Articles

Menard Creche Beziers

Crèches de Noël : totalitarisme Made in France

Print Friendly

La présence des crèches dans les mairies est-elle vraiment incompatible avec la laïcité?

♦ Par Jean Christophe Gallien, professeur associé à l’Université de Paris 1 la Sorbonne CEO de ZENON7 Public Affairs et président de j c g a, membre de la SEAP, Society of European Affairs Professional

Notre pays a été lâchement frappé en novembre par une terrible « Barbarie made in France » que nous décrivions dans ces colonnes. Très peu de temps après, avec d’autres, l’Assemblée des Maires de France et son président François Baroin, prenait, en novembre, une position de principe : la présence de crèches de Noël dans l’enceinte des mairies n’est pas « compatible avec la laïcité ». L’AMF allant plus loin et demandant au ministre de l’intérieur, en charge des cultes une souhaitable « une clarification législative ».

Dans un pays qui peine de plus en plus à faire société, mordu qu’il est par la mondialisation dans sa chair économique et sociale voici que d’autres forces, françaises cette fois encore, en veulent à sa chair identitaire et sociétale.


De véritables sanctuaires de culturels

De quoi s’agit-il exactement ? Ce totalitarisme made in France s’attaque à des micro-expressions de traditions millénaristes fréquentées à la fois religieusement et le plus souvent, désormais, sans aucune croyance. Il s’agit de véritables sanctuaires culturels et des marqueurs identitaires partagés par de nombreux Français, et plus largement la grande majorité des Européens qu’ils soient athées, agnostiques, juifs, musulmans, protestants ou catholiques ou autre. Il s’agit de petits éléments de notre narration historique qui sont ici frappés par une volonté de nettoyage sociétal d’un nouveau genre.

Hommages vibrants à d’autres peuples et territoires

Le cruel paradoxe c’est que semaines après semaines, nos écrans télévisuels comme nos ondes radiophoniques, nos grandes messes de l’information comme les magazines de voyages, de gastronomie, voire même de sport … sont, pour notre plus grand plaisir, remplis de voyages et de rencontres conçus comme autant d’hommages vibrants, émus et prosélytes de traditions culturelles, identitaires et religieuses d’autres territoires et d’autres peuples. Rituels de naissance, de passage vers l’âge adulte, de mariage … patrimoines gastronomiques, coutumes sociétales, … autant de moments et d’éléments de construction identitaire très souvent reliés aux religions desdits territoires ou peuples.

Très souvent nous poussons même notre compassion à nous émouvoir des effusions patriotiques ou identitaires que nous découvrons nichées au cœur de manifestations internationales qu’elles soient géopolitiques, culturelles et surtout sportives de peuples ayant accédés récemment à l’indépendance, comme par exemple pour les pays de l’ex-Yougoslavie ou pour les ex colonies du Continent africain, voire parfois de régions souhaitant accéder à l’indépendance comme l’Ecosse ou la Catalogne.

Faire société

Et pendant ce temps nous délaissons les nôtres, les attaquons même sous des motifs qui abiment les causes que ces approches sont sensées servir. Laïcité et vivre ensemble ne peuvent exiger que nous sacrifions et éliminions de l’espace public partagé les éléments nourrissants de notre mythe identitaire au prétexte qu’ils s’inscrivent justement dans un corpus de pratiques traditionnelles ou religieuses qui contribuent à façonner depuis plus de deux millénaires nos identités et nos sociétés. Et c’est bien de faire société dont il s’agit.

Il faut d’urgence élargir le regard et quitter le champ de vision astigmate de nos dérives et autres lâchetés hexagonales. Nous partageons ce socle historique et sociétal avec la plupart des peuples européens qu’ils soient membres de l’Union Européenne ou non. Nous n’avons aucun droit à le nier encore moins à l’effacer.

Smart power

Et sur un terrain économique nous n’en avons aucun intérêt. Les tenants de l’effacement voire de la déconstruction civilisationnelle oublient que d’autres médias venus d’autres territoires, comme autant de fenêtres ouvertes sur notre pays, son histoire, ses traditions et coutumes ancestrales, évangélisent en notre faveur – c’est du marketing – leurs propres peuples qu’ils soient Européens, Africains, Asiatiques, Américains … et contribuent à nourrir leurs curieuses et vibrantes envies de découvrir en direct cette expérience millénariste. C’est autant de création de valeur économique touristique et aussi d’influence géopolitique pour notre pays via le smart power que propose la colonne vertébrale de son histoire et de son message rassurant au reste du Monde.

Joyeux Noël à toutes et à tous ! Que le Père Noël nous gatte !

Jean-Christophe Gallien  |
25/12/2015,

Source : La Tribune

Voir aussi : Vendée : Finalement autorisée, la crèche de Noël fera son retour au conseil départemental

Correspondance Polémia – 1/01/2016

Image : Mairie de Béziers : la crèche de Noël inaugurée par Robert Ménard, maire.