Accueil | Politique | Gilets Jaunes : la trahison de la droite orléaniste

Gilets Jaunes : la trahison de la droite orléaniste

Gilets Jaunes : la trahison de la droite orléaniste

par | 20 janvier 2019 | Politique, Société

Gilets Jaunes : la trahison de la droite orléaniste

Par Frédéric Pichon, avocat ♦ La classe politique dite « de droite » semble en difficulté quant au mouvement des Gilets Jaunes. En effet, malgré la nature première potentiellement très favorable du mouvement des Gilets Jaunes – une révolte fiscale -, la droite orléaniste a semblé incapable de comprendre ce mouvement populaire de fond. Une erreur vertement dénoncée par Maître Frédéric Pichon dans les colonnes de Boulevard Voltaire.


Alors que l’acte X de la mobilisation des gilets jaunes se déroule ce samedi 19 janvier et que le bilan des victimes de la répression policière et judiciaire s’alourdit (plus de 216 gilets jaunes emprisonnés et 93 blessés graves), Les Républicains ont du mal à adopter une position lisible.

Après avoir, dans un premier temps, arboré le gilet jaune, Laurent Wauquiez a rapidement retourné sa veste, ou plutôt son gilet, tout comme une grande partie des cadres des Républicains, appelant sans réserve à soutenir les forces de l’ordre.

Le Figaro y est également allé de sa plume dans de nombreux éditoriaux destinés à rassurer ses actionnaires en appelant au rétablissement de l’ordre sans faire preuve de la moindre empathie pour la France des oubliés, celle des Gaulois réfractaires, qui, pendant longtemps, a souffert en silence dans l’indifférence générale des bobos de gauche, de la droite du Grand Ouest parisien et du triangle Neuilly-Auteuil-Passy.

Les déclarations du philosophe Luc Ferry, compagnon de route des Républicains et ancien ministre de l’Éducation nationale sous Sarkozy, incitant à tirer sur la foule (il a, par la suite, modéré ses propos), a somme toute révélé tout haut ce que tout ce petit monde, terrorisé par les gueux qui ont l’arrogance de demander une démocratie directe, pense tout bas.

On aurait cru revoir le parti de l’ordre. Oh, certes, non pas celui de la loi naturelle et du bien commun ! Non, l’ordre du parti de l’argent et des grands gagnants de la mondialisation. Qui voit le centre droit et le centre gauche serrer les coudes face à une situation inédite sous la Ve République.

Car le ralliement de la droite modérée à Macron – qui s’était déjà manifesté par l’appel de Fillon à voter Macron – rappelle furieusement l’attitude des Versaillais appelant Adolphe Thiers à tirer sur les Communards.

Cette droite orléaniste a toujours été celle de toutes les trahisons. Son faux conservatisme destiné à rassurer une partie des honnêtes gens ne l’empêche pas de soutenir Emmanuel Macron, le champion de la mondialisation et de toutes les déconstructions nationales, sociales et sociétales. Ses seules valeurs sont celles cotées en Bourse à l’image de Guizot, ministre de Louis-Philippe et de son fameux « Enrichissez-vous ».

Cette crise des gilets jaunes aura au moins eu le mérite de faire tomber les masques et de démontrer l’incroyable mépris de cette droite de toutes les trahisons pour le peuple de France. Il est plus que temps de l’envoyer dans les oubliettes de l’Histoire.

Frédéric Pichon
20/01/2019

Source : Boulevard Voltaire

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Je fais un donSoutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Voir aussi

Petite histoire des campagnes de diabolisation

Petite histoire des campagnes de diabolisation

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant la rentrée, en plus des articles inédits que nous continuons à publier, retour sur les articles les plus consultés et les plus appréciés sur Polémia. Christian Vanneste a...

Législatives : le mode de scrutin a sauvé le système

Législatives : le mode de scrutin a sauvé le système

Si Jordan Bardella avait été anglais, il serait Premier ministre. S'il avait été italien, il serait président du Conseil. Mais Jordan Bardella est français et il a donc été écarté par un mode de scrutin qui a toujours été utilisé en faveur du système. Le «...

Le jeu des sept erreurs

Le jeu des sept erreurs

Polémia prend ses quartiers d’été, tout en gardant un œil attentif sur l’actualité. En attendant la rentrée, en plus des articles inédits que nous continuons à publier, retour sur les articles les plus consultés et les plus appréciés sur Polémia. Polémia offre à ses...