Accueil | Politique | Emmanuel Macron : le complexe d’Œdipe au sommet de l’État ?

Emmanuel Macron : le complexe d’Œdipe au sommet de l’État ?

Emmanuel Macron : le complexe d’Œdipe au sommet de l’État ?

par | 30 mai 2021 | Politique, Société

Par Pierre Lours, essayiste et romancier, auteur de La Révolte des silencieux ♦ La psychologie d’Emmanuel Macron fait souvent l’objet d’analyses tant le personnage apparaît glissant et sa personnalité trouble. Pierre Lours évoque dans nos colonnes une analyse provocatrice mais séduisante : Emmanuel Macron vivrait le fameux complexe d’Œdipe. Explications.
Polémia

 

Pourquoi Emmanuel Macron veut-il détruire la France ?
Pourquoi ces dénigrements répétés de la France allant de la négation d’une culture et d’un art français à la condamnation de la colonisation comme crime contre l’humanité, allant de la reconnaissance d’un racisme dans la Police à celle de la responsabilité de la France au Rwanda ?
A-t-on déjà vu un tel acharnement d’un Président de la République à scier la branche sur laquelle il trône et à vouloir effacer, déconstruire, détruire et remodeler l’Histoire de la France ?
Est-ce un traître en service commandé par l’oligarchie mondialiste, ou simplement un homme névrosé en proie à des pulsions irrépressibles de destruction ?

Trahison et amour hors norme

L’histoire de sa vie privée et publique donnent des éléments de réponse sur lesquels on peut poser une libre interprétation psychanalytique qui ne pourrait être véritablement établie que par l’intéressé et son thérapeute lors d’un travail psychologique.

Mais ce qui est patent, c’est qu’il a épousé une femme qui pourrait être sa mère puisqu’elle a 24 ans de plus que lui. Ils se sont connus alors qu’il était lycéen et qu’elle était mariée et professeur dans l’établissement scolaire qu’il fréquentait. On imagine la transgression qu’ont représenté cette liaison dans la bourgeoisie provinciale d’Amiens, le divorce de Brigitte Trogneux et le mariage avec Emmanuel Macron.

La deuxième transgression significative est la trahison qu’Emmanuel Macron a commise à l’encontre du Président Hollande à qui il devait sa carrière de ministre de l’économie, trahison qui a grandement empêché son « père » en politique de se présenter à l’élection présidentielle de 2017.

À la lumière de ces deux faits, il est possible d’avancer l’hypothèse qu’Emmanuel Macron a inconsciemment vécu le complexe d’Œdipe.

Le mythe d’Œdipe

Rappelons que ce mythe raconté par Sophocle met en scène Œdipe qui après avoir été abandonné et voué à la mort par ses parents, finira par tuer le roi de Thèbes, épouser la reine devenue veuve et sera le nouveau roi.
Il ne connaîtra qu’ultérieurement que ce roi et cette reine sont ses parents et donc qu’il a tué son père et épousé sa mère.

Ce mythe dans lequel Freud verra le modèle essentiel conditionnant la vie psychique est, on le voit, parfaitement illustré symboliquement par le déroulement de la vie du Président Macron.
Qui plus est, dans ce mythe, la peste s’abat sur le royaume de Thèbes…

La crise réelle (ou construite, ou exploitée ?) du Covid-19 a permis inconsciemment à Emmanuel Macron de vivre une épidémie comme dans l’histoire d’Œdipe !

Ainsi, apprenant qu’il a été tenu responsable par les Dieux de la peste qui afflige Thèbes, Œdipe pour se punir de sa culpabilité se crèvera les yeux afin de ne plus voir la lumière et la réalité.
Il finira sa vie dans l’errance misérable d’un mendiant.

La culpabilité

Emmanuel Macron vit vraisemblablement, lui aussi, une forte culpabilité, mais d’une manière plus confortable qu’Œdipe puisqu’il bat sa coulpe non pas contre lui mais sur la poitrine de la France et des Français.
La colonisation de l’Algérie, le Rwanda, le racisme supposé de la Police, l’absence de culture française sont des « fautes » qu’il reconnaît d’autant plus facilement qu’il en accuse les autres !

