Accueil | Politique | Radicalisation : tous les procureurs et préfets de France convoqués à Paris

Radicalisation : tous les procureurs et préfets de France convoqués à Paris

Radicalisation : tous les procureurs et préfets de France convoqués à Paris

par | 6 novembre 2016 | Politique

Francis Gruzelle, journaliste ardéchois

♦ Cette information nous vient de Suisse. Ministres et hauts fonctionnaires français se réunissent à Paris, le 7 novembre, pour enfin déterminer comment réagir avec succès contre l’insécurité sous toutes ses formes telle qu’elle se manifeste en France.

Le ministre R2 D2 Cazeneuve devrait être très protégé, le 7 novembre au matin, pour cette réunion au sommet consacrée à la lutte contre la  radicalisation et regroupant tous les procureurs et préfets de France convoqués à Paris. Le GIGN veillera à la sécurité.


R2 D2 Cazeneuve et Manu Valls auront mis le temps. Un an après le massacre du Bataclan à Paris, plusieurs mois après le carnage meurtrier de Nice, le premier ministre, le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Justice décident enfin de sensibiliser tous les procureurs de la République de France et tous les préfets de la nation à la problématique des attentats à venir, de la lutte contre le terrorisme et la radicalisation. Comme la situation est grave, que de nouvelles menaces terroristes planent sur le pays, plusieurs centaines de procureurs de la République et de préfets sont convoqués manu militari à l’Ecole militaire, le lundi 7 novembre 2016, dès 8 h 45 du matin, 5 Place Joffre, dans le 7e arrondissement de Paris.

Pour de hauts gradés de l’armée, ce type de réunion d’urgence, organisée dans l’extrême urgence, est « souvent annonciateur de grosses catastrophes, car organisées dans la précipitation, et trop tardivement ! ».

Et comme les dirigeants politiques socialistes redoutent de laisser les départements plus de 24 h sans surveillance, des fois que le bon peuple ait la mauvaise idée de s’armer et de se soulever, tous les préfets et procureurs de France et d’outre-mer devront avoir été « surbrieffés », formés aux souhaits des responsables antiterroristes du pays, informés des menaces qui planent sur chaque département, en quelques heures, durant la seule journée du 7 novembre. Faut quand même pas dégarnir les départements des seuls soutiens et « œils de Moscou » qui restent au gouvernement Valls, de plus en plus aux abois !

Un grand absent lors de cette grand-messe de la radicalisation du pays réel, Papy Le Driant, le célèbre eunuque des armées, en faillite ministérielle et en cessation de paiement ! Plus fréquentable ? Ou Valls la menace redoute-t-il une grosse colère et une crise de ce septuagénaire breton devenu chef de guerre contre Daech, mais sans les sesterces ? Autre grand absent, Bernard Bajolet, le dynamique patron de la DGSE, qui mène une lutte active contre le terrorisme et la radicalisation, et qui ne perd pas son temps dans des réunions de salon très politisées. Il est probablement en opération pendant que les autres discutent !

Côté formateurs ou désinformateurs, l’équipe de Manu Valls la menace et de R2 D2 Cazeneuve a mobilisé le ban et l’arrière-ban des hauts fonctionnaires n’ayant pas su prévenir ou empêcher les massacres du Bataclan et de Nice. En somme, ceux qui sont, selon la formule consacrée, « responsables mais non coupables ». Pour cette grand-messe gouvernementale, consacrée à la radicalisation et au terrorisme, on retrouve Robert Gelli, directeur des Affaires criminelles et des Grâces, Thomas Campeaux, directeur des Libertés publiques et des Affaires juridiques, intarissables sur les grands enjeux de coordination de la politique pénale et de l’action administrative.

Autres « mousquetaires-formateurs » de cette école militaire, devenue centre de formation des préfets et des magistrats du parquet, l’ineffable Patrick Calvar, directeur général de la Sécurité intérieure,  Mme Catherine Champrenault, procureure générale près la Cour d’appel de Paris,  M. François Molins, procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Paris. Sans oublier M. Philippe Galli, directeur de l’Administration pénitentiaire, et incollable sur la radicalisation dans les prisons.

A la demande de  R2 D2 Cazeneuve et de Manu Valls, grand vizir qui rêve d’être calife rose à la place du calife, il est même organisé une table ronde sur « la coordination de l’action judiciaire et de l’action administrative et l’échange d’informations au plan local ». Et des fidèles parmi les fidèles en sont les animateurs, à l’image de Pascal Mailhos, préfet de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, préfet de la Haute-Garonne, de Pierre-Yves Couilleau, procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Toulouse, de Stéphane Scotto, directeur interrégional des Services pénitentiaires à Toulouse. De quoi redonner de la fierté au ministre Jean-Michel Baylet !
Pour former les remparts du gouvernement Valls aux dispositifs de prévention de la radicalisation,  Cazeneuve a réquisitionné Pierre Valleix, procureur général de Montpellier,  Olivier de Mazières, préfet, responsable de l’EMOPT,  Muriel Domenach, secrétaire générale du CIPDR,  Renaud Seveyras, directeur interrégional adjoint des Services pénitentiaires de Paris. Des services qui ont montré toute leur efficacité pour prévenir les carnages du Bataclan à Paris et de la Croisette à Nice !!! Et comme on évoque le tragique carnage de Nice, une table ronde « sur la gestion locale de la crise » sera justement animée par Adolphe Colrat, préfet des Alpes-Maritimes, Jean-Marie Huet, procureur général près la Cour d’appel d’Aix-en-Provence et, bien sûr, Jean-Michel Prêtre, procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Nice. Christian Estrosi n’a pas été invité. Il aurait pu « déraper » et dire des choses qui dérangent ou qui font peur aux Français moyens !

