouvement on a des chassés croisés, comme après mai 68 où on a vu des jeunes radicaux devenir maoïstes, et des trotskistes rentrer au PS et devenir des bons sociaux-démocrates, idem là on a observé la radicalisation d’un groupe comme les Hommen et le «recentrage» apparent du Bloc Identitaire qui a refusé de participer à Jour de Colère et opère un mouvement de «respectablisation». Une grande centrifugeuse où ce mouvement très vaste voit ses cartes rebattues à chaque instant. Cette angoisse morale est en fait une angoisse face à l’envahissement du marché, on le voit à travers la question de la PMA, la GPA, la marchandisation du vivant ont conduit à construire ce que vous appelez l’écologie humaine.

 F-X B: «La droite a enfin pris conscience de l’importance du combat culturel»

Au-delà d’une pensée limitée au ras-le-bol fiscal, au besoin de sécurité et à la laïcité, les manifestations ont révélé une vision anthropologique opposée à la société consumériste et au libéral-libertarisme. Ils rejoignent en cela la pensée de Jean-Claude Michéa et de Christophe Guilly. Est-ce la preuve que le clivage droite-gauche est obsolète?

F-X B: Vous avez raison de dire que les cadres de ce mouvement viennent de la droite ; mais, encore une fois, c’est une droite qui s’est découvert subitement une conscience de gauche. Ce mouvement social (l’expression même appartient au vocabulaire de la gauche) s’est formé, non pas par un simple réflexe conservateur, mais contre une forme d’ultra-libéralisme, au nom du refus de l’envahissement du marché. Ce sont là des cadres intellectuels qui étaient plutôt liés à la conscience politique de gauche. Les catégories politiques traditionnelles sont très profondément bousculées, parce que la gauche assume aujourd’hui des combats politiques qui auraient pu ressembler (pensons à la GPA, par exemple) à une forme de libéralisme anglo-saxon très pragmatique, alors que la jeune génération de droite prend en charge les exigences intellectuelles et sociales que la majorité et ses inspirateurs délaisse.

G B : Sur les sujets que l’on vient d’évoquer, il y a aussi des clivages à gauche. La GPA, par exemple est minoritaire à gauche. Sur la marchandisation du vivant, cela fait longtemps qu’il y a des débats à gauche: il y a avait eu un rapport en 2000 au Parlement européen où on avait vu voter une partie des députés démocrates-chrétiens européens avec une partie des sociaux-démocrates et la gauche radicale qui était contre la marchandisation du vivant. Ce clivage intellectuel profond divise tous les camps politiques.

Comment expliquez-vous la faible mobilisation de la gauche autour des questions sociétales l’année dernière, qui a laissé la rue à la jeunesse de droite? Est-ce une gêne due à la présence de la gauche au pouvoir?

G B: En effet, le peuple de gauche n’a pas été mobilisé: ils étaient 4000 place Baudoyer pour fêter la victoire, tandis qu’en face ils avaient été 700 000 à manifester!

C’est moins une question de gêne qu’une mauvaise stratégie dans la défense de la loi. D’abord il est très étonnant de voir la gauche défendre l’institution du mariage. Personne ne s’attendait à ce que la gauche veuille marier tout le monde! C’est l’ironie de l’Histoire…

D’autre part, il y a la question de l’état des mouvements de jeunesse à gauche. Il n’y a plus, comme au cours des années 80 avec SOS racisme, un espoir qui trouve une incarnation dans un mouvement de jeunesse. Aujourd’hui le projet de la gauche doit consister dans le libre choix de son mode de vie, et pas simplement en l’égalité des droits. Or ce libre choix n’a pas été défendu de manière affirmée par de travail idéologique profond, on en est resté à des réflexions inabouties sur les «droits».

Enfin, quand on fait une réforme de cette ampleur, il faut établir un dialogue, composer avec la société. La loi sur l’IVG est faite par Giscard, Chirac et SimoneVeil, comme la loi sur la pilule par de Gaulle et Neuwirth: il y a nécessité d’un dialogue sur ces grandes évolutions qui ne consiste pas simplement à jeter l’anathème sur les opposants ou les réticents. D’abord parce que l’anathème solidarise et radicalise tout un camp politique: on en voit les conséquences aujourd’hui. Il y a eu beaucoup d’erreurs stratégiques, et finalement je pense qu’on peut dire que le mariage pour tous est une cause juste qui n’a pas été justement défendue..

