La boutique en ligne de l'Institut Iliade
Accueil | Société | Netflix en difficulté : la propagande sociétale sanctionnée

Netflix en difficulté : la propagande sociétale sanctionnée

Netflix en difficulté : la propagande sociétale sanctionnée

par | 25 avril 2022 | Économie, Société

Par Pierre Boisguilbert ♦ Une première depuis dix ans, Netflix a perdu des abonnés. La chute de 200 000 utilisateurs payants est modeste mais Netflix anticipait pour le même trimestre un gain de 2,5 millions. Wall Street s’alarme : le cours de Netflix sur le marché hors cote, après la fermeture du Nasdaq mardi soir, a plongé de 25 %. Voilà qui porte à plus de 42 % l’effondrement du cours de l’action depuis le début de l’année.

Les explications s’accumulent, mais aucune ne prend en compte la ligne éditoriale très engagée de la plate-forme. Cela va bien au-delà de La Chronique des Bridgerton ou de Lupin. Dans la quasi-totalité des séries Netflix, le héros est noir ou c’est une femme, les deux à la fois quand c’est possible. Si par hasard vous voyez un Blanc bien habillé, n’ayez aucun doute, c’est lui le méchant de l’histoire. Mais il n’y a pas que le racisme antiraciste, il y a le sexe et la mise en avant, la très lourde valorisation permanente des minorités. Dans la quasi-totalité des séries, il y a l’inclusion d’un couple homosexuel forcément attendrissant mais avec des scènes volontairement crues comme pour habituer un public peu réceptif à une autre pratique du sexe qu’il s’agit de normaliser et d’imposer comme la diversité raciale. La reine noire d’Angleterre de la chronique des Bridgerton, entourée par une cour multiraciale, fait plutôt sourire au sein d’une romance pour midinette du temps passé. Mais il y a des passages dans d’autres séries que l’on a du mal à regarder au sein des familles traditionnelles encore largement majoritaires même en Occident. La réaction notamment des ados à la surreprésentation des homosexuels est révélatrice d’une résistance naturelle à une volonté d’imposer des nouvelles normes impératives. Reed Hastings, le fondateur du pionnier de la vidéo à la demande, reconnaît que quelque chose de fondamental doit changer dans le modèle de Netflix. Mais pas ça, bien sûr.

Il a trouvé une solution provisoire, remplacer les abonnés par des publicités. Cela ne lui posera aucun problème éditorial. Les pubs sont faites exactement comme des séries de Netflix, ce sont maintenant des messages de propagande sociétale. Dans les pubs, des homosexuels, des couples mixtes et bien sûr des personnes issues de la diversité, plus sympathiques les unes que les autres. Cette publicité racialisée et porteuse de la théorie du genre compensera peut-être les pertes financières, mais n’a aucune chance de faire revenir un public friand de feuilletons et de séries, mais refusant un matraquage idéologique permanent. On note que Disney+ compte aussi sur une version de son service incorporant de la publicité. Hulu, plate-forme contrôlée par Disney, propose cette option depuis des années. Bob Chapek, le patron du géant de Hollywood, a compris lui aussi qu’il ne pourrait pas, sans recettes publicitaires, atteindre ses objectifs de croissance du nombre d’abonnés et espérer atteindre enfin la rentabilité. Mais qui dit que les avertissements imposés à certains classiques ou la polémique ridicule sur le baiser non consenti à la Belle au bois dormant, en attendant une reine des neiges noire et transgenre, détournent un large public d’un Disney qui n’est plus dans le mythe européen réenchanté mais dans la propagande cancel culture la plus éhontée ?

Pierre Boisguilbert
25/04/2022

La boutique en ligne de l'Institut Iliade

Vidéos à la une

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Éric Zemmour : « Je me battrai de toutes mes forces contre la répartition de migrants dans la ruralité »

Par Éric Zemmour ♦ Dans son discours aux préfets du 15 septembre, Emmanuel Macron a acté le...

À l’ONU, la leçon du président Serbe sur l’Ukraine et l’OTAN

Par Pierre Boisguilbert ♦ Le discours le plus pertinent n’a pas été le plus médiatisé. Les...

Disparition de François-Bernard Huyghe, un phare en pleine tempête

Par Goulven Laënnec ♦ Penseur joyeux et tragique de la modernité et de la post modernité,...

Le syndrome du canard : comment les organisations en déclin s’habituent à la médiocrité

Par Philippe Silberzahn, auteur et professeur de stratégie ♦ Les lecteurs de Polémia...

Propagande, censure… Le « tournant environnemental » de Radio France

Par Rémy Prud’homme, professeur des universités (émérite) ♦ Nous partageons ici avec les...

Viktor Orbán, le bilan de douze années au pouvoir

Par Johan Hardoy ♦ En 2016, le journaliste franco-hongrois Ferenc Almássy (bien connu de...

Allemagne. Entretien avec Stefan Marzischewski-Drewes, candidat de l’AfD en Basse-Saxe

Par Nicolas Faure, spécialiste de l’Allemagne et traducteur (à ne pas confondre avec Nicolas Faure...

Tronquer ce monde qu’ils ne sauraient voir

Par Laurence Maugest, essayiste ♦ Une citation de Charles Péguy revient souvent,...

Toujours plus d’immigration à prévoir pendant le 2e quinquennat Macron

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ L’immigration...