Articles

« Bobard Merah » : le bobard rock’n’roll des Inrocks

« Bobard Merah » : le bobard rock’n’roll des Inrocks

Les premiers candidats des très convoités Bobards d’Or ont été dévoilés. Après une thèse pseudo-scientifique défendue par trois journalistes féministes, c’est au tour des Inrocks d’être sous les feux de la rampe ! Leur relai béat de la « leçon de journalisme » prétendument infligée à Eugénie Bastié sur le plateau de Pascal Praud valait bien une nomination. Car oui, Mohammed Merah était bien inspiré par la défense des Palestiniens.


Candidats : Les Inrocks
Comme annoncé par un grand nombre de nos amis parmi les médias de la réinformation, notre soirée consacrée aux Bobards d’Or se déroulera le lundi 12 mars 2018, dans le cadre prestigieux du Théâtre du Gymnase, situé au 38 boulevard Bonne-Nouvelle à Paris 10e arrondissement. Vous pouvez réserver votre place depuis le site internet de l’événement : bobards-dor.fr

Sur le plateau de Pascal Praud, Clément Viktorovitch avait appelé à ne diffuser que des informations vérifiées. Sans être catégorique, il a remis en cause deux affirmations d’Eugénie Bastié. Les Inrocks, qui avaient le temps de vérifier ces remises en causes prudentes, ont claironné qu’il s’agissait d’une leçon de journalisme alors qu’un minimum de recherches leur aurait démontré que les propos d’Eugénie Bastié étaient fondés.

Rage against the Bastié

« Quand Pascal Praud et Eugénie Bastié prennent une leçon de journalisme ». Le titre de l’article des Inrocks est cinglant. Il faut dire que le rappel à l’ordre adressé par Clément Viktorovitch à Pascal Praud et Eugénie Bastié était net. Il visait notamment Eugénie Bastié qui avait affirmé que Mohamed Merah « s’était senti solidaire des Palestiniens » (à 13 minutes 29 dans la vidéo ci-dessous).

La journaliste du Figaro avait également évoqué l’UOIF dans la revue de presse, courte émission préalable à L’Heure des Pros.

« Que Tariq Ramadan, qui a dit que Mohamed Merah était une victime, ait été invité pendant des années par l’UOIF qui est l’instance de représentation majoritaire des musulmans de France […], je trouve ça problématique. » (A 16 minutes 05 dans la vidéo ci-dessous)

Elvis Pressé

Clément Viktorovitch reste prudent sur la question de Merah : « A titre personnel, je n’ai pas vu de déclarations de Merah disant sa sympathie pour le peuple palestinien. Peut-être qu’il y en a mais je ne les ai pas vu passer, ce serait intéressant de vérifier. »

Sur l’UOIF, organisation majoritaire chez les musulmans également : « Je ne dis pas que c’est faux mais qu’en savez-vous ? ».

Un appel à la prudence et à la vérification qui n’a visiblement pas été entendu par Les Inrocks !

Bobard Inrocks Eugénie Bastié

En effet, alors qu’ils avaient la possibilité – et même le devoir – de vérifier ces deux propos avant de diffuser la séquence, Les Inrocks ont préféré juger que les propos d’Eugénie Bastié étaient faux.

Dans leur première version de l’article (le texte a été modifié depuis), les journalistes reprennent sans réserve : « Mais alors que ses acolytes s’égaraient dans des considérations inexactes, Clément Viktorovitch a mis les points sur les “i” en faisant un peu de fact-checking : non, Mohamed Merah n’a pas soutenu les Palestiniens, et non, l’UOIF (Union des organisations islamiques de France) n’est pas majoritaire — en tout cas rien ne permet de le dire. »

Bad Buzzcocks

Sur l’affaire Merah, Eugénie Basté avait clairement raison.

Clément Viktorovitch l’a d’ailleurs bien volontiers reconnu.

Sur l’influence de l’UOIF, de nombreux indices tendent à donner raison à Eugénie Bastié.

Outre le fait que l’UOIF est l’association musulmane qui rassemble le plus de mosquées, son influence – tant sur le débat public que sur la formation d’une élite musulmane – est avérée par un rapport de l’institut Montaigne.

Si ce rapport nuance son poids en expliquant que seuls 12 % des musulmans français s’en réclament et que l’islam salafiste est de plus en plus suivi, il met malgré tout en exergue sa réelle influence sur la formation des élites musulmanes, son influence sur les pouvoirs publics et sa capacité à mobiliser des centaines de milliers de personnes lors de son rendez-vous annuel.

La puissance de l’UOIF réside dans sa capacité à fédérer autour d’un discours et d’une idéologie des dynamiques locales relativement hétérogènes. Ainsi, à Bordeaux, les associations affiliées à l’UOIF sont majoritairement issues du milieu étudiant, universitaire et intellectuel, tandis que dans le Nord de la France, ce sont des associations populaires, ouvrières et obéissant à des logiques ethno-nationales. Cette stratégie de maillage territorial s’inspire de l’organisation des partis politiques. L’UOIF a ainsi divisé le territoire français en huit régions avec, à la tête de chacune, un représentant de la fédération. En sus des quelques 250 associations qui lui sont affiliées elle contrôle une trentaine de centres cultuels ainsi que deux grandes mosquées – Lille Sud dont le recteur est Amar Lasfar – actuel président de l’UOIF – et Bordeaux, qui a pour imam Tareq Oubrou.

En complément de cette fédération d’associations musulmanes s’ajoute une stratégie de sectorisation de ses activités et de quadrillage de la société islamique française.

Des Jeunes musulmans de France aux Étudiants musulmans de France, de la Ligue française de la femme musulmane à l’Association des imams de France, en passant par le milieu médical avec l’association Avicenne, c’est une véritable segmentation de la communauté musulmane française qui est opérée. « Chaque secteur de la “société musulmane” est considéré comme une part de marché à conquérir ». Cela permet à l’UOIF d’engager un processus de légitimation. La formulation d’un discours destiné à chaque segment, parfaitement calibré, lui permet de se définir comme l’instance représentative de ce segment.

Ce quadrillage de la vie islamique donne à l’UOIF un véritable avantage comparatif, voire une place en situation de quasi monopole. C’est le cas concernant la formation des imams.

[…]

Aujourd’hui, l’UOIF apparaît ainsi comme un acteur majeur de l’islam français. Son retrait du CFCM, en 2011, s’est traduit par la paralysie de cette instance, qui a été contrainte de réviser son mode de fonctionnement. Ses rencontres annuelles organisées au Bourget connaissent un succès grandissant ; si la première édition de la Rencontre annuelle des musulmans de France, en 1983, avait réuni environ 300 personnes, celle qui s’est tenue en 2006 en a réuni environ 100 000 et celle de 2016 environ 200 000. »

Un bobard rock’n’roll !

Source : Site officiel des Bobards d’Or