Articles

Polémia

« Son vrai visage. Témoignage sur le FN au Parlement européen » de Pervenche Berès ou Comment le Parlement européen finance la propagande anti-FN

Camille Galic, journaliste, essayiste…

♦ Apparatchik socialiste installée à Bruxelles, Pervenche Berès, député européen depuis 1994, s’est offert le 10 mars un joli cadeau pour ses 60 ans : un opuscule intitulé « Son vrai visage. Témoignage sur le FN au Parlement européen ».


Quand les électeurs FN paient pour se faire battre

Enfin, quand nous disons « offert », ce cadeau fait penser aux costumes de François Fillon et de Pierre Moscovici. Car on peut lire in fine que le libelle a été publié conjointement par la très richement subventionnée fondation Jean Jaurès – dans la collection dirigée par Gilles Finchelstein et Laurent Cohen – et « par la Fondation européenne d’études progressistes avec le soutien du Parlement européen ». D’où son prix modique : 6 euros. Autrement dit, les électeurs frontistes qui, en 2014, avaient fourni le plus gros contingent français au Parlement européen (24 élus grâce aux 25% de voix réunis) financent de leurs deniers un outil de propagande contre leur parti. Comme ce fut le cas pour le film Chez nous, du Belge Lucas Belvaux, en pointe contre « l’idéologie abjecte du Front national » et qui, de ce fait même, avait perçu une subvention de 150.000 euros de la Région Nord-Pas-de-Calais où le FN avait recueilli plus de deux millions de suffrages aux élections de 2010. Malgré le matraquage ayant salué sa sortie, le prétendu chef-d’œuvre de Belvaux n’avait rassemblé, quinze jours plus tard, qu’à peine plus de 200.000 spectateurs. Un bide.

Celui qui attend sans doute le factum de Pervenche Berès. Cette dernière, pour mettre toutes les chances de son côté, s’est pourtant assuré le concours d’une kyrielle de collègues et de personalités dûment remerciés à la fin de ce TRÈS mince volume, tels « Eric Andrieu, Guillaume Balas, Jean-Paul Denanot, Sylvie Guillaume, Louis-Joseph Manscour, Edouard Martin, Emmanuel Maurel, Gilles Pargneaux, Vincent Peillon [dont elle a été la « conseillère Europe » lors de la primaire de la gauche perdue par l’ancien ministre], Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, Virginie Rozière, Isabelle Thomas, Henri Nallet, Gilles Finchelstein, Laurent Cohen, Jérémie Peltier », sans oublier le politologue Jean-Yves Camus et « Tanja Fajon, Anita Tusar et Minna Piispa pour l’animation et la coordination du groupe de travail S&D consacré à l’extrémisme, au populisme, au nationalisme et à la xénophobie ».

Cerise sur le gâteau : le bouquin, opportunément sorti à cinq semaines du premier tour de la présidentielle dont Marine Le Pen pourrait sortir gagnante, bénéficie également d’une préface dithyrambique de Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS (qui, après avoir milité à l’OCI trotskiste, fondé le lobby Manifeste contre le Front national, a été accusé d’avoir « de manière frauduleuse » obtenu son doctorat en sociologie grâce à des mandarins eux aussi membres de l’OCI, été poursuivi pour recel d’abus de biens sociaux dans l’affaire de la société Agos gestionnaire de foyers de travailleurs immigrés, puis condamné pour abus de confiance dans le scandale de la mutuelle étudiante MNEF) : une très haute caution morale, comme on voit, particulièrement bien placée pour reprocher au groupe lepéniste son usage des multiples facilités offertes (offertes à toutes ses composantes, qui en bénéficient éhontément) par l’Europarlement pour renforcer le parti à l’échelle nationale.

Du crime d’antichristianophobie

« Les eurodéputés FN mettent à profit ce nouvel espace au Parlement européen pour se financer et se crédibiliser », s’indigne ainsi la vertueuse Berès qui déplore que, « très mobilisés », ils posent « des milliers de questions écrites et propositions de résolution » – mais à « la portée nulle », de l’avis autorisé de l’accusatrice qui crierait à l’imposture si, au contraire, ils pratiquaient l’absentéisme ou restaient cois. Toutefois, ajoute-t-elle avec une certaine incohérence, si « les élus du Front national utilisent et mettent à profit les moyens que leur offre la démocratie européenne pour se structurer et lutter contre elle », le contenu de leurs propositions « est bien plus dangereux encore ».

Entre la nullité et l’extrême dangerosité, il faudrait choisir… Et quelle est justement la nature du péril ? D’abord le retour à « la souveraineté nationale, brandie par les eurodéputés frontistes comme un étendard dans toutes leurs interventions » et qui les conduit à « condamner les sanctions de l’Union européenne à l’égard de la Russie » et à réclamer la reprise des « relations diplomatiques entre l’UE et le régime de Bachar el-Assad, méprisant l’opposition et les souffrances des populations civiles car il s’agit, selon eux, de la seule voie pour lutter efficacement contre l’organisation terroriste Etat islamique ».