Par ailleurs, cette reconnaissance de la culpabilité de la France pourrait rapporter les voix précieuses des minorités lors de la prochaine présidentielle.
De surcroît, cette attitude culpabilisatrice lui procure d’autres bénéfices pour nourrir sa névrose œdipienne.

En oubliant les devoirs de sa fonction, en détruisant les fondements historiques de la France et en révolutionnant abruptement des institutions comme l’ENA et le corps des préfets, en accumulant les transgressions, il transforme le recours à la transgression en une conduite normale, une manière de vivre qu’il suit naturellement depuis son adolescence.

Une adolescence toujours très présente dans sa conduite tellement l’inceste symbolique qu’il a vécu avec une mère de substitution contrarie l’évolution psychique érotico-sentimentale.

Pour s’en persuader, il n’y a qu’à voir le spectacle digne d’une médiocre veillée de colonie de vacances qu’il a surjoué maladroitement dans les salons de l’Elysée entre deux célèbres Youtubers.

Enfin, ultime bénéfice, en détruisant l’Histoire de la France il prive ainsi les Français d’une forte légitimité et discrédite par avance leurs paroles dénonçant ses insuffisances présidentielles.

L’aveuglement d’origine psychique dont fait preuve le nouvel Œdipe du Faubourg Saint-Honoré, le conduira-t-il vers une divagation solitaire comme celle vécue par le roi Œdipe déchu, si la Démocratie, dans une salutaire sagesse, venait à séparer le destin d’Emmanuel Macron de celui des Français ?

Pierre Lours
30/05/2021

Évenement Polémia

La cérémonie (parodique) des Bobards d’Or distingue, chaque printemps, les « meilleurs des journalistes », ceux qui n’hésitent pas à mentir délibérément pour servir le politiquement correct. Elle est organisée depuis 2010 par la Fondation Polemia.
La prochaine édition se déroulera à Paris, le 14 juin prochain.

Cet article vous a plu ?

Je fais un don

Soutenez Polémia, faites un don ! Chaque don vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66% du montant de votre don, profitez-en ! Pour les dons par chèque ou par virement, cliquez ici.

Je m'abonne

Trois fois par semaine dans votre boîte aux lettres électronique, la Lettre de Polémia.
 

Jean-Yves Le Gallou sur les Bobards d’or : « Même démonté, un bobard reste dans les esprits »

Entretien avec Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia, réalisé par Boulevard...

Les Bobards d’Or 2021 sont lancés

Par l’Observatoire du journalisme ♦ Après un cru 2020 qui avait vu un prix Spécial Dupont...

Éric Zemmour sur Livre Noir : un entretien éclairant

Par Antoine Solmer, médecin spécialiste (retraité), écrivain, essayiste ♦ Le long entretien...

I-Média n°352 – Zemmour candidat, la vraie gifle pour Macron ?

Comme chaque semaine, I-Média décrypte l’actualité médiatique en déconstruisant le discours...

La candidature de Zemmour pourrait briser le cordon sanitaire du « front républicain »

Par Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia ♦ Dans un éditorial publié le 7...

« Faire barrage ». Le bilan du « front républicain » : chaos migratoire et sécuritaire

Par Jean-Yves Le Gallou, président de la Fondation Polémia ♦ En France, la classe politique...

Présidentielle. Avec un Z comme Zemmour ?

Par Michel Geoffroy, auteur de Immigration de masse. L’assimilation impossible, La Super-classe...

Deux livres pour en finir avec les idées reçues sur la Russie

Par Johan Hardoy ♦ Deux approches françaises de la Russie : Le cauchemar russe – Abécédaire...

La politique anti-immigration du Danemark, un exemple à suivre ?

Par Paul Tormenen, juriste et spécialiste des questions migratoires ♦ L’affaire fait grand...

Cérémonie des Bobards d’Or : levons le masque sur les mensonges des médias !

La XIIe cérémonie des Bobards d’Or aura lieu lundi 14 juin à 19 heures au théâtre du Gymnase,...