Le programme officiel très détaillé des « stagiaires » de cette journée

Selon le jargon très officiel de Bernard Cazeneuve, « Les procureurs et les préfets se réuniront, lundi 7 novembre, à l’Ecole militaire. Cette réunion sera l’occasion de travailler sur les nouveaux défis que représente la politique publique de lutte contre le terrorisme et la radicalisation.

Cette rencontre permettra d’échanger notamment sur les dispositifs locaux de prévention de la radicalisation ou sur l’état de la menace, le renseignement et la réponse pénale ou encore sur la coordination de l’action judiciaire et de l’action administrative. »

– 10h00 – 11h00

Ouverture des travaux par Bernard CAZENEUVE, ministre de l’Intérieur, et Jean-Jacques URVOAS, garde des Sceaux, ministre de la Justice

– 16h15 – 17h00

Clôture des travaux par Manuel VALLS, premier ministre

Pool TV + presse accréditée auprès du service de presse de Matignon

Pour les initiés, le programme complet de la journée

– 8 h 45  Arrivée.

– 9 h 30 Accueil café des participants.

– 10 h 00  Ouverture des travaux par MM. Bernard CAZENEUVE, ministre de l’Intérieur, et Jean-Jacques URVOAS, garde des Sceaux, ministre de la Justice.

– 11 h 00  Interventions de MM. Robert GELLI, directeur des Affaires criminelles et des Grâces et Thomas CAMPEAUX, directeur des Libertés publiques et des Affaires juridiques sur les grands enjeux de coordination de la politique pénale et de l’action administrative.

– 11 h45   Table ronde sur l’état de la menace, le renseignement et la réponse pénale : – M. Patrick CALVAR, directeur général de la Sécurité intérieure, –  Mme Catherine CHAMPRENAULT, procureure générale près la Cour d’appel de Paris, –  M. François MOLINS, procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Paris.

– 12 h30   Intervention de M. Philippe GALLI, directeur de l’Administration pénitentiaire, sur la situation pénitentiaire.

– 13 h00 Pause

– 14 h 00   Table ronde sur la coordination de l’action judiciaire et de l’action administrative et l’échange d’informations au plan local : –  M. Pascal MAILHOS, préfet de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, préfet de la Haute-Garonne, –  M. Pierre-Yves COUILLEAU procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Toulouse, –  M. Stéphane SCOTTO, directeur interrégional des Services pénitentiaires – Toulouse.

– 14 h 45  Table ronde sur les dispositifs de prévention de la radicalisation : – M. Pierre VALLEIX, procureur général de Montpellier, – M. Olivier de MAZIERES, préfet, responsable de l’EMOPT, – Mme Muriel DOMENACH, secrétaire générale du CIPDR, – M. Renaud SEVEYRAS, directeur interrégional adjoint des Services pénitentiaires – Paris.

– 15 h 45  Table ronde sur la gestion locale de la crise : – M. Adolphe COLRAT, préfet des Alpes-Maritimes, – M. Jean-Marie HUET, procureur général près la Cour d’appel d’Aix-en-Provence, –  M. Jean-Michel PRETRE, procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Nice.
– 16 h 15 Intervention de M. Manuel VALLS, premier ministre.

– 17 h 00 Fin des travaux.

Selon une source proche des organisateurs, le GIGN (Groupement d’intervention de la Gendarmerie nationale) aurait été requis pour protéger les abords de l’Ecole militaire. Des fois que des agents de l’Etat Islamique aient la très mauvaise idée de s’inviter à cette journée réservée aux décideurs, et à tous les procureurs et préfets de France et d’outre-mer…

Francis Gruzelle
5/11/2016

P.S. : Une première journée de réflexion sur la prévention de la radicalisation avait été organisée au ministère de l’Intérieur place Beauvau le 12 novembre 2015. Une deuxième journée paraît en effet nécessaire ! (La rédaction)

Source : Les Observateurs.ch
http://lesobservateurs.ch/2016/11/05/radicalisation-tous-les-procureurs-et-prefets-de-france-convoques-a-paris/

Correspondance Polémia – 6/11/2016

Image : L’Ecole militaire à Paris, où se réunit la quintessence de la justice et de la « préfectorale ».

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Bruno Mégret sur l’islamisme : « Ce que devrait dire le président de la République »

Par Bruno Mégret, polytechnicien, haut fonctionnaire, essayiste ♦ L’horrible assassinat du...

En 2017, un livre choc avertissait des ravages de l’islamisation à l’école

Par Camille Galic, journaliste et essayiste… ♦ En 2017, dans son ouvrage Tarek, une chance...

Assimilation, séparation ou remigration ?

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ Le prochain Forum de...

Alain de Benoist : « Trump, faute de mieux »

La date de l'élection américaine se rapproche à grands pas. Le choix entre Donald Trump et Joe...

Insécurité. Interdiction des feux d’artifice… et du bon sens ?

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre...

I-Média n°318 – Couvre-feu : les journalistes au garde-à-vous

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

Covid-19. Le point sur la situation du Général Delawarde – Octobre 2020

Par le Général (2S) Dominique Delawarde – Ancien chef « Situation-Renseignement-Guerre...

États-Unis. Les enjeux énormes de l’élection présidentielle américaine

Par Michel Leblay, patron d’émission à Radio Courtoisie ♦ Encore plus que celle de 2016,...

Sophie Pétronin : le retour de la convertie

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère...

Quand la radio publique appelle à la censure

Par Mathieu Bock-Côté, sociologue et essayiste ♦ La diversité idéologique est complètement...