Deuxième grief :

« Les eurodéputés FN ont fait des questions identitaires un axe majeur de leur action et de leur communication au Parlement européen. Or, si les élus FN parlent beaucoup d’identité nationale, leur stratégie consiste davantage à s’opposer fermement à l’immigration, à l’islam, au communautarisme, à l’Europe, à un “système mondialiste”, etc., plutôt qu’à donner leur définition de ce que serait l’identité de la France. Une lecture attentive de leurs propos laisse cependant transparaître assez clairement ce que constitue, à leurs yeux, l’identité nationale…».

A preuve, assène Mme Berès, des déclarations comme « le multiculturalisme […] sort l’Europe de l’Histoire » (Dominique Bilde) ou « l’utopie multiculturelle est un échec » (Nicolas Bay) qui « contribuent à créer sciemment la confusion entre immigrés, musulmans, obscurantisme, violence et terrorisme ». Incorrigible, le groupe FN nie « tout simplement la diversité culturelle de notre pays, stigmatise les Français d’origine étrangère et les réfugiés et réfute les opportunités culturelles et économiques qu’offrent une société multiculturelle et l’immigration » alors que, « Faut-il le rappeler ? La société française s’est, depuis toujours, construite à partir de l’accueil de populations nouvelles ».

Pis encore :

« Si les élus FN sont europhobes, ils appellent néanmoins la Commission européenne à “tout mettre en œuvre pour protéger les populations et les minorités religieuses, notamment chrétiennes, contre le terrorisme islamiste”. Ils l’encouragent également à “mettre en œuvre tous les moyens dont elle dispose pour lutter contre la christianophobie et la détérioration des édifices culturels chrétiens”. »

Ces revendications sont odieuses aux yeux de la sœur Berès, qu’indignent également le reproche fait par Mylène Troszczynski à l’Union européenne d’imposer aux Etats membres des « idéologies néfastes pour la femme et la famille, souvent sous la pression de lobbies en tout genre, comme les LGBTI », ou l’assimilation par Aymeric Chauprade (aujourd’hui démissionnaire du groupe et rallié à François Fillon… après avoir courtisé Sarkozy) de l’avortement à une « véritable arme de destruction massive contre la démographie européenne ».

Pervenche Berès et les intellectuels distingués qui l’ont aidée à brosser « le vrai visage » du FN ne se sont-ils pas avisés qu’en multipliant ces citations censément à charge, ils renforçaient son socle et risquaient de lui rallier de nouveaux électeurs ? Egalement contre-productifs, les moyens d’action envisagés pour contrer l’hydre frontiste : « Contrairement à ce que prône le FN, vaticine-t-elle, nous devons renforcer Schengen. Il est temps pour l’Europe d’aborder les questions liées à la migration selon une approche globale intégrant notamment un régime d’asile européen commun, des voies légales de migration, un système de répartition des demandeurs d’asile au sein de l’Union » qui, aux antipodes du programme lepéniste, « doit être le lieu où s’invente le nouveau modèle de développement, plus solidaire, plus coopératif, plus collaboratif, plus durable » car « seul compte l’élan de la volonté collective ».

Schulz et son « système stalinien de clientélisme »

Lors de la mise en œuvre et de l’impression du « Vrai visage du FN au Parlement européen », le président dudit Parlement s’immisçant ainsi dans la campagne présidentielle française était le socialiste allemand Martin Schulz, actuel président fédéral de la SPD allemande et que les thuriféraires de presse présentaient comme le futur tombeur d’Angela Merkel… avant du moins que la CDU de la chancelière ne connaisse, le 26 mars dans la Sarre, un succès historique. Or, on a appris à la mi-février par Der Spiegel et The Sunday Times que, ayant joui pendant son mandat d’un revenu annuel de 322.544 euros, celui qui se prétendait le « Monsieur Propre » de la Maison Europe et avait à ce titre lancé une offensive judiciaire contre Marine Le Pen, coupable à l’en croire d’avoir fait indûment rémunérer deux collaborateurs par Bruxelles alors qu’ils n’y résidaient pas en permanence, avait lui-même nommé nombre de ses proches à des postes grassement payés au sein de l’administration du Parlement, sans passer par les procédures régulières de recrutement. Présidente de la Commission de contrôle budgétaire des fonds de l’UE, Ingeborg Grässle n’a-t-elle pas déclaré publiquement que Schulz avait créé un véritable « système stalinien de clientélisme » (grâce auquel il a été élu le 19 mars par 100% des voix à la tête de son parti, un plébiscite jamais vu en Allemagne) et qu’il était « nécessaire d’ouvrir une enquête pour fraude » ?

Ces informations sensationnelles expliquent en partie la récente déroute électorale de la SPD mais n’ont eu, allez savoir pourquoi, presque aucun écho dans la presse hexagonale et Caton Berès n’a pas cru devoir les commenter – et pour cause puisqu’elle a bénéficié pour son livre du système Schulz. La fondation Jean Jaurès en a d’ailleurs remercié le généreux mécène en lui promettant – peut-être imprudemment – un « triomphe » aux législatives allemandes.

Ainsi vont la désinformation et la « tyrannie médiatique » (cf. Jean-Yves Le Gallou), féroces pour tout ce qui est « à droite », complices et muettes sur les forfaitures de la gauche.

Camille Galic
29/03/2017

Pervenche Berès, Son vrai visage. Témoignage sur le FN au Parlement européen, Fondation Jean Jaurès/Parlement européen, 13 mars 2017, 104 pages.

Correspondance Polémia – 6/04/2017

Image : 1re de couverture