Articles

Marion Marechal Le Pen

Philippot au cachot, Marion au balcon !

Jean-Yves Le Gallou, homme politique, essayiste

♦ Soixante-huitard sur les mœurs et chevènementiste en économie, le message philippotiste se croit « moderne » mais il a… quarante ans d’âge.


En décembre dernier, en agressant publiquement Marion Maréchal-Le Pen qualifiée de « personne seule et isolée », Florian Philippot a commis une double faute :

-Il a d’abord attiré l’attention des médias et de l’opinion sur les divergences internes au FN ;

-Et, par effet boomerang, c’est lui qui apparaît comme isolé.

Un sondage IFOP réalisé pour Le Figaro révèle que 52% des sympathisants du FN se sentent « plus proches des idées défendues par Marion Maréchal-Le Pen » et seulement 29% plus proches de Florian Philippot (19% se sentant aussi proches de l’une que de l’autre).

Cette différence de 23% est un vrai désaveu pour Philippot, un homme pourtant omniprésent dans les médias et dans l’appareil du parti, où il diffuse tout à loisir son message.

Un tel désaveu est d’autant plus grave qu’il concerne toutes les tranches d’âge et toutes les catégories socioprofessionnelles.

Si, chez les plus âgés (plus de 65 ans), l’écart entre Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot se réduit à 8%, il monte à 54% chez les 18-24 ans. Cela s’explique. Soixante-huitard sur les mœurs et chevènementiste en économie, le message philippotiste se croit « moderne » mais il a… quarante ans d’âge.

A contrario, la ligne Marion est en phase avec la génération 2013 plus identitaire et plus conservatrice.

Notons, aussi, une différence de style : d’un côté, les éléments de langage d’un discours pasteurisé ; de l’autre, l’affirmation de convictions assumées. Là aussi, il n’y a pas « photo ».

Chez les ouvriers, la différence entre Marion et Philippot est aussi très élevée : 36% au détriment du vice-président du FN. La raison en est simple : c’est une erreur de penser qu’électorat populaire et électorat de gauche se confondent. Bien au contraire : les ouvriers et les employés qui basculent vers le Front national le font d’abord par rejet de l’immigration mais aussi par refus de la société d’assistance et de la permissivité. Non pour un discours socialisant.

Si elle veut éviter des résultats décevants à l’élection présidentielle, Marine Le Pen serait bien inspirée de prendre en compte les clignotants qui s’allument. De revenir aux fondamentaux de ses électeurs : l’identité, l’arrêt de l’immigration, la lutte contre l’islamisation, la défense des valeurs.

Elle devrait rééquilibrer sa communication : bref, mettre Philippot au cachot et Marion au balcon.

Jean-Yves Le Gallou
20/01/2017

Source : Boulevard Voltaire.fr
http://www.bvoltaire.fr/jeanyveslegallou/philippot-cachot-marion-balcon,307779

Image : Marion Maréchal-Le Pen

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou, ENA, inspecteur général de l’administration (ER), ancien député européen est le président de Polémia. Essayiste il a publié de nombreux ouvrages dont « La Tyrannie médiatique » et « Immigration : la catastrophe, que faire ? ». Jean-Yves Le Gallou présente chaque semaine sur TVlibertés i-média, émission d’analyse critique des médias.
Jean-Yves Le Gallou