Alain Finkielkraut a dit que ces manifestations ont montré une chose, que la jeunesse de France n’était pas réductible à Canal plus et aux banlieues…Diriez-vous qu’on a découvert que la jeunesse était passée à droite?

G B: Je ne pense pas que la jeunesse soit passée à droite. Aujourd’hui dans la jeunesse, la gauche a tout pour être majoritaire, pourtant elle ne l’est pas. La gauche ne peut pas enclencher une mobilisation si elle ne peut pas enclencher un imaginaire, une représentation du monde qui soit véritablement alternative à «l’idéologie du déclin». Elle ne peut pas mobiliser dans le vide, avec des mouvements de jeunesses exsangues, qui sont des émanations de partis politiques, de jeunes qui veulent légitimement faire de la politique mais sont trop peu suivis par les jeunes citoyens engagés.

Le Parti Socialiste s’en remet au quotidien à la gestion de la doxa économique dominante: les indicateurs, le pacte de responsabilité, un jargon technocratique. On interroge le président de la République sur la défiscalisation du double vitrage, ça devient consternant. Quant à la gauche radicale, alors qu’elle était portée par l’élan des forums sociaux internationaux, le formidable regain entre 1998 et 2006 autour des mouvements altermondialistes, de pratiques locales émancipatrices, elle s’en est remise au rappel au monde ancien. On veut faire la révolution, mais simplement en protégeant les services publics et le vieux consensus social-démocrate. Même Besancenot fait un programme économique qui est celui de 1981! Le Front de Gauche défend aussi ce socialisme de 1981. On a l’impression que la gauche est incapable d’offrir aux jeunes une vision du monde alternative, des lendemains qui chantent.

 Gaël Brustier: «La gauche est incapable d’offrir aux jeunes une alternative à l’idéologie du déclin»

F-X B: Les partis ne mobilisent plus les jeunes, et ceux, très nombreux, qui se sont engagés pour la Manif pour tous, n’ont pas été mobilisés par les partis de droite. Fait révélateur: ils se sont structurés à l’intérieur de collectifs créés pour l’occasion. L’UMP n’aurait pas pu aligner des armées de jeunes contre le mariage pour tous, quelque ait été son engagement par ailleurs. Il y a une déconnection entre les partis et les électeurs, aussi bien à gauche qu’à droite. Les syndicats étudiants, par exemple, sont largement déconnectés de la vie étudiante, et ne sont plus des mouvements de masse.

Je ne dirais pas qu’on s’est rendu compte que la jeunesse était passée à droite ; mais on s’est déjà débarrassé d’une caricature, qui disait que tous les jeunes appartenaient aux partis de gauche! Au début du débat sur le mariage, on avait encore droit à ce poncif récurrent, qui voulait que tous les jeunes soient favorables au mariage pour tous, contre des aînés crispés sur le passé. En réalité, le clivage était inverse: une très large partie de la jeunesse s’est engagée contre l’épuisement des fantasmes de la génération de mai 68, pour dire que cette réforme n’était pas le progrès auquel elle croit. Notre avenir n’est pas écrit d’avance!

G B: La jeunesse de gauche cherche son grand mouvement. Il existe une jeunesse de gauche, mais elle est privée d’un grand mouvement culturel de masse qui la fasse communier dans l’idée de l’émancipation, d’un nouvelle forme de républicanisme, du libre choix de son mode de vie…Cette jeunesse est cloisonnée dans des organisations qui sont de pures machines électorales. On n’a pas de véritable point de rencontre entre les intellectuels et le peuple de gauche, parce qu’il n’ y a plus de mouvement d’éducation populaire, de mouvement de combat culturel. Il n’y a pas encore de capacité de réaction à la réaction!

F-X B : Ce qui est difficile pour cette jeunesse de gauche, c’est l’extraordinaire déception que suscite la majorité, à l’image de ce président – qui se présentait comme le président de la jeunesse, et qui de fait ne répond pas du tout aux difficultés réelles de la jeunesse. Il y avait une énorme attente, qui a été déçue par une absence complète de réflexion et d’innovation à gauche sur les questions de jeunesse.

 FigaroVox – François-Xavier Bellamy – Gaël Brustier
28/02/2014

Source : Le Figaro ;fr

Correspondance Polémia – I/03/2014

Image : Le maire adjoint de Versailles (sans étiquette) François-Xavier Bellamy et le docteur en sciences-politiques Gaël Brustier – Crédits photo : Julien MUGUET/© Julien Muguet